l'autre LIVRE

Parutions récentes et à venir

Le K ne se prononce pas

Le K ne se prononce pas

de Souvankham THAMMAVONGSA

Roman (MÉMOIRE D'ENCRIER) | Paru le 02/09/2021 | 15,00 €

Prix Giller 2020

"L’un des 100 meilleurs titres de 2020" – Time Magazine
"Un livre incontournable" – New York Times

Une fillette à l’école prononce obstinément le k muet du mot knife. Un ancien boxeur se convertit en pédicure. Une femme rêve de téléromans en plumant des poulets. Un père emballe des meubles destinés à des maisons qu’il n’habitera jamais.
Le K ne se prononce pas accueille les utopies, échecs, amours et petits actes de résistance des errants et
réfugiés, qui tentent de trouver leurs repères, loin de chez eux ; ces ouvriers essentiels fouillent le bas-ventre du monde. On y croise des enfants bienveillants, des hommes blessés et des femmes fébriles. Ils désirent vivre. Et dans ces récits, ils vivent brillamment. Férocement.

"Ce livre est écrit avec tellement de franchise, vous auriez juré que chaque mot est vrai." - Sharon Bala

Née en 1978 dans un camp de réfugiés laotien en Thaïlande, Souvankham Thammavongsa est poète et romancière. Elle est l’une des voix les plus puissantes de sa génération. Elle vit à Toronto.

Couvre-Feux

Couvre-Feux

de Clarisse NICOÏDSKI

Leçons de vie judéo-espagnoles (LIOR ÉDITIONS) | Paru le 01/09/2021 | 20,00 €

Lyon, 1943. Judith a quatre ans. Ses parents sont tailleurs, yougoslaves. Et juifs. Il faut donc se cacher, fuir sans cesse, parler à voix basse, jouer au catholicisme, se méfier de chacun, trembler au moindre bruit, louvoyer entre les rafles.
Judith est heureuse.
Sur fond d’apocalypse, voici une suite d’aventures cocasses dans ce Lyon devenu soudain un immense terrain de jeu. Voici un grand roman tantôt baroque, joyeux, et tantôt tissé de mort. Voici la douleur multiple d’une époque. Voici le portrait bouleversant d’une enfance qui fait, dans la terreur et malgré tout, son chemin.

Les lumières de Sarajevo

Les lumières de Sarajevo

de Moïse ABINUN

Leçons de vie judéo-espagnoles (LIOR ÉDITIONS) | Paru le 01/09/2021 | 20,00 €

C’est tout un monde disparu que Moïse Abinun fait revivre pour nous : Sarajevo, ville frontière entre les deux empires ottoman et austro-hongrois et où les Juifs chassés d’Espagne ont trouvé un havre de paix. C’est dans cette communauté sépharade que l’auteur a vu le jour, le 14 mai 1912, dans une famille traditionnelle et très unie. Son père Samuel et sa mère Clara avaient fait un mariage d’amour ce qui n’était pas courant à l’époque ; mais ils étaient aussi cousins ce qui l’était plus et facilitait les choses. Ce qui frappe dans cette famille c’est l’aptitude au bonheur, à la fête et au partage malgré les difficultés matérielles et l’actualité menaçante. La Première Guerre mondiale éclate précisément à Sarajevo et la famille est aux premières loges. Samuel, emporté dans le tourbillon de la guerre fait le vœu, s’il s’en sort, de devenir rabbin. Grièvement blessé, il tiendra parole, et le jeune Moïse grandira de ville en ville, au fil des affectations de son père. Ces déménagements successifs nourriront peut-être une vocation précoce pour le voyage. À moins qu’il ne reprenne à son compte le rêve d’une mère qui n’avait jamais vu Vienne et le Danube. Doué pour les études, il les quitte néanmoins pour se faire tailleur et partir ainsi plus vite et plus loin. Ce sera Barcelone où il renoue en 1936 avec la terre de ses ancêtres. Chez son oncle Isaac, il rencontre sa fiancée, Mathilde. Encore une cousine, encore une histoire d’amour, mais comment rester romantique quand on se marie au sein d’une même famille ? Moïse résout brillamment l’énigme sentimentale. La guerre d’Espagne incite le jeune couple à partir, cette fois à Lyon, où ils échapperont de peu à la déportation durant la Seconde Guerre mondiale. Mais ceci est une autre histoire brillamment contée par leur fille, l’écrivaine Clarisse Nicoïdski dans son roman Couvre-Feux.

