l'autre LIVRE

Parutions récentes et à venir

Seul le vent

Seul le vent

de Bernadette LECONTE

Textes Courts (MUSIMOT ÉDITIONS) | Paru le 08/10/2021 | 5,00 €

Préface de Jean-Pierre Farines

 

Bernadette Leconte, la promeneuse qui aime marcher dès le lever du jour et veille à ne rien bousculer dans le paysage, à n’être pas insolente pour approcher sans effrayer. Des mots magiques pour saisir sans toucher, révéler le mystère.

 

« Seul le vent », un poème qui donne envie de marcher et d’être, qui remercie d’exister. Marcher, libre mais présent au monde dans le paysage. Une contemplation amoureuse.

« …au cœur du paysage… / entre silence et chant / je lie mon chemin / aux tresses du vent… »

 

Un questionnement, écouter vibrer la question, mais ne rien prendre, seulement aimer. C’est la liberté et la force à la fois de cette voix lointaine.

Nous ne regarderons pas ailleurs

Nous ne regarderons pas ailleurs

de Anne MONTEIL-BAUER

hors collection (A PLUS D'UN TITRE) | Paru le 01/10/2021 | 7,00 €

Nous ne regarderons pas ailleurs, récit et impressions, a éte écrit par Anne Monteil- Bauer, membre du Collectif lyonnais de Solidarité avec Pinar Selek à son retour d’Istanbul où s’était tenu, le 19 deécembre 2014, le quatrième et dernier procès de Pinar Selek. L’autrice retrace le moment particulier qu’est un procès, ainsi que le parcours de la sociologue et militante, Pinar Selek. Elle rend également hommage aux chaînes de solidarité qui se mobilisent pour maintenir en alerte l’attention internationale et demander justice.

Si nous vous invitons à lire (et faire lire) ce texte aujourd'hui, c'est parce que le calvaire de Pinar Selek n'a toujours pas pris fin.

« Mon procés » , écrit-elle, « est un exemple de la continuité historique du système répressif. » (de l'État turc).

Ce récit, comme chaque marque de soutien petite ou grande, rejoint l'ensemble des voix qui demande l'acquittement définitif de Pinar Selek.

L'opéraïsme italien au crible du temps suivi D'opéraïsme et communisme d'Oreste Scalzone

L'opéraïsme italien au crible du temps suivi D'opéraïsme et communisme d'Oreste Scalzone

de Jacques WAJNSZTEJN

hors collection (A PLUS D'UN TITRE) | Paru le 01/10/2021 | 0,20 €

Si l’Internationale situationniste a pu dire, un peu présomptueusement, qu’elle était « la théorie de son temps », en résonance avec le Mai-68 en France, l’opéraïsme comme théorie de l’autonomie ouvrière s’est révélé être la théorie de son temps en Italie. À travers le mai rampant, il a imprégné de larges secteurs de la jeunesse étudiante et ouvrière, tout particulièrement celle issue de l’immigration interne en provenance du Mezzogiorno. En cela, l’opéraïsme a constitué le dernier maillon théorique de la chaîne historique des luttes de classes. Il a maintenu le lien entre d’une part, l’affirmation d’un pouvoir ouvrier pendant l’automne chaud de 1969, et d’autre part son possible dépassement vers une révolution à titre humain à travers le vaste mouvement de refus du travail des années 1970 (absentéisme, sabotage, grèves antihiérarchiques pour un salaire indépendant de la productivité). Ce mouvement trouvera son point culminant en 1977 dans une rupture définitive avec les syndicats et le PCI. C’est cette démarche théorique et ses pratiques que nous appréhendons ici à partir de notre propre saisie.

Pour sa part, Oreste Scalzone, alors directeur du journal homonyme du groupe Potere operaio, intervient dans Opéraïsme et communisme, non pour faire revivre un opéraïsme fantasmé ou au contraire englobé dans l’album de famille d’un mouvement communiste en général, mais pour mettre en avant, par-delà ses éléments de continuité et de discontinuité, en quoi il s’est avéré être un mouvement hérétique.

