l'autre LIVRE

Romans

La Mort de Masao

La Mort de Masao

de Didier DA SILVA

Littérature (MAREST ÉDITEUR) | Paru le 08/04/2021 | 17,00 €

S'abandonner

S'abandonner

de Séverine DANFLOUS

Littérature (MAREST ÉDITEUR) | Paru le 11/03/2021 | 17,00 €

Des zigues et des âmes

Des zigues et des âmes

de David XOUAL

littérature générale (UNE HEURE EN ÉTÉ) | Paru le 11/03/2021 | 16,00 €

Husayn a treize ans lorsqu’il est emporté par son cerf-volant bien au-delà de Jalaland, son pays natal. Un voyage initiatique qui le conduira de la rivière des Perles à Cergy dans le Val-d’Oise. En France, le garçon découvre la banlieue, ses cités, ses jeunes, ses migrants, ses barbus. Rattrapé par les autorités, il fait connaissance avec les mystères de l’administration, explore la capitale, se lie d’amitié avec des femmes et des hommes de tous horizons. Immigré contre son gré, il s’interroge. Rester ou partir ? Etranger ici ou prisonnier du califat de Tâs Hî Tûrn chez soi ?

La banlieue, l’immigration, les mineurs isolés… Sur des thèmes d’actualité on ne peut plus sérieux, David Xoual tisse une histoire délirante et loufoque dans laquelle on croise des personnages lilliputiens, des flics au bout du rouleau, des moutons kamikazes et la jeunesse des quartiers, toujours pleine de surprises et débordante d’imagination. Une bouffée d’air frais et un mélange explosif entre rire et matière à réflexion. Faites passer !

La deuxième à droite, et droit devant jusqu'au matin

La deuxième à droite, et droit devant jusqu'au matin

de christophe PIROTTE

littérature générale (UNE HEURE EN ÉTÉ) | Paru le 11/03/2021 | 19,00 €

Le 3 octobre 2017, Gabriel Brown, présentateur vedette du journal de vingt heures, perd le contrôle de son véhicule. Moment d’égarement, moment de folie ou conduite sous influence ? Pourquoi roulait-il si vite ?

À trente-sept ans, Gabriel Brown est au sommet de sa carrière et à deux doigts de réaliser son rêve : devenir un grand reporter. Certes, il assume mal sa récente célébrité et les désirs de maternité de sa femme lui semblent prématurés, mais pour le reste, tout se déroule pour le mieux. Alors, après quoi fonçait-il ?

Dans la vie de Gabriel, 1999 fut une année charnière, celle des choix professionnels et sentimentaux et celle de la mort de son grand-père, son modèle. Pourquoi cette année l’obsède-t-elle tant ? Et qui est Jo, cette femme revenue du passé ?

La deuxième à droite, et droit devant jusqu’au matin ! raconte l’ascension et la chute de Gabriel Brown. Une histoire à vive allure dans le monde des médias et des secrets. Saurez-vous trouver les clés ?

LE BIEN, LE MAL, ET L'ORDINAIRE

LE BIEN, LE MAL, ET L'ORDINAIRE

de Denis DUPUY

Roman (ANNICKJUBIEN) | Paru le 03/03/2021 | 20,00 €

Camomille, infirmier trentenaire esquinté, s’impose dans le quotidien houleux du docteur Trente-Trois quand le chirurgien le surprend, pillant la réserve de morphine. Autrefois toxicomane, il le prend sous son aile. Alentour, la vie se poursuit, hérissée d’aspérités... Jacqueries jaunes, flambées d’hystérie collective, harcèlements d’acariâtres divers, de confrères suspicieux et d’institutions procédurières : l’odyssée vire au calvaire, mais cela vaut toujours mieux qu’un voyage lisse et terne. Par le delà le bien et le mal, piétinant la morale sans saveur de l’époque, Trente-Trois trace sa sente. Au loin, menace une épidémie qui traîne, dans son sillage, des politiciens voués à nuire. Trente-Trois rêve et se questionne… L’époque a sombré dans le dogme et le ressentiment. Comme il est juste et bon d’abattre ses idoles, de l’écologie à la théorie du genre en passant par toutes ces abstractions qui font florès chez le névrotique ! La saine pensée réside au cœur du concret, dans la chair et dans l’âme des bipèdes…