Marabout de Roche

Marabout de Roche

de Karine MIERMONT

Littérature (ATELIER CONTEMPORAIN (L')) | Paru le 20/08/2021 | 20,00 €

Pendant presque vingt ans, Karine Miermont a pour voisin de palier un homme connu que, somme toute, elle connaît peu : Denis Roche.
À sa mort, le besoin prend Karine Miermont de reconstituer – de souvenirs en photographies, de bribes de conversations en lectures, de marabout en bout de ficelle – l’image de celui dont la disparition révèle soudain toute l’importance.
C’est donc ici une sorte de « tombeau de Roche » qu’érige avec délicatesse Karine Miermont : hommage qui tient autant du témoignage que de l’essai d’exégèse, reconstitution « de fil en aiguille » d’une personnalité plutôt côtoyée que connue, portrait en mosaïque de celui qui eut lui-même à cœur, dans ses photographies et ses Essais de littérature arrêtée, de fixer les traces de son passage dans le temps.
C’est dans cette distance à son sujet, dans ce mixte de retenue et d’intimité que l’ouvrage acquiert sa dimension propre : celle d’un récit. À travers l’évocation de ses rencontres avec Roche, c’est l’histoire de sa propre accession à l’écriture que retrace l’auteure, aiguillonnée par ce modèle lointain avec lequel ses affinités profondes se révèlent au fil de l’enquête. Et dans ce dialogue rabouté et sans cesse repris avec l’ami et soutien disparu, Karine Miermont donne la pleine mesure d’une figure d’homme et d’artiste.

Fresque et Mosaïque

Fresque et Mosaïque

de Xavier BAZOT

Littérature (ATELIER CONTEMPORAIN (L')) | Paru le 20/08/2021 | 15,00 €

Recueillis sur une durée très longue, les instantanés qui composent ce livre restituent à intervalles variables, et sans respect de la chronologie, la vie de famille de l’auteur, de sa compagne Mina et de leurs filles Lamiel et Armance, dans un appartement d’un vieil immeuble parisien quasi abandonné. La venue au monde de l’aînée donne le point de départ, un déménagement forcé amène la fin. Entre ces deux pôles, Xavier Bazot aura eu le temps d’enregistrer les curiosités du devenir de ses filles, d’écorner quelques normes du fonctionnement familial, conjugal, amical et social, et d’épingler les paradoxes et les inconstances de certains « caractères », à commencer par le sien propre.

Les villages de Dieu

Les villages de Dieu

de Emmelie PROPHÈTE

Roman (MÉMOIRE D'ENCRIER) | Paru le 19/08/2021 | 19,00 €

Ajouter la déclinaison numérique

Export

Validé le 2 avril 2021.

Dernière modification par mesteve le 12 avril 2021.

Créé par mde le 8 décembre 2020.

Saisie bloquée le 2 mars 2021

Informations essentielles

Titre

Les villages de Dieu

Code-barres

9782897127282 (EAN 13)

978-2-89712-728-2 (ISBN)

Auteur

Emmelie PROPHETE

Référence

89712.7282 (harmonia mundi)

Éditeur

MDE (MEMOIRE D'ENCRIER)

Paru le

19 août 2021

Mise en vente le

19 août 2021 (harmonia mundi - livre)

19 août 2021 (éditeur)

Disponibilité

A Paraitre

vignette

Visuel Provisoire

 

LD Basse définition

4ème de couverture HD

Informations générales

 

Langue(s) de l'ouvrage

Français

Pays de fabrication

FRANCE

Genre (CLIL 1)

Littérature

> Fiction

 

Genre (CLIL 2)

LITTÉRATURE GENERALE (3435 )

> Romans (3442 )

> Romans francophones (3443 )

Support

Livre (LIV)

Sous support

Broché

Largeur

215 mm

Longueur

140 mm

Épaisseur

14 mm

Nombre de pages

212

Durée du CD / du DVD

00:00:00

Présentation détaillée

Retranchées dans des cités qui tirent leur nom de la légende biblique – Puissance Divine, Bethléem – des gangs de bandits pillent, violent et assassinent, en toute impunité. Celia, adolescente, cherche à survivre, tantôt en se prostituant, tantôt en faisant la chronique des femmes de la cité sur les réseaux sociaux, où elle devient influenceuse. Les villages de Dieu dit l’effondrement et la banalité du mal dans cette ville de Port-au-Prince livrée à ses démons.

