l'autre LIVRE

PORTRAITS

de Robert BRASILLACH

et Pierre SOMVILLE (préface)

 "Que faire de l’œuvre d’un écrivain condamné à mort pour intelligence avec l’ennemi à la Libération ? Fallait-il brûler les livres de Robert Brasillach après l’avoir fusillé le 6 février 1945 ? Depuis sa mort, la question ne cesse de resurgir…" 

     Qu’en est-il aujourd’hui, près de 75 ans après son exécution, dans une France où la seule évocation des noms de Pétain, Maurras ou Céline à l’occasion de commémorations provoque empoignades et débats ? Etait-il opportun de rééditer Portraits ? La réponse - affirmative – me semble couler de source, car l’art n’a que faire de la morale. (Gilles Antonowicz)

?

Depuis au moins un demi-siècle, pour le grand public, même lettré, le nom de Brasillach n’évoque le plus souvent que son inconduite idéologique pendant la guerre et sa condamnation en 1945. Plus, dans les meilleurs cas, un vague souvenir de la « Nuit de Tolède » dans son roman, best-seller des années 30, Comme le temps passe. C’est fort peu, au regard d’une œuvre abondante et variée, celle d’un homme qui perd la vie âgé d’à peine trente-six ans. En tout cas, c’est oublier que, parmi la profusion du romancier, de l’essayiste, du diariste et du dramaturge, Brasillach fut, malgré son jeune âge, l’un des plus grands critiques de sa génération. (Pierre Somville)

?

Bonus

Il est facile à l’heure où l’Europe vit des temps difficiles, de renvoyer à la littérature la responsabilité propre de la politique. Parler d’une « repolitisation de la littérature française face à la montée des populismes » suppose d’attribuer à une certaine production littéraire une légitimité préventive. Pour beaucoup d’hommes et de femmes de lettres il est encore possible de soigner le monde de ses démons et de ses maux par le biais de l’écriture. Tâche admirable et haute dirait-on, même si le résultat connu aujourd’hui est bien différent. Pour nous, le but de toute littérature n’est plus celui d’éduquer des masses inermes intellectuellement, mais plutôt celui, plus difficile encore, de pousser le lecteur vers une réflexion critique. On sait que Robert Brasillach est coupable. Coupable de l’article 75 du code pénal, d’intelligence avec l’ennemi. Coupable d’un antisémitisme exacerbé dans les pages de Je suis partout, édité chez Fayard. Coupable, finalement, de ses idées et de ses écrits. Pas question donc de réhabiliter l’homme, mais plutôt de donner visibilité et reconnaissance au talent d’un écrivain. Nous, lecteurs passionnés de littérature, citoyens européens opposés à la peine de mort, savons également que Brasillach était l’un des esprits les plus prometteurs des lettres françaises, doté d’un talent sitôt reconnu par la critique de tout rang. La question se pose alors : faut-il lire un écrivain en fonction de ses idées et donc dans un contexte de censure préventive, ou faudrait-il peut-être séparer l’homme de cet écrivain ? Quant au champ littéraire, peut-on hisser Céline au rang de grand écrivain et oublier hypocritement ses Bagatelles pour un massacre, L'école des cadavres, Les Beaux draps ? Peut-on publier Pierre Drieu La Rochelle dans la Bibliothèque de la Pléiade et continuer de diaboliser Brasillach - auteur ? Brasillach fait néanmoins partie de ce grand patrimoine littéraire français que contrairement à ce qu’un petit groupe de pression pense, ne se compose pas d’auteurs choisis en fonction de leur idéologie. La littérature nationale n’est pas une littérature nationaliste. C’est également l’ensemble de ces esprits les plus étonnants, les plus hauts, même les plus détestables. PORTRAITS, l’un des textes les moins connus de Robert Brasillach, paru la première fois chez PLON en 1935, est réédité dans son édition de 1952, préface de Pierre Somville, note de Gilles Antonowicz. En tête de ces études, plus précisément des articles consacrés à des auteurs contemporains qu’il avait publiés dans des revues à partir de 1931, il exprime son fin talent de critique littéraire.

?

Mots-clés :

Fiche technique

Prix éditeur : 20,00 €


Collection : CRITICA

Éditeur : EDITIONS LABORINTUS

EAN : 9791094464199

ISBN : 9791094464199

Parution :

Façonnage : broché

Poids : 400g

Pagination : 300 pages