l'autre LIVRE

LIBRÉCRIT

Salon 2018 : Retrouvez cet éditeur sur le stand A11

LIBRÉCRIT existe et publie sans déroger aux intentions d'où naissait le désir, qui fondaient le projet, qui justifiaient l'espoir : tenir un propos libre, voire libertaire, critique, caustique, souvent sarcastique mais toujours littéraire. Parce qu'il ne suffit pas de dire (d'écrire) pour soulager des humeurs ou raconter des histoires, encore faut-il trouver une forme qui sert le propos, c'est-à-dire ne publier que des livres, romans, essais, nouvelles ou documents qui tiennent forme et fond en égale estime.

Bien sûr, dans le bouillon actuel de communication marchande, on voit poindre le commentaire : une petite maison d'édition avec de grandes ambitions, un souci de qualité, un propos corrosif, non conformiste, rude et irrespectueux à l'occasion, ironique, hors normes, oublieux de la mode et toujours rigoureux, même s'il ne se prend pas au sérieux, c'est un pari...

Spécialités :  Littérature (romans, essais satiriques, romans noirs), livres de mer, ouvrages documentaires ou historiques

 

Adresse : 9, rue Fays
94160 Saint-Mandé
Téléphone :01 43 74 01 12
Site web :http://www.editions-librecrit.fr
Courriel :nous contacter
Représentant légal :Benjamin Lambert
Forme juridique :Association
Racine ISBN :978-2-915529
Nombre de titre au catalogue :27
PETIT TRAITÉ D'INSOUMISSION

PETIT TRAITÉ D'INSOUMISSION

de Benjamin LAMBERT

L'esprit de sel (LIBRÉCRIT) | Paru le 10/10/2013 | 19,00 €

Petit traité d’insoumission

Vous que la pénurie guette, cernés pourtant que vous êtes par l'abondance, et que l'on engageait à « travailler plus pour gagner plus », mais qu'on licencie pour faire des économies…

Vous qui vous jetez sur les offres d'emploi avec l'espoir que l'on vous traitera mieux ailleurs, si jamais…

Vous qui avez la naïveté de croire encore que le travail imbécile anoblit l'homme de peu ou la femme de rien…

VOUS… OUI, VOUS ! RÉAGISSEZ ! NE JOUEZ PAS LE JEU…

Il est inutile de tout casser, injuste et vain de répandre le sang…

APPRENEZ À TRICHER !

Après avoir parcouru d’ironie les recettes habituelles permettant de pallier la pénurie d’emploi (et donc d’argent), ce petit traité libertaire explore avec causticité de “nouveaux emplois” et quelques anciens revisités qui s’offrent (ou sont à inventer) dans un monde qui n’est plus fait pour ceux qui l’habitent.

De professeur de sérénité à proxénète intellectuel, d’échafaudeur de projets en l’air à tourneuse en dérision ou de faiseur d’éloges à tireuse de marrons du feu, le champ d’expédients à défricher est plus vaste qu’on ne le croit :

Pénurie (d’emplois ? d’argent ?) : Expédients !

L’auteur : Benjamin Lambert, universitaire, cadre repenti, écrivain, éditeur, a publié des essais ou des ouvrages documentaires portant sur les Navigateurs solitaires, Mai 68, Albertine Sarrazin et des romans qui, eux aussi, se veulent “sur les marges”. Parmi ses publications aux éditions Librécrit :

un vaste ensemble satirique en cinq livres, le Cycle de la Ville-Pays, le Petit livre noir (et rouge) de Mai 1968 et le Glossaire de Malentendus...

Glossaire de malentendus

Glossaire de malentendus

de Benjamin LAMBERT

L'esprit de sel (LIBRÉCRIT) | Paru le 13/03/2013 | 27,00 €

Le malentendu est l'artifice de langage le plus couramment utilisé par les humains dans le but supposé de communiquer avec leurs congénères. De A à Z, son décodage est salutaire…

Il y a 1800 entrées environ – dont quelques noms propres – dans ce glossaire dont tous les mots ont été choisis avec sérieux, ironie et mauvaise foi, parfois, afin de montrer comment les éclairer autrement, fût-ce d’un sourire.

Voici deux (courtes) définitions pour aguicher le lecteur :

Aplomb : Forme d'assurance ou de suffisance qui ne tient parfois qu'à un fil.