Extrait :
Je n’avais pas peur. J’étais habituée au bruit des armes. J’ai grandi dans cette cité où jamais il n’y avait eu de trêves, où la mort circulait à midi comme à minuit. Grand Ma était morte il y a neuf mois, de peur. C’était un soir particulièrement difficile d’un dimanche qui avait calmement commencé, jusqu’à ce que la rumeur circule que des gars du gang de Makenson avaient sifflé sur le passage de la copine d’un des membres influents de celui de Freddy alors qu’elle revenait de l’église. Les deux gangs qui faisaient la loi dans la Cité n’étaient jamais à court de provocations mutuelles, mais il n’y avait jamais eu, jusqu’à ce dimanche soir, d’affrontement direct. Je me rappellerai toujours les yeux exorbités de ma grand-mère, ses mains qui serraient fort mon poignet, et moi qui criais : « Grand Ma, tu me fais mal ! » Elle avait dit dans un râle : « Cécé, Célia, mon enfant, pitit mwen, Cécé, je sens que mon coeur va exploser, je vais mourir. »


L’image de couverture est une photo de l’artiste Mallory Lowe Mpoka.

Présentation synthétique

Retranchées dans des cités qui tirent leur nom de la légende biblique – Puissance Divine, Bethléem – des gangs de bandits pillent, violent et assassinent, en toute impunité. Celia, adolescente, cherche à survivre, tantôt en se prostituant, tantôt en faisant la chronique des femmes de la cité sur les réseaux sociaux, où elle devient influenceuse. Les villages de Dieu dit l’effondrement et la banalité du mal dans cette ville de Port-au-Prince livrée à ses démons.

Présentation détaillée de l'auteur

Née à Port-au-Prince, Emmelie Prophète est poète, romancière et journaliste. Elle a publié chez Mémoire d’encrier Le testament des solitudes, qui lui a valu le Grand Prix littéraire de l’Association des écrivains de langue française (ADELF) 2009, Le reste du temps (2010), qui raconte sa relation particulière avec le journaliste Jean Dominique, assassiné en 2000, Impasse Dignité (2012), Le bout du monde est une fenêtre (2015) et Un ailleurs à soi (2018). L'essentiel de son oeuvre est publié chez Mémoire d'encrier. Emmelie Prophète construit au fil des livres une oeuvre tout en nuances et complexité, qui fait la part belle aux démunis du pays d'Haïti. Héritière de Marie Vieux Chauvet, elle raconte la vie des femmes, la dureté de leur quotidien et leur rêve d'exister.

Présentation synthétique de l'auteur

Née à Port-au-Prince, Emmelie Prophète est romancière, poète, et journaliste. L'essentiel de son oeuvre est publié chez Mémoire d’encrier. Elle vit à Port-au-Prince.

Phrase d'accroche

Un roman extrême qui dit avec vérité et dignité le quotidien des résidents des bidonvilles de Port-au-Prince.

Points clés

Un roman sur la puissance des gangs à Port-au-Prince.

Portrait de Célia, jeune influenceuse, rebelle et lucide.

Radiographie d'un État voyou.

Témoignage de femmes des bidonvilles.

Fragilité, misère et corruptions.

Survivre dans les quartiers populaires ?

Collection éditeur

ROMAN (003)

Prix TTC

19,00 €

Prix HT

18,01 €

Tva

5,5 %

Commentaire

Dehors, le vacarme habituel. Mon corps comptait des traversées imaginaires.

Informations sur les hauteurs de vente

Publiés aux éditions Mémoire d'encrier : "Un ailleurs à soi" (2018) : 1500 exemplaires. "Le bout du monde est une fenêtre" (2015) - Finaliste, Prix des cinq continents de la Francophonie - Finaliste, Prix Carbet des Lycéens : 2000 exemplaires. "Impasse dignité" (2012) : 2100 exemplaires. "Le reste du temps" (2010) : 1900 exemplaires. "Le testament des solitudes", Grand Prix littéraire de l’Association des écrivains de langue française (ADELF) 2009 (encours de traduction en anglais) : 2700 exemplaires.

