l'autre LIVRE

Essais

Alma a adoré - Psychose en héritage

Alma a adoré - Psychose en héritage

de Sébastien RONGIER

Essais (MAREST ÉDITEUR) | Paru le 22/11/2019 | 19,00 €

C’est sans doute la scène la plus célèbre de toute l’histoire du cinéma, la fameuse « scène de la douche » de Psychose ; son influence est telle que ne cessent de se multiplier les hommages, de Brian De Palma à Francis Ford Coppola, de Gus Van Sant à David Fincher, des séries Bates Motel aux œuvres d’artistes contemporains tels Douglas Gordon, Pierre Huyghe, Cindy Sherman.

Le phénomène est décortiqué, sous toutes ses coutures, par Sébastien Rongier dans Alma a adoré, où il met en lumière l’importance du film d’Alfred Hitchcock, en faisant appel aux réflexions de penseurs tels qu’Emmanuel Kant ou Roland Barthes, tout est en démontrant la primauté de ce véritable emblème de la Pop Culture, un pur « effet cinéma ». Par ailleurs, ce texte, traversant les prolongements littéraires et cinématographiques du film, développe une vision très personnelle de cette œuvre, l’auteur étant l’une des premières victimes de cet « Effet Psycho ».

L'AVENIR DU COUPLE

L'AVENIR DU COUPLE

de Armand FRYDMAN

Développement personnel (ANNICKJUBIEN) | Paru le 20/11/2019 | 20,00 €

Après des études de sociologie et de psychologie, Armand Frydman s'est spécialisé dans l étude de l évolution du couple.
il analyse les raisons qui ont conduit à la crise de la famille dans nos sociétés modernes.
A chaque problématique est proposée des solutions simples et accessibles afin de favoriser l harmonie conjugale.

 Un livre nécessaire Philippe FREMONT, Diderot ORG

Un livre simple et clair qui explique comment la société moderne a conduit au divorce de plus de la moitié des couples. OPEN MAG

Georges Franju, le dictionnaire d'une vie

Georges Franju, le dictionnaire d'une vie

de Frantz VAILLANT

Essais (MAREST ÉDITEUR) | Paru le 24/10/2019 | 19,00 €

George Franju a marqué l’histoire du cinéma français, et à plusieurs titres. Fondateur avec Henri Langlois de La Cinémathèque française, il fut aussi réalisateur de documentaires légendaires (Le Sang des bêtes, Hôtel des Invalides) et l’un des pionniers du cinéma d’épouvante en France (avec notamment Les yeux sans visage) dont Almodóvar signa un remake amoureux (La Piel que habito), ou le mythique Judex, en hommage à Feuillade. Si l’œuvre de ce cinéaste a déjà fait l’objet de plusieurs analyses, peu se sont intéressés à l’homme en lui-même. Qui connaît la relation privilégiée qu’entretenaient Franju et Fritz Lang ? Sait-on que Walt Disney lui vouait une admiration singulière ? Ou encore que Truffaut utilisa des extraits d’un de ses courts métrages pour Le Dernier Métro ?

Ainsi, le Dictionnaire Franju, écrit par le journaliste Frantz Vaillant, se propose de mêler archives radiophoniques et télévisuelles, entretiens inédits, anecdotes fascinantes, souvent savoureuses, ainsi que de nombreux documents de travail puisés dans les archives personnelles du réalisateur. Cet ouvrage, par le biais de 95 entrées, offre un panorama complet sur cette personnalité atypique du cinéma français.

Parmi les prisonniers de guerre  en Russie et en Sibérie 1914-1920

Parmi les prisonniers de guerre en Russie et en Sibérie 1914-1920

de Elsa BRÄNDSTRÖM

Le temps des femmes (TURQUOISE) | Paru le 21/10/2019 | 21,80 €

Ce témoignage rare est consacré au sort que connurent les prisonniers du camp des Puissances centrales (allemands, austro-hongrois, turcs, bulgares…) pendant la Première Guerre mondiale. Plus de 2 300 000 d’entre eux furent envoyés du front jusqu’aux camps de transit russes, puis internés dans tout l’Empire, de la Russie occidentale jusqu’aux steppes d’Asie centrale et aux confins de la Sibérie. Beaucoup périrent de froid,de faim ou succombèrent au fléau des épidémies.

 

Pendant cinq ans, Elsa Brändström visita nombre de ces camps comme déléguée de la Croix-Rouge suédoise et s’efforça inlassablement de procurer aux prisonniers soins médicaux, vivres, vêtements et objets de première nécessité. Elle leur apporta aussi un grand réconfort moral et contribua à leur rendre le sentiment de leur dignité d’être humain, ce qui lui valut le surnom d’Ange de Sibérie.

 

Paru originellement en 1921 en suédois, puis en allemand, et publié en français pour la première fois, son texte décrit également l’organisation des aides apportées par les États, les particuliers et les associations en faveur des détenus. Un siècle après les traités de Versailles, cet ouvrage vient enrichir de façon décisive la mémoire de la Grande Guerre.

