l'autre LIVRE

TURQUOISE

Salon 2018 : Retrouvez cet éditeur sur le stand A15

Turquoise est une maison d’édition indépendante, créative, dynamique et innovante.  Née en 2000 en région parisienne, elle réalise des projets de grande envergure.

Spécialisée en littérature étrangère, sciences humaines et beaux livres de poésie et de photographies, Turquoise a publié une vingtaine d’ouvrages dans les collections « Poésies et photographies du monde entier », « Écriturques », «Altérités » et la toute nouvelle « Le temps des Femmes ».

Notre maison d’édition apporte un grand soin à la qualité esthétique de ses livres et au choix des textes et des illustrations, de façon à accompagner le lecteur dans un univers qui n’appartient encore qu’à elle.

« Poèmes et photographies du monde » est une collection d’anthologies inédites. Turquoise publie des beaux livres d’une grande qualité plastique dans lesquels la poésie et la photographie s’harmonisent autour de thèmes universels et humanitaires. En offrant au lecteur des poèmes de tous lieux et de tout temps, cette collection souhaite  laisser s’exprimer les hommes qui composent l’humanité, leurs vies, leurs rêves, leurs espoirs et leurs douleurs dans toute la diversité de leur culture.

La première anthologie, «Non à la guerre », regroupe des poèmes  d’hommes et de femmes parfois profondément touchés et traumatisés par la guerre. Ces textes poétiques sont illustrés par 150 ans d’histoire photographique sur la guerre. Aussi pacifiste que poignant, c’est un ouvrage unique et complet sur la paix.

La seconde anthologie, «Voix de femmes », laisse la parole aux femmes du monde entier, des femmes qui n’ont souvent pas leur mot à dire, mais qui néanmoins écrivent des poèmes, s’expriment par l’écriture pour raconter leurs peines, leur révolte, mais aussi leurs joies et leurs sentiments. Cet ouvrage traduit ce que ressentent les femmes de tout horizon, de tout âge et de tout temps, dans un monde qui se féminise de plus en plus mais dans lequel la domination masculine reste encore forte.

Ces anthologies sont le fruit d’un travail considérable qui s’étend sur plusieurs années. Mais le résultat en vaut la chandelle et ces beaux livres témoignent de l’humanité toute entière.

La prochaine est en cours de préparation.

«Écriturques » est une collection spécialisée dans l’histoire et les écrits qui ont fait la littérature turque. Turquoise traduit des grands auteurs turcs, mais plus généralement des textes des différentes ethnies culturelles qui se sont côtoyées et ont partagé des souffrances, des soupirs et des bonheurs sur la terre d’Asie Mineure. Ces 5 premiers livres sont des témoignages réalistes de l’histoire de ce pays.

« Altérités » est une collection (lancée en 2014) spécialisée dans l’histoire du monde entier. Il s’agit de témoignage, de récit de voyage, de correspondance ainsi que de fiction. Ses livres peuvent tout aussi bien être des rééditions ou des inédits.

« Le temps des Femmes » est une collection (lancée en août 2014) spécialisée sur les femmes qui ont marqué l’histoire. Elle débute avec la parution de trois publications sur/de Bertha von Suttner (première femme à obtenir le prix Nobel de la paix).

Adresse : 12 rue Anatole France
92300 Levallois-Perret
Téléphone :01-41-05-08-35
Site web :http://www.editions-turquoise.com
Courriel :nous contacter
Forme juridique :SARL
Racine ISBN :918823
Le Pommier rouge d'Alma-Ata

Le Pommier rouge d'Alma-Ata

de Samuel AUBIN

Altérités (TURQUOISE) | Paru le 01/03/2017 | 16,00 €

Alma-Ata, capitale de la République socialiste soviétique du Kazakhstan, se trouve ici à la croisée de plusieurs histoires. Elle berce les espoirs et nourrit les rêves du jeune Tchinguiz, soldat soviétique qui s’éprend d’une résistante française dans le maquis du Tarn. Elle fascine Nurlan, petit-neveu de Tchinguiz, qui découvre cette ville-forêt en 1991 alors qu’autour de lui l’URSS s’effondre. Il y rencontre l’attrayante Alicia qui prétend venir d’un futur où le stade suprême du communisme a été atteint. L’intrigue de ce roman fait ressurgir un épisode oublié de la seconde guerre mondiale : l’engagement de « Mongols » – soldats soviétiques d’Asie centrale – tant dans la Résistance française que dans l’armée allemande, qui donna parfois lieu à des luttes fratricides. Elle suit également l’évolution du jeune Nurlan, confronté à l’effacement de l’URSS qu’il vénère, à la disparition d’une façon de vivre et d’envisager le monde.

 

Samuel Aubin, né en 1967, est réalisateur, producteur et scénariste. Il anime des formations au documentaire au Kazakhstan, au Kirghizstan, en Arménie et en Turquie, au sein des réseaux Docmonde et Lumière du monde. "Le Pommier rouge d’Alma-Ata" est son premier roman.

 

Elles ont fait l'Antiquité Vingt-cinq scènes de vie d'intellectuelles grecques et romaines

Elles ont fait l'Antiquité Vingt-cinq scènes de vie d'intellectuelles grecques et romaines

de Olivier GAUDEFROY

Le temps des femmes (TURQUOISE) | Paru le 01/10/2016 | 22,00 €

Elles furent poétesses, savantes, philosophes, artistes ou bien encore politiques, à une époque où l’on attendait des femmes qu’elles soient surtout de bonnes épouses, qu’elles tiennent correctement leur foyer et engendrent des enfants.

Si la mémoire de quelques-unes d’entre elles – Sappho, Cléopâtre, Agrippine, Zénobie ou Hypatie – est restée vive de nos jours, la plupart nous sont totalement étrangères. L’histoire officielle s’est chargée de les laisser sombrer dans l’oubli. Le système patriarcal en vigueur dans les sociétés antiques grecque et romaine voyait d’un mauvais oeil que des femmes osent se mêler d’affaires réservées aux hommes. Naître femme, c’était alors se conformer à l’idée que la gent masculine était supérieure à soi. C’était mener l’existence d’une éternelle soumise. Celles qui refusaient de s’y plier s’attiraient la méfiance de leurs contemporains.

Les nouvelles qui constituent ce recueil, complétées de biographies, puisent dans une somme d’histoires, de relations et d’anecdotes de l’époque grâce auxquelles se profile un portrait singulier de l’histoire intellectuelle de l’Antiquité.

Olivier Gaudefroy est un écrivain, né en 1972 à Orléans. Passionné d’histoire antique et plus particulièrement des civilisations égyptienne, carthaginoise et gréco-romaine, il est l’auteur de plusieurs romans policiers historiques et de la biographie Hypatie, l’étoile d’Alexandrie. Il travaille au sein du CNRS à l’Institut des sciences de la Terre d'Orléans.

