l'autre LIVRE

LETTMOTIF

- livres et revues de cinéma

- thèses et essais sur le cinéma

- guides du scénariste et scénarios de films

Adresse : 105 rue de Turenne
59110 La Madeleine
Téléphone :0366974678
Fax :0359350079
Site web :http://www.edition-lettmotif.com
Courriel :nous contacter
Représentant légal :Jean-François Jeunet
Forme juridique :SARL
Racine ISBN :978236716
Nombre de titre au catalogue :90
Montgomery Clift

Montgomery Clift

de Sébastien MONOD

Monographie (LETTMOTIF) | Paru le 14/12/2017 | 39,00 €

Montgomery Clift a été une star immense entre la fin des années quarante et le milieu des années soixante. Mais il ne fut pas une étoile comme une autre. Il a traversé le ciel hollywoodien telle une comète : un peu plus de 13 années passées sur les planches, 20 sur les plateaux de cinéma, soit 17 films et une mort prématurée à 45 ans.

Comme James Dean, il a été victime d’un accident de voiture. À la différence du rebelle sans cause qui l’admirait, celui que tout le monde appelait Monty a survécu. Rebelle, il l’a été à sa manière. Moins tonitruante que celle de son cadet. Il a été le premier à imposer ses conditions aux tout-puissants studios, se payant le luxe de réécrire ses dialogues.

Aujourd’hui, le grand public se souvient davantage de Marlon Brando. Il était le concurrent numéro un de Monty. Dans les couloirs des rédactions, il se disait que si l’un n’obtenait pas un rôle, c’était l’autre qui l’aurait. Au-delà de cette rivalité, il y avait un grand respect mutuel. Elle révélait aussi l’envie d’approcher la perfection.

Toute sa vie, Montgomery Clift n’a eu de cesse de donner le meilleur de lui-même, allant chercher profondément en lui, dans sa propre existence, les matériaux utiles à son art. Ses compositions sont le résultat d’un travail acharné. Ses personnages restent gravés dans les mémoires : Matthew Garth, le jeune cow-boy de Red River (La Rivière rouge) en lutte contre l’autorité, Robert E. Lee Prewitt, le soldat idéaliste de From Here to Eternity (Tant qu’il y aura des hommes), et Perce Howland, le héros blessé de The Misfits (Les Désaxés). Des êtres solitaires et écorchés, à l’image de l’homme qui les incarnait. Si ce livre doit prouver quelque chose, c’est l’étonnante proximité entre ces personnages et l’acteur. Montrer à quel point vie professionnelle et vie privée ont fini par se mêler.

L’Enfer du décor n’est donc pas une biographie, mais un travail de synthèse mêlant éléments biographiques et analyse filmique conférant à cet ouvrage un aspect analytique qu’on ne trouve, à ce jour, dans aucun autre ouvrage consacré au comédien. Mais il a une autre particularité, celle d’être le seul en France à octroyer à cet acteur fabuleux et méconnu la place qu’il mérite, celui d’un créateur sensible, érudit et marginal, qui inspira de nombreux autres et changea le statut de l’acteur en insufflant à la profession un supplément d’âme et de cœur, une authenticité.

Sébastien Monod a suivi des études de cinéma. Il travaille dans le milieu du livre et est, en parallèle, auteur de romans qui ont la particularité de mettre en scène de nombreux personnages. Ses lecteurs apprécient une plume, de leur propre aveu, très cinématographique.

Un siècle de cinéma américain (2. 1960-2000)

Un siècle de cinéma américain (2. 1960-2000)

de Benoît GOURISSE

Anthologie subjective (LETTMOTIF) | Paru le 09/03/2017 | 39,00 €

Hollywood a largement contribué au succès populaire du septième art dans le monde et témoigné de l’inventivité des cinéastes, acteurs, scénaristes et autres monteurs ou compositeurs en produisant nombre de chefs-d’œuvre.
Au travers de l’analyse critique et passionnée de 100 films, d’À l’ouest rien de nouveau réalisé par Lewis Milestone en 1930 jusque The Barber réalisé par Joel & Ethan Coen en 2000, cet ouvrage permet de comprendre les grands courants artistiques mais aussi thématiques voire politiques qui ont guidé l’évolution du cinéma aux États-Unis et au Royaume-Uni et d’éclairer des œuvres vues et revues maintes fois et passées à la postérité.
Scindé en deux parties – 1) 1930-1960 : Le règne des studios et l’âge d’or , 2) 1960-2000 : La fin des codes, le réalisme … puis la nostalgie – l’ouvrage permet de comprendre l’influence des vieux maîtres (John Ford, Alfred Hitchcock, Billy Wilder, Joseph L. Mankiewicz entre autres) sur les ténors du cinéma contemporain (Martin Scorsese, Steven Spielberg, les frères Coen), de voir aussi comment le cinéma a accompagné les grands événements du XXe siècle, tragiques et heureux.
Cent films de référence qui renvoient à des centaines d’autres qui ont construit l’histoire de cet art né à l’orée du XXe siècle et devenu une industrie. Cent films pour emmener le lecteur dans un voyage au travers de nombreux genres, du western à la comédie musicale, de la science-fiction au film noir en passant par l’étude de mœurs ou le film de guerre.
Un ouvrage pour voyager, rêver et, surtout, pour vouloir redécouvrir dans une salle obscure ce que le cinéma a offert de mythes et légendes.

Tome 2 : La fin des codes, le réalisme … puis la nostalgie : 1960-2000

Au début des années soixante, la nouvelle gauche américaine prend le pouvoir à Hollywood (dans les médias américains également). Les cinéastes (Lumet, Penn, Pakula, Ritt et beaucoup d’autres) sont hostiles à la guerre du Vietnam, critiquent la construction de l’Amérique, mettent fin au Code Hays et sonnent l’ouverture au réalisme traduit par la crudité de la violence et l’apparition du sexe dans le cinéma américain.
L’émergence du néoréalisme en Italie et de la Nouvelle Vague en France fait parfois oublier que les années soixante sont tout aussi tumultueuses dans l’expression artistique à Hollywood et qu’un courant “révolutionnaire” d’intensité comparable balaie les allées des grands studios.
Lesdits studios oscillent entre ce nouveau cinéma, bien moins porté sur le divertissement, et des œuvres à grand spectacle qui parfois seront proches de causer leur perte. De nouvelles stars supplantent les anciennes (Paul Newman, Sean Connery, Steve McQueen, Clint Eastwood). Le visage du cinéma américain est changé.
Puis, au milieu des années soixante-dix, les dernières barrières “morales” sur la représentation de la violence et du sexe à l’écran disparaissent sous l’impulsion de cinéastes tels que Coppola, Scorsese, Friedkin, de Palma.
Ils honorent les vieux maîtres mais sont tentés par l’hyperréalisme. Ils réinventent le film policier, le film de guerre, le drame et s’ancrent dans un quotidien devenu triste : le traumatisme de la défaite au Vietnam et la crise économique consécutive aux chocs pétroliers infusent Hollywood.
Spielberg et Lucas seront parmi les derniers à entretenir la flamme du divertissement dans les années quatre-vingt… avec un succès planétaire. Le cinéma populaire reviendra, avec une nostalgie marquée de l’âge d’or.
Ce cinéma hybride, violent, cru mais aussi par moments insouciant transforme le système de production et de création : les acteurs deviennent cinéastes, les cinéastes deviennent producteurs, les studios traversent une crise d’identité – et une crise économique – sans précédent.
L’étude s’arrête en 2001 … avant le 11 septembre, cette terrible épreuve qui encore une fois chamboulera le cinéma américain … mais ce sera l’objet d’un autre ouvrage.

