l'autre LIVRE

MÉMOIRE D'ENCRIER

Fondée en 2003 par l'écrivain Rodney Saint-Éloi, Mémoire d’encrier a pour mandat de réunir des auteurs de diverses origines autour d’une seule et même exigence: l’authenticité de la voix. Au catalogue, 300 titres : Poésie, roman, essais, chroniques...


1260 Bélanger, Montréal, Québec, H2S 1H9

Tél. : 514 989 1491

Distributeur (France) : DG Diffusion

memoiredencrier.com

info@memoiredencrier.com

 

Adresse : 1260 Bélanger
H2S 1H9 Montreal
Téléphone :5149891491
Site web :http://memoiredencrier.com
Courriel :nous contacter
Diffusion :DG DIFFUSION
Distribution :DG DIFFUSION
Représentant légal :Rodney SAINT-ÉLOI
Forme juridique :Entreprise individuelle
Racine ISBN :978-2-89712
Nombre de titre au catalogue :300
Tirage moyen :1000
Spécialités :DIVERSITÉ AUDACE INDÉPENDANCE
Les enfants du printemps

Les enfants du printemps

de Wallace THURMAN

Roman (MÉMOIRE D'ENCRIER) | Paru le 08/07/2019 | 19,00 €

Il s’en passe des choses au nord de Manhattan, en ces années d’après-guerre. Le blues a envahi les têtes et les corps, les hommes et les femmes ont soif de liberté et de mauvais gin. Raymond Taylor, un écrivain à l’ambition débordante, habite avec ses amis artistes dans un immeuble de Harlem qu’ils ont baptisé le manoir Niggeratti. Mais que faut-il pour écrire un chef-d’oeuvre ? Oeuvre à la fois puissante et effarouchée, pleine de bruit et de fureur, débordante d’un mélange d’enthousiasme et de cynisme, qui ravage tout sur son passage, "Les enfants du printemps" se lisait et se lit encore aujourd’hui comme on prend une douche froide : pour dégriser.

Le mot de Daniel Grenier, traducteur : "Voici un réquisitoire en bonne et due forme d’un moment historique et social particulier, où Harlem et les artistes afro-américains ont été à la mode autant chez les intellectuels iconoclastes que chez les bien-pensants. Rien ni personne n’y est épargné, alors que Thurman tire à boulets rouges sur ses compatriotes écrivains, sur les radicaux blancs profiteurs, sur l’intelligentsia noire, sur les classes moyennes, sur les lèche-bottes et les lèche-culs."

Tisser les voix

Tisser les voix

de Rachel BOUVET

Récit (MÉMOIRE D'ENCRIER) | Paru le 11/06/2019 | 16,00 €

Une femme perd sa voix. Elle écrit pour reprendre possession de son corps abîmé. Elle chemine ainsi, s’ancre par l’écriture dans sa voix intime, qui résonne avec d’autres silences et paysages de terre, d’eau... La guérison est amorcée avec cette symphonie de voix. Une multitude de visages, de corps et de voix se tissent et se racontent à travers les routes qui n’en finissent pas. Ce livre est un grand silence, une halte entre nous et le vivant ; un bruissement qui dit la relation, la tendresse, l’existence, d’où la musique des mers, des fleuves et des forêts.  Le point de vue de l’auteure : Tisser les voix répond au mouvement général qui traverse le livre. Quand j’ai perdu la voix, je me suis mise à écrire, mais aussi à écouter davantage. J’ai fait plus de place à la parole des autres. Quand je tisse les voix, la mienne se fonde dans un ensemble, elle va à la rencontre des autres, c’est ce mouvement qui me permet d’avancer. Quand la voix se brise, quand elle s’absente, il faut tout reconstruire, cela ne peut se faire que dans l’intimité. Apprivoiser le silence.

La ballade de Leïla Khane

La ballade de Leïla Khane

de Alfred ALEXANDRE

poésie (MÉMOIRE D'ENCRIER) | Paru le 13/05/2019 | 12,00 €

La ballade de Leïla Khane est un grand poème ou peut-être un étrange bateau. Leïla nomme l’absence. Cette légende fait de l’amour une île qui évite aux amants la mort et la folie. C’est encore Leïla qui dit l’exil, les ports, les déserts, les océans et les villes.