Zircon : Diamenteur. …/…

Du même auteur, le Cycle de la Ville-Pays contait l’histoire d’un monde peuplé d’Abrutis qui, sans être tout à fait le nôtre, lui ressemblait assez pour que l’Histoire du Néant fût bientôt celle de notre présent ou de sa dérision. Littérature, Communication et Information, Mythes et Légendes, mis à contribution pour donner sa vraisemblance à l’Histoire, s’y exprimaient entre « Pure langue » et « Langage sommaire »… 

Puisque tout est permis en littérature, après la fiction satirique de l’Histoire, voici une satire lexicale du verbiage qui nous sert – du moins le croyons-nous – à transmettre du sens, mais dont il vaut mieux rire, larmes taries, venin craché. 

7 MALENTENDUS

7 MALENTENDUS

de Bruno CONGAR

LIVRES LIBRES (LIBRÉCRIT) | Paru le 04/12/2012 | 21,00 €

7 nouvelles (autant que de péchés ou de merveilles, toutes proportions gardées) de facture “classique”, avec personnages, intrigue et chute (parfois de haut), qui proposent un regard ironique sur les vicissitudes de nos existences, illustrées par l’auteur à sa façon, narquoise…
Parsemées d’étrangeté, saupoudrées d’irrationnel, elles ont pour intention d’offrir un bon moment de lecture à qui les aimera.

L’AUTEUR
Bruno Congar, né à Paris en 1956, a étudié le dessin, l’illustration, le graphisme, la gravure et la sérigraphie aux Arts Décoratifs à Paris. 
Depuis, artiste indépendant, il dessine pour la presse ou pour l’édition et illustre des livres pour enfants et des bandes dessinées.
En outre, il milite et dessine pour la protection de l’environnement, avec Greenpeace, d’abord, puis les Robin des Bois depuis 1985. 

Il a commencé à écrire des histoires “sans les images” vers la fin des années 80. 
Son premier roman, « Le Pont tournant », a été publié en 1995 par les éditions Anne Carrière.

Il a aussi donné deux illustrations de couvertures aux éditions Librécrit.

La Maison du Bon Sourire

La Maison du Bon Sourire

de Danielle BOULAIRE

LIVRES LIBRES (LIBRÉCRIT) | Paru le 12/06/2012 | 20,00 €

Le Bon Sourire… Quel sourire ?

 

Celui qui masque la fascination qu’éprouve la narratrice, impassible et réservée, pour une autre femme, brillante et secrète ?

Dans cette “maison” terne, avec d'autres pensionnaires, elles épuisent le crépuscule de leurs vies sans éclat. Pourtant, leur quotidien et leur passé, apparemment anodins, se révéleront d'une extrême violence lorsque la parole, longtemps contenue, se sera libérée sous l’influence d’une troisième… survenue puis repartie.

LETTRES MORTES

LETTRES MORTES

de Elibert BLAEME

NOIRS REBELLES (LIBRÉCRIT) | Paru le 16/11/2011 | 25,00 €

Élibert Blaeme est le pseudonyme choisi à dessein pour la collection NOIRS REBELLES par un écrivain qui, derrière ce masque d’ironie ou sous son nom, est l’auteur de plus d’une vingtaine d’ouvrages, romans, essais, documents, dont beaucoup ont été publiés ou repris aux éditions Librécrit. Dans une vie antérieure, il a aussi été scénariste. Le dernier tiers du XXe siècle est une époque où il affectionne particulièrement de situer ses romans et de braquer son regard intransigeant sur le temps qu’il a traversé où se trouvait en germe le monde merveilleux qui est désormais le nôtre… Ainsi a-t-il choisi encore sa cible dans LETTRES MORTES, en y mordant sans égards le petit monde de l’édition parisienne au moyen d’une histoire qui, quoique fiction, se veut réaliste. Manigances, mesquineries et trahisons, soumission veule aux pouvoirs de l’argent capitaliste et de la politique politicienne y relèguent trop souvent la Littérature au rôle de parent pauvre ; quant à l’Esprit, s’il vit encore, il se cache derrière l’Intérêt, son rival… Il a publié, entre autres, sous le titre d’ensemble TÉTRALOGIE FIN DE SIÈCLE, quatre romans parus il y a quelques années chez Librécrit :