Le Village suisse

Le Village suisse

de Avétis AHARONIAN

Altérités (TURQUOISE) | Paru le 10/02/2016 | 22,00 €

Que peut bien penser un Arménien révolutionnaire, à l’aube du XXe siècle, en découvrant la Suisse ?

 

L’auteur, issu du milieu rural arménien, confie, dans une vingtaine de lettres, ses impressions et réflexions au fil de ses découvertes dans les villages suisses.

 

À travers son regard oriental sur une société occidentale, il dépeint le contraste extrême entre les deux villages. Il guide son lecteur dans un voyage entre idylle suisse et désarroi arménien, révélant le quotidien de deux modes de vie opposés. Cette œuvre constitue, grâce à son approche ethnographique, une riche source d’informations historiques.

 

Révolutionnaire en quête des principes conducteurs qui mènent à la civilisation, l’auteur prend la Suisse comme modèle afin d’exhorter son peuple au progrès. Sa réflexion, de dimension universelle, s’attache aux questions de l’évolution de la civilisation et du heurt entre Orient et Occident. « Le Village suisse » se propose à tout un chacun comme un (r)appel à la Civilisation que Aharonian concevait comme une aspiration à la justice, à la tolérance, à la xénophilie et à l’humanisme.

 

Avétis Aharonian (1866-1948) : écrivain prolifique, figure politique emblématique, était membre de la Fédération révolutionnaire arménienne. Il défendit la cause arménienne dans les congrès internationaux et fut élu président de la Première République d’Arménie (1918-1920). Sa vie durant, il aspira à apporter à son peuple prospérité, liberté et indépendance.

Correspondance entre Alfred Nobel et Bertha von Sutner

Correspondance entre Alfred Nobel et Bertha von Sutner

de ALFRED NOBEL ET BERTHA VON SUTTNER & Edelgard BIEDERMANN

Le temps des femmes (TURQUOISE) | Paru le 13/11/2015 | 24,00 €

Chaque année, le prix Nobel de la paix attire l’attention du public sur la personnalité de son créateur, l’industriel Alfred Nobel, et sur l’écrivaine pacifiste Bertha von Suttner, qui contribua pour beaucoup à l’engagement de Nobel. Tous deux firent connaissance en 1875, lorsque Suttner, alors comtesse Kinsky, fut engagée comme secrétaire et gouvernante chez Nobel à Paris. Pour des raisons personnelles, la jeune femme ne demeura pas plus de quelques jours à son poste. En revanche, un riche échange épistolaire s’établit entre eux dès 1883, pour ne cesser qu’à la mort de l’inventeur.

Grâce à l’ouvrage Chère Baronne et Amie – Cher Monsieur et Ami, le public français aura accès à l’intégralité des lettres que s’adressèrent ces deux grandes personnalités, conservées dans leur teneur originale, à savoir 72 de Bertha von Suttner et 24 d’Alfred Nobel, rédigées tantôt en français, tantôt en allemand ou en anglais, et toutes traduites dans cette édition. Les chapitres introductifs offrent un aperçu complet de la correspondance et situent dans le contexte de l’époque les épistoliers, leurs parcours ainsi que les événements dont ils furent les témoins.

 

Alfred Nobel : né en 1833 et mort en 1896, c’est un chimiste et un fabricant d’armes. il est notamment connu pour avoir inventé la dynamite. Dans son testament, il lègue sa fortune à la création du prix Nobel, qui vise à récompenser les personnes « ayant apporté le plus grand bénéfice à l’humanité ». Le prix est donc créé en 1901.
Bertha von Suttner : née en 1843 et morte en 1914, c’est une pacifiste, première femme lauréate du prix Nobel de la paix en 1905. Elle fut la secrétaire d’Alfred Nobel en 1876 lors de son passage à Paris. Ils restèrent très proches et correspondirent régulièrement. Son plus célèbre ouvrage Bas les armes ! est un  roman fictionnel visant à dénoncer les ravages de la guerre. L’année 2014 marque le centenaire de la mort de cette femme extraordinaire.
À travers cette correspondance, appréciez le parcours exceptionnel de ces deux personnages hors du commun. Regroupant trois langues (l’allemand, l’anglais et le français), cet ouvrage est inédit en France.

Edelgard Biedermann, enseignante-chercheuse, née en 1939 en Allemagne, a étudié le romantisme, la philosophie, la géographie et la germanistique, et consacrée sa thèse au roman Bas les armes ! de Betha von Suttner. Auteur de nombreux articles sur les œuvres et correspondances de Suttner, elle a également participé à un projet de recherches pluriannuel au musée Nobel. Jusqu’à sa retraite, elle était chargée de cours à l’Institut de germanistique de Stockholm.

'Round Midnight... Express

'Round Midnight... Express

de Olivier DELAHAYE

Altérités (TURQUOISE) | Paru le 15/10/2015 | 18,00 €

Un film peut-il agir comme un vaccin ? C'est le cas de «Midnight Express», réalisé par Alan Parker en 1978, qui a vacciné des générations de spectateurs contre la Turquie, stigmatisant allègrement tout un peuple. Dans un voyage qui prend le film pour point de départ, présenté lors de sa sortie comme «une histoire vraie» , mais chargé de clichés, de préjugés et de vieilles rancoeurs, l'auteur remonte le cours des siècles sur les traces de la vision des Turcs développée par les Européens. Enfin, une autre histoire se fait jour, l'histoire toute personnelle qu'il vit depuis trente ans avec les Turcs et la Turquie. Au fil de ces pérégrinations, il rencontre divers personnages qui nourrissent sa réflexion Alan Parker à Londres, mais aussi Goethe et son «Divan» à Weimar, les Camondo dans leur fragile rêve de modernité à Paris, Nâzim Hikmet dans la prison où il composa ses «Paysages humains», un certain Halil Usta, roi du kebab, de même que les descendants des premiers chrétiens de la plaine de Mésopotamie et bien d'autres personnages qui, ensemble, élaborent peu à peu un antidote à la xénophobie et à l'ignorance.

 

Olivier Delahaye, né en 1955 à Paris, est écrivain, réalisateur, scénariste et producteur. Après ses études de droit, d’histoire de l’art et de philosophie, il produit des films publicitaires, des fictions et des documentaires. Il écrit "SOLEILS", long-métrage qu’il coréalise avec Dani Kouyaté en 2013. L’année suivante, les éditions Héloïse d’Ormesson publient son roman "Le Ventre lisse", et Belin son récit "Pierre Loti à Rochefort. Le temple d’une vie".

Bas les armes !