Le cinéma noir américain des années Obama

Le cinéma noir américain des années Obama

de Régis DUBOIS

Essais (LETTMOTIF) | Paru le 03/03/2017 | 22,00 €

Quand on pense au cinéma noir américain des années Obama il nous vient tout de suite à l’esprit des titres comme La Couleur des sentimentsLe MajordomeSelmaDjango Unchainedou 12 Years a Slave tous sortis entre 2009 et 2016. Beaucoup de films évoquant l’histoire des Afro-Américains en somme (l’esclavage, le racisme, la ségrégation, la lutte pour les droits civiques). Faut-il y voir une simple coïncidence ou une véritable tendance ? Comment en effet ne pas imaginer que l’élection d’un Noir à la tête d’une nation travaillée depuis toujours par la question raciale n’a pas eu un effet sur la production de films ? Ne parle-t-on pas d’ailleurs communément d’un “cinéma reaganien” pour évoquer la production hollywoodienne des années 80 (Rocky, Rambo, Top Gun…) – synonyme de blockbusters musclés, manichéens et conservateurs – alors pourquoi ne pas parler d’un “cinéma obamanien” ? En explorant les grandes tendances de la période, ce livre tentera ainsi de comprendre comment le cinéma noir de ces dernières années a été influencé thématiquement, voire idéologiquement, par la présidence de Barack Obama.

Régis Dubois est spécialiste du cinéma afro-américain. Il a notamment publié Images du Noir dans le cinéma américain blanc (L’Harmattan, 1997), Dictionnaire du cinéma afro-américain (Séguier, 2001) et Le Cinéma des Noirs américains entre intégration et contestation (Le Cerf, 2005). Plus récemment, il a signé Une histoire politique du cinéma(Sulliver, 2007), Hollywood, cinéma et idéologie (Sulliver, 2008) et Les Noirs dans le cinéma français : de Joséphine Baker à Omar Sy (LettMotif, 2015).

Le cinéma noir américain des années Obama [cartonné]

Le cinéma noir américain des années Obama [cartonné]

de Régis DUBOIS

Essais (LETTMOTIF) | Paru le 03/03/2017 | 26,00 €

Quand on pense au cinéma noir américain des années Obama il nous vient tout de suite à l’esprit des titres comme La Couleur des sentimentsLe MajordomeSelmaDjango Unchainedou 12 Years a Slave tous sortis entre 2009 et 2016. Beaucoup de films évoquant l’histoire des Afro-Américains en somme (l’esclavage, le racisme, la ségrégation, la lutte pour les droits civiques). Faut-il y voir une simple coïncidence ou une véritable tendance ? Comment en effet ne pas imaginer que l’élection d’un Noir à la tête d’une nation travaillée depuis toujours par la question raciale n’a pas eu un effet sur la production de films ? Ne parle-t-on pas d’ailleurs communément d’un “cinéma reaganien” pour évoquer la production hollywoodienne des années 80 (Rocky, Rambo, Top Gun…) – synonyme de blockbusters musclés, manichéens et conservateurs – alors pourquoi ne pas parler d’un “cinéma obamanien” ? En explorant les grandes tendances de la période, ce livre tentera ainsi de comprendre comment le cinéma noir de ces dernières années a été influencé thématiquement, voire idéologiquement, par la présidence de Barack Obama.

Régis Dubois est spécialiste du cinéma afro-américain. Il a notamment publié Images du Noir dans le cinéma américain blanc (L’Harmattan, 1997), Dictionnaire du cinéma afro-américain (Séguier, 2001) et Le Cinéma des Noirs américains entre intégration et contestation (Le Cerf, 2005). Plus récemment, il a signé Une histoire politique du cinéma(Sulliver, 2007), Hollywood, cinéma et idéologie (Sulliver, 2008) et Les Noirs dans le cinéma français : de Joséphine Baker à Omar Sy (LettMotif, 2015).

Barbet Schroeder, ombres et clarté

Barbet Schroeder, ombres et clarté

de Jérôme D'ESTAIS

Essais (LETTMOTIF) | Paru le 22/02/2017 | 22,00 €

De More à Amnesia, en passant par General Idi Amin DadaMaîtresse ou Barfly, du documentaire à la fiction, de la Nouvelle Vague à Hollywood, les films de Barbet Schroeder nous entraînent, sur près d’une cinquantaine d’années, au-delà des genres, des catégories et des frontières, vers des territoires vierges, une marge, dans laquelle morale, évolutions et pouvoirs sont observés et questionnés, sans rien imposer. Avec élégance et distance. Ironie et bienveillance. Un cinéma tout en ombres et clarté.

Jérôme d’Estais a précédemment publié deux essais aux éditions LettMotif : Jean Eustache ou la traversée des apparences et Andrzej Zulawski, sur le fil. Il a aussi collaboré à l’ouvrage sur Hal Hartley et écrit deux romans, 178 et Thomas Liebmann, les derniers jours du Yul Brynner de la RDA, paru chez LettMotif en septembre. Il est par ailleurs le correspondant en Allemagne de La Septième Obsession et collabore aux revues Mondes du Cinéma et Ciné-Bazar.

Barbet Schroeder, ombres et clarté (cartonné)

Barbet Schroeder, ombres et clarté (cartonné)

de Jérôme D'ESTAIS

Essais (LETTMOTIF) | Paru le 22/02/2017 | 26,00 €

De More à Amnesia, en passant par General Idi Amin DadaMaîtresse ou Barfly, du documentaire à la fiction, de la Nouvelle Vague à Hollywood, les films de Barbet Schroeder nous entraînent, sur près d’une cinquantaine d’années, au-delà des genres, des catégories et des frontières, vers des territoires vierges, une marge, dans laquelle morale, évolutions et pouvoirs sont observés et questionnés, sans rien imposer. Avec élégance et distance. Ironie et bienveillance. Un cinéma tout en ombres et clarté.

Jérôme d’Estais a précédemment publié deux essais aux éditions LettMotif : Jean Eustache ou la traversée des apparences et Andrzej Zulawski, sur le fil. Il a aussi collaboré à l’ouvrage sur Hal Hartley et écrit deux romans, 178 et Thomas Liebmann, les derniers jours du Yul Brynner de la RDA, paru chez LettMotif en septembre. Il est par ailleurs le correspondant en Allemagne de La Septième Obsession et collabore aux revues Mondes du Cinéma et Ciné-Bazar.

Revue Ciné-Bazar 4

Revue Ciné-Bazar 4

de Thomas RÉVAY

Ciné-Bazar (LETTMOTIF) | Paru le 18/11/2016 | 16,00 €

Ciné-Bazar n’est pas spécialisé : aucun genre prédéfini avec lequel il doit composer, pas de film à défendre pour assurer sa pérennité. Aucune chaîne, aucun interdit, le cinéma qu’on aime et c’est tout. Ici, dans ce quatrième opus, c’est du cinéma d’exploitation dont il sera majoritairement question mais sans jamais abandonner cette idée de diversification. C’est pourquoi dans ce numéro 4 nous irons jusqu’en Lettonie pour parler du cinéma horrifique. Oui, parce que cette année, Ciné-Bazar a encore voyagé ! Et quels voyages… Los Angeles d’abord, puis Riga à la rencontre d’Aik Karapetian, réalisateur du premier film d’horreur letton. (extrait de l’éditorial)

Hal Hartley

Hal Hartley

de COLLECTIF

Regard sur (LETTMOTIF) | Paru le 02/11/2016 | 32,00 €

Hal Hartley  est un réalisateur américain dont la place et la trajectoire au sein du cinéma contemporain sont uniques.

Uniques par leur style, leur force et leur originalité. Uniques, car il aura marqué toute une génération de cinéphiles  durant les années 90 avant de s’engager dans une voie toujours plus indépendante et à contre-courant de son époque, au risque de disparaître du système. Aujourd’hui  plus farouchement indépendant que jamais, Hartley  écrit, finance, réalise et distribue des œuvres toujours plus exigeantes et qui ne ressemblent à aucune autre.

Cet ouvrage collectif a pour vocation de revenir sur ce que Hal Hartley a signifié et signifie encore et toujours pour une certaine génération de cinéphiles. Les textes présentés ici – récits, essais, collections de souvenirs et même poèmes – n’ont aucune prétention critique et ne visent qu’à exprimer la passion de leurs auteurs pour un cinéma à part, qui marque sa différence. Ils sont précédés d’une première partie où sont présentés les carnets de notes de Hal Hartley, certains de ses textes et interviews (dont un entretien avec Jean-Luc Godard) et d’entretiens exclusifs avec deux de ses acteurs fétiches, Elina Löwensohn  et Martin Donovan.

Pris dans leur ensemble, ces textes  dressent le portrait d’un artiste hors du commun et invitent à le redécouvrir.

