l'autre LIVRE

Jean DAROT

Les cavaliers de Repentance

Les cavaliers de Repentance

de Jean DAROT

REGARDS (EDITIONS PAROLE - GROUPE ALTERMONDO) | Paru le 21/06/2021 | 13,00 €

Un jeune garçon vient d’avoir 7 ans lorsque son père, le berger du village, est assassiné sous ses yeux par un noble nostalgique du Second Empire. Nous sommes en 1886 en Provence. L’homme qui est en lui se met debout pour venger son père et défendre les valeurs qu’il lui a transmises, la justice sociale et la liberté qui s’incarnent alors dans la République. Boulanger à Marseille, marin en mer du Nord, il rencontre un héros de l’indépendance irlandaise qui devient son mentor et l’entraîne, un temps, dans ses guerres.
Jean Darot est un voyageur, un grand voyageur. Il parcourt le monde de sa plume et nous entraîne là où les hommes se sont illustrés par leur courage et leur humanité.
Après L’amer du thé qui lui a valu d’être lauréat 2020 du Festival du premier roman de Chambéry, Jean Darot nous offre ici un roman où la poésie et la beauté de la langue donnent toutes leurs forces au récit pour en faire un livre qu’on est heureux d’avoir eu entre les mains.

« Grâce à son corps sans vie, grâce aux chiens qui attendaient de moi que je sois leur maître, grâce aux bêtes dont j’entendais le piétinement s’éloigner, grâce aux étoiles qui me faisaient signe au-dessus de moi, l’homme qui était en moi s’est levé pour prendre la place laissée vide par le père. »

L'amer du thé

L'amer du thé

de Jean DAROT

REGARD D'HOMME (EDITIONS PAROLE - GROUPE ALTERMONDO) | Paru le 20/11/2019 | 16,00 €

Étonnant voyageur, que cet homme dont la vie n’est qu’un bouquet de voyages : immensité de la Chine en éruption qu’il traverse à pied, lorsqu’il est enfant?; horizon sans cesse repoussé de l’océan qui le porte jusqu’à la carapace de glace du Groenland?; et surtout, infini de la peau de cette femme le long de laquelle il grandit, femme garde du corps qui fait partie de l’héritage d’un père connu comme l’un des plus grands goûteurs de thé. 

Avec sa « dame aux théiers », il se construit, traverse une vie d’amour et ose réussir à planter des arbres à thé en Provence. Son goût particulier pour l’amertume ultime du thé, goût qu’il partage avec de nombreux vieux Chinois, a donné le titre de ce livre.