Le meilleur des mondes végan

Le meilleur des mondes végan

de Paul ARIèS

hors collection (A PLUS D'UN TITRE) | Paru le 01/10/2021 | 20,00 €

Le Meilleur des mondes végans est le premier roman d'anticipation consacré au mouvement antispéciste et à ses liens avec le transhumanisme et les biotechnologies alimentaires. L'auteur, connu pour être un des meilleurs connaisseurs de ces mouvances, a choisi cette forme romanesque pour introduire directement au cœur des théories extrêmes de ces milieux et?décrire ce qu'il pourrait advenir si ces dangereux phantasmes passaient dans le réel... Ce voyage, en compagnie de la sous-commandante-en-Chef, de sa Conseillère-spéciale Miss Tobor, des Grands- Prêtres végans et antispécistes, des Gentilles Firmes Véganes, est aussi l'occasion de découvrir les résistants écolo-omnivores, campant résolument du côté des passions joyeuses et du vivant. Ce roman se lit comme un thriller. L'humour et la dérision (et même l'autodérision) sont au menu. À lire sans modération, avant d'accepter toute augmentation humaine ou animale, toute panspermie dirigée et toute terraformation funestes.

Styx

Styx

de Bruno KREBS

Littérature (ATELIER CONTEMPORAIN (L')) | Paru le 17/09/2021 | 20,00 €

Bitumeux palimpseste, oriflamme de prière hissé dans les ténèbres, « Hollandais volant » manœuvré par allègres morts-vivants, Styx sème doute crucial. Vous n’êtes de nulle part, et vous n’irez nulle part (puisque vous irez partout). Le narrateur c’est vous, et vous n’êtes par conséquent plus rien, car hic et nunc dépossédé de tout. Ulysse, vous croyez séduire les sirènes, quand délurées succubes elles vous entraînent au fond des abysses. Orphée, Persée ou Jonas, vous imaginez défier Hadès, Minotaure ou Kraken, quand leur cancer vous gangrène moelle et cervelle – tandis qu’une spectrale, obsédante parentèle ressuscite et vous harcèle sans relâche. Ultime voyage ? Même pas. Juste éternel mal de mer à naviguer de Pétaouchnok à perpète (explorer villes, plages et bouts du monde quand vos défunts employeurs s’obstinent à vous renvoyer au diable vauvert, cornaquer ingérables, libidineux ados). Un cathartique humour noir structure cette Odyssée chamanique et burlesque, ponctuée de tsunamis et autres cataclysmes prophétiques. Langage paradoxal, son régime du double sens et de la double peine ricoche entre deux rives, jongle entre deux états (le réel et le surréel, le souvenir et sa transfiguration) dont il floute les contours ad libitum. Fantasmagoriques trompe-l’œil, mais stratégiquement enrochés (Gogol, Kafka, Buster Keaton), propulsent cette amoureuse, aventureuse version d’un mythe archaïque.

Ajours

Ajours

de Gérard TITUS-CARMEL

Littérature (ATELIER CONTEMPORAIN (L')) | Paru le 17/09/2021 | 25,00 €

Exhumant une boîte de photographies datées de son enfance, Gérard Titus-Carmel se retrouve face à celui qu’incontestablement il fut mais qu’il estime avoir sans retour cessé d’être. Comment justifier cette immixtion de l’altérité dans le rapport à soi-même ? Comment accorder la netteté du souvenir, que ces images renforcent, avec la conviction qu’elles sont celles d’un autre ? Par quel procédé rendre compte de cette impression apparemment paradoxale : il a fallu arriver où l’on se tient pour pouvoir se reconnaître là d’où on est parti ; revendiquer ici la « solitude » comme sa condition essentielle pour pouvoir, là-bas, en identifier les ferments ?
La réponse de l’artiste à ce problème tient dans les pages de ce qu’il nomme « rêve autobiographique ». Ni autobiographie, ni mémoires, Ajours se veut une entreprise mémorielle où la vérité serait non celle du souvenir (rétrospectif par définition, donc instable, trompeur, complaisant), mais celle de l’écriture elle-même, dotée d’exigences propres.

Surréalisme : résister, réinventer la langue

Surréalisme : résister, réinventer la langue

de Raphaëlle HÉROUT

Essais (OTRANTE) | Paru le 15/09/2021 | 26,00 €

Et si la possibilité de « changer la vie » ou « transformer le monde », selon les mots d’ordre de Marx et de Rimbaud, passait d’abord et avant tout par une nouvelle façon de dire le monde ? Tel était le pari des surréalistes qui, en initiant une révolution culturelle, ont fait du langage l’arme première pour instituer un nouveau rapport au monde.

Cet ouvrage examine les différentes représentations de la langue pour saisir comment, par leurs manipulations poétiques, les surréalistes ont conféré au langage la fonction d’opérateur principal d’un bouleversement de l’ordre établi. Reconsidérée, repensée et réinventée, la langue fait reculer les limites de l’expression, vise à s’extraire de la pensée dominante, et à mettre à l’épreuve l’autonomie des individus.