 

Elsa Brändström (L’Ange de Sibérie), fille d’un haut diplomate suédois, est née à Saint-Pétersbourg en 1888. Après son engagement pendant le conflit, elle créa en Saxe une maison de repos destinée aux anciens prisonniers ainsi qu’un centre d’accueil pour les orphelins de guerre. Exilée aux États-Unis en 1934 pour fuir l’Allemagne de Hitler, elle y porta ­secours aux réfugiés européens qui affluaient. Elle fut inhumée à Stockholm en 1948.

L'écriture en marche

L'écriture en marche

de Pablo ROCCA

Essais (ZINNIA ÉDITIONS) | Paru le 18/10/2019 | 18,00 €

L’écriture en marche - 35 ans de l’hebdomadaire Marcha (Montevideo, 1939-1974) retrace les années d’existence de la revue de littérature et sciences humaines qui durant une période historiquement importante du XXe siècle a informé les Amériques de langue espagnole (et d’autres) des parutions, réflexions, disputes et polémiques des intellectuels d’ici et d’ailleurs.

Replaçant Marcha dans son cadre politique et culturel, l’auteur en dessine avec minutie l’aventure, dressant par là-même un panorama très documenté de la vie intellectuelle et culturelle de cette période, et montre comment par l’étendue de son lectorat, le prestige qui fut le sien, et les apports critiques qu’elle a permis, la revue s’impose comme incontournable.

 

Éloge des mères imparfaites

Éloge des mères imparfaites

de Romina RINALDI

Accent aigu (EDITIONS SCIENCES HUMAINES) | Paru le 17/10/2019 | 15,00 €

Les médias, les réseaux sociaux, la famille : tout et tout le monde autour du jeune parent lui explique comment bien élever son enfant... en se prétendant parfaitement informé et bienveillant, évidemment !

Après la naissance de sa fille, Romina Rinaldi, elle, a préféré se faire sa propre opinion. Prenant le temps de fouiller dans la littérature scientifique, elle a pris son courage à deux mains pour faire le point sur les grands sujets qui concernent les nouveaux parents : l’accouchement, l’alimentation, le sommeil, les pleurs, et enfin l’éducation.
Chaque expérience familiale est unique. Il n’y a pas UNE méthode éducative. LA mère parfaite n’existe pas, ne peut pas exister. Ce livre à la fois très objectif et très personnel vous le démontrera avec autant de rigueur que d’humour. Il vous aidera à trouver votre voie, et, surtout, à déculpabiliser…

Histoire universelle de la connerie

Histoire universelle de la connerie

de Jean-François MARMION

Barbara (EDITIONS SCIENCES HUMAINES) | Paru le 10/10/2019 | 18,00 €

Une mauvaise fée aux mille visages s’est penchée sur le berceau de l’humanité : la connerie. Elle chemine avec nous, fidèle entre les fidèles, se réinventant au fil des siècles et des cultures. Elle fustige les différences, réduit en esclavage, attise la violence, cultive la cruauté, dévoie les avancées technologiques, trahit les espoirs politiques, gangrène les idéologies, et saccage la planète. Elle suivra notre espèce jusqu’à la tombe, et la creusera peut-être. Le pire, c’est que nous en sommes plus souvent les complices que les victimes ! Du Néolithique à nos jours, plus de trente historiens nous dévoilent la vérité nue et biscornue sur la connerie.

Le directeur d’ouvrage : Jean-François Marmion. Psychologue et rédacteur en chef de la revue Le Cercle Psy. Il a coordonné de nombreux ouvrages dont Psychologie de la connerie (Sciences Humaines, 2018).

Avec les contributions de : Antoine de Baecque, Jean-Patrice Boudet, Vincent Capdepuy, Anne Carol, Elisabeth de Castex, Sylvie Chaperon, Myriam Cottias, Aurélie Damet, Rolf Dobelli, Bruno Dumézil, Jean-Paul Demoule, Jean-François Dortier, Christian Duquennoi, Gilles Ferragu, Marc Ferro, Stéphane Feuillas, Martine Fournier, Anthony Goreau, Martine Groult, Virginie Larousse, Patrick Lemoine, Jean-François Marmion, George Marshall, Florence Maruéjol, Chantal Meyer-Plantureux, Alain Montandon, Marylène Patou-Mathis, Steven Pinker, Émilie Ponceaud, Robert Sutton, Laurent Testot, Marie Treps, Jacques Vauclair, Paul Veyne, Catherine Vidrovitch.
Boorman - Un visionnaire en son temps

