l'autre LIVRE

Poésie, Pamphlet, Réflexion

Menthes-Friches

Menthes-Friches

de Barbara AUZOU

Poésie, Pamphlet, Réflexion (5 SENS) | Paru le 27/05/2020 | 12,80 €

Menthes-Friches est né d’une volonté de parler « plus loin que la saison hostile » comme le suggère la lettre 2 de la section « Dans l’Atelier ». Qu’elle soit variation autour de la menthe, de l’arbre à soie, du jardin plus généralement, il y a des secrets qu’on n’élève qu’au bleu du silence et c’est la main qui prépare la rencontre. La tranquillité familière cherche son bonheur dans son sachet de lavande, l’armoire son masque dans un feutre mou. Et la beauté poétique son ultime espace à faire feu…

Barbara Auzou

Barbara Auzou est née le 13 mai 1969. Elle est professeur de Lettres modernes en Seine-Maritime. A obtenu une maîtrise consacrée à Marguerite Duras. Elle mène un atelier poésie auprès des élèves de collège depuis 20 ans… Ne s’est pas autorisée à écrire pendant longtemps. A beaucoup lu et lit beaucoup de poésie contemporaine. Premières publications dans la revue Traversées en 2017… Travail à quatre mains avec le peintre Niala. En 2018, la maison d’Édition Traversées accepte le manuscrit « L’Époque 2018 », fruit du travail mené avec le peintre Niala (Parution janvier 2020). D’autres parutions en revues se succèdent depuis 2018 : Traversées, Lichen, Traction-Braban, Le Capital des mots… Elle tient deux blogs, l’un consacré à son travail d’enseignante, l’autre : Lireditelle@wordpress.com est consacrée à sa poésie. Elle y publie quotidiennement.

Petit traité de l'insignifiance

Petit traité de l'insignifiance

de Jean-Luc FAVRE REYMOND

Poésie, Pamphlet, Réflexion (5 SENS) | Paru le 12/03/2020 | 11,90 €

« Au fil de ses nombreux ouvrages et de ses modes d’expression multiples, Jean-Luc Favre Reymond, travaillé par la fièvre poétique depuis des lustres, je le sais, ne cesse de travailler lui-même de façon assez enfiévrée la langue - qu’il triture, creuse, expérimente, essouffle, ranime et dynamise, farouchement désireux d’en explorer et d’en exploiter sans lassitude les virtualités. Le poète, le poïète, le créateur de mots et de formulations et d’images et d’élans nouveaux du dire, n’entend jamais se satisfaire des énoncés éculés, des fades habitudes de la communication ordinaire, des proses purement informationnelles ».

Patrick Vighetti

Docteur en philosophie, enseignant et traducteur

« Le Petit traité de l’insignifiance fait une apparition pour le moins intempestive dans le cadre des catégories figées du paysage littéraire. Poésie ? Essai ? Aphorismes ? Philosophie ? Linguistique ? Métaphysique ? Probablement tout cela à la fois. Le lecteur, d’abord interloqué, pense assister à un dialogue à première vue chaotique entre des instances qui posent des questions, les laissent sans réponse, ou répondent par une autre question, laquelle est une nouvelle béance. Répondent parfois par une affirmation mais qui plonge le lecteur dans une perplexité sans fond. Dialogue intérieur du poète avec lui-même ? Alors c’est sans doute un dialogue entre ses mille moi… »

François Aguettaz

Docteur es lettres, chercheur honoraire.

Jean-Luc Favre

Jean-Luc Favre Reymond, poète, critique et écrivain est né en 1963 en Savoie. Son œuvre poétique a été saluée par les plus grands poètes et universitaires contemporains. Auteur à ce jour de 37 ouvrages publiés. Son œuvre est traduite tout ou partie en huit langues.