Presse

https://ici.radio-canada.ca/premiere/emissions/desautels-le-dimanche/segments/entrevue/213969/livre-les-villages-de-dieu-emmelie-prophete?fbclid=IwAR3O0Wk5JZ99RAhnOOl8-rN-cIgb25gkAo7xbkF6DMSI4bBui2p7ib2Scko

Vidéo réalisée par Mémoire d'encrier, lecture d'extraits par Emmelie Prophète :
https://youtu.be/tkxla6W8rLE

Noires Amériques : conversation littéraire avec Rodney Saint-Eloi : https://youtu.be/a3YuK2ISaTU

https://lenouvelliste.com/article/224638/les-villages-de-dieu-demmelie-prophete-une-realite-sans-fard

4ème de couverture

Cécé. Célia. Je suis une fille avec une histoire très ordinaire. Ma mère fut ma grand-mère. De famille, je n'ai eu qu'elle.

Retranchées dans des cités qui tirent leur nom de la légende biblique – Puissance Divine, Bethléem – des gangs de bandits pillent, violent et assassinent, en toute impunité. Celia, adolescente, cherche à survivre, tantôt en se prostituant, tantôt en faisant la chronique des femmes de la cité sur les réseaux sociaux, où elle devient influenceuse. Les villages de Dieu dit l’effondrement et la banalité du mal dans cette ville de Port-au-Prince livrée à ses démons.

« Il y a quelque chose d’extraordinaire dans ce roman. Les femmes sont remarquables. C’est par elles que passe la lumière. » - Michel Désautels, Radio-Canada
« D’une puissance romanesque époustouflante, portée par des personnages divers issus du quotidien, ce livre fait un tatouage dans notre mémoire. » - Ricot Marc Sony, Le Nouvelliste

Née à Port-au-Prince, Emmelie Prophète est romancière, poète, et journaliste. Son oeuvre est publiée aux éditions Mémoire d’encrier.

Les couleurs et les sons

Les couleurs et les sons

de Isabelle TAILLANDIER

Littérature française (EDITIONS DE LA REINE BLANCHE) | Paru le 02/08/2021 | 14,00 €

Comme dans son précédent recueil, l'auteure nous fait voyager dans le temps et dans l'espace et nous emmène entre autres en Espagne et en Allemagne. Ce recueil se révèle toutefois plus intimiste tout en rejoignant l'universel avec l'exploration de souffrances comme celles liées au deuil et à la séparation amoureuse, mais aussi avec l'évocation de joies, d'espoirs, de tout ce qui peut redonner vie. L'amour, décliné sur plusieurs modes, de plus exclusif au plus fugace, joue également un rôle moteur. Tout en respectant les critères de brièveté et de concentration qui définissent le genre de la nouvelle, l'auteure propose un travail sur les formes narratives : l'élégie, la mise en abyme, l'ekphrasis et la prose poétique, par exemple. L'unité du recueil - et son originalité - est assurée par un jeu de variations sur la peinture, la phtographie et la musique. 

Chiens de lune

Chiens de lune

de Marc GRATAS

Recueil de poésie (ENVOLÉMOI ÉDITIONS) | Paru le 26/07/2021 | 12,00 €

Marc Gratas écrit comme il est, avec discrétion et élégance, avec la permanence d’esprit du temps et du sensible. Chacun de ses poèmes est à la fois une fin et son éclosion, le verbe et son silence, un regard et son émotion révélée, un élan et le fruit achevé d’une méditation.

Avec lui, les mots prennent corps dans l’humilité et la précision du langage, pour «ne pas obvier à ce qui advient».

Ici, entre les vers, des interrogations essentielles affleurent, dévoilées par la quiétude de l’effacement, la lumière des objets, le vertige du quotidien.

Là, le clair-obscur, le seuil de la nuit et les Chiens de lune appellent notre conscience de l’aube, et cristallisent l’instant fragile qui nous habite.

En réalité, Marc Gratas va au-delà du geste d’écriture poétique, il vit les mots et voyage sur le papier à la recherche de ce qui fait sens en nous, parfois même jusqu’au toucher de l’âme.