Bas les armes !

de BERTHA VON SUTTNER

Le temps des femmes (TURQUOISE) | Paru le 15/02/2015 | 24,00 €

Élevée dans le cercle de la haute aristocratie viennoise, Martha Althaus, fille et femme de militaires, traverse en l’espace de quelques décennies les épreuves de quatre guerres (notamment celle de 1870) qui ponctuent ce roman. Après avoir perdu son jeune époux, elle prend peu à peu conscience de ce que la société semble vouloir dissimuler : l’atrocité de toute guerre, décidée dans le confort de cabinets gouvernementaux, et imposant ­d’indicibles souffrances aux individus dont la communauté ­attend néanmoins un « fier » silence.

Ce roman témoigne tout autant des ­expériences du front, par le biais d’une riche correspondance, que des ­discours tenus à l’arrière, afin d’obtenir l’adhésion de la société, et du ­quotidien de ceux que les soldats ont dû laisser – pour certains, à jamais.

Publié en 1889 en Allemagne, le roman Bas les armes ! valut immédiatement à son auteure une grande notoriété, et devint un best-seller mondial. Les questions posées par ce récit résolument pacifiste sont, aujourd’hui encore, brûlantes d’actualité.

 

Bertha von Suttner (1843-1914) : figure emblématique du pacifisme, ­issue d’une famille d’aristocrates autrichiens, elle s’engagea au travers de ­romans, d’essais et d’articles et par la création du Bureau international de la paix comme d’autres ­associations. Elle lutta également en faveur de l’éman­cipation des femmes et contre l’antisémitisme virulent de l’époque. En 1905, elle fut la ­première femme à recevoir le prix Nobel de la paix.

Bertha von Suttner : une vie pour la paix

Bertha von Suttner : une vie pour la paix

de BRIGITTE HAMANN

Le temps des femmes (TURQUOISE) | Paru le 01/11/2014 | 28,00 €

Cette biographie retrace le destin mouvementé d’une femme exceptionnelle à la veille de la Grande Guerre : celui de la première lauréate du prix Nobel de la paix, Bertha von Suttner (1843-1914).

Avec une énergie hors du commun, la comtesse Kinsky, épouse baronne von Suttner, s’engagea contre la guerre et le militarisme, devient la journaliste politique la plus célèbre de son temps, fonda le Bureau international de la paix et plusieurs sociétés de paix, en Allemagne, en Autriche-Hongrie ansi qu’ailleurs dans le monde. Son engagement ne se limita d’ailleurs pas à la cause de la paix : elle lutta également contre les conventions surannées, l’oppression des femmes et l’antisémitisme. Grâce à son roman Bas les armes, qui connut un immense succès, elle acquit une notoriété mondiale.

Il convient à présent d’honorer sa mémoire et de soumettre son combat au jugement des générations actuelles et futures.

 

Brigitte Hamann, docteur-ès lettres, a fait des études d’histoire et de germanistique à Münster puis à Vienne, où elle mène depuis lors une carrière d’historienne. Elle est l’auteur de nombreux ouvrages, salués par la presse comme les spécialistes, parmi lesquels La Vienne d’Hitler et Elisabeth d’Autriche.

Aux camps Turco-Arabes <br /><small>Notes de route et de guerre en Tripolitaine et en Cyrénaïque</small>

Aux camps Turco-Arabes
Notes de route et de guerre en Tripolitaine et en Cyrénaïque

de GEORGES RéMOND

Altérités (TURQUOISE) | Paru le 01/04/2014 | 20,00 €

En 1912, un journaliste français traverse la Libye. De ce voyage, le correspondant de guerre, Georges Rémond, rapporte un carnet de route. Au jour le jour, alors que l’Italie s’acharne à s’emparer de la Tripolitaine et de la Cyrénaïque, il y consigne événements et rencontres. De puits d’eau salée en villages abandonnés, Georges Rémond se retrouve, pendant cinq mois, avec chameliers et ­interprètes, à dos de cheval. Il recueille à la fois les témoignages des hommes de l’armée ottomane et ceux des tribus arabes, autrefois ennemies, soudain réconciliées dans la guerre italo-turque, à combattre aux confins de l’Empire ottoman. Au fil du récit se dessine une fresque historique avec, en filigrane, us et coutumes, fantasias impressionnantes… La force de l’ouvrage réside aussi dans la manière qu’a l’auteur de concilier la vie de la nature avec l’être humain, de sans cesse les faire vivre en symbiose.

La Libye est l’un de ces pays dont on ne parle que sous le prisme des événements récents, devenant alors la proie des fantasmes et des écrits parfois fantasques. Pourtant, loin de sa médiatisation, la Libye a sa propre histoire. Ce livre se veut donc un hommage à cette terre d’origine berbère, à plusieurs reprises conquise, et apporte, à travers ce voyage, lors de la guerre de Tripolitaine (1911-1912), un témoignage rare et inattendu de ce pays. Un périple intense, de la Tunisie à l’Égypte…

 

Georges RÉMOND, infatigable voyageur, se tourne vers le journalisme après des études d’art. Reporter de guerre à L’Illustration et homme de son temps, les soubresauts de l’histoire n’ont pas de secret pour lui. Il témoigne, dans des articles et plusieurs ouvrages, des conflits en Tripolitaine et en Cyrénaïque, dans les Balkans et pendant la Grande Guerre.

Notes d’une voyageuse en Turquie

Notes d’une voyageuse en Turquie

de MARCELLE TINAYRE

Altérités (TURQUOISE) | Paru le 01/04/2014 | 18,00 €

1909, Constantinople. L’Empire ottoman est en crise, deux camps s’opposent : les révolutionnaires jeunes-turcs progressistes ; les islamistes contre-révolutionnaires. Marcelle Tinayre devient alors le ­témoin privilégié de ces affrontements.

Ces violents bouleversements, au terme desquels le sultan Abdülhamit II sera déposé, permettent également à l’auteure de tracer le portrait d’une société en mutation. La romancière entre dans les harems, assiste à des mariages, visite des hôpitaux, des écoles. Ce qu’elle découvre devient la matière sensible de ses écrits. Marcelle Tinayre excelle dans la représentation imagée, où tous ses sens sont en éveil, avec une simplicité et un naturel qui lui sont propres.

Grâce à cette proximité et à cette empathie offerte, confiantes, les femmes turques lèvent le voile sur leur quotidien d’épouse, de mère ou de fille. Certaines lui confient même leurs espérances, comme si la révolution n’était pas qu’une chimère, que la chute du sultan ­ouvrait une nouvelle ère d’émancipation.

