l'autre LIVRE

L'arrestation, Kafka-Derrida

de Jean ESPONDE

   Journaliste littéraire, le narrateur se rend à Prague. Il travaille à

un livre concernant les écrivains et poètes tchèques d’aujourd’hui.

Se joignent alors les échanges avec une étudiante qui doit choisir un sujet de mémoire concernant la tentation de la fiction chez des essayistes et philosophes. Barthes ou Derrida ?

   Accusé de trafic de drogue, le philosophe français Jacques Derrida

a été incarcéré à Prague du 30 décembre 1981 au 1er janvier 1982.

Il portait avec lui les feuillets d'une prochaine communication à propos du texte de Franz Kafka Devant la loi. " Vous devez avoir l’impression de vivre une histoire de Kafka" lui dit un avocat.

 

   Le narrateur retrouve également Kafka, dans l’œuvre, les relations,

les conflits, les lieux fréquentés : bureau, café où il a lu Le Verdict, logements… Renaissance tchèque, antisémitisme croissant et guerre des langues. Les liens attachant Derrida à Kafka vont se multiplier,

le projet d’écriture du narrateur évoluer. Et les différents pôles

du récit se rejoignent vite.

 

   L’image du Praguois apparaissant ici n’est pas la plus répandue – modèle de l’Écrivain Solitaire, exploration du Moi, souffrance intime. Plutôt celle d’un homme en lutte avec son temps, l’habitant d’une grande ville aimée/détestée à la recherche d’une communauté introuvable.

Bonus

EXTRAITS

PAGE  24

"Pour ce soir, consolation d'une journée pénible à l'aide d'Ivan Blatný, bilingue, coll. Orphée, ouvrir au hasard, léger, plaisant, une trentaine d'années tchèques, et les quarante suivantes il deviendra une recrue fidèle pour les hôpitaux psychiatriques anglais.

Comme dessert nocturne rappel du jeune Vladimir Holan et de ses spectres, le poète interdit bientôt de publication, bientôt reclus, pas encore nobélisable. Et familier du pont médiéval, surtout la nuit ; retrouvé facilement le texte, un dossier de la revue Plein Chant, content d'avoir pensé à l'amener :"

PAGE   76  "Le texte : écrit en une nuit de septembre après avoir signé le contrat de Méditation ; moment inspiré c'est-à-dire un vrai travail d'écriture. Excitation procurée par les premiers échanges avec une jeune femme, ici démarrage de la correspondance avec Felice Bauer. Travail de l'écrivain : donner force et vie aux mots, et là, il est superbement résolu. Quelques semaines plus tard, toujours inspiré, c'est La métamorphose. Attention à ce mot "inspiré". Il renvoie à une image naïve de la littérature qualifiée il y a peu encore de "bourgeoise", romantisme, solitude du Grand Écrivain, l'Albatros, point de vue idéaliste, etc. Kafka n'en voulait pas. Moments d'intensité plutôt, de force, s'opposant chez lui à un travail continu, un rythme de croisière, celui de l'auteur installé gérant son œuvre en bon père de famille."

PAGE 118

"Françoise,

Merci pour Derrida ennanalyse, amusant en effet. Sinon vous avez raison, et il va écrire Spectres de Marx pour rappeler une exigence de justice irréductible à tous les héritages ou prétendus tels. Le mot "justice" n'est pas une Idée platonicienne, pas non plus un concept à déconstruire.

En plus, autant il n'a pas voulu s'associer à l'idolâtrie de Marx, autant il refuse de le dénigrer.

Ce dernier mail : juste le souci de ne pas nous entraîner dans une longue discussion.

Sinon j'essaie de m'amuser. La relecture en ce moment du brave soldat Chveik ; pour se défendre, les Tchèques savent utiliser l'arme de l'humour. Et cela procure une sorte d'ivresse littéraire très agréable. Redoublée par la tentative laborieuse de suivre en même temps la version tchèque. Pourtant Jaroslav Hašek peut se montrer sérieux.

Mots-clés :

Fiche technique

Prix éditeur : 18,00 €


Collection : proses

Éditeur : ATELIER DE L'AGNEAU ÉDITEUR

EAN : 9782374280363

ISBN : 978-2-37428-036-3

Parution :

Façonnage : broché

Poids : 209g

Pagination : 154 pages