V. Gabralga

 

"On reconnaît le poète à la rareté de sa parole. Non seulement il n’est pas bavard, mais ce qu’il écrit est clairsemé. On est dans l’inouï. Marc Gratas est cet individu devenu introuvable, un poète." Amélie Nothomb

Prendre le temps de vitesse

Prendre le temps de vitesse

de Bernard MONINOT

Écrits d'artistes (ATELIER CONTEMPORAIN (L')) | Paru le 02/07/2021 | 25,00 €

Ce volume réunit un ensemble d’entretiens et de textes écrits par Bernard Moninot depuis sa première exposition en 1971, à l’âge de 21 ans, jusqu’à aujourd’hui.
Cette œuvre est celle d’un inventeur de formes à la fois savantes et oniriques. Sa parenté avec l’univers des sciences et des techniques exprime la complicité qui peut lier l’art à la science, quand celui-ci est animé par un sens constant d’une recherche spéculative qui se confond avec la traque, non du visible lui-même, mais des forces physiques invisibles qui le forment.

À travers l'autre monde

À travers l'autre monde

de T. EYSSE

Z4Editions (Z4 EDITIONS) | Paru le 01/07/2021 | 16,00 €

Au royaume d’Eronia, le jeune Anar sauve la vie de la princesse Léonia, la fille du Roi Thérod. Se noue entre les deux jeunes un lien intense et véritable. Lorsque la Reine Isabelle, la seconde épouse du roi, découvre leur union, elle oblige le jeune homme à trouver une dague au pouvoir occulte qui lui permettrait de régner sur toutes les terres. Accompagné d’Harold et de son équipage, Anar se dirige aux « Langes de la Mort », l’île où est cachée la dague de la connaissance. Anar et ses compagnons devront se mesurer à son protecteur, le démon Baras.

Roman choral, À travers l’autre monde constitue une odyssée moderne. En filigrane, la géopolitique mais aussi des sujets de société, tels que l’insertion, la convoitise ou l’abnégation.

VARKA

VARKA

de Dafné KRITHARAS

Disques (LIOR ÉDITIONS) | Paru le 25/06/2021 | 15,00 €

Née en 1992 à Paris d'un père grec et d'une mère française, Dafné Kritharas puise son inspiration dans un répertoire né de la convergence des cultures ayant cohabité pendant quatre siècles sous l'Empire ottoman : chants grecs, sépharades, bosniaques, arméniens, turcs...

Son deuxième album Varka, réunit des musiciens de divers horizons et donne un nouveau souffle à ces chants oubliés.

Ma vie rurale

Ma vie rurale

de Cécile IORDANOFF

MAIN DE FEMME (EDITIONS PAROLE - GROUPE ALTERMONDO) | Paru le 25/06/2021 | 13,00 €

Sans trop savoir pourquoi, si ce n’est prendre la vague du retour à la nature, une Parisienne quitte sa vie de citadine pour s’installer à la campagne. Elle est réalisatrice de films, rêve d’une ferme idéale, rencontre un éleveur de veaux et s’installe dans sa maison. Elle passe son permis de chasse, s’enchante et se désenchante mais s’intègre et ne repartira plus. C’est drôle, léger et pétillant. Cécile Iordanoff propose dans ce livre un regard réaliste et tendre sur la confrontation entre deux mondes. 

À fleur de pierre

À fleur de pierre

de Mireille BARBIERI

MAIN DE FEMME (EDITIONS PAROLE - GROUPE ALTERMONDO) | Paru le 25/06/2021 | 13,00 €

« Je cherche la clé sous la pierre, à gauche de la chapelle. Les grosses pierres près des maisons servent toujours à cacher une clé. » En ouvrant la porte de cette chapelle pas comme les autres, Anna ne sait pas encore que rien ne sera plus comme avant... Un village du pays d’oc veillé par ses vieux, un maître verrier taiseux, une jeune femme viscéralement attachée à ces lieux, et la lumière, en toute majesté, qui transfigure ce modeste univers. Les routes de Firmin, Victor, Georges, Anna, Éric se sont croisées ; hier, aujourd’hui, rien ne les destinait à se rencontrer, et pourtant, ils vont un temps faire vie ensemble à Saint-Sauveur-les-Bois. La langue de Mireille Barbieri est vivante, vibrante, d’une simplicité qui amène, peu à peu, ses personnages attachants vers l’universel.