 

Marcelle TINAYRE naît à Tulle le 8 octobre 1870. Elle connaît son heure de gloire à la Belle Époque avec des romans féministes, se mêle alors aux milieux littéraires, artistiques et scientifiques en vue, où elle rencontre nombre de personnalités de l’époque. Marcelle Tinayre, cofondatrice du prix Fémina, devient célèbre.
En 1908, elle refuse la Légion d’honneur prétextant qu’une féministe comme elle ne porterait pas une décoration aussi militaire, décoration qui la ferait passer pour une cantinière de la guerre de 1870. Ce refus entraîne une cabale à son ­encontre et une campagne de dénigrement misogyne.
Marcelle Tinayre préfère s’éloigner, et décide de partir pour la Turquie alors en pleine révolution jeune-turque. Elle en ­revient avec ces Notes d’une voyageuse en Turquie où elle ­décrit la situation des femmes turques. Elle meurt le 23 août 1948 à Grosrouvre (Yvelines).

Se coucher pour mourir

Se coucher pour mourir

de ADALET AGAOGLU

Écriturques (TURQUOISE) | Paru le 01/04/2014 | 22,00 €

Au début des années 1970, à Ankara, une femme, Aysel, entre dans une chambre d’hôtel, s’y déshabille et se couche, bien décidée à boire le calice de la vie. Acte radical, c’est aussi le prétexte pour elle, dans ce crépuscule d’une mort ­orchestrée, de mesurer le chemin parcouru, de faire le bilan de son existence. Que de chemin en effet ! Fille de petit commerçant d’Anatolie, Aysel devient professeure d’université ! Mais à l’afflux des réminiscences que reste-t-il ?

Une liberté durement acquise, une vie construite surtout en réponse aux exhortations modernisatrices de la République ; en butte aux valeurs et références de sa famille. Alors cette existence, l’a-t-elle vraiment voulue ?

Dans le sillage d’Aysel, l’auteure nous plonge aussi dans les vies des jeunes de son âge, tout juste immergés dans la Turquie moderne. C’est le journal intime du fils du sous-préfet appartenant à l’élite et a priori promis à un bel avenir qui nous est alors montré ; ou, a contrario, les souvenirs du jeune paysan que son instituteur envoie à Ankara afin qu’il essaie, justement, d’en avoir un d’avenir ; ou encore la correspondance épistolaire de jeunes filles promises au mariage…

Ce roman choral brosse un portrait vivant, complexe et subtil des trois ­premières décennies de la république en Turquie après la mort de Mustafa Kemal Atatürk, de 1938 à 1968, et nous confronte également aux conflagrations de la seconde guerre mondiale. Sont alors dévoilés avec brio les espoirs, les illusions et les contradictions de cette époque et de cette modernité imposée d’en haut.

 

Adalet Agaoglu est l’une des écrivaines les plus importantes de la littérature turque. Née en 1929, elle étudie la philologie de la langue française à la faculté de langue et d’histoire-géographie d’Ankara. Puis Adalet Agaoglu intègre en 1951 le service public de l’audiovisuel (TRT – Télévision et Radio de Turquie) en tant que dramaturge. Après l’intervention militaire de 1971, elle démissionne en réaction à la censure imposée par l’armée qui porte atteinte à l’autonomie de la radio publique. Elle décide alors de consacrer son existence à l’écriture et s’essaie à différents genres.

Une quarantaine de ses ouvrages ont été édités : des pièces de théâtre, des romans, des nouvelles, des essais qui, pour la plupart, ont été traduits dans plusieurs langues et récompensés par de nombreux prix. Son célèbre roman Se coucher pour mourir est traduit en français pour la première fois.

Lâlé la blanche

Lâlé la blanche

de ÖMER SEYFETTIN

Écriturques (TURQUOISE) | Paru le 01/03/2014 | 20,00 €

 

Lire Ömer Seyfettin est un choc. Le choc de la guerre et des bouleversements liés à l’agonie de l’Empire ottoman. Choc de l’ancien qui se meurt sans que n’émerge le neuf. Choc des mots qui, pour la première fois en Turquie, ­plongent dans le grand bain de la prose et de ce réel tissé d’atrocités, de violences, trempé de ­couleurs, de sons et d’émotions intenses. Jeune nouvelliste, Ömer ­Seyfettin nous entraine avec lui dans la matière traumatique et fascinante des Balkans, de l’Anatolie du début du XXe siècle. Il meurt à 36 ans, terrassé par le diabète et l’Histoire. Si elle n’a pas raison de la maladie, son incroyable énergie littéraire produit des anticorps face à l’anéan­tissement promis alors aux Turcs et à la Turquie. Ömer Seyfettin n’écrit pas pour ­vivre mais pour survivre. Il secoue le joug de la vieille langue ottomane et y fait entrer par effraction la nouveauté et la violence du monde. Il taille dans les mots comme le réel taille dans la vie. Son ambition? ­Donner une langue et une identité à son peuple, les fondements d’une nation, ce ­berceau du progrès. Écrivain révolutionnaire, ce grand lecteur de Maupassant pose de solides fondations à la littérature moderne turque. Un formidable témoignage sur le destin de ce pays.

 
 
Ömer Seyfettin est considéré comme le père de la nouvelle en langue turque. Né en 1884 à Balîkesir (Anatolie occidentale), il devient officier de l’armée ­ottomane. La découverte des auteurs français réalistes de la fin du XIXe siècle éveille sa vocation littéraire, et sa vie se place très tôt sous le double signe de la guerre et de l’écriture. Témoin de l’effondrement ottoman, il devient partisan de l’émergence d’une Turquie nationale et œuvre à substituer un turc moderne à la vieille langue ottomane. En 1912, lorsque la guerre des Balkans éclate, il est mobilisé et fait prisonnier par les Grecs. Il rentre à ïstanbul un an plus tard et se voue alors complètement à son œuvre. De 1913 à 1920, il produit plus de cent cinquante nouvelles qui plongent dans la réalité des Balkans et de ­l’Anatolie du début du XXe siècle, mêlant fiction et souvenirs dans une ­écriture forte et dépouillée. Il s’éteint le 6 mars 1920, à l’âge de 36 ans.
Au chevet de la Turquie <br /><small>Quarante jours de guerre</small>

Au chevet de la Turquie
Quarante jours de guerre

de STéPHANE LAUZANNE

Altérités (TURQUOISE) | Paru le 01/03/2014 | 16,00 €

Des guerres oubliées… Les guerres des Balkans…

Pourtant, juste à la veille du premier conflit mondial, elles ont été une épreuve redoutable et ont eu un impact certain dans le déclin de l’Empire ottoman. Les guerres des Balkans sonnent le glas à l’emprise d’un Empire déjà confronté à une véritable poudrière dans la région.

En octobre 1912, les peuples des Balkans se soulevèrent contre la domination ottomane. La Grèce, la Bulgarie, la Serbie et le Monténégro entrent en guerre contre la Sublime Porte, espérant ainsi acquérir leur indépendance. L’Empire ottoman, gouverné depuis peu par les Jeunes-Turcs, alors complètement dépassé, n’est pas à même d’y faire face et s’enlise.