Filmographie (non-exhaustive) : The Unbelievable Truth (1989), Trust (1990), Theory of Achievement (1991), Ambition (1991), Surviving Desire (1992), Simple Men (1992), Amateur(1994), Flirt (1995), Henry Fool (1997), The Book of Life (1998), No Such Thing (2001), The Girl from Monday (2005), Fay Grim (2006), Ned Rifle (2014).

Auteurs : Alexandrine Dhainaut, Jean-Christophe HJ Martin, Jérôme d’Estais, Justine Gasquet, Pacôme Thiellement, Jean-François Fontanel, Bertrand Mandico, Jérôme Sullerot, Xanaé Bove, Dimitris Daskas, Laurence Brisset, Leïla Morouche, Mathieu Germain.

Un siècle de cinéma américain (1. 1930-1960)

Un siècle de cinéma américain (1. 1930-1960)

de Benoît GOURISSE

Anthologie subjective (LETTMOTIF) | Paru le 02/11/2016 | 42,00 €

Hollywood a largement contribué au succès populaire du septième art dans le monde et témoigné de l’inventivité des cinéastes, acteurs, scénaristes et autres monteurs ou compositeurs en produisant nombre de chefs-d’œuvre.
Au travers de l’analyse critique et passionnée de 100 films, d’A l’Ouest rien de nouveau réalisé par Lewis Milestone en 1930 jusque The Barber réalisé par Joel & Ethan Coen en 2000, cet ouvrage permet de comprendre les grands courants artistiques mais aussi thématiques, voire politiques, qui ont guidé l’évolution du cinéma aux États-Unis et au Royaume-Uni, et d’éclairer des œuvres vues et revues maintes fois et passées à la postérité.
Scindé en deux parties – 1930-1960 : Le règne des studios et l’Âge d’or ; 1960-2000 : La fin des codes, le réalisme … puis la nostalgie – l’ouvrage permet de comprendre l’influence des vieux maîtres (John Ford, Alfred Hitchcock, Billy Wilder, Joseph L. Mankiewicz entre autres) sur les ténors du cinéma contemporain (Martin Scorsese, Steven Spielberg, les frères Coen), de voir aussi comment le cinéma a accompagné les grands événements du XXe siècle, tragiques et heureux.
Cent films de référence qui renvoient à des centaines d’autres qui ont construit l’histoire de cet art né à l’orée du XXe siècle et devenu une industrie. Cent films pour emmener le lecteur dans un voyage au travers de nombreux genres, du western à la comédie musicale, de la science-fiction au film noir en passant par l’étude de mœurs ou le film de guerre.

Tome 1 : Le règne des studios et l’Âge d’or : 1930 – 1960 

Début des années trente : le cinéma parlant supplante le cinéma muet, la couleur est déjà là.
C’est l’avènement des grands studios à Hollywood (Paramount, Warner Bros, 20th Century Fox, Metro Goldwyn Mayer) et la codification de genres emblématiques du cinéma américain : le western, le film d’aventures, le film noir, la comédie.
L’Amérique s’est trouvé des héros, des icônes qui deviendront légendes du septième art : Errol Flynn, Humphrey Bogart, John Wayne, James Stewart, Cary Grant.
C’est un cinéma esthétique, poétique, héroïque. Le Code Hays est entré en vigueur mais, loin d’entraver la créativité des cinéastes, il accompagne l’avènement d’Hollywood. C’est à Los Angeles… et aussi dans le désert de Lone Pine, en Californie, que l’on fait du cinéma !
Cette industrialisation attire nombre d’artistes européens et, alors que se profile la Deuxième Guerre mondiale, le cinéma américain bénéficie de l’apport de nombreux artistes européens.
Hollywood est le centre du monde cinématographique et bénéficiera à plein de cet âge d’or dans les années cinquante. Débutée avec le maccarthysme, qui dévoile la diversité sociale et politique du cinéma américain, cette décade est celle de l’épanouissement artistique.
L’apparition du CinémaScope et la banalisation de la couleur, qui coexistent avec le noir et blanc et le format 4/3, permettent aux cinéastes d’exprimer leur art sans entrave. Tout est possible. Les studios sont riches et l’on y croise de multiples stars de renommée mondiale, des scénaristes créatifs, des réalisateurs de génie.
Les chefs-d’œuvre se succèdent, de la comédie musicale au western, du film noir au drame. Plus jamais Hollywood ne connaîtra une période aussi faste, aussi riche en talents.
Hitchcock, Ford, Curtiz, Hawks, Huston, Mankiewicz, Wilder, une génération de cinéastes qui n’a jamais eu d’équivalent dans aucun autre pays livre au monde des œuvres sublimes, tandis qu’une génération de contestataires commence à remettre en cause les codes : Aldrich, Brooks.

Thomas Liebmann, les derniers jours du Yul Brynner de la RDA

Thomas Liebmann, les derniers jours du Yul Brynner de la RDA

de Jérôme D'ESTAIS

Livre (LETTMOTIF) | Paru le 14/09/2016 | 19,00 €

À l’occasion des vingt ans du film culte qui a fait connaître son père, Paula accepte d’écrire la biographie du “Yul Brynner de la RDA”, comme on appelait celui-ci, Thomas Liebmann, jeune premier du Berliner Ensemble et star de la DEFA, dont la carrière s’est brutalement arrêtée après le difficile passage qu’a été pour lui, la réunification allemande.

Alors qu’elle tente de démêler le vrai du faux, en confrontant les souvenirs d’un père qu’elle a peu connu avec ceux de ses proches, Paula voit ses certitudes s’envoler les unes après les autres, à la découverte d’un passé dont elle ignorait tout.

Jérôme d’Estais vit entre Paris et Berlin où il a successivement traduit des scénarios, produit des émissions culturelles et enseigné le cinéma et la littérature française.

Ouvrages déjà publiés :

  • Jean Eustache ou la traversée des apparences (Édition LettMotif – février 2015)
  • Andrzej Zulawski, sur le fil (Édition LettMotif – octobre 2015)
  • À paraître : Hal Hartley, ouvrage collectif (Édition LettMotif – octobre 2016)
La comédie italienne

La comédie italienne

de Charles BEAUD

Thèses/Essais (LETTMOTIF) | Paru le 16/08/2016 | 22,00 €

Du Pigeon de Monicelli (1958) à La Terrasse d’Ettore Scola (1980) – sans oublier d’évoquer les films précurseurs ainsi que les œuvres plus discrètes du mouvement proprement dit – il est question ici de mettre en évidence la richesse d’un genre proche des traditions expressives de l’Italie (la commedia dell’arte et le néoréalisme) mais toutefois attentif aux mœurs de ses contemporains en tant que révélateurs des évolutions historiques, sociologiques et cinématographiques du pays.

Ainsi, l’enjeu de cette étude est de montrer comment les grands cinéastes du cinéma comique dessinent le portrait d’une Italie complexe qui se révèle être l’objet de mutations historiques et sociales essentielles au cours du XXe siècle. Mais surtout, la plus grande ambition de cet ouvrage est de démontrer que la comédie italienne est le formidable exemple d’un cinéma de divertissement comique et populaire capable de produire des œuvres qui sont de riches objets de réflexion.

Charles Beaud est issu d’une double formation. En Histoire d’abord puis en recherche cinématographique. Depuis 2013, il est l’auteur de L’Histoire de l’Italie à travers l’oeuvre d’Ettore Scola (LettMotif) et d’une contribution à un ouvrage collectif sur John Cassavetes (LettMotif également).

Baron Noir (scénario saison 1)

Baron Noir (scénario saison 1)

de Jean-Baptiste DELAFON & Eric BENZEKRI

Scénars (LETTMOTIF) | Paru le 20/06/2016 | 29,00 €

Scénario complet et dialogues des 8 épisodes de la saison 1.

L’épopée politique et judiciaire de Philippe Rickwaert, député-maire du Nord, porté par une irrépressible soif de revanche sociale.

