l'autre LIVRE

Eva BAPTISTE

L'INTRANQUILLE N°17

L'INTRANQUILLE N°17

de COLLECTIF

L'INTRANQUILLE (ATELIER DE L'AGNEAU ÉDITEUR) | Paru le 07/10/2019 | 17,00 €

Pour cette livraison, nous poursuivons notre nouvelle rubrique : « changer d’air changer d’art », avec LILIANE GIRAUDON.

Après avoir publié beaucoup de traductions, ici nous faisons découvrir un auteur brésilien connu HELENO GODOY et  un italien à découvrir SACHA PIERSANTI.

Retour aux auteurs français, ici 13 nouveaux venus. La plupart des textes sont choisis parmi les manuscrits reçus, de poésie et de petites proses.

J’avais entendu Anna Serra lors d’une conférence et je lui ai demandé une étude sur la poésie sonore, son point de vue étant très original.

 Concernant le thème :

VILLES FANTÔMES provient d’un manuscrit reçu par la poste, de Frédéric Dany que nous ne connaissions pas. Son travail sur la ville de Loudun a lancé le thème. Nous avons reçu beaucoup de participations photo-graphiques et textuelles au point que deux dossiers doivent y être consacrés. La suite sera donc publiée dans le numéro 18 de mars 2020. Parmi les 10 écrits, chacun a choisi une petite ville en abandon ou une grande ville déjà sinistrée comme dans ce n°17 :  Hiroshima, Sarajevo, Pompéi.  Certains restent dans la description hyperréaliste (Dany, Ch’Vavar), d’autres partent dans une vague poétique (Lepère, Cauda « intracranium ») imaginaire (Siébert), ou retournent au passé (Les dessous de La Défense  (Nic Sirkis). Brigitte Stern représente les villes en guerre – toutes forcément fantômatiques – par des traces encore actuelles…

Tous les collaborateurs critiques sont pour la première fois réunis. S’y adjoint Matthieu Gosztola : 6 noms pour parler de lectures …      En couvertures : Photos d’Aurélien Villette

Ça fait désordre

Ça fait désordre

de Eva BAPTISTE

l'Appel du large (ABORDO) | Paru le 30/10/2017 | 8,50 €

Certains désordres sont liés aux lieux et à la mémoire ; hors de toute topologie, d‘autres ramènent l‘Être à la confusion, le poussant à affronter la solitude, la fragilité, l‘immensité, la marche forcée inhérente à l‘aventure humaine...
Ainsi, au-delà des mots, nous succombons au visible.

Face au désordre, avec audace, Eva Baptiste serre contre son cœur le poème comme une forme de salut, d‘attente et de rencontre.
On entendra ici, à haute voix avec un ton pénétré de vigueur, des mots lourds d‘émotion et de sens, des mots qui traduisent d’infimes et de grands événements dans un mouvement où le désordre s‘oppose au linéaire et au symétrique. Le temps présent, à venir et à passer s‘interpénètrent dans cette quête d‘équilibre et d‘espoir.

 

Eva Baptiste est née à Paris en 1985.
Ça fait désordre est son premier recueil de poésie publié.