De batailles sanglantes en défaites cuisantes, Stéphane Lauzanne livre le témoignage rare d’un « reporter de guerre». De rencontres de hauts dirigeants ottomans, comme le ministre des Affaires étrangères Noradounghian Gabriel, d’origine arménienne, en découvertes des champs de batailles, de la misère des soldats turcs, c’est toute l’ampleur d’une véritable catastrophe qui nous est alors révélée. Par milliers, des Turcs et des musulmans des Balkans sont massacrés ou se réfugient à Istambul. Le journaliste, en fin observateur des événements, retrace ces quarante jours passés là-bas et témoigne des difficultés d’un Empire à gouverner des deux côtés du Bosphore.

 

Stéphane Lauzanne (1874-1958) fut rédacteur en chef du quotidien Le Matin pendant la première moitié du XXe siècle.

La Ville assiégée <br /><small>Janina (Ioannina), Octobre 1912 – Mars 1913</small>

La Ville assiégée
Janina (Ioannina), Octobre 1912 – Mars 1913

de GUY CHANTEPLEURE

Altérités (TURQUOISE) | Paru le 01/03/2014 | 16,00 €

Les guerres des Balkans sont restées dans l’ombre de la Grande Guerre.

À la veille de la guerre de 1914-1918, six siècles après après la domination ottomane, les Balkans se transforment en une véritable poudrière. En octobre 1912, le Monténégro, la Serbie, la Grèce et la Bulgarie déclenchent la guerre sur plusieurs fronts contre les Turcs. Les Grecs assiègent Janina, l’actuelle Ioannina, capitale de la région de l’Epire, héritière gréco-romaine, près de l’Adriatique.

Dans ce contexte, l’auteure, Guy Chanteupleure, femme du consul de  France, est le témoin privilégié de ce siège. Elle décrit les souffrances des populations, ainsi que les combats, les morts inutiles. Depuis les montagnes escarpées de l’Epire, elle observe, impuissante, la lutte vaine des soldats, les uns pour conserver cette terre ; les autres pour la récupérer, et de monts en collines, face à autant de dénuement, le souhait qu’elle exprime est que les cimetières cessent de s’agrandir, les hôpitaux de se remplir.

Mais par-delà les privations et les souffrances, cette femme, à la fois sur le front et protégée, pose un regard singulier, naïf parfois, sur les événements, les rendant plus supportables, et, paradoxalement, offrant un récit qui finit par fasciner sur le quotidien, l’environnement et le multiculturalisme régnant alors dans les Balkans au début du XXe siècle.

 

Guy Chantepleure, de son vrai nom Jeanne-Caroline Violet, puise dans ses pérégrinations, à la suite de son mari consul, la matière à ses récits de voyages. En consignant dans son journal, pendant six mois, les batailles, à la fois du côté grec et turc, dans Janina assiégée et sa région, elle est la première femme auteure à offrir un tel témoignage, rare, sur les guerres des Balkans, d’autant qu’il existe peu d’ouvrages sur le sujet.

Voix de femmes. Anthologie <br /> <small>Poèmes et photographies du monde entier</small>

Voix de femmes. Anthologie
Poèmes et photographies du monde entier

de Lionel RAY

TURQUOISE | Paru le 10/02/2012 | 38,00 €

"Les femmes, je le sais, ne doivent pas écrire ; j'écris pourtant", Marceline Desbordes-Valmore (1786-1859). Cette tension entre la chape de l'interdit et la germination entêtée d'une écriture est au cœur de Voix de femmes, authentique atlas d'une polyphonie immergée à travers les âges, les pays, les mers et la monotonie du quotidien. À la fois poétique et photographique, cette anthologie a tout du coquillage qu'on accole à l'oreille : elle bruisse de mille images, de mille mots s'entrelaçant et se dénouant au gré de rencontres, de chocs parfois, où se télescopent les époques, les langues, les cultures et les imaginaires.

Fruit d'un travail inédit visant à recueillir, sur chaque continent, dans chaque langue ou civilisation, les voix féminines les plus fortes de la poésie, Voix de femmes est une formidable invitation au voyage qui nous emporte de l'Alaska en Tchoukotka (Sibérie) en passant par l'Afrique du Sud et nous projette dans la succession des siècles, depuis les vers de Sappho jusqu'à la poésie la plus contemporaine. 

Torrent de voix, d'échos et d'images où des femmes disent et photographient la vie, le monde, cette anthologie est un projet pionnier, inattendu, une promesse.

 

Parmi les poétesses citées dans l’anthologie : Anna Akhmatova, Gülten Akin, Sophia de Mello Breyner Andresen, Nadia Anjuman, Aïcha Arnaout, Ingeborg Bachmann, Marie-Claire Bancquart, Claudine Bertrand, Sainte Hildegarde de Bingen, Tanella Boni, Nirmalprabha Bordoloï, Karin Boye, Emily Brontë, Luisa Castro, Andrée Chedid, Elsa Cross, Marceline Desbordes-Valmore, Assia Djebar, Kiki Dimoula, Hilda Doolittle, Hélène Dorion, Anjela Duval, Forough Farrokhzâd, Mary Gilmore, Inger Elisabeth Hansen, Tursunay Huseyin, Nuriye Ilahun, Ingrid Jonker, Sylva Kapoutikian, Kassiani, Al-Khansâ, Hamda Khamis, Vénus Khoury-Ghata, Malka Kheifetz Tuzman, Louise Labé, Marianne Larsen, Qingzhao Li, Maram al-Masri, Minâ, Gabriela Mistral, Lale Müldür, Taslima Nasreen, Anne Perrier, Alejandra Pizarnik, Sylvia Plath, Adélia Prado, Maria Sabina, Nelly Sachs, Amina Saïd, Olga Sedakova, Véronique Tadjo, Marina Tsvetaïeva, Gaspara Stampa, Wieslawa Szymborska, Yolanda Westphalen, Akiko Yosano, Weqet, Judith Wright …

Parmi les femmes photographes citées dans l’anthologie : Maya Alleruzzo, Eve Arnold, Emmanuelle Barbaras, Zohra Bensemra, Alexandra Boulat, Elina Brotherus, Frances Dal Chele, Carolyn Cole, Claudine Doury, Marie Dorigny, Rena Effendi, Isabelle Eshraghi, Nadia Ferroukhi, Diane Grimonet, Françoise Hughier, Rania Matar, Catalina Martin-Chico, Jenny Matthews, Dana Romanoff, Axelle de Russé, Stéphanie Sinclair, Donna Todd, Roberta Valerio, Isabelle Vayron, Véronique de Viguerie, Ami Vitale, V. Winship…

Diyarbakir <br /><small>La ville qui murmure en ses murs</small>

Diyarbakir
La ville qui murmure en ses murs

de SEYHMUS DIKEN

Écriturques (TURQUOISE) | Paru le 01/11/2010 | 20,00 €

Diyarbakir, le Tigre, la Mésopotamie : cinq mille ans pour une histoire d’amour qui s’est perpétuée jusqu’à nos jours. Aujourd’hui, au XXIe siècle, Diyarbakir – « Amed » de son nom kurde – est la métropole du sud-est de la Turquie, une agglomération en extension permanente que les Kurdes de cette région tiennent pour leur « capitale ».