Lors de l’entre-deux-tours de l’élection présidentielle, il voit son avenir s’effondrer lorsque son mentor, le candidat de gauche, le sacrifie pour sauver sa campagne. Déterminé à se réinventer une carrière, Rickwaert va utiliser élections et temps forts politiques pour s’imposer pas à pas contre celui qui l’a trahi, en s’appuyant sur une nouvelle alliance avec la plus proche conseillère de son ennemi.

Indispensable mais incontrôlable, aussi menteur que sincère, cultivant des amitiés dans toutes les strates de la société, y compris au sein de la police et du grand banditisme, Philippe Rickwaert a une vie qui ressemble à un fascinant chaos organisé, un combat de chaque instant contre ses adversaires – et contre ses propres démons.

Revue Ciné-Bazar 1

Revue Ciné-Bazar 1

de COLLECTIF

Ciné-Bazar (LETTMOTIF) | Paru le 03/06/2016 | 16,00 €

Numéro 1 de la revue Ciné-Bazar, articles et entretiens.

Revue Ciné-Bazar 3

Revue Ciné-Bazar 3

de COLLECTIF

Ciné-Bazar (LETTMOTIF) | Paru le 25/05/2016 | 16,00 €

Numéro 3 de la revue Ciné-Bazar.

Delmer Daves est sur la couverture, souriant.

À sa gauche, une dizaine de noms. Des Français, des Anglais, des Suédois, des Américains, des Danois qui rappellent que dans Ciné-Bazar, le cinéma n’a pas de cloisons.

Dans ce numéro il est question de “rape and revenge” mais aussi d’un imaginaire plus tendre et de rêves colorés. Il y a des images violentes et d’autres plus douces.

Des rencontres avec des réalisateurs polis par la vie mais dont le regard pétillant vibre encore au doux son de la pellicule.

(Extrait de l’éditorial)

Les Noirs dans le cinéma français

Les Noirs dans le cinéma français

de Régis DUBOIS

Thèses/Essais (LETTMOTIF) | Paru le 30/04/2016 | 24,00 €

et ouvrage poursuit deux objectifs. D’une part analyser l’image du « Noir » et son évolution dans l’imaginaire cinématographique français depuis un siècle. D’autre part, mettre en lumière la présence des Noirs et Métisses dans le cinéma hexagonal depuis les premières vues des frères Lumière jusqu’au triomphe d’Intouchables, en évoquant notamment les rôles interprétés par Josephine Baker, Habib Benglia, Darling Légitimus, Robert Liensol, Isaac de Bankolé, Firmine Richard, Jacques Martial, Alex Descas, Mouss Diouf, Aïssa Maïga, Edouard Montoute, Stomy Bugsy, Eriq Ebouaney, Joeystarr ou Omar Sy.

Ce livre consacre par ailleurs un chapitre au « cinéma noir français » pour essayer de comprendre pourquoi et comment s’est constitué un cinéma identitaire, pour ne pas dire communautaire, réalisé par des cinéastes afro-ascendants depuis une trentaine d’années.

Un dictionnaire regroupant les principaux acteurs et réalisateurs concernés parachève ce projet.

Régis Dubois est enseignant en histoire du cinéma et a déjà publié de nombreux ouvrages sur le 7e art, dont Images du Noir dans le cinéma américain blanc (L’Harmattan, 1997), Le Cinéma des Noirs américains, entre intégration et contestation (Le Cerf/Corlet 2005), Une histoire politique du cinéma (Sulliver, 2007) ou Hollywood, cinéma et idéologie (Sulliver, 2008). Il a par ailleurs écrit pour CinémAction, Télérama, Le Monde Diplomatique, Manière de Voir, L’Œil, Contretemps, Brazil, Tausend Augen ou encore Africultures.

Sylvester Stallone, héros de la classe ouvrière

Sylvester Stallone, héros de la classe ouvrière

de David DA SILVA

Thèses/Essais (LETTMOTIF) | Paru le 06/04/2016 | 18,00 €

Depuis de nombreuses années, Sylvester Stallone est considéré comme un représentant de l’impérialisme américain avec des films comme Rambo II ou Rocky IV. Mais l’acteur-réalisateur-scénariste est un artiste bien plus complexe qu’il n’y paraît. Cet ouvrage propose ainsi une analyse de la filmographie de “Sly” dans le but de prendre le contre-pied des clichés qui lui sont habituellement associés (surtout en France). Car en plus d’être un digne représentant de la classe ouvrière, apprécié des classes populaires, Stallone défend une réelle vision humaniste tout au long de son œuvre.

Ce travail documenté, illustré d’une quinzaine de photographies, propose ainsi un éclairage inédit sur la star grâce à une approche de type cultural studies – dans la mouvance des star studies – dont l’enjeu est d’analyser sans aucun a priori et de manière pluridisciplinaire (mêlant l’analyse filmique, l’histoire, la sociologie, la politique, la biographie…) les productions populaires de la culture de masse en tenant compte aussi bien des intentions des auteurs que des contraintes du marché et de la réception du public. Une approche, malheureusement, encore largement boudée en France qui prouve pourtant, avec ce livre, toute sa richesse.

Docteur en études cinématographiques et diplômé de l’Institut français de presse de Paris, David Da Silva est journaliste et enseignant. Il a notamment collaboré à la revue CinémAction et il est l’auteur d’un ouvrage remarqué intitulé Le Populisme américain au cinéma de D.W. Griffith à Clint Eastwood publié aux éditions LettMotif en 2015. 

Les visions d'Orient de Josef von Sternberg

Les visions d'Orient de Josef von Sternberg

de Stéphane BENAÏM

Thèses/Essais (LETTMOTIF) | Paru le 04/04/2016 | 27,00 €

Célèbre pour avoir été le pygmalion de Marlene Dietrich, Josef von Sternberg reste aujourd’hui encore un artiste énigmatique méconnu du grand public. Sur près de vingt-sept longs-métrages tournés entre 1925 et 1953, le réalisateur s’est essayé à tous les genres, passant des films de gangsters aux intrigues d’espionnage, des récits historiques aux films noirs et des mélodrames aux aventures exotiques. Cette dernière catégorie, particulièrement fournie, compte cinq films : Morocco en 1930, Shanghai Express en 1932, The Shanghai Gesture en 1941, Macao en 1952 et The Saga of Anatahan en 1953. Témoins d’une époque coloniale, ces œuvres jalonnent la production du cinéaste et attestent d’un désir sans limite de leur auteur pour le dépaysement.

Dans l’univers sternbergien, les aventuriers, les escrocs, les militaires, les joueurs et les belles de nuit se côtoient dans une danse nocturne perpétuelle dans des contrées éloignées qui offrent des refuges rêvés pour des protagonistes au passé douteux. Le jour et la nuit se confondent, les repères temporels s’estompent, les individus se croisent, se déchirent et se séparent. Le réalisateur dépeint les errances de personnages déracinés qui semblent arrivés au bout du monde… en réalité dans les studios d’Hollywood où tout n’est qu’apparence. Mais cet orient de pacotille n’est pas aussi manichéen qu’il y paraît et ces visions exotiques sont une porte d’entrée pour comprendre l’ensemble de l’œuvre de Josef von Sternberg.

Docteur en esthétique, sciences et technologie des arts, Stéphane Benaïm a soutenu une thèse sur l’univers oriental dans l’œuvre cinématographique de Josef von Sternberg. Il a enseigné durant quinze ans la théorie et l’histoire du cinéma à l’université de Paris 8 Vincennes – Saint-Denis et a également collaboré à plusieurs revues spécialisées, dont L’Écran Fantastique.

Revue Ciné-Bazar 2

Revue Ciné-Bazar 2

de COLLECTIF

Ciné-Bazar (LETTMOTIF) | Paru le 16/03/2016 | 16,00 €

Numéro 2 de la revue Ciné-Bazar.

Pas question de faire de ces pages un torchon violent et amer qui n’aurait pour autre but que de tirer sur telle ou telle personne. Ciné-Bazar doit s’imposer comme un point de rencontre où le lecteur vient renforcer son attachement aux œuvres fortes, remuer sa cinéphilie, la déranger.

Brisons les tabous qui disent qu’une revue ne peut pas aborder plusieurs thèmes, les faire s’intervertir, se lier.