A l’arrière-plan de ces représentations, c’est toute une réflexion politique qui se dessine : consacrer une pensée désinhibée, qui s’exprime par un rapport transgressif à la langue et aux normes, permet d’affirmer les bases d’une poétique émancipatrice et subversive.

A la maison

A la maison

de Luisa CARNÉS

Les Petites Rivières (EDITIONS DE LA REINE BLANCHE) | Paru le 08/09/2021 | 6,00 €

Une femme est libérée après avoir passé neuf ans dans une prison franquiste. Cette nouvelle poignante, écrite en 1950, décrit ses déambulations dans un Madrid qu’elle ne reconnaît pas, ses souvenirs douloureux, ses angoisses, ses peurs, sa solitude, son désespoir ; mais aussi sa foi intacte dans les valeurs républicaines qu’elle a défendues et qui lui ont valu sa condamnation.

Dans le tram

Dans le tram

de Benito PÉREZ GALDÓS

Les Petites Rivières (EDITIONS DE LA REINE BLANCHE) | Paru le 08/09/2021 | 6,00 €

Dans cette nouvelle (1871), Benito Pérez Galdós s’amuse… Le temps d’un voyage aller-retour dans un tram madrilène, il nous montre combien ce que nous lisons affecte notre état d’esprit, combien il nous est facile de tomber dans le piège de la fiction. Se jouant de la littérature populaire, le grand romancier espagnol du XIXe siècle mêle comédie et roman policier, sans toutefois oublier la poésie et la réflexion sur la condition humaine.

Le K ne se prononce pas

Le K ne se prononce pas

de Souvankham THAMMAVONGSA

Roman (MÉMOIRE D'ENCRIER) | Paru le 02/09/2021 | 15,00 €

Prix Giller 2020

"L’un des 100 meilleurs titres de 2020" – Time Magazine
"Un livre incontournable" – New York Times

Une fillette à l’école prononce obstinément le k muet du mot knife. Un ancien boxeur se convertit en pédicure. Une femme rêve de téléromans en plumant des poulets. Un père emballe des meubles destinés à des maisons qu’il n’habitera jamais.
Le K ne se prononce pas accueille les utopies, échecs, amours et petits actes de résistance des errants et
réfugiés, qui tentent de trouver leurs repères, loin de chez eux ; ces ouvriers essentiels fouillent le bas-ventre du monde. On y croise des enfants bienveillants, des hommes blessés et des femmes fébriles. Ils désirent vivre. Et dans ces récits, ils vivent brillamment. Férocement.

"Ce livre est écrit avec tellement de franchise, vous auriez juré que chaque mot est vrai." - Sharon Bala

Née en 1978 dans un camp de réfugiés laotien en Thaïlande, Souvankham Thammavongsa est poète et romancière. Elle est l’une des voix les plus puissantes de sa génération. Elle vit à Toronto.

Couvre-Feux

Couvre-Feux

de Clarisse NICOÏDSKI

Leçons de vie judéo-espagnoles (LIOR ÉDITIONS) | Paru le 01/09/2021 | 20,00 €

Lyon, 1943. Judith a quatre ans. Ses parents sont tailleurs, yougoslaves. Et juifs. Il faut donc se cacher, fuir sans cesse, parler à voix basse, jouer au catholicisme, se méfier de chacun, trembler au moindre bruit, louvoyer entre les rafles.
Judith est heureuse.
Sur fond d’apocalypse, voici une suite d’aventures cocasses dans ce Lyon devenu soudain un immense terrain de jeu. Voici un grand roman tantôt baroque, joyeux, et tantôt tissé de mort. Voici la douleur multiple d’une époque. Voici le portrait bouleversant d’une enfance qui fait, dans la terreur et malgré tout, son chemin.

