l'autre LIVRE

Georges JOUMAS

LA TRAGÉDIE DES LYCÉENS PARISIENS RÉSISTANTS, 10 JUIN 1944 EN SOLOGNE

LA TRAGÉDIE DES LYCÉENS PARISIENS RÉSISTANTS, 10 JUIN 1944 EN SOLOGNE

de Georges JOUMAS

Corsaire (CORSAIRE) | Paru le 12/10/2020 | 18,00 €

Le 6 Juin 1944, les troupes anglo-américaines débarquent en Normandie. Le 10 juin, dans l’après-midi, se joue le drame le plus effroyable de l’occupation nazie en France. A Oradour-sur-Glane, 642 habitants sont brûlés vifs ou fusillés, victimes de la barbarie des SS de la division Das Reich qui remonte vers le nord. Ce même jour, à 250 km du village limousin, en Sologne, dans les fermes du By, de Cerfbois et de Grandbois, une autre tragédie se déroule, visant des lycéens et quelques étudiants. En route pour renforcer les maquis de Corrèze, 41 jeunes résistants parisiens, membres du réseau Thermopyles, sont fusillés par la Gestapo ; quinze autres mourront en déportation, ainsi que deux propriétaires qui les avaient hébergés ; en tout, 58 victimes. Quelque 70 ans après, ce livre présente et analyse les faits. Il en relate également les suites judiciaires de l’Après-guerre : les procès des agents français de la Gestapo et la recherche des responsables nazis en fuite, notamment le Kommandeur Fritz Merdsche, le Barbie orléanais.

Les deux premiers fusillés pour l'exemple des mutineries de 1917 : René-Louis Brunet et Emile Buat

Les deux premiers fusillés pour l'exemple des mutineries de 1917 : René-Louis Brunet et Emile Buat

de Georges JOUMAS

Regain de lecture (CORSAIRE) | Paru le 15/10/2019 | 14,00 €

En 1917, après l'échec de l'offensive du chemin des Dames les mutineries éclatent. René-Louis Brunet et Emile Buat incitent leurs camarades à désobéir. Ils seront les deux premiers fusillés pour l'exemple. L'auteur relate leur itinéraire, analyse le déroulement du conseil de guerre dans le contexte de la répression et aborde le débat actuel sur la réhabilitation des fusillés pour l'exemple.

Alfred Dreyfus citoyen

Alfred Dreyfus citoyen

de Georges JOUMAS

Regain de lecture (CORSAIRE) | Paru le 16/04/2018 | 18,00 €

12 juillet 1906 : la Cour de cassation proclame solennellement l’innocence du condamné de l’île du Diable.

Mais les épreuves d’Alfred Dreyfus ne sont pas terminées. Le gouvernement Clemenceau refuse de reconnaître, dans la carrière de l’officier, les années perdues durant sa détention. Très amer, Dreyfus prend donc une retraite anticipée. Il est encore et toujours victime des agissements de l’extrême-droite antisémite : injures, lettres anonymes, harcèlements à domicile, menaces de mort et même un attentat au cours duquel il est blessé.

Citoyen désormais libre, il adhère à la Ligue des Droits de l’Homme et se passionne pour les questions politiques et syndicales. Il soutient publiquement des victimes d’injustices. Il fréquente le salon de la marquise républicaine Marie Arconati Visconti où il rencontre des parlementaires et des hommes de lettres.

Des journaux, des archives de la police et de l’armée, une abondante correspondance permettent de reconstituer la période biographique (1906-1914) d’un Alfred Dreyfus qui surprendra le lecteur.

Docteur en histoire contemporaine, Georges JOUMAS, spécialiste de la IIIe république, est l’auteur de Louis Gallouédec (1864-1937), géographe de la IIIe république, des Échos de l’Affaire Dreyfus en Orléanais, de Alfred Dreyfus, officier en 14-18, de La tragédie des lycéens parisiens résistants : 10 juin 1944 en Sologne. Il s’intéresse tout particulièrement à lAffaire Dreyfus et à ses prolongements pour l’intéressé…