Le point de vue de l’auteur : La ballade de Leïla Khane est une variation autour du mythe de Laylâ et Majnoun. Le personnage de Laylâ, comme figure de l’amour impossible, a inspiré des artistes aussi divers que les poètes Nizami, Djami, Aragon ou encore le musicien Eric Clapton. Ici, le mythe est réinterprété dans le cadre de l’imaginaire littéraire des îles d’Amérique, à travers l’écho qui relie Carthagène des Indes en Colombie à l’ancienne Carthage, l’antique ville où saint Augustin entrevit que la grâce est l’autre nom de l’amour.

A’yarahskwa’ J'avance mon chemin

A’yarahskwa’ J'avance mon chemin

de Jean SIOUI

poésie (MÉMOIRE D'ENCRIER) | Paru le 08/04/2019 | 12,00 €

La poésie aide à résister. La vérité s'appelle tradition, humour, sagesse. Jean Sioui, aîné de la communauté Wendat, met lumière et couleurs sur la réalité : « Mes pensées rencontrent celles de mes ancêtres. Je veux simplement que vous voyagiez avec moi. »

Le point de vue de l'auteur : La blessure est grande. Les gens de mon peuple sont en train de se soigner. On a eu une longue période de survie, celle de nos parents, qui luttaient contre la faim et l’humiliation. Ils ont tout fait pour vivre simplement. Ils se sont tournés vers le tourisme et l’artisanat. Nos jeunes ont soif de se connaître. Ils n’acceptent plus ça. Ils nous forcent à l’authenticité, à l’art, à la poésie. Ce ne sont pas des plumes, des macarons ni des habits qui font un Indien, c’est une âme. 

Parler en Amérique

Parler en Amérique

de Dalie GIROUX

essais (MÉMOIRE D'ENCRIER) | Paru le 08/04/2019 | 19,00 €

Parlures régionales, formes non écrites, hybridées, dominées, colonisées, marginales, migrantes, illettrées, clandestines, domestiques… S’articulent ces langues subalternes, dévaluées, ces manières du quotidien, ces lieux de mémoire et de l’intimité. Elles persistent, migrent, opèrent une cartographie souterraine, portent la mémoire du continent et les traces de l’histoire coloniale. S’opèrent alors des pratiques de liberté, des audaces philosophiques et littéraires qui laissent la porte ouverte à tout ce qui est susceptible d’initier une « machine intime de décolonisation ».

L'heure hybride

L'heure hybride

de Kettly MARS

Legba (MÉMOIRE D'ENCRIER) | Paru le 11/03/2019 | 9,00 €

Port-au-Prince.

Grandi dans les jupes d’une mère qui faisait commerce de ses charmes, Rico L’Hermitte, profession gigolo, beau gosse des quartiers pauvres, vend son corps. Comme le goût des fruits défendus, L’heure hybride dresse le portrait d’un monde qui se bat entre luxure et survie. Ce roman jette un regard lucide sur la société haïtienne, le tout sur fond de nostalgie de la fin des années 1970, où la vie nocturne était intense à Port-au-Prince.

Le rossignol t’empêche de dormir

Le rossignol t’empêche de dormir

de Steven HEIGHTON

Roman (MÉMOIRE D'ENCRIER) | Paru le 11/02/2019 | 24,00 €

Dans l’espoir de renouer avec son père, Elias Trifannis s’enrôle pour l’Afghanistan. Évacué à Chypre, il a une brève idylle avec une journaliste turque qui se termine tragiquement, et il se réfugie à Varosha, zone interdite après la guerre ayant opposé Chypriotes grecs et turcs. Il y découvre un univers insoupçonné. Des paysages insolites et un monde peuplé d’êtres meurtris mais débordants d’humanité et de tendresse.

 

Métissée

Métissée

de Ouanesse YOUNSI

poésie (MÉMOIRE D'ENCRIER) | Paru le 07/01/2019 | 12,00 €

Métissée, ce sont des poèmes en prose autour de la question des origines, présentes et absentes. Née d’un père arabe et d’une mère québécoise, petite-fille de peinture fraîche, l’auteure plonge dans les labyrinthes de l’identité et de l’enfance, cherche sa famille inconnue côté basané du monde. La poète convoque des ancêtres de papier pour réparer les arbres généalogiques, raconter le silence qu’elle a reçu, parler comme un incendie. 