Les lumières de Sarajevo

Les lumières de Sarajevo

de Moïse ABINUN

Leçons de vie judéo-espagnoles (LIOR ÉDITIONS) | Paru le 01/09/2021 | 20,00 €

C’est tout un monde disparu que Moïse Abinun fait revivre pour nous : Sarajevo, ville frontière entre les deux empires ottoman et austro-hongrois et où les Juifs chassés d’Espagne ont trouvé un havre de paix. C’est dans cette communauté sépharade que l’auteur a vu le jour, le 14 mai 1912, dans une famille traditionnelle et très unie. Son père Samuel et sa mère Clara avaient fait un mariage d’amour ce qui n’était pas courant à l’époque ; mais ils étaient aussi cousins ce qui l’était plus et facilitait les choses. Ce qui frappe dans cette famille c’est l’aptitude au bonheur, à la fête et au partage malgré les difficultés matérielles et l’actualité menaçante. La Première Guerre mondiale éclate précisément à Sarajevo et la famille est aux premières loges. Samuel, emporté dans le tourbillon de la guerre fait le vœu, s’il s’en sort, de devenir rabbin. Grièvement blessé, il tiendra parole, et le jeune Moïse grandira de ville en ville, au fil des affectations de son père. Ces déménagements successifs nourriront peut-être une vocation précoce pour le voyage. À moins qu’il ne reprenne à son compte le rêve d’une mère qui n’avait jamais vu Vienne et le Danube. Doué pour les études, il les quitte néanmoins pour se faire tailleur et partir ainsi plus vite et plus loin. Ce sera Barcelone où il renoue en 1936 avec la terre de ses ancêtres. Chez son oncle Isaac, il rencontre sa fiancée, Mathilde. Encore une cousine, encore une histoire d’amour, mais comment rester romantique quand on se marie au sein d’une même famille ? Moïse résout brillamment l’énigme sentimentale. La guerre d’Espagne incite le jeune couple à partir, cette fois à Lyon, où ils échapperont de peu à la déportation durant la Seconde Guerre mondiale. Mais ceci est une autre histoire brillamment contée par leur fille, l’écrivaine Clarisse Nicoïdski dans son roman Couvre-Feux.

SILLAGES D’OCÉANIE Tressons le monde : Édition 2021

SILLAGES D’OCÉANIE Tressons le monde : Édition 2021

de Auteur(e)s DE NOUVELLE CALÉDONIE

Sillages d'Océanie (Z4 EDITIONS) | Paru le 28/08/2021 | 16,60 €

“Tressons le monde” est le thème 2021 de la revue littéraire SILLAGES D’OCÉANIE, éditée depuis 2007 par l’Association des Écrivains de la Nouvelle-Calédonie.

Dans cet ouvrage une trentaine de textes d’auteur(e)s en plusieurs formes d’écriture, nouvelles, poèmes, essais, évoquent la transversalité des relations humaines, et abordent avec le symbolisme de la tresse, les écarts, les divergences, mais également la diversité qui se comprend comme une co-présence et une complémentarité inévitable entre cultures.

Les écrivains calédoniens, une fois de plus, nous invitent à plonger ensemble dans la puissance de la réflexion, avec des textes ciselés, s’adressant autant au grand public qu’aux enseignants.

Chaleur-Patio de mémoire

Chaleur-Patio de mémoire

de Abdellatif CHAOUITE

hors collection (A PLUS D'UN TITRE) | Paru le 24/08/2021 | 22,00 €

Ce magnifique ouvrage poétique et philosophique explore la langue et plus précisément les langues, celles qui parlent et se parlent, en rémanences, ressentis et rêveries méditatives. Le fil de la pensée, de la langue parlée ou écrite, comme celui des souvenirs, métaphore du fil de l’eau qui de la source à l’océan est transformation permanente.

Ces langues tracent les chemins de traverse des unes aux autres, comme des cours d’eau tumultueux qui s’alimentent de multiples ruisseaux.

L’auteur nous propose deux textes qui s’entremêlent, qui cheminent en résonances, en flux ou en fragments à travers deux contextes. L’un de près, suscité par la proximité de la mort rôdeuse puis faucheuse, l’autre de plus loin dans le temps et dans l’espace. Délibérément, ils se sont croisés en flots de souvenirs, réminiscences et pensées volantes.

Les poèmes comme des respirations viennent fragmenter ces textes vertigineux, les ponctuer de quelques blancs où l’espace se dilate et propose au lecteur une forme de divagation plus lente, un souffle, une surface apaisée comme celle d’un lac. L’auteur nous invite ainsi chaque fois, comme dans une nouvelle boucle, vers une nouvelle source et le sens des mots, des pensées reprennent un déroulé, se rapprochent et s’éloignent dans une même danse, un maillage délicat, une dentelle précise et à la fois un foisonnement riche et précieux. La pensée élaborée d’Adellatif Chaouite, ce cheminement intime qu’il nous propose à travers ses langues est aussi une invitation à prendre la route, à créer, construire et reconstruire notre propre langue, à acquérir une forme de liberté et d’autonomie de penser, à dessiner un imaginaire nouveau, multiple commun et pourtant singulier.