C'était en février

C'était en février

de Mireille BARBIERI

MAIN DE FEMME (EDITIONS PAROLE - GROUPE ALTERMONDO) | Paru le 25/06/2021 | 13,00 €

Un jeune homme cherche sa voie, choisit la marche et le dessin en guise d’exutoire. Sa route bute sur un village. Une vieille femme étrange, un peu baronne, très solitaire, regarde inlassablement les oiseaux de son jardin. Une aubergiste énergique et chaleureuse s’emploie à faire vie de tout.

Des liens forts vont se nouer et quelque chose se dénouer dans ce village du fin fond de la France des années 70, qui étouffe ses secrets et se meurt inéluctablement.

Orlan et Byggvir Tome 2

Orlan et Byggvir Tome 2

de François CURCHOD

Jeunesse (5 SENS) | Paru le 24/06/2021 | 21,20 €

Désormais orphelins de leur mentor et débarrassés provisoirement de Baldur, Orlan et Byggvir poursuivent leur voyage qui doit leur permettre de rejoindre l’Orghovie. De la forêt de Landead à la montagne du pouvoir en passant par Forgom, un long chemin les mènera à travers l’empire pour retrouver leur liberté. Un parcours semé d’embuches les attendra tout au long de leur aventure où ils devront trouver en eux des ressources insoupçonnées pour affronter les épreuves qui se dresseront sur leur route. À la recherche de la vérité sur leur passé, Orlan et Byggvir rencontreront tout au long de leur périple, de nouveaux amis qui les aideront dans leur quête les menant à la mythique montagne du pouvoir. Réussiront-ils à survivre à la terrifiante brume qui domine son sommet depuis la nuit des temps, empêchant quiconque de la traverser ?

François Curchod

François Curchod, écrivain suisse né en 1987, se découvre vers l’âge de 12 ans une passion pour les livres fantastiques tels qu’Harry Potter, le monde de Narnia ou le seigneur des anneaux. Ce n’est que vers l’âge de 20 ans qu’il commence à inventer des histoires dans sa tête. Puis à 28 ans, il décide de les écrire pour les partager.

Topographie

Topographie

de Benoit COLBOC

singuliers pluriel (ISABELLE SAUVAGE) | Paru le 24/06/2021 | 15,00 €

Il y a une famille, ordinaire : inscrite dans son époque, avec ses habitudes, ses qu’en-dira-t-on, son entre-soi ennuyeux. Chacun à sa place. La figure centrale est le père, et pourtant si peu là ; chacun s’appréhende en fonction de lui, sauf le « dernier » (le narrateur), décalé, hostile.

Le suicide du père vient ébranler la distribution des charges et démentir les certitudes. Le « on ne dit rien à personne » s’entrouvre : refoulés pendant des années, les souvenirs de l’« enfantprêté » refont surface. Les flous qui perduraient, déplacés sur le père et faisant de lui « un monstre », s’élucident.

C’est avec une écriture boitillante, un récit désarticulé aux conjugaisons mélangées que l’auteur sature la fracture, puis la « concorde » possible entre père et fils, mais du côté d’une balafre commune : « je / tu / fondus. / Nos démolis » — dans l’ambivalence de la honte et de la culpabilité partagées.

Tremble

Tremble

de Benoit COLBOC

Pas de côté (ISABELLE SAUVAGE) | Paru le 24/06/2021 | 5,00 €

Dans ce texte très court, Tremble est un personnage, un sujet à part entière. Petite forme ramassée pour aller au cœur, celle-ci semble s’articuler autour d’une colonne centrale de deux séquences, justifiées en regard, où se dit le père disparu, et « rester le fils », et le « tremblement essentiel », « part silencieuse à nos peaux ».

Tout en pudeur, on lit « les peurs de tout de moi des autres […] de déjà plus l’enfant », un « enfant déshabillé » « qui leurre et qui pleure », ce « Tremble qui bat la mesure de / la présence qui détraque », qui doit faire avec l’« exercice » (l’expérience) « des langues tremblées comme la parole ». On y croise aussi Alcool, dont Tremble « ne parvient pas / à [s’]échapper », compagnon des « mains impatientes » « dans la recherche des mots tremblés cousus au passé ». C’est que désormais Tremble est ce mouvement indissociable et complice, ce pas de côté imprégné qui « bat les peurs » comme on bat les cartes, « comme on s’écrit ».

