l'autre LIVRE

Arkhaia

Les soliloques du pauvre

Les soliloques du pauvre

de Jehan RICTUS

Arkhaia (PETIT PAVÉ (LE)) | Paru le 11/06/2012 | 20,00 €

Gabriel Randon, alias Jehan Rictus, côtoya pendant un certain temps les vagabonds et les sans-abris de Paris. De ce vécu, lui est venue l’inspiration des Soliloques du Pauvre. Ce recueil, composé de poèmes rédigés dans le parler populaire du début du XXe siècle, a été publié pour la première fois en 1895. Ses poèmes, témoins du vécu de son temps, dénotent au sein d’une poésie actuelle qui n’a d’autre sujet qu’elle-même. Si les Éditions du Petit Pavé ont décidé de rééditer ce recueil, c’est à la fois pour permettre à celui que les « braves gens » appellent « le Pauvre » de faire à nouveau entendre sa voix, mais c’est également dans l’espoir de voir renaître, un jour, une poésie populaire. L’en faut, des Pauvr’s, c’est nécessaire, Afin qu’tout un chacun s’exerce, Car si y gn’aurait pus d’misère Ça pourrait ben ruiner l’Commerce. Ben, j’vas vous dir’ mon sentiment : C’est un peu trop d’hypocrisie, Et plaindr’ les Pauvr’s, assurément Ça rapport’ pus qu’la Poésie : Je l’prouv’, c’est du pain assuré ; Et quant aux Pauvr’s, y n’ont qu’à s’taire. L’jour où gn’ en aurait pus su’ Terre, Bien des gens s’raient dans la Purée ! (Les Soliloques du Pauvre, « L’hiver ») Ouvrage illustré des illustrations d’origine de Théophile-Alexandre Steinlen complété d’un texte d’introduction de Gérard Cherbonnier et d’une correspondance inédite de Jehan RICTUS

Chair fraîche sur le pavé de Paname

Chair fraîche sur le pavé de Paname

de Maurice DRACK

Arkhaia (PETIT PAVÉ (LE)) | 22,00 €

Un roman policier écrit au début du XXe siècle par Maurice Drack (1834-1897), auteur méconnu, pourtant précurseur de Maurice Leblanc ou de Gaston Leroux, et qui nous offre ici un roman d’aventure imaginatif et généreux qui ravira tous les amateurs du genre. Une belle comtesse aveugle menacée par une marâtre sans scrupules, de mystérieux enlèvements, de « jeunes égarées » aussi sensuelles que dangereuses, une association de malfaiteurs, une confrérie de bienfaiteurs, des tziganes, des cartomanciennes, des comptables véreux ; mais aussi de l’amour, du poison, de l’érotisme, des bagarres au couteau, des prélats lubriques, des courtisanes au grand cœur, des masques, une visite gratuite des rues de Paris... Et ce n’est là qu’un bref et très incomplet aperçu de ce qui attend le lecteur qui aura la très bonne idée de se plonger dans ce livre !