l'autre LIVRE

Michèle PERRET

Le Premier Convoi -1848

Le Premier Convoi -1848

de Michèle PERRET

D'une fiction, l'autre (CHÈVRE-FEUILLE ÉTOILÉE) | Paru le 24/10/2019 | 15,00 €

Le 22 février 1848, Paris se soulève contre le roi Louis Philippe. La Deuxième République est proclamée ; Alphonse de Lamartine impose le drapeau tricolore. 
Des Ateliers Nationaux destinés à procurer du travail aux chomeurs parisiens sont créés puis fermés  rapidement par l’assemblée conservatrice.
Fin Juin une nouvelle insurrection est réprimée dans le sang.
Pour se débarasser des fauteurs de troubles on leur propose de créer des colonies agricoles en Algérie.
Un décret du 20 septembre 1848 stipule que les colons devaient partir le plus vite possible.
Arrivés en Algérie, la déception est grande : ni bananiers, ni orangers, ni champs de blé : la terre est couverte de ronce, l’armée les accueille souvent l’arme au bras, comme des émeutiers. Les maisons prévues sont à construire, l’eau manque, le climat est malsain.

Michèle Perret nous invite à embarquer avec eux dans ce passionnant roman qui raconte l’histoire de ce premier des dix-sept convois, en octobre 1848.

Les arbres ne nous oublient pas

Les arbres ne nous oublient pas

de Michèle PERRET

D'un espace, l'autre (CHÈVRE-FEUILLE ÉTOILÉE) | Paru le 08/01/2016 | 15,00 €

Invitée à revoir les lieux de son enfance, la ferme coloniale de Terre du vent, Michèle Perret a surtout senti émerger l’indicible d’un passé de violences et de joies qui affleure encore dans l’Algérie moderne.

Des villas d’Aïn el Turk au cimetière de Sfisef/Mercier-Lacombe, son village, des petits bistrots d’Oran aux glaciers de Bel Abbès, sur les autoroutes chinoises ou dans la mythique forêt de Guetarnia, dans les fermes abandonnées, dans la mémoire de hommes, dans les robes pimpantes des filles, dans les appels à la prière couverts par le chant des merles et jusque dans les fantômes de la ferme de son père, elle a traqué les souvenirs diffus du passé français de cette terre et découvert l’étonnant appétit de bonheur des Algériens. 

Entre émotion et sourire, cette histoire décrypte comme peu l’ont fait la tragédie qu’ont vécue – et que vivent encore – deux peuples qui n’étaient pas aussi ennemis qu’on a bien voulu le leur faire croire.