l'autre LIVRE

Durkheim et la sociologie française

de Salvador JUAN

Et si Durkheim n’était pas seulement ce chercheur lancé à corps perdu dans l’explication des fonctions sociales et des contraintes générées par le système ?

S’inspirant de ses illustres prédécesseurs et à l’aide de ses compagnons de route, il précisa les contours d’une discipline qui transcenderait la sociologie elle-même, la socioanthropologie, et en fonda ainsi l’École française.

Salvador Juan nous fait découvrir au fil des pages un Durkheim critique des effets pervers du développement économique, défendant l’unité du genre humain, attentif aux dynamiques historiques et aux conflits, soucieux de l’autonomie des personnes. Sont également présentés les principaux travaux, soulignant tant les influences mutuelles que la pensée commune, philosophique et politique, des nombreux collaborateurs de Durkheim tels que – aux côtés de Mauss – Hertz, Fauconnet, Hubert, Bouglé, Simiand, Halbwachs, etc. Enfin, l’auteur considère, avec de nombreux exemples à l’appui, que ce groupe de penseurs est opposé aux sociologies de l’intérêt et à celles qui insisteront plus tard sur les fonctions et les structures sociales.

Cet ouvrage permet de découvrir la tradition sociologique française ainsi que la manière dont des auteurs tels que Gurvitch, Duvignaud, Bastide, Leroi- Gourhan, Lefebvre, Ansart et, surtout Balandier, l’ont portée jusqu’à nos jours.

Les spécialistes des sciences humaines y trouveront une troisième voie entre l’individualisme rationaliste et les représentations d’une société uniquement conduite par ses mécanismes, sans acteurs.

Sommaire

Introduction

1. L’origine de l’École française de socioanthropologie

1.1 Les lumières de Montesquieu et de Rousseau
1.2. Comment l’effervescence sociopolitique et scientifique du XIXe siècle a nourri cette École française

2. La sociologie scientifique de Durkheim et la naissance de l’« École française socioanthropologie »

2.1. Des définitions de l’homme et du social
2.2. Cohésion et décohésion sociales
2.3. Le poids de normes et l’importance de l’autonomie
2.4. Par-delà la sociologie positiviste, la dimension anthropologique
2.5. La méthode sociologique de Durkheim, entre typologies, analyses comparatives, régressions causales et polarisations conceptuelles

3. La deuxième période des durkheimiens de 1917/18 à 1939/45

3.1. Des positions politiques des durkheimiens aux apports scientifiques de Marcel Mauss
3.2. Quelques apports insoupçonnés de durkheimiens oubliés ou dissidents
3.3. La socioanthropologie de Paul Fauconnet et d’Henri Hubert
3.4. Les fondements institutionnels des structures sociales avec Célestin Bouglé
3.5. Classes sociales, sociologie urbaine et méthodologie quantitative avec Maurice Halbwachs

4. Les prolongements de l’École française de socioanthropologie de la seconde moitié du XXe siècle à nos jours

4.1. Autour des Cahiers Internationaux de Sociologie : de Gurvitch à Balandier
4.2. Des (post)durkheimiens de plus en plus diversifiés dans les années 1960-70
4.3. Les prolongements contemporains et la diffusion de l’EFSA en socioanthropologie

Mots-clés :

Fiche technique

Prix éditeur : 12,70 €


Collection : Petite Bibliothèque des Sciences Humaines

Éditeur : EDITIONS SCIENCES HUMAINES

EAN : 9782361065492

ISBN : 9782361065492

Parution :

Façonnage : broché

Pagination : 280 pages