l'autre LIVRE

ROSA CANINA EDITIONS

Rosa canina éditions  publie principalement des écrits poétiques ancrés dans le vécu. Nos ouvrages sont imprimés par nos soins et façonnés à la main.

Les racines du Rosa canina avaient la réputation de guérir de la rage. Nous rêverions que certains de nos contemporains se soignent à la racine et guérissent de la haine, des croyances mortifères, de l’indifférence, de la cupidité – autres visages de la rage – pour enfin s’ouvrir à la complexité du monde, à une fraternité réelle. La crainte fugace que tous les Rosa canina sur Terre n’y suffiraient pas traverse en-dehors des épines notre conscience. Nous laisserons donc proliférer ces rosiers sauvages bannis des jardins bien entretenus. 

Site web :http://www.rosacaninaeditions.jimdofree.com
Forme juridique :Association
Racine ISBN :978-2-491577
Nombre de titre au catalogue :8
Tirage moyen :200
Spécialités :poésie, écrits autobiographiques
Repousser les ombres

Repousser les ombres

de Elisa COSTE

Poésie (ROSA CANINA EDITIONS) | Paru le 15/12/2021 | 20,00 €

La poésie d'Élisa Coste se fond dans la vibration des temps. La mélancolie est son repère depuis lequel Repousser les ombres. L'auteure mâtine le réel d'une partition intérieure bleu-gris d'où s'éveillent chants erratiques, souffles humains, ardeur du vivant.

 

« Les visages se sont dissous dans l’ombre, presque rien ne surgit, tout est de feutre lisse, tout glisse. La musique pénètre lentement notre chant mineur. Des éclats fragiles comme le verre de nos peaux irisent la nuit, la font palpiter comme un corps qui respire, un souffle régulier conforme à l’endroit de notre naissance. »

éparpiller la peau

éparpiller la peau

de Emma FILAO

Poésie (ROSA CANINA EDITIONS) | Paru le 20/04/2021 | 22,00 €

Le recueil d'Emma Filao est une incursion par-delà l'épiderme : abandonner l'enveloppe protectrice, s'extraire de la gangue délétère pour incarner à vif, déceler sa résonance propre et celle de l'autre, devenir geste et manifester l'indicible. L'auteure érode la langue sur les aspérités du monde, sonde la perméabilité de l’apparence, avise à éparpiller la peau.

                                         toi

de quel côté de la peau es-tu

et si tes paroles s'accrochent à mes épines

comment alors n'es-tu pas sur ma peau à moi

je me retrouve dans ton oubli

tu déambules dans ma mémoire

est-elle seulement la mienne

 

qu'est-ce donc que cette vie sous le mot

                             parler

                                        se parler

comme on s'existe (...)

Les Grandes Berces

Les Grandes Berces

de Anna CHAIDRON-BECQUEVORT

Poésie (ROSA CANINA EDITIONS) | Paru le 15/03/2021 | 18,00 €

Anna Chaidron-Becquevort insuffle, par sa langue riche et authentique, une force poétique avec laquelle il est possible de traverser Les Grandes Berces. Un recueil de six longs poèmes pour saisir la vitalité des émotions, la tendresse des paysages, explorer les contrées oniriques et s'abandonner aux ultimes retranchements. Par le balancement des mots, la brume réfléchit la lumière. Lumière sur les usures, la trahison de l'innocence, les turpitudes des civilisations. Une tranquille lucidité engage au dépassement.

« … dans la grave pratique de nos existences

plus douce que l'empreinte de l'ange

la marque de nos liens de sang

ces brefs passages sur nos fronts

aussi imprévisibles que bourrasque de vent

aussi purs que consentement

attestent d'un même berceau

et révoquent nos dissonances … »

Il suffira

Il suffira

de Teo LIBARDO

Poésie (ROSA CANINA EDITIONS) | Paru le 15/01/2021 | 12,00 €

Il suffira est une ode au primitif, un recours à l'essence. La pulsation qui sous-tend le texte appelle à se confondre dans la dilatation originelle – une et multiple – énergie vitale. Ainsi affranchis, les êtres de sens se déploient en matières créatrices.

