l'autre LIVRE

MÉDIAPOP

Médiapop fait une apparition remarquée dans le monde de l’édition en mai 2011 avec la publication de Far Out !, un petit livre parfaitement raccord avec son sujet dans lequel le photographe Bernard Plossu revient sur ses années hippies. Pour l’apprenti éditeur Philippe Schweyer, il s’agit au départ de prolonger les rencontres (avec des écrivains, des photographes, des artistes…) provoquées grâce au magazine Novo en se lançant dans l’édition de petits livres au graphisme soigné qui accordent autant d’importance aux images qu’aux textes. Dans la collection “Sublime”, la musique est très présente (la pop de Vincent Vanoli, le chanteur Daniel Darc raconté par ceux qui l’ont connu, le récit intime en forme de sampling d’Antoine Couder préfacé par Rodolphe Burger…), ce qui n’empêche pas les escapades cinématographiques (sur les traces de Buffalo Bill avec David Le Breton et Bernard Plossu…) voire littéraires (les livres du très “bukowskien” Yves Tenret). Moins “rock’n’roll”, la collection “Ailleurs” rassemble des ouvrages qui invitent à s’écarter des sentiers battus (Raqqa vue à travers le regard d’un enfant et de l’écrivain Christophe Fourvel, les Îles grecques amoureusement décrites par Philippe Lutz, le témoignage d’un jeune afghan contraint de quitter son pays, les constellations photographiques d’Anne Immelé…). Les éditions Médiapop, qui ne s’interdisent rien, publient également des livres hors collection.

Adresse : 12, quai d'Isly
68100 Mulhouse
Téléphone :0622446867
Site web :http://www.mediapop-editions.fr
Courriel :nous contacter
Diffusion :CED
Distribution :BLDD
Représentant légal :Philippe Schweyer
Forme juridique :SARL
Nombre de titre au catalogue :85
Tirage moyen :900
Le Saut de l'Ange

Le Saut de l'Ange

de Emmanuel ABELA

Sublime (MÉDIAPOP) | Paru le 01/07/2014 | 25,00 €

L’ouvrage hommage à Daniel Darc, Le Saut de l’Ange, sous la direction d’Emmanuel Abela et de Bruno Chibane paraîtra le 1er juillet, un peu plus d’un an après la disparition du chanteur de Taxi Girl.

Tout au long de sa carrière, que ce soit en tant que chanteur de Taxi Girl ou par la suite en solo, Daniel Darc n’a cherché qu’une chose : se construire un avenir. On le sait, la vie en a décidé autrement. Le parcours de cet artiste, parmi les plus flamboyants de la chanson française, a été marqué par des instants de rupture jusqu’à sa disparition tragique en février 2013, à un moment précisément où plus personne ne s’y attendait.

Dans cet ouvrage choral, des musiciens qui l’ont côtoyé, des personnalités issues du monde du spectacle, des journalistes et photographes, mais aussi des fans qui se sont attachés à son œuvre apportent leurs témoignages sous des formes diverses : entretiens, récits, fragments poétiques et scénarios. Chacune de ces interventions participe à la reconstitution d’un étonnant puzzle : Daniel Darc, figure angélique et en phase avec son temps.

Je peux écrire mon histoire

Je peux écrire mon histoire

de Abdulmalik FAIZI

Ailleurs (MÉDIAPOP) | Paru le 06/05/2014 | 16,00 €

Abdulmalik Faizi n’avait pas seize ans lorsqu’il a été confié à un premier passeur à Kaboul, en juillet 2008. Originaire de la région d’Orozgân dans le centre de l’Afghanistan, issu de la communauté hazara, il a été obligé de fuir sur les routes pour échapper à la pression islamiste.
Quand Abdulmalik a été jeté sur les routes, il sortait de l’enfance. Très vite, il a appris à ravaler ses larmes, à esquiver les coups et à surmonter la peur. À plusieurs reprises, il aurait pu y laisser sa peau. Dans les caves de Téhéran, dans les montagnes turques ou les caches d’Istanbul, dans les hôtels miteux d’Izmir ou d’Athènes, dans les bidonvilles de Patras, sur un quai de Milan ou enfin dans le labyrinthe de l’administration française, Abdulmalik a surmonté toutes les épreuves. Après des mois d’errance, il a échoué à Mulhouse, en avril 2009. Ce livre est la reconstitution minutieuse de son incroyable périple.

Fourt

Fourt

de Yves TENRET

Sublime (MÉDIAPOP) | Paru le 02/03/2014 | 13,00 €

Après l’Amérique de Funky boy, Yves Tenret nous emmène dans une Belgique des années 60 ; il nous invite à y accompagner ses petits héros fugueurs. Ce “zut” belge relate dans un argot travaillé les tribulations d’une bande de jeunes échappés de leur pensionnat. Un goût de liberté flotte à la veille des grandes vacances scolaires, alors que les grands font la grève ; les sept terribles gamins bruxellois vont ravager le sud de leur petit pays. Les adultes sont laids, les enfants aussi. Eh oui, nous sommes bien au pays de James Ensor.