Avec un goût aux tons légèrement nostalgiques, Ciné-Bazar tente à nouveau de mettre en avant des réalisateurs ayant fait front dans tous les genres. Des francs-tireurs aux sensibilités exacerbées, au talent indubitable et à la force évocatrice si cinématographique.

(Extrait de l’éditorial)

La nostalgie chez Federico Fellini

La nostalgie chez Federico Fellini

de Véronique VAN GELUWE

Thèses/Essais (LETTMOTIF) | Paru le 10/03/2016 | 18,00 €

Dans toute son œuvre Fellini élabore un jeu de miroirs complexe à la fois pour comprendre comment se construit la réalité de l’homme et pour réfléchir sur le processus créatif, et il ne cesse de répéter que le cinéma est un art de la mémoire.
Une mémoire personnelle, souvent mêlée à un sentiment nostalgique, où s’établit un rapport particulier entre souvenirs réels et souvenirs inventés et où est questionnée la problématique de la représentation de la réalité, réalité qui semble impossible à dire et qui doit être recréée par l’imaginaire.
Une mémoire aussi qui raconte l’histoire de l’Italie, de l’être humain, du cinéma et qui critique la société moderne, où l’empreinte nostalgique devient de plus en plus forte et où la prise de conscience qu’il n’y a pas de retour possible se fait plus vive. La nostalgie prend alors une dimension plus universelle, où la question du temps devient primordiale et où le mouvement entre les différents temps passé, présent et futur accompagne et renforce le mouvement entre réalité et imaginaire.
Cette étude tente d’analyser ces nostalgies et leurs représentations dans l’univers complexe du réalisateur.

Véronique Van Geluwe est née au Maroc et a vécu une vingtaine d’années en Italie où elle a travaillé dans le conseil en entreprise. Passionnée de cinéma, elle a collaboré durant une dizaine d’années au Festival du cinéma africain, d’Asie et d’Amérique latine de Milan et est également traductrice-adaptatrice cinématographique et professeur d’italien. Elle vit actuellement à Aix-en-Provence où elle a effectué un Master recherche en cinéma-audiovisuel.

Léo Malet et le cinéma

Léo Malet et le cinéma

de Claude GAUTEUR

Livre (LETTMOTIF) | Paru le 03/02/2016 | 18,00 €

Amateur de cinéma, Léo Malet (1909-1996) a longtemps rêvé de voir ses romans, dont une vingtaine de “Nestor Burma”, qui regorgent de vertus visuelles et verbales, adaptés à l’écran.

Seuls quatre d’entre eux l’ont été. Il y a là un rendez-vous manqué, sur lequel il vaut peut-être de revenir.

Claude Gauteur est l’auteur d’essais sur Michel Simon et Jean Gabin, Jean Renoir et Georges Simenon, Henri-Georges Clouzot, Sacha Guitry et Louis Verneuil.

Andrzej Zulawski, Sur le fil

Andrzej Zulawski, Sur le fil

de Jérôme D'ESTAIS

Thèses/Essais (LETTMOTIF) | Paru le 26/11/2015 | 22,00 €

Célébré ou décrié, Andrzej Zulawski n’a jamais laissé personne indifférent. Alors qu’il revient aujourd’hui au cinéma, après quinze années loin des plateaux, il est enfin temps de s’intéresser à un cinéaste qui, à l’instar de certains de ses compatriotes, tels Polanski ou Skolimowski, n’a pas fini de chercher, d’expérimenter. D’étonner.

Temps de se pencher sur une œuvre forte, dérangeante, excessive. Immédiatement reconnaissable. Sur treize films, traversés par des thèmes récurrents, des obsessions communes. La vision d’un cinéaste intransigeant qui, en convoquant tous les arts, tous les sens, tente de s’approcher au plus près du mystère. De la vérité.

Jérôme d’Estais est né à Paris et vit désormais à Berlin où il a successivement traduit des scénarios, produit des émissions culturelles et enseigné le cinéma et la littérature française.

178, son premier roman, est sorti l’année dernière et Jean Eustache ou la traversée des apparences est paru en février aux éditions LettMotif. Il a aussi collaboré à l’ouvrage sur Hal Hartley qui sortira prochainement.

Kit de survie du scénariste

Kit de survie du scénariste

de Gildas JAFFRENNOU

écrire un scénario (LETTMOTIF) | Paru le 16/11/2015 | 25,00 €

Raconter une histoire est à la portée de n’importe qui.
Écrire un scénario, c’est autre chose.

Voulez-vous créer un univers original??
Savoir comment accrocher l’attention du spectateur??
Comment rendre vos personnages vivants et crédibles??
Comment donner du sens à votre récit??
Comment créer des rebondissements pour relancer l’intrigue??
Voulez-vous fourvoyer le spectateur dans une fausse piste??
Faut-il des intrigues secondaires??
À quoi sert un MacGuffin??
Qu’y a-t-il comme flashs à part les Flash-back??
Les ellipses temporelles peuvent-elles servir à autre chose que gagner du temps??
Qu’est-ce qui rend les méchants mémorables??
Comment les conflits font-ils avancer l’histoire??
Par quelle scène commencer un scénario??
Quelles sont les règles de mise en forme à respecter pour présenter un scénario à un producteur??
Que doit-on mettre dans une note d’intention??

Tous les livres traitant du scénario vous expliquent comment structurer un récit, en y intégrant harmonieusement genre, univers, personnages, thèmes, rythme, points de vue, action, signification et émotions.

Conçu comme une boîte à outil interactive, ce kit de survie vous propose beaucoup plus. Il contient de redoutables techniques pour faire de vos scénarios des pièces uniques?: flashs psychologiques, ellipses de dissimulation, détournement d’icônes et de clichés, création d’effets tragiques, dramatiques et comiques, etc.
Il est destiné à vous accompagner dans chaque étape de votre périple créatif, aussi particulier soit-il.

Débutant(e) ou expérimenté(e), vous y trouverez toutes les notions fondamentales qu’un scénariste doit connaître, accompagnées d’exemples variés et d’exercices de mise en pratique.

À l’issue de chaque chapitre, plusieurs directions sont proposées, faisant de votre lecture une aventure unique et personnelle.

261 œuvres citées – 78 exercices d’analyse et d’écriture

Enseignant de formation, Gildas Jaffrennou est devenu script-doctor par passion. Il a participé à l’écriture d’une quinzaine de courts-métrages, dont plusieurs ont été primés en festivals. Consultant pour différents projets (web-séries, courts-métrages, long-métrages, romans) il scénarise avec Gelweo la BD Déracinés (YIL édition). Président de l’association Ghost in the script, il organise régulièrement à Angers des ateliers de formation intensive à l’écriture. Enseigne le scénario à l’IUT de Laval (Métiers du Multimédia et de l’Internet).

Gena Rowlands et le renouveau des actrices d'âge mûr

Gena Rowlands et le renouveau des actrices d'âge mûr

de Paola DICELLI

Thèses/Essais (LETTMOTIF) | Paru le 06/11/2015 | 18,00 €

Muse de John Cassavetes avec qui elle a tourné pas moins de sept films, Gena Rowlands n’en demeure pas moins une actrice mystérieuse. Cultivant à la fois la force et la fragilité, la séduction et le mal-être, sa personnalité semble avoir plusieurs facettes qu’elle déploie au fil de sa carrière, de ses rôles. Gena Rowlands n’hésite pas à se mettre à nu, créant une frontière floue entre sa réalité d’actrice et celle de ses personnages. Parmi les aspects abordés dans son jeu, se trouve la question de la maturité, indubitablement. Comment rester sous les projecteurs quand des actrices d’un certain âge en sont écartées?? À travers Opening Night et Gloria notamment, celle que nous surnommerons “la star accessible” s’insurge contre une dictature hollywoodienne liée à l’âge. À ce titre, ces deux films – sortis respectivement en 1977 et 1980 – tentent de réhabiliter la femme de plus de quarante ans, peu avantagée dans le cinéma classique. Ce projet propose donc d’analyser la persona de Gena Rowlands autour de deux rôles phares. Ces derniers amorceront non seulement une évolution dans sa carrière, mais également un renouveau du stéréotype de l’actrice vieillissante créé dans les années 1950, avec des films comme All About Eve de Joseph Mankiewicz.