     « le sentiment merveilleux d'une poésie du vivre

un trait de craie

sillon ineffaçable

blotti en nos corps météores

horizon palimpseste amoureux

      chante la folie limpide d'exister »

Contrepoison

Contrepoison

de Benoit ARCADIAS

Cynorrhodon (ROSA CANINA EDITIONS) | Paru le 30/11/2020 | 18,00 €

Dans ces nouvelles d'inspiration autobiographique, l'auteur – interné dix ans en psychiatrie – écrit son quotidien d'alors : l'institution, les addictions, ses compagnons de l'instant, les femmes providentielles. « Une jeune femme me précédait sur le trottoir. Soudain sa jupe fut soulevée par le vent glacial. J’ai aperçu ses formes serrées dans un épais collant bleu marine. J'étais stupéfait de me sentir heureux. L’espace d’un instant, j’avais rejoint l’humanité qui m’avait déserté. Ça m'a fait mal. »

Le narrateur livre ainsi les témoignages, sans superflu et néanmoins troublants, de faits et d'évènements que la société dérangée aurait souhaité tenir à l'écart. « Je suis donc revenu vers celui que je considérais désormais comme un ami. Un paravent était disposé autour de lui. Je l'ai regardé, il devait avoir à peine cinquante ans et il paraissait usé par le vin et les cigarettes. Le paquet était toujours à la même place. C’était peut-être le seul héritage qu’il laissait. Je l'ai pris et pris sa suite. »

À l'abattement et l'incompréhension, à la brutalité et la tristesse des circonstances, Benoit Arcadias donne le contrechamp de l'humour, l'ironie, la poésie qu'il instille tel un Contrepoison.

Là où germent les mots - suivi de Les yeux naufragés

Là où germent les mots - suivi de Les yeux naufragés

de Teo LIBARDO

Poésie (ROSA CANINA EDITIONS) | Paru le 30/04/2020 | 12,00 €

Les textes réunis dans ce recueil poétique ouvrent sur un espace en retrait et un instant décisif : Là où germent les mots.
«  Nous attendons
l'éclaircie de la raison
l'irruption du corps parlant
les ombres inclinées
autant que la lumière... »

Un monde révélé sans fard qui embellit, sans ombre qui dissimule. Dans l'évidence de l'aurore, toutes les nuances sont rendues visibles, aucune saturation ne les altère, l'humanité bruyante se tait encore.
«  La vie en jachère
cette note en suspend dans la tête
alors que le silence tout autour domine...  »

Ainsi, l'auteur convoque la clairvoyance des sentiments, invite au positionnement parmi les éléments avec comme points cardinaux le temps et le bonheur, la solitude et l'altérité, l'amour et la révolte.
«  … il y a toute la place rouge
du sang des humains sacrifiés
la souffrance et les pourquoi
tout le vivant qui désespère
enfin l'espoir sans l'attente. »

Dans Les yeux naufragés, ce regard se prolonge en aphorismes et réflexions.
«  Les yeux naufragés sans cesse regardent les mots
qui se déchirent et se brisent sur l'épave de leurs désirs. »

Les chambres

Les chambres

de Elisa COSTE

Récit (ROSA CANINA EDITIONS) | Paru le 15/04/2020 | 15,00 €

Nous nous trouvons avec l'auteure au seuil de la vie et éprouvons avec elle le vertige qu'elle nous confie presque à l'oreille : « ça a commencé par un trou. La sensation de tomber verticalement dans le noir. » Une adolescence se prolonge. Dans une chambre, parmi les livres, grandit l'urgence de s'extraire de cette maison bourgeoise de province. Cette révolte intime contre la famille, la religion, l'ordre du monde trouve écho auprès de certains hommes. Avec la difficulté de se construire, de se connaître et se reconnaître dans l'autre, vient la solitude malgré l'autre et l'impuissance face à son enfermement. « Je n'attendais rien d'un rapport social avec les autres et tout d'un rapport intime ». La révolte devient désespoir, mélancolie, fuite. Nourrie des surréalistes, des poètes, son aspiration à une vie rêvée, et néanmoins réelle, se heurte à la lecture politique de Louis qui fait une critique radicale, post-situationniste, de la société. Ils partagent « la peur de n'être pas assez forts pour aimer la vie coûte que coûte ».