Le témoins du temps et autre traces

Le témoins du temps et autre traces

de Salah OUDAHAR

Cahiers de poésie (A PLUS D'UN TITRE) | Paru le 24/08/2021 | 15,00 €

Le poète déroule un récit éclaté sur plusieurs dimensions dans une trame serrée autour de la question de l'identité. Celle-ci est déclinée à travers ses différents attributs maintenus sous une oppression et une négation séculaires, valeurs, langue, histoire et territoire semblent subir dans un mouvement de reflux une désertion qui prépare à son anéantissement. Serions-nous devant l'irréversible ? L'inerte et le vivant sont sollicités dans un soliloque évocateur qui sonde la mémoire et interroge le destin. Des mots ruisselants de poésie et de sens brisent le silence de la pierre, de la terre et de la mer pour témoigner du passé, oublié, nié ou perverti par les circonvolutions de l'histoire et l'arbitraire des hommes. Le récital aurait pu aussi s'intituler "De quelles vérités sommes-nous fait ?", car le voyage auquel nous convie l'artiste est une introspection sur nous mêmes, ce que nous fûmes et ce que nous sommes devenus à notre insu. Les pierres antiques parlent, racontent et font méditer ceux qui les observent. Salah Oudahar les côtoie dès son premier éveil à la vie, elles font partie du décor de son enfance, elles captivent sa sensibilité. Il s'empare de leurs murmures et pénètre le mystère du temps qui passe qu'elles portent dans leur silence éternel. Que reste-t-il des temps héroïques plein de gloires et de promesses ? Un vol de mouette au-dessus des plages muettes ? Des pierres figées dépouillées de leur histoire par l'indifférence générale qui les condamne à devenir poussière des rêves en ruines délaissés par des hommes jadis libres ? Une mer qui n'appelle qu'aux départs ? Tous les combats seraient-ils vains quand la souffrance, l'exil et l'errance pèsent sur les jours présents et menacent ceux à venir ? Que vaut un retour d'exil quand la rupture est déjà consommée ? L'aède déclame son ire et sa douleur, mais ne se résigne ni à l'impuissance ni à l'abandon. La pierre, la terre, la mer, les hommes et les femmes de son pays lui collent au verbe dans un monologue qui rejette toute tentation de renoncement par humanité et amour de la liberté hérités de ses ancêtres.

Mokrane Gacem .

ÉCRINS

ÉCRINS

de Martin TRONCHON

Cahiers de poésie (A PLUS D'UN TITRE) | Paru le 24/08/2021 | 0,15 €

Certains instants s’attardent sur nos

chemins tangibles De ceux que l’on retrace À l’encre halluciné de la mémoire
Des secondes chavirées dans la bourrasque des esprits

Maquillées au fard blême dans le silence des songes

Les déviants sacrés Tome 1

Les déviants sacrés Tome 1

de Christine BARSI

Science Fiction (5 SENS) | Paru le 24/08/2021 | 20,40 €

Sylvainth regorgeait de paysages stupéfiants. Ces roches instables, ces forêts d’une humanité dérangeante… et ce désert… Il n’était pas de jour, où je ne m’enthousiasmais pas pour l’un de ces mystères. Le Grand Dessein auquel j’étais assujettie m’amenait à partager l’existence des hommes-guerriers et à les aider à traquer des Aliens sur notre monde depuis trois cents années. Nous, les amazones, n’avions-nous fait qu’entériner les volontés croisées de nos communautés ? Je pensais, que ce à quoi j’aspirais s’avérait plus complexe que mes idéaux à court terme et que ces aptitudes qui émergeaient chez moi m’affolaient plus qu’elles ne me rassuraient. Condamnée à ce rôle de femme-appât sous la coupe du Dragaãnh, cet être énigmatique et solitaire sur lequel couraient maintes rumeurs, j’étais contrainte à l’obéissance, et je n’étais pas prête à m’affranchir de cet officier et de ses vétérans ; mais cette soumission qu’ils escomptaient ne ferait pas long feu. J’allais jouer avec eux, et à la toute fin je leur échapperais… si tant est que cet officier ténébreux me le permette. Il me fallait découvrir ce qu’il incarnait ; mais ensuite, aurais-je encore le choix de ma destinée ? Et qu’étais-je, moi-même, pour qu’il me hante à ce point, et qu’il ne parvienne pas à se détacher de moi ?

Christine Barsi

L’auteure est une scientifique qui puise son inspiration dans ses études en biologie et science de la nature et de la vie, ainsi que dans son métier dans les ressources humaines et l’ingénierie. L’auteure écrit en parallèle depuis 1998 des romans de science-fiction et de fantastique, avec à son actif plusieurs romans publiés. Elle est membre du Conseil d’administration de sa ville, afin de promouvoir la littérature.