Comme on s’écrit… « à la vitesse d’un tremblement » : c’est bien une écriture tremblée qui fait ce texte, et trouée de mots trop lourds à porter, qui frappe d’autant plus qu’elle est fragile et forte tout à la fois, dans la nécessité à dire ces paroles, les saccages et les silences.

Kryptadia

Kryptadia

de Anne MALAPRADE

Présent (im)parfait (ISABELLE SAUVAGE) | Paru le 24/06/2021 | 16,00 €

« La femelle chorégraphie ses peurs étoiles. Perdre ces amies femmes qui donnent ce à quoi la mère n’a pas consenti. Si les aînées, aussi, se détournaient. Désastre. Aucun balcon ne retient le saut. Chute et flash. La femme sans ombre tait les cris. Le ventre persiste à faire durer l’accroc au-delà du choc. »

Incantation pour nous toutes

Incantation pour nous toutes

de Anna MILANI

Présent (im)parfait (ISABELLE SAUVAGE) | Paru le 24/06/2021 | 9,00 €

« Des tâches ménagères on a fait un feu. Brûlant les ustensiles et les normes qui répliquaient les rôles. Les casseroles maintenant nous servent pour battre le temps et des carafes nous versons de l’air dans l’air pour enivrer l’espace. Les tâches qui nous incombent à présent ont à faire avec les mots. »

Les cavaliers de Repentance

Les cavaliers de Repentance

de Jean DAROT

REGARDS (EDITIONS PAROLE - GROUPE ALTERMONDO) | Paru le 21/06/2021 | 13,00 €

Un jeune garçon vient d’avoir 7 ans lorsque son père, le berger du village, est assassiné sous ses yeux par un noble nostalgique du Second Empire. Nous sommes en 1886 en Provence. L’homme qui est en lui se met debout pour venger son père et défendre les valeurs qu’il lui a transmises, la justice sociale et la liberté qui s’incarnent alors dans la République. Boulanger à Marseille, marin en mer du Nord, il rencontre un héros de l’indépendance irlandaise qui devient son mentor et l’entraîne, un temps, dans ses guerres.
Jean Darot est un voyageur, un grand voyageur. Il parcourt le monde de sa plume et nous entraîne là où les hommes se sont illustrés par leur courage et leur humanité.
Après L’amer du thé qui lui a valu d’être lauréat 2020 du Festival du premier roman de Chambéry, Jean Darot nous offre ici un roman où la poésie et la beauté de la langue donnent toutes leurs forces au récit pour en faire un livre qu’on est heureux d’avoir eu entre les mains.

« Grâce à son corps sans vie, grâce aux chiens qui attendaient de moi que je sois leur maître, grâce aux bêtes dont j’entendais le piétinement s’éloigner, grâce aux étoiles qui me faisaient signe au-dessus de moi, l’homme qui était en moi s’est levé pour prendre la place laissée vide par le père. »

L'homme qui vient

L'homme qui vient

de Félix CHABAUD

REGARDS (EDITIONS PAROLE - GROUPE ALTERMONDO) | Paru le 21/06/2021 | 17,00 €

Après le chemin d’Azza, Majid poursuit sa marche…

L’homme qui vient a, comme bagage, la mémoire de son pays d’enfance, l’horizon où son père a disparu et le rêve de trouver une terre où il sera libre d’être et d’aimer au-delà des dogmes, des pouvoirs et des frontières.La rencontre avec la belle Diya, rebelle et combattante, sera décisive. Il repartira sur les chemins. Rencontres épiques, amours et drames jalonneront son parcours jusqu’au pays où il trouvera une réponse à sa quête.

L’écriture de Félix Chabaud porte la musique et les couleurs des paysages traversés. Orient et Occident s’entrecroisent, se culbutent, s’harmonisent et dessinent des reflets du monde, des pas vers l’Autre, l’étranger. 

