l'autre LIVRE

Denis JULIN

Le furet égaré

Le furet égaré

de Denis JULIN

Pavillon Noir (CORSAIRE) | Paru le 04/06/2019 | 14,00 €

Une riche bourgeoise du 16e arrondissement de Paris gisant dans une flaque de sang. Un mari en fuite. Une course poursuite qui se termine dans un lac. Une affaire close ? Mais que contient cette étrange mallette retrouvée dans un véhicule immergé ? Qui est cet homme échoué aux portes d'un hangar, la mémoire éteinte ? Et pourquoi cet acharnement à se rendre à Limoges à la recherche de son passé ?

Tandis qu'un mystérieux tueur agit dans l'ombre, brouillant toutes les pistes, le capitaine Brunie va parcourir les routes avec un seul objectif : trouver en premier ce « furet baladeur » qui porte en lui la réponse à toutes ces questions.

Une « road story » haletante sur deux jours, une course en avant où l'enjeu est la vie même des participants...

La Lézarde du hibou

La Lézarde du hibou

de Denis JULIN

Pavillon Noir (CORSAIRE) | Paru le 17/04/2018 | 14,00 €

Il a toujours été gentil...

Le « hibou » c’est lui, un homme simple, banal, comme on en trouve des millions. Honnête, travailleur, il a fondé une famille puis a vieilli, en enfouissant au fond de son âme un drame de jeunesse. Certains se sont moqués de lui, d'autres ont voulu jouer au plus fort, et ils ont toujours gagné car jamais il ne s'est rebellé… par Amour pour « Elle ».

Jusqu'à ce jour où le déclic se fait entendre,

Celui d'une pendule dont on ne peut acheter les secondes,

Celui d'un chien d’acier qu'on lève sur une arme,

Un signe du destin qui lui fait relever la tête et le charge d'une mission :

Retrouver toutes ces personnes qui l'ont fait souffrir

Puis les anéantir…

...Une par une...

 

Denis Julin est un promeneur du passé, fossoyeur de nos regrets et confident de nos désirs les plus noirs. Il se fait remarquer lors de plusieurs concours de nouvelles (Pau, Bergerac, Pamiers, Chalabre ou même Gatineau au Québec), et en publie plusieurs recueils. Il nous livre ici son premier roman limousin, celui d’un anti-héros qui franchit un matin la frontière de la moralité et de la bienséance, cette ultime barrage qui contient avec peine parfois nos désirs refoulés et qu’un rien peut emporter sous la pression de la vie…