l'autre LIVRE

Xavier VANANDRUEL

Tour du vieux monde

Tour du vieux monde

de Gassy MARIN

les géonautes (ARTISANS VOYAGEURS) | Paru le 15/03/2017 | 21,00 €

Le Belge Gassy Marin fut, au début du XXe siècle, un pionnier du mouvement des communautés anarchistes. Ardent partisan et propagateur de l'espéranto, il mena aussi à bien, de 1928 à 1938, un voyage qui le mena jusqu'en Chine et au Japon, dont ce livre reproduit le journal.


Vivant de peu, à l'imitation des habitants des pays traversés, il manifeste envers ceux-ci un extraordinaire esprit d'ouverture et de sympathie. Témoin aux premières loges  de l'histoire de son époque, des protestations de Gandhi jusqu'aux tensions déjà fortes en Palestine, il porte aussi une attention soutenue aux manières locales de cultiver, de bâtir, de mener une vie simple mais riche en humanité.


Par son exemple frugal et fraternel, celui qui écrivait : « le monde entier est devenu mon pays » peut bien représenter une icône pour aujourd'hui.

A pied vers la forêt de Bohême et la mer Noire : Une Europe revisitée

A pied vers la forêt de Bohême et la mer Noire : Une Europe revisitée

de Xavier VANANDRUEL

Récit de voyage (ARTISANS VOYAGEURS) | Paru le 17/01/2008 | 10,00 €

il détient une licence en mathématique et dix ans plus tard en philosophie. Mais enseigner ne lui suffit pas. Il prend donc une année sabbatique pour, partant de sa demeure de Bruxelles, rallier sac au dos la mer Noire. 
 
Il existe une fraternité des marcheurs solitaires. Non pas qu'ils appartiennent à un clan ou à une caste particulière. C'est plus subtil que cela : une sorte de goût commun pour les matins frisquets et les marches au grand soleil, une appétence pour la solitude mâtinée de fraternité, une curiosité d'autant plus vive que la marche est lente, une capacité à se passer des choses indispensables et à débusquer les fraises des bois si bien cachées qu'elles soient. Xavier Vanandruel cultive tout cela avec superbe, y ajoutant une note d'humour mélangée à une grande culture.
Préface de Bernard Ollivier 
illustration de Denis Graveleine