l'autre LIVRE

PIERRE MAINARD

Salon 2018 : Retrouvez cet éditeur sur le stand B20

Pierre Mainard, éditeur... une aventure charpentée par l’urgent désir de faire émerger une littérature exigeante et en recherche, saluée de petits succès que d’autres qualifient de grands... Une communauté d’auteurs et un éditeur donnent naissance à des livres dans lesquels s’expriment des voix différentes – auxquelles l’éditeur témoigne sa fidélité sans pour autant s’y enchaîner – sous des formes différentes : nouvelles, récits, aphorismes, poèmes, journaux..., qui représentent pour chacun de nous une possible rencontre propre à faire vivre notre imaginaire et par là même notre liberté.
La littérature nous fait ce don et bien d’autres encore... C’est pour cela qu’à tout instant notre pensée va vers tous ceux qui ont écrit, écrivent et écriront.

Adresse : 18, rue Emile Fréchou
47600 Nérac
Téléphone :05 53 65 93 92
Fax :05 53 65 93 92
Site web :http://pierre-mainard-editions.com/
Courriel :nous contacter
Diffusion :Pierre Mainard éditeur
Distribution :Comptoir SPE - Paris
Représentant légal :Stéphane Mirambeau
Forme juridique :EURL
Racine ISBN :978-2-913751
Nombre de titre au catalogue :64
Tirage moyen :500
Spécialités :Poésie, nouvelle, récit, roman, aphorisme
La Confusion des espèces

La Confusion des espèces

de Jean-Ives BÉRIOU

Grands poèmes (PIERRE MAINARD) | Paru le 16/03/2018 | 14,00 €

La confusion des espèces se décline en trois parties où les poèmes, sous des formes différentes (prose, vers...), jouent de la magie des images, de visions d'une extrême finesse, de musicalité enivrante et du bestiaire de l'auteur pour porter notre émotion à son comble. Le poète repousse les réalités du monde au bord des mondes : il ouvre grand au large ses désirs d'être vivant et même lorsque la mort - tenace - rode et s'invite, la poésie bouscule cette « tête de mort » dans le néant. Le poète joue des coudes, combat, se révolte, vise les planètes, car il veut encore « faire sa valise ».

Bernard Ollier exagère la Tour Eiffel

Bernard Ollier exagère la Tour Eiffel

de Bernard OLLIER

Grands poèmes (PIERRE MAINARD) | Paru le 16/03/2018 | 12,00 €

Un poème composé de 471 strophes dont chacune contient le nom Tour Eiffel : monument personnifié qui occupe, de façon obsédante, l’esprit et le corps d’un homme durant toute sa vie. Objet de querelles, de scènes comiques, de longs monologues, Tour Eiffel érotisée, qui, au final, nous livre des pages pleines de drôlerie et de nostalgie poétique : Bergère, Ô Tour Eiffel le troupeau des ponts bêle ce matin…. Par un jeu admirablement maîtrisé de la répétition, jamais monotone, l’auteur pousse son poème au sommet… de la Tour Eiffel !

Bernard Ollier vit, écrit, crée dans le Gers, il se lève chaque jour devant la tour abolie de son château de Roquepine ouvert à tous les vents de l’imaginaire…

L'Amante érectile

L'Amante érectile

de Anne-Marie BEECKMAN

Hors sentiers (PIERRE MAINARD) | Paru le 15/11/2017 | 22,00 €

Quand la poésie d’Anne-Marie Beeckman rencontre (et ce n’est pas la première fois) les oeuvres de Diane de Bournazel, deux univers s’agrègent, libérant en nous des songes bercés par l’amour, la mort, les animaux, les plantes... tout un monde fait la ronde et tourneboule nos sens.