C'est pas l'hôtel ici

C'est pas l'hôtel ici

de Marc BAUDINET

Fiction (5 SENS) | Paru le 24/08/2021 | 9,40 €

Une forêt, une rivière, un village. Un clochard vit seul depuis quelques mois dans une cabane rudimentaire. Il a fui la grande ville pour être pénard, pour être ailleurs. Mu tout autant par le désir de liberté que par la lâcheté, il rêvasse, cherche de quoi manger, a faim, a froid, se remémore d’anciens compagnons de route, des amitiés passées, l’amour aussi. La solitude est devenue sa compagne mais même dans une campagne reculée les gens sont là, qui observent, se demandent, discutent, aiment ou n’aiment pas. L’homme n’est pas le bienvenu.

Marc Baudinet

Né à Paris, Marc Baudinet grandit en Bourgogne avant de partir vivre à Londres, une ville à laquelle il est resté très attaché. En 1994, il s’ins­talle à Prague où il enseigne l’anglais. En 2010, il quitte l’Europe pour Phnom Penh, Cambodge, où il vit toujours. Il apprécie les voyages, les rencontres, la photographie et l’écriture est devenue une nouvelle compagne.

Je ne meurs pas... je danse

Je ne meurs pas... je danse

de Valéry GRIMA

Coup de coeur (5 SENS) | Paru le 24/08/2021 | 16,20 €

Stéphanie vingt-huit ans, découvre son compagnon dans le lit de sa meilleure amie. C’est tout son monde qui s’écroule. Pas le temps de s’apitoyer sur son sort, la tempête approche, elle décide de tout quitter. Cinq ans après, Stéphanie s’apprête à vivre sa première expérience en tant qu’art-thérapeute aux « Jonquilles ». Elle ne sait pas encore que cette maison de retraite regorge de son lot de surprises et de rencontres tout aussi étonnantes ! Elle ne se doute pas non plus de la richesse et de la dangerosité des chemins qu’elle va devoir emprunter pour se libérer de toutes ses chaînes et partir à la rencontre de la femme qu’elle aurait toujours souhaité être.

Valéry Grima

Comédienne, metteuse en scène et éducatrice, Valéry Grima joue et transmet sa passion pour le théâtre depuis plus de vingt ans. La créativité comme résilience, c’est tout naturellement qu’elle devient art-thérapeute. Un métier qui va la conduire au cœur de la relation et sur le chemin de l’écriture. Cette fiction est son tout premier roman.

Marabout de Roche

Marabout de Roche

de Karine MIERMONT

Littérature (ATELIER CONTEMPORAIN (L')) | Paru le 20/08/2021 | 20,00 €

Pendant presque vingt ans, Karine Miermont a pour voisin de palier un homme connu que, somme toute, elle connaît peu : Denis Roche.
À sa mort, le besoin prend Karine Miermont de reconstituer – de souvenirs en photographies, de bribes de conversations en lectures, de marabout en bout de ficelle – l’image de celui dont la disparition révèle soudain toute l’importance.
C’est donc ici une sorte de « tombeau de Roche » qu’érige avec délicatesse Karine Miermont : hommage qui tient autant du témoignage que de l’essai d’exégèse, reconstitution « de fil en aiguille » d’une personnalité plutôt côtoyée que connue, portrait en mosaïque de celui qui eut lui-même à cœur, dans ses photographies et ses Essais de littérature arrêtée, de fixer les traces de son passage dans le temps.
C’est dans cette distance à son sujet, dans ce mixte de retenue et d’intimité que l’ouvrage acquiert sa dimension propre : celle d’un récit. À travers l’évocation de ses rencontres avec Roche, c’est l’histoire de sa propre accession à l’écriture que retrace l’auteure, aiguillonnée par ce modèle lointain avec lequel ses affinités profondes se révèlent au fil de l’enquête. Et dans ce dialogue rabouté et sans cesse repris avec l’ami et soutien disparu, Karine Miermont donne la pleine mesure d’une figure d’homme et d’artiste.