NoirEs sous surveillance - Esclavage, répression et violence d’État au Canada

NoirEs sous surveillance - Esclavage, répression et violence d’État au Canada

de Robyn MAYNARD

Essai (MÉMOIRE D'ENCRIER) | Paru le 07/01/2019 | 24,00 €

La militante féministe Robyn Maynard livre ici un livre coup-depoing. Il invite à revoir la place des Noir-e-s dans l’histoire canadienne, et, surtout, à réorienter le regard complaisant que le Canada porte sur son rapport aux Noir-e-s. Robyn Maynard intervient sur divers thèmes préoccupants, comme l’esclavage, la maternité des femmes noires, la misogynie au Canada, la violence et la condition noire, l’injustice faite aux Noir-e-s, le manque d’accès à l’éducation des Noir-e-s. Que savons-nous aussi de la détresse des Autochtones, des sanspapiers, des personnes réfugiées ? Voici un livre fondamental qui aide à convoquer des problèmes d’actualité et à nommer le racisme, bien au-delà du Canada. 

Cartographie de l'amour décolonial

Cartographie de l'amour décolonial

de Leanne BETASAMOSAKE

Roman (MÉMOIRE D'ENCRIER) | Paru le 13/11/2018 | 16,00 €

Dans Cartographie de l’amour décolonial, l’écrivaine et militante autochtone Leanne Betasamosake Simpson explore l’existence actuelle des peuples et collectivités autochtones, en particulier celle de sa propre nation Nishnaabeg. Ses personnages s’efforcent de réconcilier leur désir de vivre une vie pleine de tendresse avec le combat qu’ils livrent quotidiennement pour survivre aux injustices passées et présentes causées par le racisme et le colonialisme.

Le reste du temps

Le reste du temps

de Emmelie PROPHÈTE

Legba (MÉMOIRE D'ENCRIER) | Paru le 12/11/2018 | 9,00 €

Le roman d’Emmelie Prophète est ancré dans le quotidien d’un temps de plomb. Port-au-Prince, un lundi d’avril 2000 - Six heures trente. Il faisait déjà très chaud quand le téléphone a sonné. La voix d’un ami au bout du fil : «Il m’annonça sans ambages qu’il venait d’entendre à la radio qu’on avait tiré sur Jean.» 

Avec attention et retenue, Emmelie Prophète peint une ville dans la tourmente où l’amitié, la fraternité et le partage aident à vivre - où la quête d’un exemplaire dépareillé de Sodome et Gomorrhe n’est jamais vaine. 

Je suis Ariel Sharon

Je suis Ariel Sharon

de Yara EL-GHADBAN

Roman (MÉMOIRE D'ENCRIER) | Paru le 08/10/2018 | 16,00 €

 

Tel Aviv, 4 janvier 2006. Le premier ministre Ariel Sharon sombre dans le coma. Il demeure inconscient huit ans jusqu’à sa mort en 2014. Que se passe-t-il dans la tête de Sharon ? 

Le roman donne corps et voix à un choeur de femmes, Véra, Gali, Lily, Rita, qui le mettent face à ses horreurs et à son humanité. Elles le guident vers la lumière quand les ombres de la mort l’assaillent.

Un Ailleurs à Soi

Un Ailleurs à Soi

de Emmelie PROPHÈTE

Roman (MÉMOIRE D'ENCRIER) | Paru le 08/10/2018 | 15,00 €

Tout un peuple se prépare à fuir, s’inventant un ailleurs à défaut d’un avenir. Partir est un mythe auquel personne n’échappe. Au Ayizan, chic restaurant de Pétion-Ville, se font et se défont les voyages. Lucie sert les clients le jour et vend son corps la nuit. Maritou fuit la haine de Jeannette et la pitié de Clémence ses demisoeurs. Elle vomit son angoisse et sa solitude jusqu’à sa rencontre avec Lucie. Elles s’apprivoisent jusqu’à s’aimer. Un ailleurs à soi, miroir où se tissent illusions et voeux de départ.

