l'autre LIVRE

Michaël URAS

Une Librairie en pays hostile

Une Librairie en pays hostile

de Michaël URAS

36e Deux Sous (LUNATIQUE) | Paru le 03/03/2017 | 4,00 €

Maurizio a quitté son village sarde pour les beaux yeux d’une touriste francaise, et voila` que l’ideÅLe le prend de rentrer au pays pour ouvrir une librairie ! Aidé de Giacomo, son ami d’enfance, avec qui il a correspondu toutes ces années d’exil, Maurizio, « un homme sans histoire, sans bruit, dans un pays où l’on crie pour se dire bonjour » va devoir affronter la rancune tenace et la redoutable défiance de ses compatriotes.

 

Michaël Uras vit près de Montbéliard et loin de Paris. Quand il n’est pas professeur de lettres, il écrit des romans. Des nouvelles, aussi. La preuve. Dans ses textes, il parle souvent des livres. De ceux qui obsèdent, de ceux qui aident a` vivre mieux, de ceux qu’il aurait voulu écrire.

Nos souvenirs flottent dans une mare poisseuse

Nos souvenirs flottent dans une mare poisseuse

de Michaël URAS

Christophe Lucquin Éditeur (CHRISTOPHE LUCQUIN ÉDITEUR) | Paru le 02/05/2014 | 16,00 €

« Dans son cercueil, il ressemblait à un tableau de Francis Bacon ou à un Picasso période bleue. Voilà à quoi servait la culture : sortir mon oncle de sa tombe et l’élever au rang d’une oeuvre d’art. »

Chroniques d’une enfance rythmée entre la Sardaigne, lumineuse, et le quotidien gris du nord de la France. On suit l’enfant qui découvre le monde, puis l’enfant dans son enveloppe d’homme qui tente d’y trouver une place. C’est un roman sur le souvenir, un roman de la nostalgie.

À la question posée à la fin du livre, « La possibilité de n’être pas son père existe-t-elle vraiment pour un fils ? », peut-être est-il sage de répondre par cette supposition : l’accès au bonheur ne serait-il pas favorisé par l’effacement des repères inculqués tout au long de l’enfance, et par la valorisation plus importante de nos rêves d’enfant ?

On retrouve la plume de l’auteur de Chercher Proust : un humour cachant une grande mélancolie.

Chercher Proust

Chercher Proust

de Michaël URAS

contemporain (CHRISTOPHE LUCQUIN ÉDITEUR) | 16,00 €

Reprise en poche au Livre de Poche au premier semestre 2014 / Prochaine publication en Italie (Voland) / sélectionné pour le Prix de l'Inaperçu 2013

Jacques Bartel est passionné de Proust. Il va essayer de s'en séparer et d'écrire un livre sur cet exorcisme. J'ai toujours eu un problème avec Proust. Dès le départ, j'ai su qu'il me ferait mal. Au-dessus de mon lit d'adolescent, à côté du poster de mon footballeur préféré, Marcel trônait, fier, sûr de lui, la tête inclinée sur ma droite, reposant contre sa main. Il me fixait. Quand je regardais trop mon idole sportive, j avais l'impression que... Proust me rappelait à l ordre : 'Jacques Bartel, cessez de scruter cet idiot, je suis là, moi, seul être valable dans cette chambre. Vous n'êtes plus un enfant et bientôt, vous pourrez vous targuer d'avoir une aussi belle moustache que moi.' J'ai donc grandi sous le regard de mon maître. Quelquefois, en pénétrant dans mon antre, j essayais de l'esquiver, projetant mes yeux sur le mur blanc qui faisait face à l'écrivain. Je maintenais cette volonté surhumaine de dépassement deux à trois minutes, puis Proust reprenait naturellement le dessus. Il écrasait mon footballeur, lui mettait une gifle pleine d arrogance. 'Eh oui, jeune homme, voyez comment un vieil écrivain juif peut vous mater d un simple regard.' Marcel avait raison, mon esprit n'échappait pas à cette règle, rien ne lui résistait. D'ailleurs, la cohabitation entre Marcel et le footballeur ne dura pas, un après-midi, au sortir de l'école, je me rendis compte que le poster du sportif s'était détaché et gisait face contre terre. Mon cerveau analysa cette situation sans cartésianisme : le sportif, ne supportant plus cette compétition permanente, avait provoqué Marcel. Ce dernier, habitué aux joutes (j'avais lu que Proust avait été provoqué en duel, ce qui correspondait pour moi à une attitude héroïque) avait accepté de se mesurer à la star orange. À la fin du match, la victoire de Proust ne faisait aucun doute. Marcel : 1, Cruyff : 0.