Boorman - Un visionnaire en son temps

de Michel CIMENT

Essais (MAREST ÉDITEUR) | Paru le 10/10/2019 | 39,90 €

Dans Boorman, un visionnaire en son temps, Michel Ciment complète son analyse du cinéma de John Boorman et enrichit la première édition, parue en 1987, de textes portant sur les huit longs métrages tournés par le cinéaste depuis La Forêt d’émeraude et d’autant d’entretiens. Michel Ciment retrace ainsi la totalité de la filmographie de John Boorman, depuis Sauve qui peut (1965) à Queen and Country (2014) et le parcours fructueux du réalisateur anglais s’avère être une aventure semée d’embûches. De films en films, le regard aiguisé du théoricien côtoie celui, audacieux, du cinéaste, dans des entretiens tous plus passionnants les uns que les autres. Boorman, un visionnaire en son temps est un guide critique sur l’envers du décor, à travers une filmographie dense et hétéroclite qui démontre parfaitement la cohérence de cette œuvre et du regard qu’il porte sur le monde. C’est aussi la clef indispensable pour découvrir ce qui lie l’épopée arthurienne d’Excalibur, l’histoire du gangster anarchiste irlandais Martin Cahill dans Le Général et l’expédition initiatique dans les Appalaches de Délivrance.

Claude Lévi-Strauss

de Journet NICOLAS

Petite Bibliothèque des Sciences Humaines (EDITIONS SCIENCES HUMAINES) | Paru le 03/10/2019 | 10,20 €

En collaboration avec l’UNESCO et avec les contrbutions de : Laurent Barry, Maurice Bloch, Vincent Debaene, Philippe Descola, Emmanuel Désveaux, Françoise Héritier, Frédéric Keck, Jean-Patrick Razon, Carlo Severi, Wiktor Stoczkowski, Anne-Christine Taylor.

 

Il y a dix ans, le 30 octobre 2009, Claude Lévi-Strauss, centenaire, nous quittait. Au cours de ce siècle il a accompli ce que peu de scientifiques réalisent?: une carrière d’ethnologue des Amériques, une renommée d’écrivain et un rôle de déclencheur d’une révolution intellectuelle nommée « structuralisme ».

Aujourd’hui, ouvrons quelques portes dans l’œuvre du scientifique, du philosophe, du mémorialiste. Au présent, avec les exposés des meilleurs connaisseurs de son œuvre ou de ceux qui eux-mêmes l’ont eu pour maître et guide dans leurs études. Au passé?: avec des textes de Claude Lévi-Strauss, dont certains rarement vus, regroupés sous le titre « Regards éloignés » du numéro de mai 2008 du Courrier de l’Unesco et qu’une heureuse collaboration nous a permis de reproduire ici.

Au-delà des allégeances et des clichés, le temps autorise l’examen critique, mais aussi la relecture attentive de ce que les modes ont tendance à occulter, ainsi dans ce livre vous retrouverez entre autres Laurent Barry, Emmanuel Desveaux, Philippe Descola, Françoise Héritier (entretien de 2008) nous expliquant ce qui, dans leurs travaux sur la parenté, les mythes et les modes de pensée, prolonge les grandes intuitions de Lévi-Strauss. Vincent Debaene revenant sur l’histoire des succès multiples de Tristes tropiques, Wiktor Stoczkowski sur les ambiguïtés d’un différentialisme trop précoce, ou bien encore Maurice Bloch nous rappelant que ce fut un pas, souvent incompris, vers les sciences cognitives.

« Ce que nous allons chercher à des milliers de kilomètres ou tout près, ce sont des moyens supplémentaires de comprendre comment fonctionne l’esprit humain », ajoutait encore Lévi-Strauss en 1988. C’est à cette conviction d’anthropologue, pour lequel le proche se dissimule dans le lointain, que se mesure la portée de son œuvre. Par son approche de la nature et des dangers que fait peser sur elle la modernité, elle prend toute son ampleur aujourd’hui.

De la migration comme souffrance à la mobilité comme droit de l'homme - Palerme une charte de la dissidence

De la migration comme souffrance à la mobilité comme droit de l'homme - Palerme une charte de la dissidence

de Jean DUFLOT

hors collection (A PLUS D'UN TITRE) | Paru le 01/10/2019 | 3,00 €

Jai décidé de dire et de redire aux Européens quils nont pas à être fiers de construire leurs murs contre les migrants, parce que nous sommes responsables dune ébauche de génocide qui rappelle les moments les plus atroces de notre histoire. Il na certes pas lenvergure de la solution finale nazi-fasciste. Mais ce quil y a de désolant dans la résurgence de ce moment de barbarie, cest lalibi de la défense de la démocratie, que les pouvoirs publics et une large fraction des populations européennes sous hypnose médiatique, invoquent pour justifier leur intransigeance européo-centriste. Dans le contexte de panmédiatisation actuelle, cette violence publique est intolérable. Nos grands-parents, nos parents pouvaient dans les années quarante quarante-cinq, prétendre à la rigueur quils ne savaient pas, mais à présent que le malheur et lhorreur sont promus comme marchandises télévisuelles, il nest plus possible de se fermer les yeux, les oreilles et la bouche. Ou de ressasser le slogan de la libération : « Plus jamais ça ». À croire que lamnésie est la chose la mieux partagée au monde.

Leo Luca Orlando Maire de Palerme extrait de l’interview par Jean Duflot (2017)