Petites fables affables des champs d'en face

Petites fables affables des champs d'en face

de Christian SATGÉ

Poésie, Pamphlet, Réflexion (5 SENS) | Paru le 05/12/2019 | 15,30 €

Pourquoi, nous direz-vous, alors que de Grands Anciens se sont illustrés à produire d’inoubliables fables s’engager dans cette voie apparemment sans issue ? D’abord, parce que « rien n’est plus ridicule que de vouloir interdire un genre du moment où il a produit des chefs-d’œuvre. On a fait des poèmes après Homère, des tableaux après Raphaël, et nous ne sommes pas fâchés que l’on fasse des comédies et des tragédies après Molière et Racine. Sans sortir de l’apologue, nous sommes bien forcés de convenir qu’on a fait des fables charmantes depuis La Fontaine, et que plusieurs fables de La Fontaine ne sont pas dignes de lui » comme l’écrivait François-Benoît Hoffman (Fables russes).Ensuite car cette littérature, hélas tombée en désuétude ou dans le cartable de nos chers bambins, a toujours été des plus prisées. Esprit faible ou forte tête, qui n’aime voir ici les petits travers de son prochain ou entrevoir là les gros défauts de ses proches dans des récits moins édifiants que clairvoyants, plus plaisants que méchants ?Critiques bon enfant produites par de sales gosses, ces contes courants, souvent animaliers mais jamais bêtes, patinés par une langue vieillie, riche de mots d’hier et parfois de la veille, ne sont ni infantiles ni puérils. Ils composent, « une ample comédie à cent actes divers / Et dont la scène est l’univers » (Jean de La Fontaine, Le bûcheron et Mercure) car sous la métaphore perce l’éternel et point l’universel.

Christian Satgé

Quinqua’ quinteux d’un quintal ayant vu le jour dans la ville rose, Christian Satgé, moins écrivain qu’écrivant, est un rimeur solidaire aimant ces brèves de conteur nommées apologues, pas toujours poétiquement corrects. Plus humeuriste qu’humoriste, après avoir roulé sa bosse plus que carrosse, ce drôle de professeur d’histoire(s) vit en famille depuis plus de vingt ans dans les Pyrénées dont il aime à photographier la faune et la flore.

Tractacus logico-poeticus

Tractacus logico-poeticus

de Jean-Luc FAVRE REYMOND

Poésie, Pamphlet, Réflexion (5 SENS) | Paru le 26/10/2019 | 13,60 €

Publié pour la première fois en 1921, voilà presque cent ans, le Tractacus logico-philosophicus de Ludwig Wittgenstein, est considéré à juste titre comme une œuvre philosophique majeure du XXème siècle dont la complexité touche à plusieurs disciplines de la connaissance et qui met l’accent sur des problématiques qui peuvent s’avérer difficiles d’accès voire complètement insondables pour certaines. Mais ? L’auteur s’est immergé dans cette œuvre unique de manière poétique cette fois-ci avec un regard neuf, en tentant de la dépasser grâce à une approche circonstanciée et atomique qui défie parfois les règles de la raison. Un ouvrage inédit et percutant par ce qu’il révèle.

Jean-Luc Favre Reymond

L’auteur est né le 19 octobre 1963 en Savoie. Poète, écrivain, critique et journaliste. Commissaire Général Adjoint pour les Assises Nationales de la Culture et du Patrimoine. Paris/ Horizon 2020. Président de l’Institut Territorial de Recherche et d’Application (UPTV/Moûtiers). Membre du Conseil National de l’Education Européenne (AEDE/France), Co-président de l’Association Nationale des Radios de Montagne. Curator de l’artiste de renommée internationale Miguel Chevalier.  Il a publié à ce jour 37 ouvrages. Traduit tout ou partie en huit langues. Il figure à ce titre dans le Larousse de la Poésie Française, édition établie par Jean Orizet (2007).

Du devenir

Du devenir

de Bertrand LOURO

Poésie, Pamphlet, Réflexion (5 SENS) | Paru le 22/10/2019 | 15,30 €

Errance dans le brouillard autant que poésie furtive, sombre cavalcade autant que contemplation méditative. Littérature pleine de reflets et d'éclats, pamphlet, prose ou micro-nouvelle, les cadres n'existent plus entre ces pages et tout se fond dans les antagonismes comme dans les ententes que les mots trouvent entre eux. Des soleils et des lunes, des hurlements dans la nuit et des murmures au matin. De la vie avant tout, furieuse ou blessée, mais de la vie surtout, dans ses plus intimes tressaillements comme dans ses démences les plus vives. Quelques visions aussi, du magnifique au sordide et puis l'amour, plus qu'il n'en faut pour embraser le monde, pour le retrouver, authentique, à feu et à sang.

Bertrand Louro

Après avoir publié un premier livre ayant remporté le prix Michel Burg à Molsheim, 10 ans se sont écoulés. Quelques collaborations et préfaces ont vu le jour entre-temps et aujourd'hui, un autre livre. 