« Déjà, des antennes-relais, des pylônes électriques, des routes quadrillent les vallées.
Le monde moderne déroule lentement son tapis d’argent sur la terre des Hommes Libres. »

D’un fils d’alligator et d’une fille d’esclave

D’un fils d’alligator et d’une fille d’esclave

de Jean-François ROUZIÈRES

Blanche (ET LE BRUIT DE SES TALONS) | Paru le 17/06/2021 | 17,00 €

Un château, une campagne désertée, une île de l’atlantique. Des adultes absents ou violents. Deux enfants à l’orée de l’adolescence. Tom admire son père, riche, puissant, brutal. Sa rencontre avec Adèle, jeune fille farouche et tenace, changera sa vie. Des années plus tard, il se souvient et révèle ce qui aurait dû rester secret. C’est le prix à payer pour retrouver son paradis…
Aux jeux de la sauvagerie, les gagnants ne sont pas forcément ceux qu’on croit.
D’un fils d’alligator et d’une fille d’esclave est le roman d’enfants pas sages.

L'Art à bras-le-corps

L'Art à bras-le-corps

de David SYLVESTER

Essais sur l'art (ATELIER CONTEMPORAIN (L')) | Paru le 11/06/2021 | 30,00 €

Outre l’exceptionnelle acuité de ses analyses des œuvres des artistes qui ont marqué la scène artistique londonienne depuis la seconde guerre mondiale, David Sylvester est l’un des premiers en Europe, à avoir saisi l’importance et la portée du renouvellement artistique opéré outre-Atlantique par les représentants de l’expressionnisme abstrait et leurs descendants. Ce regard tourné vers l’Amérique ne l’a pas empêché de porter, tout au long de sa vie, une attention très vive aux artistes du vieux continent, attention nourrie d’une part d’une profonde connaissance des pionniers du modernisme et, d’autre part, d’un lien privilégié à Paris où il n’a cessé de revenir depuis la fin des années 1940. En dépit de cette proximité et de son attachement à la France, son œuvre prolifique et très largement commentée dans les milieux académiques anglosaxons n’est que peu, et très partiellement, connue du lectorat francophone. Cet ouvrage vise à combler cette lacune en proposant un corpus de textes critiques et d’entretiens d’artistes qui offre un aperçu rétrospectif de la façon dont Sylvester a regardé, pensé et écrit sur l’art du XXe siècle.

L'Envers de la médaille. Mondrian, Dubuffet, les pouvoirs publics et l’opinion

L'Envers de la médaille. Mondrian, Dubuffet, les pouvoirs publics et l’opinion

de Germain VIATTE

Essais sur l'art (ATELIER CONTEMPORAIN (L')) | Paru le 11/06/2021 | 25,00 €

Peut-on l’oublier ? La vie d’artiste est un combat. Contre soi-même, contre les conventions et le goût, contre les pouvoirs économiques et parfois politiques, mais surtout contre la suffisance des parvenus, l’indifférence et l’aveuglement.
En voici deux exemples auxquels Germain Viatte s’est attaché. Rien ne semble réunir Mondrian et Dubuffet — cependant, pour tous deux, il leur a fallu atteindre la quarantaine pour révéler leur personnalité artistique, radicale et singulière, et en affirmer le développement et l’importance, malgré les difficultés, les rejets, et grâce à la clairvoyance de certains, peu nombreux, artistes, écrivains, marchands, complices et ou amateurs, et finalement des pouvoirs public eux-mêmes, qui permirent à leur œuvre de s’imposer.
En suivant très précisément la chronologie des données documentaires, Germain Viatte, sans craindre de révéler des moments pénibles ou scabreux, illustre dans cet essai un aspect méconnu ou masqué de la vie artistique en France, depuis les débuts du XXe siècle.

Les hommes en moins

Les hommes en moins

de Pascal TÉDES

Théâtre (TÊTE À L'ENVERS (LA)) | Paru le 11/06/2021 | 16,00 €

Rwanda. 7 Avril-17 juillet 1994. Trois mois de génocide des Tutsis. Plus tard, la justice rwandaise instituera des commissions de justice et de réconciliation à la suite desquelles les meurtiers reviendront au village...
C’est à ce moment que se situe la pièce de Pascal Tédes. « Les hommes en moins » traite de cette insupportable situation où les autorités appellent au pardon et où bourreaux et victimes doivent faire front commun à la reconstruction d’une nation…
Au cœur de la question, une figure magnifique de femme, restée debout malgré les atrocités : « La peur c’est ce qu’on offre au vainqueur pour le remercier d’être encore vivant », lance-t-elle à la fin de la pièce.