l'autre LIVRE

La ligne d'horizon

Aucun respect pour les vaches sacrées

Aucun respect pour les vaches sacrées

de Marie Claude DEFFARGE & Gordian TROELLER

La ligne d'horizon (A PLUS D'UN TITRE) | Paru le 06/02/2017 | 12,00 €

 

Marie-Claude Deffarge et Gordian Troeller se sont rencontré en 1948. L’un et l’autre avaient vu leurs vies bouleversées par la guerre. Gordian Troeller, né en 1917, est luxembourgeois. Il crée au Portugal un réseau anti-allemand et par une série de péripéties diverses se retrouve en 1944 correspondant de guerre sous uniforme canadien. De retour au Luxembourg, il fonde un journal anti-gouvernemental mais décide d’élargir son horizon. C’est ainsi qu’il parcourt, en tant que correspondant de plusieurs journaux, une grande partie de l’Europe. La française Marie-Claude Deffarge, née en 1924, poursuit des études en égyptologie à la Sorbonne, participe à  des réseaux de résistance et se découvre une passion pour la danse, en particulier le flamenco qu’elle pratique avec des gitans. Elle rencontre Gordian Troeller lors d’un spectacle de flamenco qu’elle donne à Amsterdam. A ce moment là il était correspondant de presse en Italie et ils décident de travailler ensemble...

 Un tournant majeur dans leur itinéraire se produit en Iran au de?but des années 70, quand ils font la connaissance de François Partant. Cet économiste français travaillait pour des banques et institutions de développement. Son expérience l’avait amené à douter du bien-fondé de ses activités. Ils échangèrent leurs analyses et décidèrent se lancer dans un travail de réflexion sur les notions de développement et de sous développement...

L’entretien qui suit a été réalisé en 1981 par Daniel Serceau, dans les locaux d’une association belge Libération Films , qui a œuvré à  faire connaître leur travail à un large public. Marie-Claude Deffarge meurt le 17 juillet 1984. Gordian Troeller continuera à filmer jusqu’en 1999, année où il réalise un film-bilan sur son œuvre. Ce sera le dernier. Il s’éteint le 22 mars 2003. On ne peut qu’espérer que leur travail, original autant que décapant, soit redécouvert, en particulier par les jeunes générations, car à bien des égards il nous donne des clefs pour comprendre le présent.

Extrait de la préface de Sylvia Pérez-Vitoria

 

Du Chômage a l'Autonomie Conviviale  (Nouvelle Edition)

Du Chômage a l'Autonomie Conviviale (Nouvelle Edition)

de Ingmar GRANDSTEDT

La ligne d'horizon (A PLUS D'UN TITRE) | Paru le 10/05/2012 | 7,00 €

 

Écrit en 1982, ce texte n’a rien perdu de son intérêt. À l’époque comme aujourd’hui, le système industriel est devenu contre-productif et instable, et le chômage touche ou menace une bonne part de la population. Mais c’est peut être une occasion de diminuer la part d’hétéronomie dans nos vies, et de gagner en autonomie et en convivialité. En imaginant un scénario consistant à passer les salariés d’une entreprise à temps partiel au lieu de procéder à des licenciements, ce livre étudie comment il est possible d’utiliser le temps ainsi libéré pour des activités productives vernaculaires. Il propose de procéder par étapes, détaillées avec précision, pour aboutir à engager un démantèlement sélectif des filières industrielles, réflexion qui aujourd’hui redevient d’actualité.

L'impasse industrielle : Un monde à réoutiller autrement en tous lieux

L'impasse industrielle : Un monde à réoutiller autrement en tous lieux

de Ingmar GRANDSTEDT

La ligne d'horizon (A PLUS D'UN TITRE) | Paru le 01/09/2010 | 22,00 €

Commencer une décroissance de la puissance et de la démesure suppose justement que la créativité qui fait tant défaut à l’élite surgisse d’autres couches de la population, que des gens « ordinaires », où qu’ils soient, se décident à s’aventurer dans une dissidence pratique. Mais cela ne pourra se faire que si la dimension positive de cet immense défi prend le dessus sur l’angoisse et la peur et stimule les esprits. Car c’est le positif de la vie qui révèle le négatif, et non pas l’inverse, c’est le positif qui éclaire et libère. Changer d’échelle est devenu une nécessité dramatique. Mais ce peut aussi devenir l’occasion, en tous lieux, d’un étrange bouillonnement créatif, d’une transformation inespérée au milieu du chaos : reconquérir une indispensable maîtrise locale de nos existences quotidiennes, ouvrir le champ des relations interpersonnelles, se donner d’autres pratiques et d’autres buts dans la recherche scientifique et technologique (comme pour le « FabLab », par exemple), accueillir la surprise joyeuse de faire des choses ensemble, de recréer du lien social dans les cités et les quartiers urbains délabrés, les petites villes à l’abandon, les territoires ruraux ou rurbains disloqués. 

Finis terrae

Finis terrae

de Bernard CHARBONNEAU

La ligne d'horizon (A PLUS D'UN TITRE) | Paru le 20/02/2010 | 17,00 €

 

Consommation et disette d'espace.

Le monde où nous vivons dévore l'espace : il remplit l'étendue, détruit les sites et lieux. Or, même en y incluant l'Océan qu'il commence juste à consommer, l'espace humain est un espace fini. On le sait depuis Magellan qui n'en fit même pas Ie tour. Et pour maintes raisons qui, toutes, convergent vers ce résultat, cet espace clos ne cesse de rétrécir.