Fresque et Mosaïque

Fresque et Mosaïque

de Xavier BAZOT

Littérature (ATELIER CONTEMPORAIN (L')) | Paru le 20/08/2021 | 15,00 €

Recueillis sur une durée très longue, les instantanés qui composent ce livre restituent à intervalles variables, et sans respect de la chronologie, la vie de famille de l’auteur, de sa compagne Mina et de leurs filles Lamiel et Armance, dans un appartement d’un vieil immeuble parisien quasi abandonné. La venue au monde de l’aînée donne le point de départ, un déménagement forcé amène la fin. Entre ces deux pôles, Xavier Bazot aura eu le temps d’enregistrer les curiosités du devenir de ses filles, d’écorner quelques normes du fonctionnement familial, conjugal, amical et social, et d’épingler les paradoxes et les inconstances de certains « caractères », à commencer par le sien propre.

Entre estuaire et marnières

Entre estuaire et marnières

de Patrick VINCELET

roman (ZINEDI) | Paru le 19/08/2021 | 17,90 €

Itinéraire d’un jeune homme depuis sa ville natale du Havre jusqu’aux collines du Perche et ses nombreux mystères. Un voyage initiatique au cours duquel il découvrira une part de son identité, rencontrera d’inquiétants personnages, d’autres lumineux qui l’aideront à quitter sa chrysalide pour prendre son envol vers la vie.

Les villages de Dieu

Les villages de Dieu

de Emmelie PROPHÈTE

Roman (MÉMOIRE D'ENCRIER) | Paru le 19/08/2021 | 19,00 €

Ajouter la déclinaison numérique

Export

Validé le 2 avril 2021.

Dernière modification par mesteve le 12 avril 2021.

Créé par mde le 8 décembre 2020.

Saisie bloquée le 2 mars 2021

Informations essentielles

Titre

Les villages de Dieu

Code-barres

9782897127282 (EAN 13)

978-2-89712-728-2 (ISBN)

Auteur

Emmelie PROPHETE

Référence

89712.7282 (harmonia mundi)

Éditeur

MDE (MEMOIRE D'ENCRIER)

Paru le

19 août 2021

Mise en vente le

19 août 2021 (harmonia mundi - livre)

19 août 2021 (éditeur)

Disponibilité

A Paraitre

vignette

Visuel Provisoire

 

LD Basse définition

4ème de couverture HD

Informations générales

 

Langue(s) de l'ouvrage

Français

Pays de fabrication

FRANCE

Genre (CLIL 1)

Littérature

> Fiction

 

Genre (CLIL 2)

LITTÉRATURE GENERALE (3435 )

> Romans (3442 )

> Romans francophones (3443 )

Support

Livre (LIV)

Sous support

Broché

Largeur

215 mm

Longueur

140 mm

Épaisseur

14 mm

Nombre de pages

212

Durée du CD / du DVD

00:00:00

Présentation détaillée

Retranchées dans des cités qui tirent leur nom de la légende biblique – Puissance Divine, Bethléem – des gangs de bandits pillent, violent et assassinent, en toute impunité. Celia, adolescente, cherche à survivre, tantôt en se prostituant, tantôt en faisant la chronique des femmes de la cité sur les réseaux sociaux, où elle devient influenceuse. Les villages de Dieu dit l’effondrement et la banalité du mal dans cette ville de Port-au-Prince livrée à ses démons.

Extrait :
Je n’avais pas peur. J’étais habituée au bruit des armes. J’ai grandi dans cette cité où jamais il n’y avait eu de trêves, où la mort circulait à midi comme à minuit. Grand Ma était morte il y a neuf mois, de peur. C’était un soir particulièrement difficile d’un dimanche qui avait calmement commencé, jusqu’à ce que la rumeur circule que des gars du gang de Makenson avaient sifflé sur le passage de la copine d’un des membres influents de celui de Freddy alors qu’elle revenait de l’église. Les deux gangs qui faisaient la loi dans la Cité n’étaient jamais à court de provocations mutuelles, mais il n’y avait jamais eu, jusqu’à ce dimanche soir, d’affrontement direct. Je me rappellerai toujours les yeux exorbités de ma grand-mère, ses mains qui serraient fort mon poignet, et moi qui criais : « Grand Ma, tu me fais mal ! » Elle avait dit dans un râle : « Cécé, Célia, mon enfant, pitit mwen, Cécé, je sens que mon coeur va exploser, je vais mourir. »


L’image de couverture est une photo de l’artiste Mallory Lowe Mpoka.

Présentation synthétique

Retranchées dans des cités qui tirent leur nom de la légende biblique – Puissance Divine, Bethléem – des gangs de bandits pillent, violent et assassinent, en toute impunité. Celia, adolescente, cherche à survivre, tantôt en se prostituant, tantôt en faisant la chronique des femmes de la cité sur les réseaux sociaux, où elle devient influenceuse. Les villages de Dieu dit l’effondrement et la banalité du mal dans cette ville de Port-au-Prince livrée à ses démons.