FUTUR SANS AVENIR, une histoire des années 70 

LES TRIBULATIONS de Martine Chèvre-Chou, une histoire des années 80 

VIRUS, CHANTAGE ET VIDÉO, une histoire des années 90 

LUXE, CALME ET VOLUPTÉ, un conte pour l’an 2000

APOSTROPHES, ADRESSE et INTERPELLATIONS

APOSTROPHES, ADRESSE et INTERPELLATIONS

de Benjamin LAMBERT

LIVRES LIBRES (LIBRÉCRIT) | Paru le 16/11/2011 | 13,00 €

Apostrophe, Interpellation ou Adresse sont de vieux mots usités au temps où l’on écrivait ce que l’on avait à dire ou à redire… Et, parfois, les destinataires répondaient de la même façon (ou par une lettre de cachet). Dans cet opuscule, Benjamin Lambert, dont les humeurs sont volontiers rebelles, exhume ces mots de la désuétude où ils sont tombés (ne conservant plus que des sens atténués ou spécialisés) : Il propose aux lecteurs deux apostrophes : « Cœur sec » et « Marginal… mon ami », deux interpellations : « Profession : victime » et « Promesses, Mensonges et Droite populiste » ainsi qu’une adresse : « Sottise, Niaiserie : Adresse aux Abrutis », afin de partager ces humeurs avec qui y reconnaîtra les siennes.

UNE MALLE D'ÉCRITS VAINS

UNE MALLE D'ÉCRITS VAINS

de Yves HARRACA

LIBRÉCRIT | Paru le 01/01/2011 | 24,00 €

GESTES ET OPINIONS D’UN CECCON ORDINAIRE.


Selon l’auteur, le Ceccon alcalin – ainsi donné pour basique – est ce “Citoyen, Électeur, Consommateur, CONtribuable” dont il exprime ici en soixante et un petits chapitres moqueurs ou critiques, et moins naïfs qu’il n’y paraît, l’avis de « non spécialiste » sur les cent et une questions qu’il se pose, seul ou en la compagnie de son ami Maurice, afin de nous faire réfléchir et sourire. 

Une autre manière d’évoquer cet ouvrage serait de dire qu’il propose là les chroniques narquoises et désespérées de « trente-neuf ans et trois mois d’observation de notre monde tel qu’il va », avec des omissions certes, mais nul n’est tenu à l’exhaustivité satirique.

S’il lui arrive d’être partial, c’est avec la bonne foi de celui qui a toujours écrit sur ses carnets comme s’il ne devait jamais publier, ou seulement en sa qualité d’auteur parvenu au sommet de l’incognito.

Bien joué : pour ne pas en pleurer, il faut trouver la bêtise réjouissante.

il était une fois les navires en bois

il était une fois les navires en bois

de Benjamin LAMBERT

MER LIBRE (LIBRÉCRIT) | Paru le 15/10/2010 | 29,50 €

Historique de la construction navale en bois depuis la domestication du... rondin sauvage. Tout aurait-il déjà été dit et montré sur les embarcations en bois depuis plus de dix mille ans qu’il y a des hommes et qui naviguent ? Non... Du moins, pas de cette façon ! Qui n’oublie pas le bout de bois originel et qui choisit de s’arrêter quand trop de métal pénètre dans les coques. Les “historiens” purs sont plus... historiques, chercheurs de références d’archives, spécialistes d’une époque et moins intéressés par ce qui n’est pas leur domaine choisi de compétence ; les “techniciens” de la construction navale sont plus... techniques, plus attachés, croquis et plans à l’appui, aux particularités de charpenterie navale ou de conception qu’ils affectionnent. L’auteur de cet ouvrage l’a voulu comme une synthèse et un panorama révélant à la fois une continuité chronologique (avec ses lacunes et ses approximations, faute de traces anciennes ou antiques ou préhistoriques suffisantes) et des parentés remarquables (évolution logique et plagiat des nouveautés) d’un type de bateau caractéristique à celui qui le suit, tant que se construit avec des arbres la grande famille des navires... en bois. Surtout en Europe du nord et autour de la Méditerranée, bien sûr, mais sans renier l’héritage oriental ni les survivances dites “primitives”. 

L’idée de l’illustrer avec des timbres est née de la rencontre avec Alain Roman.