l'autre LIVRE

Françoise ROBIN

108 devinettes du Tibet

108 devinettes du Tibet

de Françoise ROBIN & Véronique GOSSOT

L'ASIATHÈQUE (L'ASIATHÈQUE) | Paru le 27/11/2019 | 26,00 €

Le jeu des devinettes est une pratique culturelle très fréquente au Tibet. L'ouvrage en propose une sélection illustrée qui offre une découverte des traditions tibétaines.

 Vocabulaire thématique de langue parlée français-tibétain

Vocabulaire thématique de langue parlée français-tibétain

de COLLECTIF

Dictionnaires (L'ASIATHÈQUE) | Paru le 18/06/2014 | 27,95 €

Le propos de ce Vocabulaire thématique est de fournir ce qui est « suffisant, connaissable et utile », selon les termes du lexicographe Kalonji, aux locuteurs des deux langues souhaitant échanger sur autant de sujets que possible, allant des relations internationales au bouddhisme tibétain, en passant par les parties du corps et les transports. L’ouvrage compte environ 10 000 entrées, réparties en 34 sections. Il est conçu de manière analogique, chaque terme menant à un autre du point de vue sémantique, sans ordre alphabétique. Le tibétain est donné en graphie tibétaine, car le tibétain se lit facilement une fois assimilées les règles de lecture. Un index français à classement alphabétique permet aussi d’accéder aux mots et expressions recherchés. Dix collaborateurs tibétains ont relu systématiquement le corpus.

Eric Mélac, tibétophone, est doctorant en linguistique anglaise à Paris III. Françoise Robin est maître de conférences à l’Inalco. Elle est la traductrice de l’ouvrage bilingue Les Contes facétieux du cadavre publié à l’Asiathèque. Camille Simon, tibétophone, est doctorante en science du langage à Paris III.

Les Contes facétieux du cadavre

Les Contes facétieux du cadavre

de ANONYME

Les bilingues (L'ASIATHÈQUE) | Paru le 01/03/2011 | 22,50 €

Œuvre structurée par un récit-cadre dans lequel s'insèrent vingt-quatre épisodes, Les Contes facétieux du cadavre relatent les efforts déployés par Dechö-sangpo pour rapporter sur son dos à son maître spirituel un cadavre du nom de Ngödrup-chän. Fort désireux de retrouver son cimetière, le cadavre, qui sait pouvoir retrouver sa liberté en faisant parler le jeune homme, ne cesse de le charmer par des histoires prenantes. Et Dechö-sangpo, qui ne peut résister à l'envie de faire des commentaires, doit donc vingt-quatre fois repartir chercher Ngödrup-chän.

Le public trouvera dans ce texte traduit pour la première fois une charmante introduction à la culture tibétaine traditionnelle.

"Nous sommes tous (...) subjugués par ces récits sans âge, presque ensorcelés par les « merveilleuses histoires » du loquace cadavre, qui sollicitent notre esprit et notre imaginaire." (Sitartmag)