Présentation détaillée de l'auteur

Née à Port-au-Prince, Emmelie Prophète est poète, romancière et journaliste. Elle a publié chez Mémoire d’encrier Le testament des solitudes, qui lui a valu le Grand Prix littéraire de l’Association des écrivains de langue française (ADELF) 2009, Le reste du temps (2010), qui raconte sa relation particulière avec le journaliste Jean Dominique, assassiné en 2000, Impasse Dignité (2012), Le bout du monde est une fenêtre (2015) et Un ailleurs à soi (2018). L'essentiel de son oeuvre est publié chez Mémoire d'encrier. Emmelie Prophète construit au fil des livres une oeuvre tout en nuances et complexité, qui fait la part belle aux démunis du pays d'Haïti. Héritière de Marie Vieux Chauvet, elle raconte la vie des femmes, la dureté de leur quotidien et leur rêve d'exister.

Présentation synthétique de l'auteur

Née à Port-au-Prince, Emmelie Prophète est romancière, poète, et journaliste. L'essentiel de son oeuvre est publié chez Mémoire d’encrier. Elle vit à Port-au-Prince.

Phrase d'accroche

Un roman extrême qui dit avec vérité et dignité le quotidien des résidents des bidonvilles de Port-au-Prince.

Points clés

Un roman sur la puissance des gangs à Port-au-Prince.

Portrait de Célia, jeune influenceuse, rebelle et lucide.

Radiographie d'un État voyou.

Témoignage de femmes des bidonvilles.

Fragilité, misère et corruptions.

Survivre dans les quartiers populaires ?

Collection éditeur

ROMAN (003)

Prix TTC

19,00 €

Prix HT

18,01 €

Tva

5,5 %

Commentaire

Dehors, le vacarme habituel. Mon corps comptait des traversées imaginaires.

Informations sur les hauteurs de vente

Publiés aux éditions Mémoire d'encrier : "Un ailleurs à soi" (2018) : 1500 exemplaires. "Le bout du monde est une fenêtre" (2015) - Finaliste, Prix des cinq continents de la Francophonie - Finaliste, Prix Carbet des Lycéens : 2000 exemplaires. "Impasse dignité" (2012) : 2100 exemplaires. "Le reste du temps" (2010) : 1900 exemplaires. "Le testament des solitudes", Grand Prix littéraire de l’Association des écrivains de langue française (ADELF) 2009 (encours de traduction en anglais) : 2700 exemplaires.

Presse

https://ici.radio-canada.ca/premiere/emissions/desautels-le-dimanche/segments/entrevue/213969/livre-les-villages-de-dieu-emmelie-prophete?fbclid=IwAR3O0Wk5JZ99RAhnOOl8-rN-cIgb25gkAo7xbkF6DMSI4bBui2p7ib2Scko

Vidéo réalisée par Mémoire d'encrier, lecture d'extraits par Emmelie Prophète :
https://youtu.be/tkxla6W8rLE

Noires Amériques : conversation littéraire avec Rodney Saint-Eloi : https://youtu.be/a3YuK2ISaTU

https://lenouvelliste.com/article/224638/les-villages-de-dieu-demmelie-prophete-une-realite-sans-fard

4ème de couverture

Cécé. Célia. Je suis une fille avec une histoire très ordinaire. Ma mère fut ma grand-mère. De famille, je n'ai eu qu'elle.

Retranchées dans des cités qui tirent leur nom de la légende biblique – Puissance Divine, Bethléem – des gangs de bandits pillent, violent et assassinent, en toute impunité. Celia, adolescente, cherche à survivre, tantôt en se prostituant, tantôt en faisant la chronique des femmes de la cité sur les réseaux sociaux, où elle devient influenceuse. Les villages de Dieu dit l’effondrement et la banalité du mal dans cette ville de Port-au-Prince livrée à ses démons.

« Il y a quelque chose d’extraordinaire dans ce roman. Les femmes sont remarquables. C’est par elles que passe la lumière. » - Michel Désautels, Radio-Canada
« D’une puissance romanesque époustouflante, portée par des personnages divers issus du quotidien, ce livre fait un tatouage dans notre mémoire. » - Ricot Marc Sony, Le Nouvelliste

Née à Port-au-Prince, Emmelie Prophète est romancière, poète, et journaliste. Son oeuvre est publiée aux éditions Mémoire d’encrier.