Après l’obtention d’un baccalauréat littéraire, Paola Dicelli a effectué une Licence puis un Master de Cinéma à l’Université Paris Ouest de Nanterre. Son mémoire sur Gena Rowlands a obtenu la mention très bien. Elle poursuit un an plus tard ses travaux, en se concentrant davantage sur l’actrice d’âge mûr comme figure transmédiale populaire. Forte de ce bagage universitaire, elle s’oriente vers le journalisme de cinéma et plus largement de la culture, compte tenu de son intérêt pour de nombreux arts (danse, littérature et théâtre). Parallèlement, Paola Dicelli a écrit de nombreuses nouvelles – dont deux ont été publiées dans des magazines littéraires – et réalise des courts-métrages. Elle travaille actuellement sur plusieurs projets d’écriture.

Macadam Baby (scénario du film)

Macadam Baby (scénario du film)

de Patrick BOSSARD

Scénars (LETTMOTIF) | Paru le 23/09/2015 | 18,00 €

Un film de Patrick Bossard
Avec François Civil, Camille Claris, Arthur Jugnot, Arthur Dupont, Arsène Mosca
Scénario complet et dialogues du film
Introduction de Patrick Bossard

Scénario et Scénariste

Scénario et Scénariste

de Gabrielle TREMBLAY

Thèses/Essais (LETTMOTIF) | Paru le 25/08/2015 | 21,00 €

Le scénario et le scénariste composent ici l’objet scénaristique. En France, dans le monde du cinéma, leur valorisation pose semble-t-il problème. En abordant la question de la reconnaissance institutionnelle de l’objet scénaristique dans le monde de l’art cinématographique français, ce mémoire s’intéresse aux mécanismes sociaux et aux instances de légitimation exerçant leur influence dans un milieu donné. Pour ce faire, l’analyse transpose de grands pans de la théorie des mondes de l’art de Howard S. Becker à l’étude de la reconnaissance institutionnelle de l’objet scénaristique. Si l’on peut concevoir le scénario et le scénariste comme des éléments constitutifs d’une chaîne de coopération se mettant en branle dans le cadre de la fabrication d’un film, l’objectif du présent projet vise à démontrer que le type de reconnaissance institutionnelle s’organisant autour de l’objet scénaristique s’apparente de même à une chaîne de coopération mettant en réseau bon nombre de membres du monde de l’art cinématographique.

Gabrielle Tremblay détient un grade de master de l’Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 en études cinématographiques et audiovisuelles, avec spécialisation en économie et sociologie. Elle est aujourd’hui inscrite au doctorat d’études littéraires de l’Université du Québec à Montréal (UQAM) où elle poursuit ses recherches en lien avec le scénario et le scénariste de cinéma.

Bertolt Brecht et Fritz Lang : le nazisme n'a jamais été éradiqué

Bertolt Brecht et Fritz Lang : le nazisme n'a jamais été éradiqué

de Danielle BLEITRACH & Richard GEHRKE

Thèses/Essais (LETTMOTIF) | Paru le 14/08/2015 | 29,00 €

Danielle Bleitrach, sociologue, universitaire spécialiste de la mondialisation et du développement, auteur de nombreux ouvrages sur le mouvement ouvrier, l’Amérique latine et plus récemment sur l’espace postsoviétique, a voulu interroger deux antinazis. Il s’agit de deux références dans leur domaine, Brecht et Lang, dont la rencontre a lieu à Berlin – L’Opéra de quat’sous, M le Maudit – puis l’exil, là ils retrouvent un autre grand, Hanns Eisler, le musicien, le communiste, et ils font un film sur l’assassinat d’Heydrich, le bourreau de Prague : Les Bourreaux meurent aussi. Heydrich est le bourreau des juifs, l’organisateur de la solution finale, question juive à laquelle il ne sera pratiquement pas fait allusion dans le film. Pourquoi ce silence, pourquoi le choix de la fiction, l’histoire d’un mensonge collectif de la population pragoise ? Mais surtout en quoi, aujourd’hui, le vaccin antifasciste a-t-il désormais perdu son efficacité, laissant chacun impuissant devant le retour des périls ?

Ce livre porte aussi la marque de conversations menées avec Richard Gerhke, architecte, autour de l’Allemagne de Weimar, la relation entre l’architecture et le cinéma, arts de masse, industrie, création et propagande, celle de la mise en scène nazie et ses décors.

Confidences d'un directeur de salles

Confidences d'un directeur de salles

de Christian SÉVEILLAC

Nouvelles (LETTMOTIF) | Paru le 12/06/2015 | 15,00 €

Qu’est-ce qu’un directeur de salles de cinéma ? Un homme qui peut diriger jusqu’à 50 ou 60 personnes, dans un lieu ouvert jusqu’à quatorze heures par jour, sept jours sur sept ; dans les grandes villes, la faim de cinéma doit pouvoir s’assouvir presque à toute heure !

Situé au bout du sinueux parcours qui relie le scénariste d’un film au spectateur qui le découvre sur grand écran, le directeur de salles accomplit un travail protéiforme, qui va de la surveillance des toilettes de son établissement à l’accueil d’un réalisateur en tournée de promotion, qui surfe entre l’établissement des plannings des agents d’accueil, le contrôle du moelleux du pop-corn vendu, les relations avec les médias locaux et, parfois, la mauvaise humeur des clients !

Cet ouvrage, organisé sous forme d’abécédaire abordant les multiples facettes de ce métier fort peu connu du grand public, a été écrit par un homme qui, pendant 35 ans, a été aux commandes de salles art et essai, mais aussi de salles “grand public”, a connu de grands groupes intégrés (Pathé, UGC) aussi bien que des salles dites “indépendantes” ou associatives, un homme qui a bourlingué de Tarbes à Rouen en passant par Bordeaux, Paris et Tours… Un homme qui n’aurait lâché ce métier pour rien au monde.

Christian Séveillac, né en 1946, a fait pendant 35 ans une carrière de directeur de salles, a diffusé des films allant du cinéma tiers-mondiste militant jusqu’à Harry Potter… Une carrière marquée par la passion du cinéma et par l’éclectisme. Il travaille actuellement sur des documentaires TV touchant à l’une de ses autres passions : l’aviation.

Le Populisme américain au cinéma de DW Griffith à Clint Eastwood

Le Populisme américain au cinéma de DW Griffith à Clint Eastwood

de David DA SILVA

Thèses/Essais (LETTMOTIF) | Paru le 12/06/2015 | 34,00 €

La pensée populiste est apparue dès la guerre d’indépendance des colons britanniques d’Amérique du Nord contre la Grande-Bretagne de 1775 à 1783. Malgré tout, le populisme américain a surtout connu son heure de gloire avec The People’s Party en 1892. De fait, ce parti populiste a cristallisé la colère des fermiers américains (dont des Afro-Américains) très endettés de la fin du XIXe siècle. Ce mouvement agraire était très attaché aux idéaux pionniers et se méfiait du développement économique et du salariat (qu’il jugeait incompatible avec la liberté et la démocratie). Les Populistes défendaient l’égalité des chances, une libre entreprise tempérée par le Common Sense (le bon sens) et un pouvoir détenu par des hommes vertueux. Les ennemis des populistes sont souvent de puissants banquiers, des hommes politiques corrompus ou encore de grands industriels qui oppriment le “peuple”.

Ce livre analyse comment les productions cinématographiques américaines ont souvent mis en avant cette idéologie populiste depuis les premiers films de David Wark Griffith (Les Spéculateurs) jusqu’à ceux de Clint Eastwood (Bronco Billy), en passant par des réalisateurs mythiques comme John Ford (Les Raisins de la colère) ou Frank Capra (Monsieur Smith au Sénat).

Diplômé de l’Institut français de presse de Paris, David Da Silva est journaliste et enseignant. Il est l’auteur d’un premier livre intitulé Sylvester Stallone, héros de la classe ouvrière et a notamment collaboré à la revue Cinémaction.
Il prépare actuellement une thèse sur le populisme américain.