Denis DUPUY est chirurgien. Il est l’auteur de « Morphine, Bistouri et Autres Emmerdements » (Le Faucon d’Or) et de « Tumultes et Submersions » (Les Presses Littéraires). Ce troisième roman suit les tribulations du docteur Trente-Trois, hier asservi, aujourd’hui penseur libre.

 

Fugue à deux voix

Fugue à deux voix

de Alixe SYLVESTRE

Dépendances (ETT/ÉDITIONS TERRITOIRES TÉMOINS) | Paru le 02/02/2021 | 16,00 €

« Après avoir accordé à ta mère un regard noir... tu as démarré en trombe, tétons pointés dans le vent tiède. Sans un au revoir, sans un adieu. »

Camélia, 17 ans, a disparu. Jasmin, sa soeur jumelle, ne sait rien ou ne veut rien dire. Nine, la grand-mère, sur qui les filles brillantes, rebelles et intransigeantes, aiment se faire les griffes, s’investit pour retrouver sa trace. Ex-journaliste fait-diversière, non-conformiste, Nine revisite les liens familiaux, sa jeunesse en roue libre, ses désirs. Un jour, elle décide de prendre du recul. Elle part pour une île lointaine.

Alixe Sylvestre réussit ici un roman lucide et tendre sur le difficile dialogue entre générations.

Alixe Sylvestre a déjà publié La presqu’île aux Oisanges (prix du salon du Livre féminin 2018) et La femme au chien jaune, chez ETT. Elle vit à Épinal.

Plume-Patte

Plume-Patte

de VILLARD PHILIPPE

hors collection (A PLUS D'UN TITRE) | Paru le 15/01/2021 | 15,00 €

Ce projet littéraire, ce roman, n’est pas seulement mon livre. Il est le livre de ces gens de peu, de ces petites gens, d’une certaine « France d’en bas » comme disait l’ancien premier ministre Jean-Pierre Raffarin. Il est le livre de ces personnes que j’ai eu la chance de côtoyer parce que ce livre parle aussi d’un voyage transclasse. Ce livre parle du pays d’où je viens. Voici quelques années, j’ai lu avec intérêt le reportage « undercover » au long cours de Florence Aubenas intitulé « Le quai de Ouistreham ». Elle évoquait ces gens qui, flirtant avec les lisières de la précarité, pratiquaient, vivaient, plus qu’ils ne l’inventaient, une solidarité qui passait par l’échange de services. Longtemps après avoir refermé ce livre, j’ai été poursuivi par son souvenir. Pourquoi m’avait-il finalement tant marqué ? Pourquoi l’ai-je conservé longtemps aux rayonnages de ma bibliothèque ? Puis, dans un registre un peu différent, j’ai aussi apprécié le documentaire « Casse » de Nadège Trébal, et je me suis souvenu de ces moments où j’accompagnais mon père chez les démolisseurs d’automobiles afin de récupérer des pièces pour ses voitures. Et moi-même, avec mes amis de jeunesse, je les ai fréquentés dans le même but... Entre la pression ultralibérale et les foudroyantes évolutions technologiques, entre l’émergence des communautarismes et les replis identitaires, j’ai voulu rendre compte, dire, témoigner, peindre ce monde englouti dans lequel, je ne sais pourquoi, je me suis toujours senti en position d’observateur. Je me suis toujours demandé si ces gens se posaient les mêmes questions que moi. Je m’interrogeais pour savoir comment ils faisaient pour « être ». Je sentais qu’un coin nous séparait peu à peu et aujourd’hui, je constate que je ne sais rien faire de ce qu’ils savaient faire. J’ai accompli autre chose qui, pour eux, est devenu plus inaccessible, plus incompréhensible, plus illisible et plus intellectuel. Je les ai perdus de vue, mais ils ont laissé en moi une trace profonde.

