l'autre LIVRE

Lionel-Edouard MARTIN

Cor

Cor

de Lionel-Edouard MARTIN

Temps réel (PUBLIE.NET) | Paru le 29/08/2018 | 14,00 €

Cor n’a rien fait pour.
Clarinette non plus n’est pas responsable.
Ça devait venir, c’est venu. Certains diraient que c’était écrit dans le ciel, une constellation stipulant tout ça du commencement jusqu’à la fin.

Cor est un cri d'amour. L'histoire, au plus profond de la Vienne, de Cor et de Clarinette, leur union clandestine. Elle mariée à un autre, lui vivant seul avec ses cochons. Tirant chacun leur surnom de l'Harmonie municipale, où ils tiennent leur pupitre et se retrouvent, et de ce dont ils jouent. Cor et Clarinette vivront, plusieurs années durant, ivres de musique et du souffle de l'autre.
Les pieds sur terre, le corps tout entier engagé dans le cuivre de son instrument, Cor, en quête d'une harmonie de cœur, fait l'expérience du temps qui passe et des duretés de l'existence. Ce livre est son histoire.
Avec ce court roman à la langue à la fois ample et pudique, Lionel-Édouard Martin poursuit sa singulière exploration des corps affectés, des mots meurtris et du terreau qui les porte.

Icare au labyrinthe

Icare au labyrinthe

de Lionel-Edouard MARTIN

La Grande Collection (SONNEUR (EDITIONS DU)) | Paru le 26/05/2016 | 16,00 €

Accompagné de la jeune et blonde Palombine, dont on ne sait pas grand-chose, si ce n’est qu’elle le trouve tendrement ringard, le narrateur, poète obscur et misanthrope, effectue en voiture un voyage nostalgique à travers la France. Chemin faisant, tous deux discutent littérature, géographie, gastronomie, s’amusent avec les mots, testent des hôtels, avant de regagner la région parisienne, où le narrateur doit prendre part à un événement culturel, ultime étape de ce road trip qui s’achèvera au beau milieu d’un trottoir.
Icare au labyrinthe commence par un éloge de la lentille verte, se poursuit par une violente scène d’orage, une visite chez un étrange imprimeur, une dégustation de vins et des hallucinations dans un musée, pour se terminer par une improbable soirée mondaine. C’est sur ce fond narratif sensible, mélancolique parfois mais toujours empreint d’ironie, que Lionel-Édouard Martin développe sa prose, enrichie d’une satire de la vie contemporaine, particulièrement des milieux artistiques et littéraires.

Faire avec

Faire avec

de Lionel-Edouard MARTIN

soc & foc (SOC ET FOC) | Paru le 15/03/2015 | 12,00 €

« Faire avec » : l’heure est au bilan, résigné, convoquant, à défaut du futur incertain, le présent, le passé, les entours – mémoire, corps, objets, terres, bêtes, accidents du ciel ; pour, ce méli-mélo de choses et de mots, tâcher de l’organiser comme on peut, l’oreille et l’œil enrôlés afin de capter – la poésie y pousse – échos sonores et visuels, « équivoques » supposées « f[aire] jaillir des significations inouïes.1 »
Court espace du poème en prose, qu’il s’agit de combler de sens, et dont le cher Max Jacob – alors un brin énigmatique – écrivait, dans son Cornet à dés, qu’il sert à « situer » : à, si on extrapole, nouer ce que le sens commun répugne à nouer, et dont pourtant le nœud, formé, s’impose avec l’évidence des médiévales similitudes – qu’on se le dise, la cervelle et la noix, c’est du pareil au même.
Voir, donc, et écouter pour entendre ; et composer, de ces captations multitout, de l’étrange monstre originel, un petit univers, une demeure habitable, si « Toute maison cisèle le monde à l’image de son hôte, travaille à l’harmonie de la lumière désordonnée, prend le bruit dans sa paume et le polit de l’ongle. »
1 : Jean-Jacques Tyszler, La Revue lacanienne n° 3

 

