l'autre LIVRE

Biographies / études

Léon Gavet, je vous écris des Samoa

Léon Gavet, je vous écris des Samoa

de Mireille DODART-DE L'HERMUZIÈRE

Parcours, récits de vie (EDITIONS DU VOLCAN (LES)) | Paru le 09/02/2021 | 28,90 €

Après une jeunesse ardéchoise, des études secondaires brillantes, Léon Gavet entre au petit séminaire de Viviers puis chez les pères maristes. Son rêve se réalise lorsque son évêque lui confie une mission aux îles Samoa. Dès lors, il écrit régulièrement à sa famille, ses oncles, ses frères et sœurs.

Il y relate son voyage de 16 500 km dans des conditions plus que précaires, puis, outre son travail apostolique auprès des populations indigènes, les menus faits de son quotidien, les événements majeurs en France et dans le monde, les luttes pour le pouvoir des grandes puissances : États-Unis, Angleterre, Allemagne, les guerres civiles des chefferies locales…

Il nous fait découvrir les coutumes des îles des mers du Sud, son implication dans les travaux pour la construction d'églises, de voiries, ses essais d’agriculture, ses liens avec ses collègues et ses disciples…

Les deux cents lettres personnelles publiées ici sont inédites ; toutes ont été retranscrites par son oncle puis par sa cousine, soit mille pages d’un itinéraire hors du commun. Elles couvrent une période de cinquante et une années passées dans les îles car Léon Gavet n'est jamais retourné en France. Elles retracent l'itinéraire d'un homme de foi, humaniste, entrepreneur, artiste photographe amateur, aventurier… Elles nous font découvrir son quotidien empreint d'anecdotes intimes et souvent humoristiques, mais aussi son intérêt pour l’actualité religieuse et géopolitique de cette deuxième moitié du XIXe siècle.

"Accussì i'è la vita" (portraits d'Accadia, Italie du Sud)

de Giovanni-Michel DEL FRANCO

Sciences Humaines (CHANT DES HOMMES (LE)) | Paru le 03/08/2020 | 22,00 €

Il y a vingt ans paraissait Accadia, vie et mort d’un village d’Italie du Sud, premier ouvrage publié au Chant des Hommes. Son auteur a continué ses recherches sur le village de son père, dont il présente ici une version enrichie, corrigée et actualisée. Véritable travail de réécriture, il l’accompagne de photos pour illustrer ce que fut, et ce qui est, la vie d’un bourg des contreforts apennins.

Il rend ainsi un vibrant hommage aux « gens du pays », à leur histoire, à leurs paysages, et à leurs coutumes. Au fil des chapitres se dévoilent différents portraits du paese, toujours agrémentés d’anecdotes personnelles ou de souvenirs des “anciens”, dont la Nonna, la grand-mère de l’auteur.

« Accussì i’è’ la vita » : « Ainsi va la vie », disait un de ses interlocuteurs. Et s’écoulaient les jours au sein des montagnes d’Italie du Sud.

Dernière lettre à Irène

Dernière lettre à Irène

de Daniel NAHON

CHEMINS FAISANT (EDITIONS PAROLE - GROUPE ALTERMONDO) | Paru le 25/07/2020 | 19,00 €

Quand Irène et Bernard se rencontrent, Jean Vilar est sur la scène du Palais des papes à Avignon, l’été est une fête, Irène a l’élégance et le mystère de ses ancêtres russes, Bernard, la passion et le lyrisme de ses racines méditerranéennes.

Bernard construira sa carrière de géologue, soutenu par la force discrète d’Irène. D’un continent à l’autre, il lui fera découvrir les jardins du Maroc assoupis sous le soleil, le langage des pierres, le désert mauritanien, les falaises de grès blanc au bord de l’Atlantique, la terre asséchée du Sénégal et la richesse des roches sous la terre rouge… Dans cette recherche incessante, Irène sera le regard tendre et les éclats de rire, la tempérance et les encouragements, le point d’ancrage qui l’arrimera jusqu’au bout. Deux destins se construiront ainsi côte à côte. Bernard gravira les échelons d’une grande carrière scientifique tandis qu’Irène renoncera par amour à la sienne pour mieux l’accompagner. 

C’est un voyage sensible dans les paysages de deux vies auquel nous convie Daniel Nahon. Traversés par l’histoire du monde, pareils au manteau fragile de l’argile, aux froncements de mécontentements ou de souffrances des terres, aux ravines ouvertes par les ruissellements mais aussi au mois des roses, au murmure d’une eau transparente, aux tonnelles odorantes, ils vivront sans se voir vieillir, portés par leur amour.

« Dernière lettre à Irène » est un magnifique hommage à la femme aimée. 