Giroflées

Giroflées

de Pierre PEUCHMAURD

Grands poèmes (PIERRE MAINARD) | Paru le 15/11/2017 | 14,00 €

Giroflées compte quatre parties, les trois premières ont fait l’objet de publication dans des revues entre 1990 et 2004, dont "Les Giroflées" dans La N.R.F. en 1990. La quatrième, "Vie et mort d’un miroir de lierre", est inédite. Quatre parties donc ! quatre temps, quatre respirations comme les saisons forment une boucle dans laquelle se tient, grâce au grimoire du poète, un monde qui se déploie sous nos yeux. Le conducteur de lune fixe sur nos pensées des nostalgies de bêtes, de souvenirs, de terres, d’astres, de couleurs qui nous portent au voyage. Pierre Peuchmaurd est mort le 12 avril 2009 des suites d’une longue maladie. La discrétion de ce témoin élégant ne l’empêche pas d’être tenu, par quelques-uns, pour l’un des plus grands poètes français actuels.

Sous les yeux des aïeux

Sous les yeux des aïeux

de Marie-Elisabeth CAFFIEZ

Grands poèmes (PIERRE MAINARD) | Paru le 01/06/2017 | 12,00 €

Marie-Élisabeth Caffiez (Épouse Bournois), qui suivit de loin dans sa jeunesse les activités du groupe surréaliste animé par Ivar Ch’Vavar, compose Sous les yeux des aïeux à la fin de 1998. Elle y évoque son enfance et son adolescence au village. Plusieurs de ces poèmes ont paru dans l’anthologie Cadavre grand m’a raconté (éditions du Corridor bleu).
« Une poésie qui va vous houspiller (et vous faire du bien) » par Ivar Ch’Vavar… lire la suite lien ci-dessous SOMMAIRE

Filiation Obscure

Filiation Obscure

de Juan Sánchez PELÁEZ

Xénophilie (PIERRE MAINARD) | Paru le 01/06/2017 | 14,50 €

Présenté comme celui qui libéra la poésie du Venezuela de la « vieillerie poétique », Juan Sánchez Peláez (1922-2003) est, en Amérique du Sud, considéré comme l’un des plus grands poètes du siècle passé. Son premier livre, Elena y los elementos (1959) annonce la couleur de toute son œuvre : « l’imprévisible logique du désir » (Gustavo Guerrero), à la fois dans le flux érotique qui traverse le contenu de sa poésie et dans le jeu métamorphique continuel qui la fait danser. Dans ses recueils, se donne à lire un va-et-vient incessant entre flot torrentiel et parole resserrée et raréfiée, célébrant « l’amour, l’aimée et le langage ».
L’expérience qui le marquera est la fréquentation du groupe de la revue surréaliste La Mandrágora, au Chili, où il se rendit en 1940. De là, il ira en Argentine et deviendra l’ami du poète surréaliste Enrique Molina.
L’ignorance européenne à son sujet est paradoxale : il a passé une grande partie de sa vie loin de chez lui, à Bogotá et à New York, mais aussi à Madrid et à Paris dans les années cinquante. Cette édition bilingue, Filiation obscure (Filiación oscura) devrait contribuer à lui rendre justice.

Lam, la truite

Lam, la truite

de Sylvain MASSÉ & Ludovic MASSÉ

Editions courantes (PIERRE MAINARD) | Paru le 01/06/2017 | 16,00 €

Tout au long de ce conte parabolique, « livre de nature et poème de la rivière », Sylvain et Ludovic Massé nous font vivre de l’intérieur le corps d’un torrent. Dans les eaux montagneuses et tempétueuses du Vallespir en Catalogne, Lam, une jeune truite, mène une vie pleine de péripéties. Chaque moment de son existence, où se mêlent chasses, dangers, plaisirs, amours…, fournit aux auteurs l’occasion de personnifier le vivant qui abonde dans ces eaux profondes : façon de nous rendre, sans doute, plus familière cette nature sauvage. Lam, la truite est un récit profondément original, né d’un regard, nourri par un savoir, écrit avec l’intensité d’un poème lyrique.