Extrait de la postface

 

Plume Patte

Plume Patte

de VILLARD PHILIPPE

hors collection (A PLUS D'UN TITRE) | Paru le 01/12/2020 | 15,00 €


Ce projet littéraire, ce roman, n’est pas seulement mon livre. Il est le livre de ces gens de peu, de ces petites gens, d’une certaine « France d’en bas » comme disait l’ancien premier ministre Jean-Pierre Raffarin. Il est le livre de ces personnes que j’ai eu la chance de côtoyer parce que ce livre parle aussi d’un voyage transclasse. Ce livre parle du pays d’où je viens. Voici quelques années, j’ai lu avec intérêt le reportage « undercover » au long cours de Florence Aubenas intitulé « Le quai de Ouistreham ». Elle évoquait ces gens qui, flirtant avec les lisières de la précarité, pratiquaient, vivaient, plus qu’ils ne l’inventaient, une solidarité qui passait par l’échange de services. Longtemps après avoir refermé ce livre, j’ai été poursuivi par son souvenir. Pourquoi m’avait-il finalement tant marqué ? Pourquoi l’ai-je conservé longtemps aux rayonnages de ma bibliothèque ? Puis, dans un registre un peu différent, j’ai aussi apprécié le documentaire « Casse » de Nadège Trébal, et je me suis souvenu de ces moments où j’accompagnais mon père chez les démolisseurs d’automobiles afin de récupérer des pièces pour ses voitures. Et moi-même, avec mes amis de jeunesse, je les ai fréquentés dans le même but... Entre la pression ultralibérale et les foudroyantes évolutions technologiques, entre l’émergence des communautarismes et les replis identitaires, j’ai voulu rendre compte, dire, témoigner, peindre ce monde englouti dans lequel, je ne sais pourquoi, je me suis toujours senti en position d’observateur. Je me suis toujours demandé si ces gens se posaient les mêmes questions que moi. Je m’interrogeais pour savoir comment ils faisaient pour « être ». Je sentais qu’un coin nous séparait peu à peu et aujourd’hui, je constate que je ne sais rien faire de ce qu’ils savaient faire. J’ai accompli autre chose qui, pour eux, est devenu plus inaccessible, plus incompréhensible, plus illisible et plus intellectuel. Je les ai perdus de vue, mais ils ont laissé en moi une trace profonde.

Extrait Postface

La Vie brûle

La Vie brûle

de Jean-Claude LEROY

romans (LUNATIQUE) | Paru le 16/11/2020 | 20,00 €

Dans le bain du Printemps arabe égyptien de l’hiver 2011, sous forme d’une longue lettre adressée à une amie, ce témoignage d’un faux-touriste-égaré de profession. Qu’il évolue dans les rues du Caire ou dans celles d’Alexandrie, il s’attache à décrire au mieux ce dont il ne saurait saisir le sens. Surtout, il fait part des états intérieurs qu’il traverse et redessine des épisodes qu’il a vécus jadis en ces mêmes lieux. Survient à ce moment, qui succède à la perte soudaine d’un ami lointain, la nouvelle d’un terrible tsunami doublé de la catastrophe nucléaire de Fukushima, image de brûlure majuscule et fatale qui s’ajoute à la chaleur ambiante, toute révolutionnaire. Depuis le feu mortifère des immolations et incendies jusqu’à l’originelle et prometteuse étincelle de la vie même.

 

 

Né à Mayenne en 1960, Jean-Claude Leroy a publié des ouvrages de poésie, des récits, des essais. Aux mêmes éditions, un recueil de nouvelles fantastiques : Aimer de vivre.

Loin du réconfort

Loin du réconfort

de Gilles VIDAL

roman (ZINEDI) | Paru le 29/10/2020 | 16,90 €

Un homme épris de vengeance se lance à la recherche de l’assassin de sa compagne.
Un road movie littéraire.

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32