Congo-Brazzaville Un Système de Santé dystopique

Congo-Brazzaville Un Système de Santé dystopique

de Thierry-Paul IFOUNDZA

Z4Editions (Z4 EDITIONS) | Paru le 28/06/2020 | 14,00 €

Le système de Santé  du Congo-Brazzaville est plus qu’un « imparfait du présent », c’est une dystopie. (…) Et l’on s’étonne qu’au Congo, il y ait maintenant des patients qui souffrent des hépatites C, du HIV, sans que l’on sache comment ils ont attrapé ces pathologies.

Le livre du docteur Thierry-Paul Ifoundza sur le système de santé du Congo est tout simplement une invite à l’An 1 de l’offre de soins. Comment un pays     si riche en matières premières, peut-il vivre dans un désert médical aussi torride ? Qu’ont fait les autorités de tous les milliards alloués à la santé ?

Il est impérieux d’éradiquer les métastases de la corruption, de la voracité et de l’amateurisme, qui gangrènent le système.

Originaire du Congo-Brazzaville, Thierry-Paul Ifoundza vit en France depuis plusieurs décennies. Médecin-pneumologue, il est co-auteur de travaux scientifiques sur les maladies respiratoires, publiées dans des revues françaises et internationales. Congo-Brazzaville / Un système de santé dystopique, est son premier livre.

Congo-Brazzaville Un Système de Santé dystopique

Congo-Brazzaville Un Système de Santé dystopique

de Docteur THIERRY-PAUL IFOUNDZA

Z4 Editions (Z4 EDITIONS) | Paru le 26/06/2020 | 14,00 €

Le système de Santé  du Congo-Brazzaville est plus qu’un « imparfait du présent », c’est une dystopie. (…) Et l’on s’étonne qu’au Congo, il y ait maintenant des patients qui souffrent des hépatites C, du HIV, sans que l’on sache comment ils ont attrapé ces pathologies.

Le livre du docteur Thierry-Paul Ifoundza sur le système de santé du Congo est tout simplement une invite à l’An 1 de l’offre de soins. Comment un pays     si riche en matières premières, peut-il vivre dans un désert médical aussi torride ? Qu’ont fait les autorités de tous les milliards alloués à la santé ?

Il est impérieux d’éradiquer les métastases de la corruption, de la voracité et de l’amateurisme, qui gangrènent le système.

Apaches

Apaches "fantômes" de Sierra Madre

de Giovanni-Michel DEL FRANCO

collection amérindienne (Le Chant des Hommes) (CHANT DES HOMMES (LE)) | Paru le 20/03/2020 | 16,00 €

Cet ouvrage est la réédition de Bronco Apaches : Apaches libres de Sierra Madre, publié en 2017. De nouveaux éléments ont conduit à étoffer ce travail, présenté ici “revu et augmenté”.

En septembre 1886, à la reddition de Géronimo, son peuple (Apaches Chiricahua) est déporté en Floride, très loin de ses terres natales du Sud-ouest américain.

Cependant, une poignée de résistants s’est échappée vers les sauvages montagnes de la Sierra Madre mexicaine. Ils y trouveront un abri précaire, en compagnie d’autres Apaches restés libres, les Nedni, puis d’évadés des réserves. Apache Kid et Massaï, deux “loups solitaires” y auront également trouvé refuge. Jusque dans les années 1930, ils tenteront d’y survivre selon leurs coutumes. Des coups de feu sporadiques les feront affronter Euro-américains et Mexicains durant une quarantaine d’années. Puis, sous la pression de traques incessantes, ils s’évanouiront une nouvelle fois dans les brumes de l’oubli.

Les “Bronco Apaches”, “The last Free Apaches”, les “Apaches fantômes”, quel que soit le nom qu’on leur donne, restent, à bien des égards, un mystère. Cet ouvrage invite à leur rencontre, à la découverte de leur destin, et des derniers échos de leur lutte. Certains résonnent encore aujourd’hui dans la mémoire de villages isolés aux pieds de la Sierra Madre.

Lupe, fille de la Sierra Madre

Lupe, fille de la Sierra Madre

de Giovanni-Michel DEL FRANCO

collection amérindienne (Le Chant des Hommes) (CHANT DES HOMMES (LE)) | Paru le 20/03/2020 | 18,00 €

Au moment où l’Europe va se déchirer dans la Première Guerre Mondiale, une jeune fille apache est capturée dans la Sierra Madre, victime d’un autre conflit séculaire.

Les échos des dernières guerres amérindiennes gagnent alors la légende, et le fameux Géronimo s’est éteint, mais une poignée de Chiricahua survit dans les montagnes du nord-ouest mexicain. Ils tentent d’y maintenir leur mode de vie ancestral, malgré leur situation précaire.

