l'autre LIVRE

Alicia KOZAMEH

Sel de sangs en guerre

Sel de sangs en guerre

de Alicia KOZAMEH

Prose (ZINNIA ÉDITIONS) | Paru le 19/06/2020 | 10,00 €

Comme des cristaux, des grains ou des gouttes, les fragments qui composent Sel de sangs en guerre se tissent entre eux et entrent en naturelle continuité avec l’œuvre antérieure d’Alicia Kozameh. Comme si les sauts [259 sauts, un immortel], le cri de la main en mouvement [Main en vol] débouchaient sur la brièveté faite de prose poétique en lutte.

Évolution dénuée de rupture : écriture de combat, toujours. Ce combat qui est lutte de la vie, lutte de l’être et de l’être au monde, présent tout autant que mémoire.

Lutte pour déchiffrer, élucider, rendre compte de ce que nous sommes, une tentative pour percer la surface des choses par un questionnement incessant.

Obsédée par le voir, le détail, par la cécité qui rôde et la disparition, une voix qui réfléchit l’existence.

 

Alicia Kozameh ( Rosario 1953- ), écrivaine argentine dont le parcours aura été marqué par ses années de détention comme prisonnière politique de 1975 à 1978 est l’auteur de plusieurs romans, récits et livres de fragments.

Elle est actuellement professeur à l’Université Chapman (Californie).

 

 

Pattes d'autruche

Pattes d'autruche

de Alicia KOZAMEH

Prose (ZINNIA ÉDITIONS) | Paru le 10/03/2016 | 14,00 €

Alcira, petite fille de quatre ans au début du récit, vit en famille avec sa soeur, Mariana de quatre ans son aînée, sous l’autorité d’un père gérant de banque qui n’hésite pas à « corriger » sa fille cadette et d’une mère au foyer qui ne parvient pas réellement à accepter le handicap de sa fille aînée. Car Mariana, l’éternelle « petite soeur » est atteinte de troubles neurologiques moteurs incurables. Alcira raconte ou plus exactement fait émerger du passé les scènes ayant marqué la relation presque symbiotique qu’elle entretient avec sa soeurau long des 13 années de leur vie commune. La voix d’Alcira, celle de Mariana qui exprime tant bien que mal lesnécessités du corps de manière exigeante et oppressante, celle de Jorge, un ami d’enfance, ou les voix des parents, par des interventions ponctuelles, alternent pour tenter de dire, d’expulser l’inacceptable, l’abus de pouvoir, la violence : violence faite à Mariana à sa naissance, violence familiale, violence ordinaire, celle du regard des autres, violence sociale enfin puisque la montée du péronisme sert de toile de fond au récit.

Mais pour montrer aussi comment, afin de contourner la douleur, échapper à une forme de folie et retrouver l’envie de rire, Alcira trouve refuge dans la compagnie d’un ami imaginaire, Toto, le dessin, puis l’écriture, au fur et à mesure que la fillette grandit et s’ouvre au monde et aux autres.

Alicia Kozameh parvient plus encore qu’à superposer les strates du temps et du souvenir, à les rendre contemporaines, offrant par la même un travail de mémoire très singulier servi par une écriture rude et poétique.

 

Alicia Kozameh, écrivaine argentine dont le parcours aura été marqué par ses années de détention comme prisonnière politique de 1975 à 1978 est l’auteur de plusieurs romans : Pasos bajo el agua, 259 sauts, un immortel, Basse danse, Natatio aeterna et Eni Furtado no ha dejado de correr, de récits, La peau même en offrande, et d’un livre de poésie : Main en vol.

Main en vol

Main en vol

de Alicia KOZAMEH

Série limitée (ZINNIA ÉDITIONS) | Paru le 15/04/2015 | 15,00 €

Alicia Kozameh, écrivaine argentine dont le parcours aura été marqué par ses années de détention comme prisonnière politique de 1975 à 1978 est l’auteur de plusieurs romans : Patas de avestruz, 259 sauts un immortel, Basse danse, Natatio aeterna et Eni Furtado no ha dejado de correr, achevé tout récemment. C’est aussi une poétesse à la voix incomparable, dont témoigne ce texte.

Main en vol, écrit lors de la guerre en Irak, est un cri, magnifique et puissant, pour dire la stupeur face à la violence des hommes.

 

259 sauts un immortel

259 sauts un immortel

de Alicia KOZAMEH

Série limitée (ZINNIA ÉDITIONS) | Paru le 01/04/2015 | 18,00 €

Récit ou roman aux résonances personnelles et collectives, 259 saut, un immortel  travaille la question de l’exil politique des Argentins victimes des années noires de la dernière dictature militaire (1976-1983).

259 sauts ou tentatives pour dire l’exil, sous ses multiples facettes, dans ses composantes multiples, dans les combinatoires possibles de l’ici, maintenant, là-bas, avant, du je et des autres, dans ses tiraillements, joies, peines, absences et disparitions. Pour dire la découverte d’un nouvel espace, d’une vie en mouvement, sans taire les souvenirs, ni le tourbillon des émotions, fussent-elles contradictoires, et le besoin d’écrire. Un saut immortel, ou la délicate recherche d’un équilibre.

Un texte kaléidoscope, tour à tour poétique et saisissant.

Alicia Kozameh ( Rosario, 1953), est actuellement professeur à l’Université Chapman de Los Angeles. Prisonnière politique de la dictature argentine de 1973 à 1976, son œuvre fictionnalise l’expérience carcérale et s’impose comme une exploration chaque fois renouvelée de la condition humaine dans une écriture très singulière.

Autres titres publiés par Zinnia éditions:

- La peau même en offrande (récits)

- Main en vol (poésie)

La peau même en offrande

La peau même en offrande

de Alicia KOZAMEH

Prose (ZINNIA ÉDITIONS) | Paru le 01/04/2013 | 14,00 €

Huit textes pour ce recueil de récits en deux temps : « Consécrations » celui de l’emprisonnement sous une dictature dans l’Argentine des années 70 et son après, « Prisons complémentaires », celui de l’enfermement dans une histoire individuelle. L’un entraînant l’autre, dans un processus d’« Accumulation », titre du prologue.

Travail de mémoire, mais fictionnalisation aussi dont l’écriture très singulière suppose une réélaboration qui ancre les textes, sans pour autant les y confiner, dans une réalité identifiable.

Bouleversant.

Alicia Kozameh, écrivaine argentine dont le parcours aura été marqué par ses années de détention comme prisonnière politique de 1975 à 1978 est l’auteur de plusieurs romans : Patas de avestruz, 259 saltos y uno immortal, Basse danse, Natatio aeterna et Eni Furtado no ha dejado de correr, de récits, Pasos bajo el agua, et d’un livre de poésie : Main en vol.