Les braconniers chimériques

Les braconniers chimériques

de Georges RICHARDOT

Poésie, Pamphlet, Réflexion (5 SENS) | Paru le 08/08/2019 | 11,90 €

Avec Franta, la masse première, primitive, originelle de la force plastique se fait vrille sous un corps en spirales ; en seins cherchant la peau où se poser. La chair ainsi conçue est forte et porteuse d’amours nouées dans la scansion et le rythme des heures. Amours noueuses ne trouvant leur point d’arrivée qu’au centre de la terre. Dans un tel assourdissement des étreintes, il fallait bien que des mots fissent irruption, non pas en illustration, mais en séismes installés dans la langue. Le texte de Georges Richardot se donne comme un oratorio. Un chant composé pour des corps – sur des corps – terriblement présents. Haendel venant mourir et renaître sur les lèvres, les rives du Jazz. Alors vers le centre on avance, vers l’origine du monde, vers l’antre florescent des hanches. Entre les deux auteurs la connivence est telle qu’on découvre les mots comme traits noirs sur la page, et le corps dessiné comme lettres agencées dans une nouvelle grammaire. Une syntaxe musicale qui cherche inlassablement à dire le mystère et la joie des étreintes. La beauté installée dans la phrase et qui n’a qu’un seul principe organisationnel : la force du désir. Yves Ughes, extrait de la préface.

Georges Richardot / Franta

Franta. Peintre-sculpteur français, né le 16 mars 1930 à Trebic (Tchécoslovaquie). Après ses études à l’Académie des Beaux-Arts de Prague, quitte son pays en 1958 pour vivre et travailler en France. L’humanité est au centre de l’art de Franta et de son geste créateur. Plus d’une centaine d’expositions personnelles ont fait connaître son travail, surtout en France, Allemagne, États-Unis et République Tchèque. Il essaie de garder les yeux ouverts sur l’univers qui nous entoure, avec toujours comme objectif d’apprendre, comprendre, découvrir. Georges Richardot. Né en 1931 à Épinal, Vosges ; vit à Vence. S’intitule « quidam sous écriture » à usage d’écarter d’autres étiquettes (romancier, poète…), faisant de soi un postulant à une quelconque « maîtrise », passant par la spécialisation. L’infinitude du domaine artistique vaut bien qu’on ne se prive pas de l’habiter, modestement autant qu’orgueilleusement, de l’expérimentation, de l’audace, de l’exigence, de la diversification, du jeu, de la passion. Dilettantisme ? Peut-être… À moins que prétention à une liberté certaine, à certaine polyphonie dans sa jouissance.

Le registre (De l'origine de l'oeuvre)

Le registre (De l'origine de l'oeuvre)

de Jean-Luc FAVRE REYMOND

Poésie, Pamphlet, Réflexion (5 SENS) | Paru le 02/11/2018 | 15,30 €

Considéré comme l’ouvrage le plus abouti de l’auteur, Le Registre (De l’origine de l’œuvre) concept linguistique et sémantique purement imaginaire, se veut une introspection poétique et philosophique au cœur de l’œuvre, dans sa totalité absorbante et ses multiples contradictions. 800 aphorismes rédigés autour de trois thèmes fondamentaux : La Courbe de l’errance, la Courbe du désastre, et le Corps Marchand, avec pour conclusion fulgurante : La prostitution de la pensée humaine qui marque une dérive progressive de l’humanité, avec en soubassement la fin de l’époque civilisée. Crise profonde de l’acte créateur, dans un monde disloqué par les nouvelles technologies mortifères, le Registre, prend sa source dans la métaphysique occidentale du VIe siècle avant JC, en se référant principalement au philosophe Héraclite et au poète Parménide, comme une ultime provocation.

Jean-Luc Favre Reymond

Jean-Luc Favre Reymond, est un écrivain, poète, critique français né en 1963 en Savoie. Il est l’auteur de trente-trois ouvrages publiés et traduits tout ou partie en huit langues. Son œuvre poétique a été saluée par les plus grands poètes et universitaires contemporains, Jean Rousselot, André Du Bouchet, Claude Roy, Georges Emmanuel Clancier, Henri Meschonnic, Christian Bobin, Bernard Noel, Jacques Ancet, Pierre Brunel, Jean Burgos et donne lieu à de nombreuses études. À cet égard il figure dans le Larousse de la poésie française, édition établie par Jean Orizet. Prix International pour la paix.