Lupe est une de leurs filles. Après avoir été enlevée lors de l’assaut de son camp par un groupe de Mexicains, elle est amenée au village voisin de Nácori Chico. Elle y sera adoptée par la famille Fimbres, puis partagera la vie monotone et rude des paysans locaux.

En 1938, l’explorateur Helge Ingstad la rencontre et elle se confie sur la difficile existence de son clan dans son refuge précaire. Elle s’éteindra en 1969, emportant avec elle une bonne partie de ses secrets – notamment l’identité de son père dont certains pensent que c’était le fameux Apache Kid.

L’auteur fait le choix audacieux d’alterner passages purement historiques et romancés. Il nous fait ainsi découvrir au plus près le destin singulier de cette enfant de la Sierra Madre, et nous en rend plus proche. Héroïne méconnue d’un peuple mystérieux, elle sut, entre deux mondes, concilier le passé des siens et le quotidien de ses anciens ennemis.

 

NOTES OF A PROVINCIAL THINKER

NOTES OF A PROVINCIAL THINKER

de Victor KOGAN-YASNY

Z4 Editions (Z4 EDITIONS) | Paru le 04/03/2020 | 12,00 €

Victor Kogan-Yasny’s articles have, by current standards, been published in Russian for quite a long time now. The uniqueness of these works is that time has shown the accuracy and objectivity of his analysis. In analyzing the peculiarities of Russian politics in inseparable connection with European and world developments, and without being carried away by analogies, the author doubtless determines very precisely the place of Russia. Victor Kogan-Yasny’s involvement in practical politics certainly makes his conclusions even more credible. However, in my opinion, the author’s main achievement is his absolute intellectual honesty. I do not think I am mistaken in saying that, of all that has been published in Russia in recent decades, the political and philosophical works of Viktor Kogan-Yasny have indeed proved to be the most accurate and profound in their assessments and predictions. It is absolutely essential for anyone who wants to understand modern Russia to read, attentively and without haste, this wise and selfless book.

            Grigory Yavlinsky    Moscow

Belgrano, l'inventeur de l'Argentine

de Denise Anne CLAVILIER

Signes de vie (JASMIN (ÉDITIONS DU)) | Paru le 18/02/2020 | 24,90 €

Contemporain de Napoléon, Manuel Belgrano (1770-1820) a conquis l’indépendance de l’Argentine. Fils d’un riche commerçant génois installé à Buenos Aires, il se forma à Salamanque. Il y lut, en français, Montesquieu, Rousseau et l’économiste François Quesnay. Revenu sur les rives du Río de la Plata, il tenta durant quinze ans de développer l’économie sous régime espagnol.
En mai 1810, alors que Joseph Bonaparte règne à Madrid, cet homme polyglotte, droit et valeureux, lance la révolution et prend les armes avant de se faire diplomate. L’Argentine lui doit son drapeau.
Aujourd’hui, dans tout le pays, des rues, des places, des écoles, des théâtres, des musées et même des villes portent son nom.

Cette première biographie en français paraît au début de l’Année du Général Manuel Belgrano, qui marque les deux cent cinquante ans de sa naissance et le bicentenaire de sa mort.

 

Lafcadio Hearn La passion de l'ailleurs

de Isabelle LEYMARIE

Signes de vie (JASMIN (ÉDITIONS DU)) | Paru le 15/02/2020 | 16,00 €

   
 

Lafcadio Hearn est l’un des personnages les plus singuliers, les plus fascinants et les plus attachants de la littérature. Grec par sa mère, irlandais par son père, curieux, sensible et cultivé, il fut notamment l’un des premiers Européens à s’intéresser avec une profonde sympathie à la vie des Noirs des États-Unis et des Antilles et à écrire sur leurs danses, leurs musiques, le vaudou et la langue créole. Il s’intéressa à bien d’autres sujets mais il est surtout connu comme le plus fin et le plus minutieux chroniqueur du Japon de son époque, pays dont il adopta la nationalité et où il vécut jusqu’à sa mort, en 1904. « Il fallait, disait de lui Stefan Zweig, que soit né quelque chose d’entièrement hors du commun, un instrument d’une précision infinie, apte à déceler la moindre des vibrations de l’âme, à la transmettre selon une transcription secrète, et, bien plus : cet homme providentiel devait apparaître au moment où le Japon était mûr  pour lui et lui pour le Japon… les livres de Lafcadio Hearn ne donnent plus du tout l’impression d’être écrits avec une plume ; ils semblent bien plutôt dessinés avec tendresse dans une perspective rapprochée au moyen du fin pinceau à lavis des Japonais, dans des couleurs délicates, telle la laque qui recouvre leursravissantes petites boîtes, spécimens particulièrement exquis decet art décoratif, de ce bric-à-brac qu’il a lui-même décrit une fois avec tant d’amour. »

1 2 3 4 5 6 7