l'autre LIVRE

Pierre GODARD

Récits de la pire espèce

Récits de la pire espèce

de Pierre GODARD

Nouvelles (5 SENS) | Paru le 30/10/2021 | 17,90 €

Les marchands de fourrure mis à part, personne n’aurait donné cher de la peau de la louve Anastasia, après ce qui lui était arrivé dans le Grand Nord canadien. Oui, mais les idées ont le cuir plus dur que les corps de chair et d’os selon Platon. C’est donc l’image de la louve qui s’installa pour une durée indéfinie dans l’esprit du trappeur qui l’avait piégée. Une louve devenue abstraite, donc forte de son immortalité (selon Platon). Et qui plantait le regard paisible de ses yeux mordorés dans la mémoire, traumatisée par son forfait, du chasseur. Mais, les derniers seront les premiers, selon un disciple de Platon devant lequel tous se prosternèrent, plus tard.

Pierre Godard

Ingénieur civil des Mines, conjugue penchant pour les sciences dures et passion pour la littérature. Auteur de nombreux romans, essais et nouvelles, dont : On a rogné les dents de la mort - roman - Thriller sur fond d'une catégorie philosophique rarissime en littérature (et aussi, paradoxalement, en philosophie) : l'égoïsme théorique.

On a rogné les dents de la mort

On a rogné les dents de la mort

de Pierre GODARD

Fiction (5 SENS) | Paru le 06/11/2017 | 21,60 €

Le premier thriller philosophique

DEUX SALOPARDS et leur égérie ravageuse s’associent pour faire fortune. Mais reste-t-il des limites au crime, lorsqu’on croit posséder l’Ego absolu, unique par définition, dont tous les autres ne sont que des ombres, des attrapes faisant partie d’une vaste conspiration destinée à faire croire à l’Unique qu’il a des imitations ?

L’argumentation est à la fois fallacieuse et irréfutable, une bénédiction pour un tueur scrupuleux. Elle sert aussi à étayer une théorie de la réincarnation s’appuyant sur le langage moderne du tueur-philosophe. Prise au sérieux, elle ouvre à chacun des perspectives illimitées et fonde une méta-psychologie adaptée à son horizon transcendant. Bonne ou mauvaise, il n’y a pas d’autre alternative aux foutaises des religions révélées. L’auteur tresse son histoire en entrelaçant trois thèmes apparentés.

Dans l’un d’eux, il raconte que la jeune Sullivan n’allait pas vivre longtemps : trop riche, trop belle, et en plus sosie parfait de l’égérie des truands. Des types qui raisonnent logiquement juste, mais socialement faux. Un bon électrochoc va les ramener à la raison.

Ils s’en moquent, ils se prennent pour Rama, la mort n’est qu’un moyen de transport pour aller plus loin. L’Ego est plus fort que tout, malgré son air volatil et inconsistant. Ils arrivent ainsi au bout de leur chemin de violence, là où la violence s’en prend… à la mort elle-même.

Pierre Godard

Ingénieur civil des Mines, puis passionné de littérature, les mots éclatent sous la plume de Pierre Godard comme des bombes. Il est fasciné par la liberté de description et d’affirmation inouïes offerte par les mots. Il n’y a aucune règle a priori qui permette de distinguer les mots qui disent vrai de ceux qui mentent. On est obligé de faire confiance à l’auteur. Et une seule chose peut asseoir cette confiance : que l’auteur écrive dans un français de diamant. Les amateurs de littérature de haute volée ne devraient pas être déçus à cet égard par Pierre Godard.