Dans cet ouvrage, publié en français pour la première fois, Seyhmus Diken se fait la voix de sa ville natale – une voix douce et amicale, une voix apaisée. Voix de son passé, de ses murs antiques et monumentaux, de cet anneau de pierre noire qui lui offre les plus longues fortifications urbaines de la planète. Au fil des pages s’impose le caractère basaltique d’une cité que dévorent le présent, les souffrances et les vagues de l’exil des hommes. L’auteur donne la parole aux lieux enfouis, détruits et oubliés, aux sensations, aux amitiés envolées, à cette nostalgie que distillent chants et poèmes où se rêve Diyarbakir. À mille lieues de tout discours urbanistique, il se livre à un essai de géographie intime, conviant en ses lignes un assemblage unique de souvenirs personnels, d’anecdotes et d’airs populaires qui donnent une chair si singulière à cette ville fugitive.

Suivre le sillage du guide Seyhmus Diken, c’est plonger – par le texte et ici par l’image – dans la mémoire d’une Turquie « turque » mais aussi kurde, juive, arménienne, syriaque et chrétienne, d’une Turquie bien plus complexe et bigarrée que ne le dit, que ne le veut le présent. C’est en redécouvrir les promesses.

 

Seyhmus Diken 
Écrivain et chroniqueur, il est l’un des plus grands spécialistes de Diyarbakir, sa ville natale.
Né en 1954 dans une famille kurde, il a fait ses études à la faculté des sciences politiques d’Ankara. Vivant actuellement à Diyarbakir, il est conseiller auprès du cabinet du maire. Militant actif au sein de la société civile turque depuis de nombreuses années, il est également passionné par l’histoire locale et orale de la Turquie, et notamment par l’identité et la culture de ses villes. Chroniqueur prolifique, Seyhmus Diken est aussi l’auteur de sept ouvrages, tous consacrés à sa ville et à sa région natales. Il est le représentant du Pen Club pour Diyarbakir.

Le Mont des Oliviers <br /><small>L'Empire ottoman et le Moyen-Orient, 1914-1918</small>

Le Mont des Oliviers
L'Empire ottoman et le Moyen-Orient, 1914-1918

de FALIH RIFKI ATAY

Écriturques (TURQUOISE) | Paru le 10/11/2009 | 18,00 €

Depuis les Balkans jusqu’au Moyen-Orient, de 1913 à 1918, l’Empire ottoman connaît les déchirements d’un déclin auquel la Grande Guerre mettra un terme terrible.

« — Mon pacha, pourriez-vous me dire pour quelle raison nous sommes entrés dans cette guerre ? — Pour pouvoir payer les salaires ! » 

Paroles cyniques, bien réelles, d’un homme, Djamal Pacha, commandant de la IVe armée, qui dirigea d’une main de fer le Moyen-Orient à cette époque. Avec Enver Pacha et Talat Pacha, il fut l’un de ceux qui, à la tête de l’Empire ottoman après la révolution des Jeunes-Turcs, le précipitèrent dans le chaos et causèrent finalement sa débâcle.

Cette débâcle, c’est précisément la plume de Falih Rîfkî Atay, alors jeune officier dans l’état-major de Djamal Pacha basé à Jérusalem, qui va nous la rendre réelle à travers ses récits, ses anecdotes empruntées au quotidien. Un jour, face à une mère qui implore : « — Avez-vous vu mon Ahmet ? » l’auteur avoue son impuissance… « Qu’est-ce qui extermina ton Ahmet ? s’interroge-t-il :les glaciers, le sable, l’eau, les plaies du scorbut ou les poux du typhus ? Même si ton Ahmet avait pu sauver sa peau de toutes ces calamités, il serait tellement méconnaissable que tu lui demanderais aussi : “As-tu vu mon Ahmet ?” » 

Passage émouvant où affleure l’écriture sensible de Falih Rîfkî Atay, matière d’un témoignage rare et panoramique sur une époque, sur une région et sur ses peuples : Turcs, Arabes, Juifs, Arméniens…, tous acteurs d’un front méconnu de la première guerre mondiale.
 

 

Falih Rifki Atay (1894 – 1971)
Considéré comme l’un des plus grands éditorialistes et écrivains turcs, Falih Rifki Atay fit des études de littérature à l’université d’Istanbul. Il se tourna ensuite vers le journalisme et commença en 1913 sa carrière au sein du quotidien Tanin (L’Écho). Pendant la première guerre mondiale, il devint officier de réserve affecté, à la demande du grand Djamal Pacha, au quartier général de la IVe armée. Il fut le triste témoin de ce conflit qu’il vécut sur différents fronts, en Palestine, dans le Sinaï et en Syrie. Après l’armistice, il fonda le quotidien Aksam (Le Soir), soutien actif de la guerre de Libération. Il devint alors un proche de Mustafa Kemal Atatürk qu’il a toujours soutenu dans ses réformes et leur continuité. C’est dans cette même optique qu’il fonda en 1952 le quotidien Dünya (Le Monde). Ses souvenirs, servis par une plume exceptionnelle, sont une source de renseignements importante sur son époque et sur la vie d’Atatürk.

Leïla, fille de Gomorrhe

Leïla, fille de Gomorrhe

de YAKUP KADRI KARAOSMANOGLU

Écriturques (TURQUOISE) | Paru le 10/11/2009 | 18,00 €

Istanbul danse avec l’ennemi. C’est l’occupation après la Grande Guerre. Dans un Empire ottoman démantelé, ne subsiste que ce lambeau. Et bien que détestés, les occupants alliés – anglais, français, italiens – fascinent.

Accumulant conquêtes et prestige, la belle Leïla mène une vie mondaine tumultueuse. Entre le capitaine Jackson Read et son fiancé Necdet, son coeur hésite. Se brûlant les ailes au contact d’un Occident dévoyé, Leïla devient alors la proie idéale d’une époque trouble. De soirées en rencontres, de débauches en désillusions, les destins se croisent : madame Jimson, Nermin, Marlow, Miss Moore, Azize Hanim… Autant de personnages qui s’enivrent de bonheurs futiles et opportunistes.

Mais qu’adviendra-t-il d’eux ? De ces Turcs, de ces Anglais, de ces Français que l’histoire oblige à se côtoyer ? À travers le souvenir de Sodome et Gomorrhe purifiées par le feu, l’espoir subsiste pourtant. Au loin, en Anatolie, des Turcs se battent pour la Libération. Sauvera-t-on Istanbul ? Que deviendra-t-elle ?