Désir d'utopie au pays de ambivalences

Désir d'utopie au pays de ambivalences

de Cikuru BATUMIKE

Poésie, Pamphlet, Réflexion (5 SENS) | Paru le 27/02/2018 | 11,70 €

Je me suis toujours intéressé au phénomène de déplacement de la production journalistique sur le champ littéraire. Les récits contenus dans « Désir d’utopie… » tiennent d’une actualité poignante. Avec ses éclairages. Elle se décline sur divers axes : intolérance, dictature, manipulation, fanatisme, exils forcés, cruauté envers les animaux, pouvoir, domination, etc. Elle traduit l’image désastreuse d’une planète. La nôtre. Dans des espaces circonscrits. Dans cette somme de récits, j’essaie de saisir les différentes facettes d’une préoccupante dystopie. Qui produit des corps détruits et des esprits étouffés. Au nom d’un bonheur interdit. Pour s’en sortir, je suggère quelques éléments utopiques. Ils restent un instrument d’optique pour une nouvelle approche de notre existence. « Désir d’utopie… » ou quand se mêlent le rêve, la poésie, l’appel de la forêt, voire le carnaval. Un autre monde, juste et humain est-il possible ? À ce jour, j’ai commis deux recueils de Nouvelles et trois recueils de poésie. « Désir d’utopie… » est mon premier récit. Un miroir des accointances du journalisme avec la littérature. Un objet, s’il en faut, de la réduction du fossé qui sépare les deux disciplines.

Cikuru Batumike

Essayiste, poète et journaliste, Cikuru Batumike est de nationalité suisse. Né à Bukavu (Rd Congo) des parents congolais. Membre de l'Union internationale de la presse francophone (UPF) et de la Société des poètes français. A son actif, des textes publiés et inédits.

Petit traité sur la solitude

Petit traité sur la solitude

de Nathalie ROSSET

Poésie, Pamphlet, Réflexion (5 SENS) | Paru le 15/01/2018 | 7,73 €

Qui sait être seul ? Non pas comment ou pourquoi, mais qui ? C’est à cette unique question que ce petit traité tente de répondre. Savoir être seul ne répondrait à aucune condition préalable, à aucune justification, à aucune explication. De là, il semblerait qu’une seule conclusion puisse être tirée : on sait être seul ou on ne le sait pas, un point c’est tout.
Et pourtant, peut-on véritablement s’arrêter à ce savoir suspendu, exclusif, déraciné ? N’existe-t-il pas un nombre incalculable de formes, d’endroits, d’occasions, de moments et de sentiments de la solitude si bien qu’elle finit bien souvent par ne répondre à aucune simple règle d’usage ou simple idée ? On sait être seul ou pas. Ainsi, la solitude ne serait-elle pas tout autant un savoir-faire qu’un savoir-être ?
S’appuyant sur une lecture libre des Rêveries du promeneur solitaire de J. J. Rousseau, ce petit traité propose une réflexion en miroir sur la solitude pour nous, contemporains d’un XXIème siècle encore bien jeune.

Nathalie Rosset

Historienne de formation, Nathalie a précédemment été chercheuse et enseignante auprès de plusieurs universités écossaises avant de s’essayer à l’écriture de textes libres. Née à Genève et de nationalité française, elle a poursuivi ses études en France (Maitrise d’anglais, Université Lyon II) et en Écosse (Master en histoire sociale, Université de Glasgow ; Master en politiques publiques, Université de Strathclyde ; Doctorat en histoire, Université de Dundee ; recherche postdoctorale en collaboration avec l’Université d’Oxford). Nathalie vit actuellement aux environs de Glasgow où elle continue à explorer différentes formes d’expressions critiques.

Au nom du père, du fils et des simples d'esprit

Au nom du père, du fils et des simples d'esprit

de Ghilanis GHILANIS

Poésie, Pamphlet, Réflexion (5 SENS) | Paru le 01/08/2017 | 15,30 €

Je tente, au travers des pages de ce livre, d’expliciter qu’il existe différentes manières, plus sociables, de résoudre les problèmes communautaires qui enveniment l’existence de certaines couches de la population.

Chaque chapitre traite d’un sujet qui a émoustillé et émoustille encore nos esprits contemporains, tels que : la parité, les femmes battues, la liberté d’expression, l’amalgame, le voile des musulmanes, l’homophobie, l’athéisme, la mort, le terrorisme…

C’est dans le passé que se tapit notre avenir, dans le présent que l’on verse des larmes sur le passé et dans le futur que se construisent les rêves.

Soyons donc de bons bâtisseurs et consolidons notre avenir en le cimentant du meilleur des matériaux, la tolérance.

Biographie

Je suis né le 14 décembre 1945 à Roncq (59 - Nord, France). J’ai vécu de novembre 1966 à mars 1968, en Suisse, à Neuchâtel, où j’ai fait mes premiers pas de ma vie professionnelle dans un Journal « La Feuilles d’Avis de Neuchâtel ».

Je vis depuis 1962, en Belgique, où j’ai travaillé, en grande partie, dans la publicité écrite. Je consacre, depuis de nombreuses années, la plus grande partie de mon temps à la lecture d’oeuvres philosophiques et d’Histoire des Religions.

Les écrits qui en découlent ne sont dus qu’à l’aboutissement de mûres réflexions.