l'autre LIVRE

Aux Editions du Petit Pavé

Histoire de soigner ou le Lavadonf

Histoire de soigner ou le Lavadonf

de CMU COLLECTIF DE LA MÉDECINE UTOPIQUE

Aux Editions du Petit Pavé (PETIT PAVÉ (LE)) | 22,00 €

Ami lecteur, réjouis-toi, car dans le flot littéraire qui inonde un public au bord de l’asphyxie, tu n’auras pas souvent l’occasion de trouver pareille bouteille à la mer. Un cru de choix amoureusement produit par six vignerons en liberté, accessoirement orthophonistes, infirmiers, médecins...

Ce millésime, garanti sans langue de bois, réunit une demi-douzaine de trublions habitués à écrire chacun dans son coin. Mais l’homme n’est pas fait pour la solitude.

Forgés à l’école de « Pratiques, les cahiers de la médecine utopique »,  revue impertinente et engagée à laquelle ils collaborent depuis plusieurs années, ils ont commis cet ouvrage sous l’impulsion de Dominique Pélegrin, journaliste et écrivain notoire. 

Ils ont revisité le pays du soin, usant d’une langue foisonnante où l’on perd facilement son latin, portant sur le réel un regard à leur image : décalé, poétique, burlesque, futuriste, provocateur, etc. La fiction a parfois du mal à atteindre le niveau de la réalité en ces temps où la crise budgétaire nous promet, sinon la famine, pour le moins de sérieux problèmes de disette dans le monde de la santé... 

Car si la nébuleuse soignante recèle des trésors d’humanité et de générosité, elle est aussi un système où le non-sens institutionnel, le fatalisme, le disputent à l’avidité (sournoise) des marchands de la santé.    

 

Aller simple

Aller simple

de Jacques THOMASSAINT

Aux Editions du Petit Pavé (PETIT PAVÉ (LE)) |

Aller simple et autres voyages. Les voyages sont multiples, et nous sont ici racontés à travers plusieurs nouvelles. Différents personnages, différentes histoires, mais souvent sans retour, juste un aller simple.L'homme qui part voyage seul. Qu'il monte dans un train ou un avion, ou même dans un corbillard. Parfois, comme dans une de ces nouvelles, il use de moyens de transport plus étranges. Et il arrive que cela ne soit que virtuel. Bien sûr, il est des voyages plus tragiques que d'autres. De plus désespérés. Mais humour et fraternité montrent toujours un sourire discret, même si, chaque fois, l'histoire et la vie s'achèvent en même temps. De Léon, pour qui ses amis se sont donné tant de peine, en pleine canicule, jusqu'à Fernand, parti retrouver un amour de jeunesse en récitant des vers de Walt Whitman, on croise dans ces récits aussi bien un ancien cambrioleur qu'un marathonien déchu, un joueur d'orgue de Barbarie qu'un mécanicien, détestant les voitures. Dans ces nouvelles, le voyage est toujours un< « aller » vers l'inconnu, vers des rêves souvent impossibles ou inachevés. Et il n'est pas toujours nécessaire d'aller loin. Voyager, c'est d'abord partir... Souvent, ici, sans retour. Un aller simple.