Le bout du monde est une fenêtre

Le bout du monde est une fenêtre

de Emmelie PROPHÈTE

Legba (MÉMOIRE D'ENCRIER) | Paru le 08/10/2018 | 9,00 €

« La noirceur du réel haïtien n’a d’égale que le souci de l’auteur à le peindre calmement, parfois cruellement, en mettant son lecteur à l’épreuve de destins où le mot bonheur ne semble pas avoir été prévu. Si ce n’est dans ces miracles de tendresse qui bouleversent parfois une journée, parfois toute une vie. » Valérie Marin La Meslée, Le Point

Masi

Masi

de Gary VICTOR

Roman (MÉMOIRE D'ENCRIER) | Paru le 10/09/2018 | 19,00 €

On chuchote que, grâce à La flûte enchantée de Mozart, le citoyen Dieuseul Lapénuri est nommé ministre aux Valeurs morales et citoyennes, avec le mandat d’arrêter la dégradation des moeurs et l’abomination qui gangrènent la République. L’île sombre dans la luxure. Le président se croise les bras et s’amuse à jouir, en criant Whitman, Rimbaud et Baudelaire. Entre-temps, la première édition du festival gay et lesbien Festi Masi est annoncée. Les autorités s’y opposent de toutes leurs forces. Le festival, devenu affaire d’État, prend des proportions inimaginables. Cette ruée vers la vertu, on le sait bien, n’est que chimères et effronteries. Un roman qui nous propulse dans les bas-fonds de l’âme humaine.

Uiesh - Quelque part

Uiesh - Quelque part

de Joséphine BACON

poésie (MÉMOIRE D'ENCRIER) | Paru le 10/09/2018 | 12,00 €

J’ai tant de plis sur mon visage. Chacune de mes rides. 

A vécu ma vie.  Aujourd’hui je suis la femme digne. 

Qui raconte. Quelque part, une aînée avance. 

Elle porte en elle Nutshimit, Terre des ancêtres. 

Une mémoire vive nomadise, épiant la ville, ce lieu indéfini. 

La parole agrandit le cercle de l’humanité. 

Joséphine Bacon fixe l’horizon, conte les silences et l’immensité du territoire. 

Impasse Dignité

Impasse Dignité

de Emmelie PROPHÈTE

Legba (MÉMOIRE D'ENCRIER) | Paru le 10/09/2018 | 9,00 €

« On se rend vite compte que c’est la porte d’à côté ‘‘Impasse Dignité’’, tout est à portée d’yeux et d’odorat. De l’ordinaire magnifié par une écriture élégante, une sensibilité et un regard qui nous laissent admiratifs, époustouflés...» – Daniel Grange

Des marges à remplir et autres poèmes

Des marges à remplir et autres poèmes

de Emmelie PROPHÈTE

poésie (MÉMOIRE D'ENCRIER) | Paru le 10/09/2018 | 12,00 €

La rue marche après nous - Nous sommes des vestiges de chemins de fer - C’est l’histoire de toute une ville - Qui nous coule dans les veines - On a besoin d’un prétexte pour être deux. Les poèmes, je les ai rencontrés, dans la voix, dans les yeux de gens qui grignotent chaque jour le malheur, la solitude. Ils sont à eux. C’est grâce à ces souffles que la poésie demeure, transforme le quotidien et donne raison à ces effleurements, ces interprétations qui invitent à regarder la vie par les marges à remplir.

Nanimissuat Ile-tonnerre

Nanimissuat Ile-tonnerre

de Natasha KANAPÉ

poésie (MÉMOIRE D'ENCRIER) | Paru le 11/06/2018 | 12,00 €

Vous êtes des milliers / À marcher sur les mers / Allez et revenez / Procréer / Avec le ciel / La prochaine terre / À donner aux sans-pays / Une planète entière / Où nous serons / Réfugiées.

Voix de femmes coulées debout dans les fleuves. La grand-mère, la mère et la fille reconquièrent leur corps, leur pouvoir et leur destin. Elles se racontent, se confient aux ancêtres. Elles naissent et renaissent, convoquent le soleil de la justice pour que commence une ère nouvelle. Le poème, souverain, refait l’Histoire, remplit les vides, frappe aux portes de la vérité.