D'abord pour la raison simple qu'il y a de plus en plus d'hommes pour se le partager, la population du globe croissant jusqu'ici de façon géométrique. Et la pression de l'homme sur l'homme est d'autant plus sensible que notre société urbaine les concentre jusqu'à plus de cent mille au kilomètre carré. Ce qui fait que même s'il y a de la place à côté, il est incapable de l'imaginer et l'on doit l'y conduire par la main.

Mais, en outre, cette population consomme bien plus d'espace par tête qu'autrefois. Son activité - et son agitation - est bien plus grande. Qu'il s'agisse des pays développé (ou involués) ou de ceux " en voie de développement ", elle est multipliée par cent comme le montre leur consommation d'énergie, notamment pour le transport rapide. L'idée de Progrès est liée à Ia maîtrise et à la négation de l'espace. Progresser : mieux aller, c'est aller plus vite ; bien que si l'on compare le confort et l'espace disponible des avions par rapport à celui des paquebots, cette opinion se discute. Là aussi après avoir atteint un sommet, la courbe retombe. Le siècle dernier disait " vaincre la distance ". Mais on ne la vainc pas, on la nie. De maintes façons, l'autoroute, le T.G.V., l'avion abolissent le voyage à travers l'inépuisable diversité de l'espace terrestre; il n'en reste que du transport, comme on le dit des colis. Tout est sacrifié à cette illusion : vaincre l'espace-temps ; vu d'avion, il n'en subsiste que des nuées entrouvertes un instant sur une carte. L'on survole de trop haut, et trop vite. La vitesse de tels projectiles détruit ; tel le large coup de sabre de l'autoroute, avec sa frange vide parsemée de toutes sortes d'éclats et de bâtisses. 

Notre victoire sur l'espace nous en prive. L'ancienne terre était illimitée, celle de Magellan avait quelques années de tour, celle de Jules Verne n'avait plus que quatre-vingt jours. Celle de nos avions et de nos fusées n'a que quelques minutes. Nous sommes pris au piège de la terre, et tous nos efforts pour en sortir jusqu'ici ne font que le resserrer ; les quelques raids dans la banlieue voisine n'incitant guère à s'y établir. L'indispensable matériau de l'existence humaine : l’espace-temps, est le seul que nous ne pouvons espérer fabriquer un jour. A une vitesse vertigineuse, nous sommes en train d'épuiser ses réserves - qui sont celles de toutes nos sources d'énergie et matières premières - sans guère nous interroger à ce sujet, même dans ce petit cap de l'Eurasie où elles sont particulièrement faibles. Oubliant que l'espace est inséparable du temps au moment même où nous le découvrions, nous avons cru l'étendre en accélérant nos moyens de transport, alors qu'ils précipitent l'implosion de la peau de chagrin que nous avons sous les pieds, implosion que ne compense en rien l'explosion de nos fusées dans le vide interstellaire.

 

 

Entre mondialisation et décroissance : L'autre Afrique

Entre mondialisation et décroissance : L'autre Afrique

de Serge LATOUCHE

La ligne d'horizon (A PLUS D'UN TITRE) | Paru le 22/07/2008 | 12,50 €

 

Ce livre est un recueil d'articles ou de conférences qui revient utilement sur la question de l'Afrique informelle, celle des naufragés du développement, suite à la faillite économique de l'Afrique « officielle » : en 1998, la part de l'Afrique noire dans l'économie mondiale représentait moins de 2 %. Les différents chapitres donnent des éclairages divers sur les rapports entre l'Afrique et la mondialisation, tout en situant le continent africain par rapport à des débats contemporains, tels ceux sur la décroissance, et en revenant sur des questions plus anciennes, comme celle de l'aide au tiers monde. Basé notamment sur des expériences de terrain, le propos de l'auteur tente de cerner comment « l'autre Afrique » peut être considérée comme un « laboratoire de la postmodernité », c'est-à-dire une alternative viable à la débâcle économique induite par la mondialisation.

                                      

Carnet de voyage en Pologne : Du 15 au 30 mai 2006

Carnet de voyage en Pologne : Du 15 au 30 mai 2006

de François DE RAVIGNAN

La ligne d'horizon (A PLUS D'UN TITRE) | Paru le 01/11/2007 | 11,80 €

Que se passe-t-il à nos portes chez les paysans des pays de l’Est rattachés à l’Union Européenne en 2004 ? Pour en savoir plus, François de Ravignan, agronome, a effectué en mai 2006 un voyage en Pologne avec une équipe de ruralistes. Il en a rapporté le présent carnet de voyage. La Pologne abrite une forte population agricole, puisque le quart de sa population active est paysanne. Mais, suite notamment à l’entrée dans l’Union Européenne et à l’application de la Politique agricole commune, l’agriculture polonaise est en pleine mutation. Le nombre d’exploitations est déjà en train de diminuer, dans un pays où le taux de chômage est de 17%. Que vont devenir ces paysans chassés de la terre ? Les pratiques agricoles, jusqu’à présent relativement respectueuses des équilibres écologiques, tendent à s’industrialiser. Pourra-t-on éviter à la Pologne de voir disparaître sa culture paysanne ?