Discount (scénario du film)

Discount (scénario du film)

de Louis-Julien PETIT

Scénars (LETTMOTIF) | Paru le 01/06/2015 | 18,00 €

Pour lutter contre la mise en place de caisses automatiques qui menacent leurs emplois, les employés d’un hard discount créent clandestinement leur propre “discount alternatif”, en récupérant des produits qui auraient dû être gaspillés…

Scénario complet et dialogues du film

Interview de Louis-Julien Petit

Jean Gabin, du livre au mythe

Jean Gabin, du livre au mythe

de Claude GAUTEUR

Claude Gauteur (LETTMOTIF) | Paru le 10/04/2015 | 18,00 €

Qu’en est-il dans les romans de Pierre Mac Orlan et Roger Vercel, Marcel Aymé et Antoine Blondin, dans les séries noires d’Albert Simonin et Auguste le Breton, sans oublier Georges Simenon, des personnages sur lesquels Jean Gabin a jeté son dévolu et qu’il s’est appropriés ? Quelles transformations, physiques et/ou morales, ont-ils subies pour correspondre à celui, mythique, que la star a imposé à l’écran ?

Voici donc revisités les films de Jean Gabin à la lumière des quelque cinquante romans qui les ont inspirés, du Quai des brumes à La Traversée de Paris, de Gueule d’amour à Un singe en hiver, de Touchez pas au grisbi à Maigret tend un piège.

Claude Gauteur est l’auteur, avec Ginette Vincendeau, de Jean Gabin, anatomie d’un mythe, ainsi que d’essais sur Michel Simon, Jean Renoir et Georges Simenon, Henri-Georges Clouzot, Sacha Guitry et Louis Verneuil.

Louise Wimmer (scénario du film)

Louise Wimmer (scénario du film)

de Cyril MENNEGUN

Scénars (LETTMOTIF) | Paru le 10/04/2015 | 18,00 €

Insoumise et révoltée, Louise Wimmer a tout perdu. Armée de sa voiture et de la voix de Nina Simone, elle va tout faire pour reconquérir sa vie.

Scénario complet et dialogues du film.

Introduction et interview de Cyril Mennegun.

Jean Eustache ou la traversée des apparences

Jean Eustache ou la traversée des apparences

de Jérôme D'ESTAIS

Thèses/Essais (LETTMOTIF) | Paru le 10/02/2015 | 18,00 €

Réalisateur culte et pourtant méconnu, Jean Eustache n’a eu de cesse, dans la  douzaine de films réalisés au long de sa courte carrière, de brouiller les pistes, de mélanger les genres et les idées, de cultiver l’ambiguité entre la vérité et les apparences.
En jouant ainsi sur les idées de vrai et de faux, Eustache peut ainsi redéfinir les genres cinématographiques, rétablir la vérité sur l’époque et la société dans laquelle il vit et, en toute confiance, laisser seule sa mise en scène, faire surgir la vérité.

Jérôme d’Estais est né à Paris. Il a étudié la littérature et le cinéma, ses deux grandes passions. Il vit dorénavant à Berlin où il a successivement traduit des scénarios, produit des émissions culturelles et enseigné le cinéma et la littérature française.

Philippe Garrel, une esthétique de la survivance

Philippe Garrel, une esthétique de la survivance

de Thibault GRASSHOFF

Thèses/Essais (LETTMOTIF) | Paru le 15/01/2015 | 26,00 €

Le cinéma de Philippe Garrel ne cesse de voir revenir à lui une multitude de figures qui surgissent à la surface des films comme les symptômes d’un temps à la fois trouble et opaque, inaccessible en dehors d’un travail d’insistance et de répétition qui pousse progressivement ses films vers la possibilité d’un témoignage introspectif. Les chemins que ces figures se frayent à travers les images, oscillant entre figuration et évocation, faisant vibrer jusqu’au plan le plus empreint de vacuité, ne sont pas sans conséquence sur notre regard, ils engendrent des rapports entre présence et absence qui construisent une véritable esthétique de la survivance. Cet essai tente d’aborder cette part des images qui est d’abord purement sensible.

Thibault Grasshoff est chercheur doctorant à l’Université d’Aix-Marseille, où il travaille sur la théorie du cinéma. Sa thèse qui est en cours porte sur la notion de résistance, déjà centrale dans le présent ouvrage. Il est le “ciné-fils” de quelques auteurs – Bergman, Godard, Garrel – chez lesquels cette idée, liée à un caractère inépuisable de l’œuvre d’art, résonne très fortement.

Les Lendemains

Les Lendemains

de Bénédicte PAGNOT

Scénars (LETTMOTIF) | Paru le 15/12/2014 | 18,00 €

Bac en poche, Audrey décide de poursuivre ses études à la fac de Rennes. Elle quitte le cocon familial, son amie d'enfance, son copain... Au contact de sa nouvelle colocataire, elle découvre le militantisme politique.

De désillusions en difficultés, Audrey croise le chemin des jeunes du Gral, un groupe de squatters qui lui propose de vivre autrement et lui offre une nouvelle vision du monde.

Audrey choisit de partager leur expérience, de plus en plus radicale...

Sur Sacha Guitry (Suivi de Harry Baur/Sacha Guitry)

Sur Sacha Guitry (Suivi de Harry Baur/Sacha Guitry)

de Claude GAUTEUR

Livre (LETTMOTIF) | Paru le 08/12/2014 | 14,00 €

Claude Gauteur a réuni et présenté avec André Bernard Le Cinéma et moi de Sacha Guitry, préface de François Truffaut (éditions Ramsay, 1977 et 1984 ; Ramsay Poche Cinéma 1990). Il a présenté Sacha Guitry Cinéma, tous les scénarios spécialement écrits pour le cinéma par Sacha Guitry, de Bonne chance à Si versailles m’était conté… (Omnibus, 2007).

Mondes du cinéma 6

Mondes du cinéma 6

de COLLECTIF

Mondes du cinéma (LETTMOTIF) | Paru le 01/12/2014 | 24,00 €

Jean-Paul Fargier incarne en France depuis le début des années soixante-dix l’axe cinéma-vidéo qui a traversé la culture contemporaine de l’image.
Ami et fidèle de Nam June Paik et Jean-Luc Godard, un proche d’écrivains, plasticiens, musiciens et penseurs, Jean-Paul Fargier fut l’un des inventeurs du documentaire de création. Ses films sur Courbet, Manet, et autour de Jean-Daniel Pollet sont de la dimension des travaux de Resnais et Marker. 
Ce numéro de Mondes du cinéma se penche sur cette œuvre majeure à travers des essais et billets de critiques internationaux, de collaborateurs à son œuvre et de voix nouvelles qui découvrent cette production.
Stephen Sarrazin

Tribulations à l'intérieur d'un cerveau tourmenté (nouvelles)

Tribulations à l'intérieur d'un cerveau tourmenté (nouvelles)

de Bruno PICQUET

Nouvelles (LETTMOTIF) | Paru le 28/11/2014 | 12,00 €

Bruno Picquet, commissaire divisionnaire honoraire de la Police nationale et ancien juge de proximité, a déjà écrit dans un tout autre genre L'Enfant trouvé dans un panier. Un ouvrage abondamment documenté et consacré, aussi bien à des faits de société contemporains, qu'à la manière dont vivaient nos ancêtres sous Louis XIV, en passant par la condition des enfants trouvés du début du XIXe siècle.

Tribulations à l'intérieur d'un cerveau tourmenté (cartonné)

Tribulations à l'intérieur d'un cerveau tourmenté (cartonné)

de Bruno PICQUET

Nouvelles (LETTMOTIF) | Paru le 28/11/2014 | 14,00 €

Bruno Picquet, commissaire divisionnaire honoraire de la Police nationale et ancien juge de proximité, a déjà écrit dans un tout autre genre L'Enfant trouvé dans un panier. Un ouvrage abondamment documenté et consacré, aussi bien à des faits de société contemporains, qu'à la manière dont vivaient nos ancêtres sous Louis XIV, en passant par la condition des enfants trouvés du début du XIXe siècle.