Seul roman paru sur la capitale ottomane occupée, Leïla, fille de Gomorrhe est, au-delà de la fiction, un récit singulier sur les bouleversements de cette ville jusqu’ici inexplorés. Et un habile prétexte à la critique de sociétés vouées aux plaisirs faciles, embourbées dans leurs contradictions…

 

Yakup Kadri Karaosmanoglu (1889 – 1974)
Il est l’un des plus grands romanciers turcs du XXe siècle. Ses oeuvres sont marquées par la culture française et fortement influencées par les réalités de l’histoire de son pays, depuis la fin de l’Empire ottoman jusqu’à la République des années cinquante. Deux traductions françaises de ses ouvrages sont déjà parues : Yaban (« Étranger »), éd. Cent Pages/Unesco, et Ankara, éd. Turquoise.

Exil sous le croissant et l'étoile <br /><small>Universitaires juifs-allemands en Turquie pendant le IIIe Reich</small>

Exil sous le croissant et l'étoile
Universitaires juifs-allemands en Turquie pendant le IIIe Reich

de DIRK HALM ET FARUK SEN

Document historique (TURQUOISE) | Paru le 10/11/2009 | 22,00 €

Combien d’entre nous savent que la Turquie a accueilli dès 1933 des universitaires allemands et autrichiens révoqués par les nazis pour des raisons raciales, politiques ou idéologiques ? Cette émigration – synonyme de survie pour ces Juifs, ces « non-Aryens », ces opposants déclarés ou supposés – permit à nombre d’intellectuels de continuer leurs recherches, et à la Turquie de poursuivre la modernisation du pays lancée par Mustafa Kemal Atatürk dès 1923.

Publié pour la première fois en français, Exil sous le croissant et l’étoile nous donne accès à une source exceptionnelle : le rapport rédigé par le fonctionnaire nazi Herbert Scurla sur le travail de ces universitaires.

Retrouvé par l’historien Klaus-Detlev Grothusen, le « rapport Scurla » constitue un témoignage unique sur l’ignominie des nazis, appliqués sans relâche à persécuter leurs ennemis, à les empêcher de vivre et de travailler – y compris à l’étranger. Rédigées par différents auteurs, les autres sections du livre sont aussi l’occasion de découvrir le volet étranger de la politique culturelle et scientifique du IIIe Reich, de partager les souvenirs de certains des exilés, et de mesurer la richesse – souvent étonnante – de leurs biographies. Les contributions de Frank-Walter Steinmeier, Klaus-Detlev Grothusen, Edzard Reuter, Fritz Neumark et Christiane Hoss comptent ainsi parmi les éléments les plus précieux cet ouvrage. Quant à l’album de photos de Otto Gerngross, professeur de technologie agricole à l’École supérieure d’agronomie d’Ankara, il apporte le témoignage concret d’une étonnante modernité dans la Turquie des années trente.

 

Dirk Halm
Né en 1971 à Recklinghausen, en Rhénanie du Nord-Westphalie, sociologue de formation, il est collaborateur du « Stiftung Zentrum für Türkeistudien » (Centre d’études turques) à l’université de Duisbourg-Essen et chargé de cours en sciences de l’éducation et sciences sociales à l’université de Münster. Dirk Halm travaille et publie sur les thèmes de la migration, de la politique allemande d’intégration, des relations germano-turques et de l’islam chez les immigrés.

Faruk Sen
Né en 1948 à Ankara, capitale de la Turquie, il est économiste de formation et professeur honoraire à l’université de Duisbourg-Essen (Rhénanie du Nord Westphalie). Engagé dans une carrière politique et associative en faveur de l’intégration des Turcs immigrés en Allemagne, il a été directeur jusqu’en 2008 du « Stiftung Zentrum für Türkeistudien » (Centre d’études turques).

Ankara

Ankara

de YAKUP KADRI KARAOSMANOGLU

Écriturques (TURQUOISE) | Paru le 01/07/2008 | 18,00 €

De ville millénaire, au milieu de la steppe anatolienne, dont l’histoire se confond avec celles de civilisations prestigieuses, hittite, romaine et byzantine, Ankara se perd au fil des siècles Et la voilà emportée à la fin de la Grande Guerre dans la débâcle de l’Empire ottoman largement battu, ruiné et envahi par les Alliés. Et pourtant…

C’est à Ankara que bat dans les années vingt le cœur de la Révolution turque menée par Mustafa Kemal Atatürk. Jeune patriote idéaliste, Selma est alors prise dans la tourmente.

La ville devient le théâtre de ses ambitions, de ses amours exaltées. Une âme aussi fervente peut-elle se contenter d’un mari falot ? Elle l’abandonne et épouse un officier. Mais avec la République, plus attiré par le faste des honneurs, ce dernier y perd son âme et délaisse sa jeune épouse. Qu’en est-il alors de la soif d’absolu de Selma ? Et si au lieu d’être une femme émancipée, elle n’était qu’une femme égarée dans le tourbillon de l’Histoire ? ?Puis elle rencontre Neset Sabit, et sa vie s’en trouve bouleversée.

Capitale méconnue d’une Turquie dont on parle souvent, Ankara apparaît pour la première fois au cœur d’une fiction. C’est alors l’occasion pour l’auteur, Yakup Kadri, à travers la vie amoureuse d’une jeune Stambouliote, de décrire la naissance de cette grande métropole moderne. ?C’est aussi l’occasion pour lui, dans un style romanesque à l’envi, d’évoquer successivement la période mouvementée de la guerre de Libération, les premières annéesde la République et les métamorphoses de la nouvelle société turque, avant de clore son roman en se projetant dans un avenir, qu’il voudrait lumineux, à travers la rêverie de Selma.

 

Yakup Kadri Karaosmanoglu (1889 – 1974)
Il est l’un des plus grands romanciers turcs du XXe siècle. Ses oeuvres sont marquées par la culture française et fortement influencées par les réalités de l’histoire de son pays, depuis la fin de l’Empire ottoman jusqu’à la République des années cinquante. Une traduction française d’un de ses ouvrages est déjà parue : Yaban (« Étranger »), éd. Cent Pages/Unesco.

« M.K. ». Récit d’un déporté arménien : <br /><small>Dix années d’errance parmi les Kurdes et les Syriaques</small>

« M.K. ». Récit d’un déporté arménien :
Dix années d’errance parmi les Kurdes et les Syriaques

de MANUEL KIRKYACHARIAN

Témoignage (TURQUOISE) | Paru le 01/02/2008 | 18,00 €

« J’aurais dû mourir à l’âge de neuf ans. Cette vie, je ne la dois qu’à la grâce de Dieu. »

Telles furent les dernières paroles de Manuel Kirkyacharian. Adana. Sud de la Turquie. 1915. Il a neuf ans. Déporté comme des ­centaines de milliers d’Arméniens, il perd son père, sa mère, une partie de son ­entourage. Il est vendu, échangé… 

Quasiment parvenu au terme de sa vie, il décide de consigner, sur bandes ­magnétiques, les souvenirs de cette enfance tragique : le bain de sang, les fuites successives pour échapper à ceux qui l’ont « adopté » et cette errance de dix ans achevée à Alep où il retrouvera ceux de ses proches ­restés en vie. Paroles quasi indicibles, et pourtant ­paroles dites, en turc, langue qu’il connaît le mieux.

