l'autre LIVRE

Siham BOUHLAL

Et ton Absence se fera Chair

Et ton Absence se fera Chair

de Siham BOUHLAL

Romans Situés (YOVANA) | Paru le 20/08/2015 | 17,95 €

Le premier roman de Siham Bouhlal nous fait voyager autour des thématiques universelles de l'amour, du deuil et de la nostalgie. L'auteure nous livre ses sentiments, bruts, fruits d'un vécu, d'un amour passionné et d'une blessure à jamais ouverte. Avec l'issue tragique comme axe d'une narration magistrale, Siham Bouhlal nous plonge dans l'intimité de sa relation fusionnelle avec feu Driss Benzekri, personnalité politique marocaine de renommée internationale, homme follement aimé avant tout. Elle nous livre bien davantage qu'un chant de tristesse ou qu'un cri de colère contre l'injustice fondamentale de sa perte : son intolérable deuil s'entremêle à la chronique poétique, sensuelle et envoûtante d'un amour qui déplaçait les montagnes.

Etreintes

Etreintes

de Siham BOUHLAL

Erotica (AL MANAR) | Paru le 27/01/2012 | 17,00 €

 

Une promenade dans l’alcôve secrète du désir… Siham Bouhlal dans ces micro-récits poétiques, ou très courtes nouvelles, nous ouvre la fiole parfumée du corps amoureux, qui laisse monter et se répandre sa fragrance. Le moment de jouissance se décline, s’exprime, se trace. Sueurs, vapeurs marines, musc, jasmin, salive, humus ; tous ces éléments jaillissent d’entre les lignes. Le désir assouvi ou bien resté à la lisière du rêve. Des femmes d’un autre temps, celui dit-on de l’oppression des libertés, portent leur amour à bras le corps, brûlent leur chair dans ses feux ; seul le désir les guide, l’amour abolit les règles et les frontières lui sont étrangères… 
Se démarquant des traités d’érotologie classiques, Siham Bouhlal et Albert Woda ne donnent guère ici de recettes aphrodisiaques ; ils s’insinuent dans le désir qui taraude les amants et leur donne une voix, une forme : il se lit, s’entend, se dessine. Voici un petit traité de l’amour dans sa charnelle incandescence. 
 
Siham Bouhlal est poète et médiéviste. Docteur es-lettres (Paris-Sorbonne), elle se consacre à la traduction de textes arabes classiques. La question de l’amour courtois, du corps et de l’acte amoureux dans son ensemble demeure une obsession chez elle. Sa propre création poétique a pour thème central l’amour,  mais aussi la question de la mort en son lien avec la passion. Elle a écrit plusieurs livres de dialogue avec des peintres de nationalités et d’horizons différents, Julius Baltazar, Klaus Zylla, Mahi Binebine.
En décembre 2011 elle reçoit le Trophée de la réussite au féminin, décerné au quai d’Orsay par l’association France euro-méditerranée, pour l’ensemble de son parcours.
 
Etreintes, brefs récits d’une écriture très charnelle, sont publiés en complicité avec Albert Woda, peintre, graveur, éditeur  méditerranéen d’origine polonaise, qui a notamment accompagné de manières noires ou de pointes sèches Edgar Allan Poe, Federico Garcia Lorca, Lao Tseu...
 
Le Livre de Brocart ou La société raffinée de Bagdad au Xe siècle

Le Livre de Brocart ou La société raffinée de Bagdad au Xe siècle

de AL-WASHSHA'

Connaissance de l'Orient (GALLIMARD) | Paru le 13/05/2004 | 17,50 €

Bagdad, nommée « Ville de la Paix » par son fondateur, le calife al-Mansûr, connut au long de son histoire sièges, saccages et ravages du Temps. Elle fut sans conteste le grand centre intellectuel et culturel de l'Islâm.

Comme d'une braise jamais éteinte de l'incendie allumé par Hulâgû au XIIIe siècle et qui ravagea la ville, la bibliothèque de Bagdad s'est consumée le 14 avril 2003, réduisant en cendres manuscrits et documents précieux.

Du Livre de brocart surgit un moment d'histoire de la grande Bagdad, s'ouvre une porte sur l'univers d'hommes et de femmes raffinés, élégants, et d'une vaste culture.

À la manière des Mille et Une Nuits, ce livre convie au rêve tout en apportant un témoignage vivant d'une culture arabo-musulmane fine, savante, ouverte, et bien éloignée des préjugés et contrefaçons modernes.

Ici, l'on déclare qu'il n'est d'amour si l'on ne meurt pour celle qui le suscite. Le Prophète n'a-t-il pas dit : « Celui qui aime, reste chaste, en périt, celui-ci meurt en martyr. »