Poésies 1978-1997

Poésies 1978-1997

de Thierry METZ

Grands poèmes (PIERRE MAINARD) | Paru le 01/06/2017 | 18,00 €

La présente édition rassemble les poèmes de Thierry Metz (1956-1997) jamais parus en livre et, pour la majorité, extraits de la revue Résurrection qu’animait Jean Cussat-Blanc. Celui-ci fut le premier à reconnaître le poète, au point d’alerter Jean Grosjean alors lecteur chez Gallimard – maison où seront publiés Le Journal d’un manœuvre (1990) et Lettres à la bien-aimée (1995).
Les poèmes présentés courent sur deux décennies durant lesquelles l’écriture façonne une œuvre à travers laquelle une voix observe, « attend quelque chose qui ne viendra pas… », et fait résonner un chant intensément intime.

Plein vent

Plein vent

de Laurent ALBARRACIN

Editions courantes (PIERRE MAINARD) | Paru le 15/11/2015 | 10,00 €

"Plein vent" rassemble 111 haïku en hommage au premier livre dans ce genre que Pierre Peuchmaurd publia chez Pierre Mainard ("Au chien sédentaire", 2005). Les deux auteurs étaient proches et s’estimaient, au point que Laurent Albarracin dirigea et rédigea le volume "Présence de la poésie -Pierre Peuchmaurd" consacré au poète (éd. des Vanneaux).
Dans "Plein vent", Laurent Albarracin égrène le monde au rythme des saisons, et, à l’image de ce haïku Le papillon posé / sur le manche de l’outil / fait s’envoler la peine, nous allège de bien des lourdeurs.

Van Gogh comme ailleurs

Van Gogh comme ailleurs

de Christophe MASSÉ

Hors sentiers (PIERRE MAINARD) | Paru le 28/03/2015 | 17,00 €

Dans "Van Gogh comme ailleurs" Christophe Massé déroule un poème libre, lucide et nostalgique, dans lequel se dessine une vie ponctuée par les peintures de Franck Garcia.
C’est la vie de l’auteur qui, face à la cruauté de l’histoire et du monde, puise dans la palette du peintre Van Gogh, la lumière qui le ramènera à la vie.

Le boudoire de la langue

Le boudoire de la langue

de Alain ROUSSEL

Dirty (PIERRE MAINARD) | Paru le 28/03/2015 | 6,00 €

Un jour dominical, où l’ennui réveille tous les fantasmes, madame Myrtille et ses trois filles s’emmêlent jusqu’à se perdre ; se culbutent dans un tumulte que l’auteur s’amuse à alimenter de mille ressorts... C’est dimanche les visiteurs s’annoncent, les chairs se ruent sur le nouveau venu et tous les corps à corps sont permis ! Jusqu’au point final... on ne boude pas son boudoir.

Les grands arbres s'effacent

Les grands arbres s'effacent

de Véronique GENTIL

Grands poèmes (PIERRE MAINARD) | Paru le 06/10/2014 | 11,00 €

20 poèmes écrits en anglais et traduits en français par l’auteur prolongent la prose des premières pages de ce recueil : Véronique Gentil s’éloigne des rivages de sa langue maternelle pour conjurer l’impossibilité de dire la perte de l’être aimé.

Formulaire

Formulaire

de Olivier HERVY

Editions courantes (PIERRE MAINARD) | Paru le 28/03/2014 | 11,00 €

Après Expertise (P. Mainard, 2007) et Agacement mécanique (l’Arbre vengeur, 2012), Olivier Hervy signe son troisième recueil d’aphorismes : Formulaire. Dans des formules laconiques, tour à tour grinçantes, comiques et poétiques, l’auteur agite l’air du temps avec justesse.

Molasse Candy

Molasse Candy

de Anne-Marie BEECKMAN

Dirty (PIERRE MAINARD) | Paru le 01/01/2002 | 5,50 €

"Molasse Candy n’est jamais malade. Elle a une bonne santé, rose et blanche à poils blonds. Quelquefois des impatiences et des faims, surtout à la tombée de la nuit. Ce qui tombe ne fait pas l’affaire de Molasse Candy."