Mousseline et ses doubles

Mousseline et ses doubles

de Lionel-Edouard MARTIN

La Grande Collection (SONNEUR (EDITIONS DU)) | Paru le 25/09/2014 | 17,00 €

Lors d’un séjour à Paris, Mousseline s’émancipe de la tutelle paternelle et rencontre Joseph.?Avec lui, elle décou­vre la ville, la littérature et l’amour. Leur passion, aussi imprévisible que totale, est tragiquement interrompue. Elle décide dès lors de s’installer dans la capitale et y ouvre une agence matrimoniale. En charge de l’éducation de son neveu Michel, elle reporte son affection sur l’enfant, avec le désir inconscient de lui voir endosser la personnalité de Joseph. Michel devra alors parvenir à s’imposer pour devenir pleinement lui même — un écrivain.
À sa manière sensible, poétique, imagée, Mousseline et ses doubles est une saga française et familiale, qui débute à la fin du dix-neuvième siècle en province et s’achève de nos jours à Paris. C’est un voyage à travers la France, sa géographie, son histoire (la Seconde Guerre mondiale, la guerre d’Al­gérie…). On y retrouve l’intérêt de Lionel-Édouard Martin pour les années 1950 et 1960, dans lesquelles bien des lec­teurs pourront trouver un écho à leur propre héri­tage.

L’auteur

Né en 1956, Lionel-Édouard Martin est à ce jour l’auteur de plus d’une vingtaine de textes, partagés entre poésie et narration — dont Anaïs ou les Gravières, publié aux Éditions du Sonneur en 2012. Son œuvre narrative, très singulière, est caractérisée par une écriture alliant une grande variété de tons, de la narration sèche à la poésie en passant par l’ironie subtile et la mélancolie.

Nativité cinquante et quelques

Nativité cinquante et quelques

de Lionel-Edouard MARTIN

Les Séditions (VAMPIRE ACTIF (LE)) | Paru le 15/11/2013 | 14,50 €

Un soir de Noël, dans les années cinquante : Maît’Louis, un vieux rebouteux usé par les maux de tous ceux qu’il a guéris, guette au crépuscule, au seuil de sa vieille demeure, d’importants visiteurs. Grâce à son éolienne, savamment installée par Jean Dieu, le boulanger, il enguirlande de lumière le grand marronnier, seul repère visible par les passagers de l’Ariane partis, bravant la tempête de neige, en quête d’un médecin pour soigner leur nourrisson et leur imposante tante matriarche. Happés par la nuit, ils s’égarent sur les routes de cette âpre campagne…

La langue de Lionel-Édouard Martin, toute de matières et de saveurs, sert à merveille un récit magnifique qui n’est pas sans évoquer un étonnant conte de Noël.

Fers

Fers

de Véronique GENTIL

Les Echappées (VAMPIRE ACTIF (LE)) | Paru le 31/10/2011 | 13,00 €

« Dans une vie d’homme et de lecteur, il est de ces moments de grâce où quelques mots sur une page font soudain basculer dans un autre moment de l’existence, induisant une rupture dans le continuum lent du temps qui passe et que, l’âge aidant, plus rien ne semble pouvoir étonner. Je n’ai le souvenir d’un pareil bouleversement que lors de la découverte, il y a de cela bien longtemps, de Claudel et de Guillevic : comme si d’un coup toute évidence s’affaissait, comme si le monde se transformait sous la puissance d’une parole révélée et qui nous fait mûrir plus vite que la succession des années. [...] Il ne fait aucun doute à mes yeux que nous sommes face, avec l’œuvre actuelle de l’auteur de Fers et dans ses développements à venir, à l’une de ces grandes œuvres auxquelles se confronte – et se confrontera – notre destin. »
 
(Lionel-Édouard Martin, extrait de la postface)
Brueghel en mes domaines : Petites proses sur fond de lieux

Brueghel en mes domaines : Petites proses sur fond de lieux

de Lionel-Edouard MARTIN

Les Echappées (VAMPIRE ACTIF (LE)) | Paru le 31/10/2011 | 16,00 €

Cent quarante proses poétiques pour rythmer pas à pas un itinéraire, explorer des domaines, des lieux essentiels où s’enracinent des méditations sur l’être de la poésie et de la création.
 
L’œil aux aguets, l’oreille tendue vers les accords du monde, Lionel-Édouard Martin approche, transforme et façonne les éléments, les rencontres et les aléas du quotidien dans une parole charnelle où s’incorporent la voix des origines et celle des mythes fondateurs de l’Humanité.
 
« Il n’est d’écriture que dans un ressenti particulier de l’univers, où les mots appellent, au-delà des êtres et des choses, un monde épuré de substance, où les corps sont de gloire et tiède la pierre – abolies frondes et catapultes. »