La force de ce récit réside bien ­sûr dans l’atrocité des événements que vécurent Manuel Kirkyacharian et les siens. Mais elle tient ­également à l’attitude si particulière adoptée par le narrateur.

Il raconte tout simplement sans jamais se mettre en avant, en se ­dissimulant presque derrière ces deux initiales, « M.K. ». Il narre sans ­pathos et sans haine. Il a su pardonner et trouver des remèdes aux ­cauchemars qui le hanteront tout au long de sa vie.

Un récit en cela unique et captivant, empreint d’une véritable émotion. Un témoignage exceptionnel sur ce terrible massacre.

 

Baskin Oran
Il est une figure de proue de la société civile en Turquie. ­Professeur en sciences politiques, intellectuel engagé, il écrit pour plusieurs titres de la presse turque. Il a également publié de nombreux ouvrages et articles concernant les relations internationales, les nationalismes et les droits des minorités.

Non à la guerre. Anthologie <br /><small>Poésies du monde - Photographies - Histoire</small>

Non à la guerre. Anthologie
Poésies du monde - Photographies - Histoire

de COLLECTIF

TURQUOISE | Paru le 01/10/2006 | 38,00 €

Savez-vous à quand remonte le premier mouvement pacifiste ?
Connaissez-vous l’origine de la colombe comme symbole de paix ?

L’eau, l’air, sont indispensables à la vie. La paix aussi. Une paix toujours fragile qu’il nous appartient de protéger et de défendre. Nous, c’est-à-dire bien plus qu’une poignée d’idéalistes : nous tous, hommes et femmes, jeunes et moins jeunes, citoyens du monde.

Sous cette couverture immaculée, inattendue, une somme unique de photographies insolites et de poésies du monde à la gloire de la paix. Et plus encore.

 

Parmi les poètes cités dans l’anthologie : Yehuda Amichaï, Guillaume Apollinaire, Louis Aragon, Jorge Borges, Nirmalprabha Bordoloï, Bertolt Brecht, Paul Celan, Aimé Césaire, Mahmoud Darwich, Mohammed Dib, Fernand Dumont, Pierre Emmanuel, Günter Grass, Nicolas Guillén, Nâzim Hikmet, Vladimír Holan, Victor Hugo, Ismaïl Kadaré, Vénus Khoury-Ghata, Sang Ku, Primo Levi, Antonio Machado, Jean Métellus, Pablo Neruda, Fernando Pessoa, Jacques Prévert, Yannis Ritsos, Edoardo Sanguineti, Georges Séféris, Léopold Sédar Senghor, Bull, Sitting William Shakespeare, Marina Tsvétaïeva, Walt Whitman, C. K Williams, AkikoYosano…

Parmi les photographes cités dans l’anthologie : Alfred, Nicolas Asfouri, Jean-Marc Bouju, George N. Barnard, Patrick Baz, Robert Capa, Georges Gobet, Luc Delahaye, Horst Faas, Emmanuel Dunand, Marc Garanger, Roger Fenton, Ian Jones, Khaldei, Joël Robine, Gaston Paris, Michael Nash, Huynh Cong « Nick », Steve McCurry, Françoise De Mulder, John Moore, Scott Nelson, Eric Schwab, Julian Smith, Christine Spengler, Jeff Widener, M. Bourke-White, Greg Wood…

Parmi les agences photo citées dans l’anthologie : AFP, Roger-Viollet, Associated Press, Sipa Press, Réunion des musées nationaux (RMN), Magnum Photos, Reuters, Getty Images, ECPAD.

La Turquie est-elle européenne ?

La Turquie est-elle européenne ?

de JEAN-PAUL BURDY

hors collection (TURQUOISE) | Paru le 01/10/2004 | 9,80 €

« Vivre comme un arbre, seul et libre
Vivre en frères comme les arbres d’une forêt »
Nâzim Hikmet


L’espoir exprimé par le grand poète turc pourrait bien s’appliquer à un « désir d’Europe » largement partagé en Turquie même. Etonnant destin que celui de son peuple : venu des confins de la Mongolie à travers les steppes d’Asie centrale ; converti à l’Islam avant d’en prendre la direction calaifale pendant un demi-millénaire ; sédentarisé en Anatolie avant de s’emparer du coeur de l’Empire byzantin chrétien, et de lui substituer un Empire ottoman s’étendant entre Orient et Occident, de l’Adriatique à la Péninsule arabique… La Turquie a-t-elle vocation à entrer dans l’Union européenne ? La Turquie est-elle européenne ? La vieille « question d’Orient » suscite encore les passions, attise les peurs.

La question n’est pas : « La Turquie veut-elle de l’Europe ? » mais bien plutôt : « L’Europe veut-elle de la Turquie ? ». En réalité, s’interroger sur la Turquie revient à interroger le sens de la construction européenne.

En abordant les principaux arguments historiques, géographiques, économiques et religieux, cet ouvrage entend contribuer au débat politique et citoyen sur la candidature turque.

 

Jean-Paul Burdy
Il est maître de conférence d’histoire à l’Institut d’études politiques de Grenoble. Il enseigne l’histoire européenne (Master “Europe”) et à Istanbul. Il mène des recherches sur l’histoire de la Turquie contemporaine au sein du laboratoire PACTE de l’IEP.

Nâzîm Hikmet Biographie et Poèmes

Nâzîm Hikmet Biographie et Poèmes

de COLLECTIF

hors collection (TURQUOISE) | Paru le 01/10/2002 | 38,00 €

Un beau livre complet sur l’un des plus grands poètes du XXème siècle: biographie détaillée du poète Nazim Hikmet (1902-1963), préface présentée sous forme d’un journal par John Berger, choix d’une centaine de poèmes dont certains inédits. L’ouvrage comprend aussi une vingtaine d’articles de Aragon, Sartre, Neruda, Tzara, analysant entre autres les divers aspects du poète et de son oeuvre, des regards de Jacques Lacarrière, Régis Debray, Pierre Daix, Michel Cournot, H. Fast etc. Sans oublier un chapitre spécial “Nazim Hikmet et Paris” concernant ses relations avec les intellectuels français et ses poèmes sur Paris. Le tout illustré de 300 photographies et dessins dont certains inédits ainsi qu’une chronologie très détaillée.