Kuessipan

Kuessipan

de Naomi FONTAINE

Legba (MÉMOIRE D'ENCRIER) | Paru le 05/03/2018 | 9,00 €

Voici la réédition du premier roman d’une jeune femme de vingt-trois ans qui rappelle par la puissance de son écriture quelques grands noms de la littérature autochtone comme Tomson Highway, Scott Momaday. Naomi Fontaine rejoint les grandes voix humaines. Kuessipan est un livre bouleversant qui nous fait découvrir le quotidien sur une réserve innue. C’est avec la grâce et la justesse d’une langue éblouissante que Naomi Fontaine évoque cette réalité. Kuessipan : mot innu signifiant « à toi » ou « à ton tour ». Ce sont des lieux, des visages connus et aimés. Des chasseurs nomades. Des pêcheurs nostalgiques. Des portraits. Des vies autour de la baie qui reflète les choses de la Terre. Les lièvres. La banique. Les rituels. Les tambours en peau de caribou qui font danser les femmes. Des enfants qui grandissent. Des vieux qui regardent passer le temps. Des saumons à pêcher. Des épinettes. Des barrières visibles et invisibles. Des plaisirs éphémères. De l’alcool qui éclate les cervelles. Des souvenirs. Des voyages en train. Et surtout l’évidence que la vie est cet ensemble de morceaux à emboîter pour que naisse la symphonie.

Manikanetish

Manikanetish

de Naomi FONTAINE

Roman (MÉMOIRE D'ENCRIER) | Paru le 13/11/2017 | 15,00 €

Une enseignante de français en poste sur une réserve innue de la Côte-Nord raconte la vie de ses élèves qui cherchent à se prendre en main. Elle tentera tout pour les sortir de la détresse, même se lancer en théâtre avec eux. Dans ces voix, regards et paysages, se détachent la lutte et l’espoir

La maison des épices

La maison des épices

de Nafissatou DIA DIOUF

Roman (MÉMOIRE D'ENCRIER) | Paru le 24/02/2014 | 18,00 €

Finaliste, Prix Senghor du premier roman francophone et francophile, 2014. Comptoir d’esclaves et comptoir d’épices, La Maison des épices est transformée en centre de soins. Nichée entre ciel et mer, où viennent se reconstruire des amputés de la vie, la maison accueille médecins et guérisseurs qui sondent, par les vertus de la tradition ancestrale et de la science moderne, la profondeur des âmes. Les troubles et les malentendus - allant de l’amnésie aux transgressions de l’ordre social et culturel - ne manquent pas qui dévoilent la vulnérabilité de l’être. Une certaine histoire de la folie nous est contée. Des dizaines de voix et d’histoires s’entremêlent, révélant les mystères de ces lieux paisibles modelés par l’amitié, la tendresse, la beauté et l’amour. Une galerie de personnages insolites tentent d’échapper au corset du quotidien afin d’inventer à leur mesure un monde neuf.

Saison de porcs

Saison de porcs

de Gary VICTOR

Roman (MÉMOIRE D'ENCRIER) | Paru le 23/09/2009 | 18,00 €

Premier volume de la trilogie des polars vaudou, à la fois conte, fable et enquête policière, "Saison de porcs" nous transporte de sensations en sensations et nous fait revisiter sous le couvert d’une banale histoire d’adoption les arcs-en-ciel du réalisme merveilleux. Un torride été à Port-au-Prince : un policier, l’inspecteur Dieuswalwe Azémar, se prépare difficilement au départ de sa fille Mireya qu’il a confiée aux bons soins de l’Église du Sang des Apôtres. Tout bascule quand il découvre le pot aux roses, les intentions sinistres et mafieuses de ladite église. Il mènera alors une lutte sans merci pour briser le contrat d’adoption et récupérer sa fille. Empêtré dans un milieu policier immoral, l’inspecteur Azémar se bat seul contre la corruption et se réfugie dans une consommation effrénée d’alcool. La transformation de son adjoint Colin en porc lui fait comprendre qu’il vit une véritable saison d’enfer. Malgré lui, il fera l’expérience douloureuse de la prophétie qui veut que « … presque tout, d’après la loi, est purifié avec du sang, et sans effusion de sang, il n’y a pas de pardon. » Saison de porcs est une plongée dans le monde loufoque et tragique de la magie, de la superstition et de la politicaillerie haïtienne.