l'autre LIVRE

Claire LE CAM

Lettre d'un frère à ses sœurs (moins une)

Lettre d'un frère à ses sœurs (moins une)

de Claire LE CAM

singuliers pluriel (ISABELLE SAUVAGE) | Paru le 15/05/2018 | 14,00 €

« Bien chères sœurs, » : si l’adresse de cette Lettre d’un frère à ses sœurs (moins une) sonne comme une prière, l’incipit résonne comme un coup de poing : « La sœur deuze est bien morte. »

À la suite de l’incinération de sa sœur, le temps d’une journée entamée au petit matin sous le signe de l’alcool, un frère, unique garçon de la fratrie, prend la parole et déverse dans un flot de mots hostiles et triviaux la violence des liens familiaux, un amour pour le moins ambigu transformé en devoir d’aimer. Ne s’excluant pas de la folie de ce cercle familial fait de clôtures, véritable zone d’enfermement, c’est un homme obsédé par sa propre déchéance et au bord du gouffre qui se livre, chargé de cette « besogne d’être pour vous jusqu’après ma vie votre frère ».

D’une écriture nerveuse et incisive, puissante et terriblement imagée, Claire Le Cam fait entendre la voix comme infestée du frère, sa parole « objectivement insupportable et tragique », et dépeint ainsi sans filtre une famille engluée, déboîtée.

Des lignes de janvier à avril valent pour tous les mois et toutes les lignes

Des lignes de janvier à avril valent pour tous les mois et toutes les lignes

de Claire LE CAM

Pas de côté (ISABELLE SAUVAGE) | Paru le 16/11/2017 | 5,00 €

Bien sûr, il fallait que Claire Le Cam prenne à contrepied la nomination de notre collection « pas de côté » avec cette digression sur la ligne pour mieux s’y inscrire…

« j’écris des lignes j’écris sur des lignes parce que je n’écris pas […] j’écris sur des lignes pour me donner du courage à écrire j’écris sur des lignes parce que dans le métro ça n’est pas facile d’écrire hors des lignes… » et ainsi tout au long d’un texte essoufflé, sans pause aucune, sans ponctuation, sans majuscule.

On le voit, ce carnet de lignes dans le métro (encore des lignes), les pages qui se noircissent de lignes d’écriture, et si « ça pourrait ressembler à une punition faire des lignes recopier des lignes », si l’auteure se dit en panne d’écriture, elle aime trop « apprivoiser la ligne » et elle a trop d’humour pour ne pas mettre son grain de sel dans cet exercice en apparence un rien gratuit et de loin le dépasser. Ainsi, l’air de rien, défilent ligne de vie, ligne de conduite, lignes du corps (garder sa ligne), lignes de cœur, lignes de la main, ligne de démarcation, pêche à la ligne, lignes qui pèchent…  « il faut passer cette phrase à la ligne comme il faut passer à autre chose à une autre étape de vie à une autre couche de peau », il faut « des lignes pour croire que chaque signe sert comme mon vote ce dimanche on est bien dans la merde ». Oui, il fallait que Claire Le Cam écrive ces lignes « parce que personne ne peut le faire à [s]a place » — et questionner sa place à elle, et nous interroger sur la nôtre.

L'enfant (triste)

L'enfant (triste)

de Claire LE CAM

Présent (im)parfait (ISABELLE SAUVAGE) | Paru le 16/05/2014 | 18,00 €

 

« J’ai éprouvé régulièrement du fond de mon être ce besoin de retrouver cette posture colimaçonne. Je me suis courbée pour écrire. Pour écrire de l’enfant (triste) que j’ai senti en un éclat et que je sens de loin, de très loin approcher en moi comme une mémoire perdue dans les dédales d’un corps d’enfant. Ce cœur imposant d’enfant (triste) m’a fait disparaître. Il m’a épongée. Me ressentirais-je dans le cœur de l’enfant autant en moi pour ressentir autant de mois ? »

 

D'un jour à un autre je vivrais autre

D'un jour à un autre je vivrais autre

de Claire LE CAM

Présent (im)parfait (ISABELLE SAUVAGE) | Paru le 15/09/2010 | 8,00 €

 

Jour 30
Elle n’en est pas une à talons hauts. Elle n’en est pas une avec des mots doux et des phrases enjolivées. Elle n’en est pas une aux bonnes manières. Elle n’en est pas une servile et plaquée. Elle aspire au plus rapide au plus odorant aux coups à donner plus prestes et plus sévères. Elle a le regard lent et la houppe redressée. Elle a le talent du désastre. Elle veut me lever pour faire rebondir son ventre et lui faire faire des bulles. Elle prend un peu des deux un peu de lui un peu d’elle mais elle, elle en a deux.
Qu’est-ce qui se trame donc ici ?
Phasmagoria

Phasmagoria

de Claire LE CAM

Présent (im)parfait (ISABELLE SAUVAGE) | Paru le 15/09/2009 | 15,00 €

 

Tout ce temps en lignes décomposé est propice au leurre 
fondamental. Le présent vous installe confortablement 
et puis vous dégage d’un coup d’hypothèse, et puis 
vous assomme d’un coup d’avenir tandis que l’imparfait 
vous donne l’impression d’exister. Votre vie s’épaissit 
en 673 lignes parce que vous voulez y croire parce 
que vous n’êtes pas de votre temps.
On ne sait pas qui du temps conjugué ou du vôtre est dupe.
Raccommoder me tourmente

Raccommoder me tourmente

de Claire LE CAM

Présent (im)parfait (ISABELLE SAUVAGE) | Paru le 19/09/2008 | 15,50 €

 

Un écho me dit que je ne suis pas vierge car je sens le romarin et l’acrylique, que mon cœur commence à se montrer mauvais. Je n’ai pas cru au cœur mauvais. À l’acrylique au romarin pourquoi pas.
Goutte à goutte, le corps vibre de griffures d’hématomes d’ecchymoses d’eczéma d’urée saliveuse. Je ne suis pas une nature morte.
La jupe rouge passe dans le courant d’air. Le haut de la cuisse se soulève. L’odeur d’un sexe passe.