Hideo Gosha, cinéaste sans maître (tome 1)

Hideo Gosha, cinéaste sans maître (tome 1)

de Robin GATTO

Livre (LETTMOTIF) | Paru le 24/11/2014 | 22,00 €

Cette monographie est le prolongement et l’aboutissement naturels d’un travail de réalisation documentaire effectué entre 2004 et 2007 par l’auteur, Robin Gatto, pour le compte de l’éditeur de DVD Wild Side, sur des films comme Goyôkin, Hitokiri, Yohkiroh le royaume des geishas, La Proie de l’homme… Des rencontres avec des proches collaborateurs du cinéaste ont permis de recueillir une riche matière vivante, qui imprègne de mille souvenirs et anecdotes cet ouvrage en deux tomes à la fois biographique, intimiste et analytique, nourri par ailleurs d’un travail de recherche bibliographique et de la traduction de nombreux articles japonais.

Tome 1 : Le Film d’une vie : longue partie biographique sur le réalisateur réunissant des informations inédites ; Tranches d’avis : témoignages et entretiens autour de la personnalité mystérieuse et sulfureuse du réalisateur ; filmographie complète cinéma et télévision ; filmographie DVD et blu-ray ; bibliographie française, anglaise et japonaise commentée. 300 pages, 85 photos NB

Hideo Gosha, cinéaste sans maître (tome 2)

Hideo Gosha, cinéaste sans maître (tome 2)

de Robin GATTO

Livre (LETTMOTIF) | Paru le 24/11/2014 | 24,00 €

Cette monographie est le prolongement et l’aboutissement naturels d’un travail de réalisation documentaire effectué entre 2004 et 2007 par l’auteur, Robin Gatto, pour le compte de l’éditeur de DVD Wild Side, sur des films comme Goyôkin, Hitokiri, Yohkiroh le royaume des geishas, La Proie de l’homme… Des rencontres avec des proches collaborateurs du cinéaste ont permis de recueillir une riche matière vivante, qui imprègne de mille souvenirs et anecdotes cet ouvrage en deux tomes à la fois biographique, intimiste et analytique, nourri par ailleurs d’un travail de recherche bibliographique et de la traduction de nombreux articles japonais.

Tome 2 : analyses poussées de tous les films et séries disponibles du réalisateur, accompagnées d’entretiens et anecdotes exclusifs. 380 pages, 140 photos NB

Hideo Gosha, cinéaste sans maître (pack 2 tomes)

Hideo Gosha, cinéaste sans maître (pack 2 tomes)

de Robin GATTO

Livre (LETTMOTIF) | Paru le 20/11/2014 | 39,00 €

Cette monographie est le prolongement et l’aboutissement naturels d’un travail de réalisation documentaire effectué entre 2004 et 2007 par l’auteur, Robin Gatto, pour le compte de l’éditeur de DVD Wild Side, sur des films comme Goyôkin, Hitokiri, Yohkiroh le royaume des geishas, La Proie de l’homme… Des rencontres avec des proches collaborateurs du cinéaste ont permis de recueillir une riche matière vivante, qui imprègne de mille souvenirs et anecdotes cet ouvrage en deux tomes à la fois biographique, intimiste et analytique, nourri par ailleurs d’un travail de recherche bibliographique et de la traduction de nombreux articles japonais.

Tome 1 : Le Film d’une vie : longue partie biographique sur le réalisateur réunissant des informations inédites ; Tranches d’avis : témoignages et entretiens autour de la personnalité mystérieuse et sulfureuse du réalisateur ; filmographie complète cinéma et télévision ; filmographie DVD et blu-ray ; bibliographie française, anglaise et japonaise commentée. 300 pages, 85 photos NB

Tome 2 : analyses poussées de tous les films et séries disponibles du réalisateur, accompagnées d’entretiens et anecdotes exclusifs. 380 pages, 140 photos NB

Précis d'écriture du scénario (cartonné)

Précis d'écriture du scénario (cartonné)

de Kevan STEVENS

Scénars (LETTMOTIF) | Paru le 10/10/2014 | 22,00 €

Ce petit précis se veut un condensé de certaines méthodes d’écriture, une base de référence pour gagner du temps, de l’énergie dans son travail. Mais surtout, il détaille le processus de lecture d’un scénario et vous aide à chaque étape de votre quête, en prenant conscience du marché français, de ses exigences, ses contraintes et ses limites.

Depuis plus de dix ans, Kevan Stevens a lu et analysé plus de 2.000 scénarios de longs-métrages cinéma et fiction tous formats. Il a notamment travaillé pour M6 Films, Wild Bunch, TF1 Fiction, Arte Fiction, des Soficas, France 2 cinéma, SND, France Télévisions. Il réalise plusieurs courts-métrages dont les scénarios ont été primés et des documentaires. Il intervient régulièrement au Master Pro II de la Sorbonne cinéma, télévision et nouveaux médias dirigé par François Garçon,  a encadré un atelier écriture long-métrage à l’École de la Cité de Luc Besson et il est devenu le traducteur de Christopher Vogler (Le guide du scénariste). Il continue son activité de consultant en scénario et crée dans cette optique une agence de conseil littéraire, Infrarouge Script.

John Cassavetes

John Cassavetes

de COLLECTIF

Livre (LETTMOTIF) | Paru le 07/10/2014 | 22,00 €

Des cinéastes, des critiques et des écrivains évoquent le cinéaste et ses films, ce qu'il a représenté pour eux, comment il a changé leur vision du cinéma ou de la vie. Long entretien en introduction avec Ray Carney, spécialiste de l'oeuvre du Cassavetes.

Un recueil de textes autour du réalisateur John Cassavetes (FacesMeurtre d’un bookmaker chinois, Une femme sous influence, Love Streams, etc.) par des specialistes (Ray Carney, LE spécialiste américain de l’œuvre de Cassavetes, avec une longue interview inédite), des réalisateurs (Olivier Assayas, réalisateur entre autres d’Irma Vep, d’Heure d’été, de L’Enfant de l’hiver et dernièrement de la série Carlos), Martin Valente, réalisateur d’Amateurs et deFragile[s]), des professionnels du cinéma (Pierre Pitiot, directeur de la médiathèque Fellini à Montpellier et président du festival du cinéma méditerranéen) et des nouvelles d’écrivains inspirées des films de Cassavetes. Un volume richement illustré de plus de 60 photos de ses différents films.

La révélation du temps par les figures sonores dans les films de Tarkovski et de Zviaguintsev

La révélation du temps par les figures sonores dans les films de Tarkovski et de Zviaguintsev

de Macha OVTCHINNIKOVA

Thèses/Essais (LETTMOTIF) | Paru le 02/10/2014 | 32,00 €

Le travail de recherche porte sur les filmographies riches et mystérieuses de deux cinéastes russes : Andreï Tarkovski et Andreï Zviaguintsev. Au moyen de l'analyse des figures sonores, confrontée avec les théories philosophiques et cinématographiques, les principales problématiques du temps au cinéma sont soulevées. L'objectif étant d'éclairer le concept ambivalent de la révélation du temps, il a fallu desceller les correspondances entre les films des cinéastes. L'étude approfondie des figures sonores permet de montrer le cheminement de la représentation du temps. En partant du reflet fidèle de l'écoulement du temps, les cinéastes présentent néanmoins une vision subjective de la durée. Ils confèrent à l'instant, l'unique unité absolue du temps, la puissance de réunir toutes les simultanéités temporelles. L'instant présent devient un dialogue permanent et ambivalent entre le passé réel et le futur virtuel. L'instant a donc rapport avec le réel autant qu'avec l'imaginaire. Mais il est toujours au coeur de la quête du temps absolu et vrai. Une forte aspiration à une réalité intemporelle, à un temps éternel s'observe chez les cinéastes russes. La représentation de ce temps absolu ne s'opère que sous forme d'une révélation spontanée et vraie.

Précis d'écriture du scénario

Précis d'écriture du scénario

de Kevan STEVENS

Scénars (LETTMOTIF) | Paru le 04/09/2014 | 18,00 €

Quelles sont les différentes étapes de l'écriture de votre scénario ?

Comment faire pour présenter un scénario optimal ? Comment amener votre projet devant un guichet cinéma ou télévision avec le plus de chance de son côté ?

N'y a-t-il pas moyen de le rendre plus performant ? De creuser les personnages ? D'aller jusqu'au bout de son potentiel ?

Ce petit précis se veut un condensé de certaines méthodes d'écriture, une base de référence pour gagner du temps, de l'énergie dans son travail. Il détaille également le processus de lecture d'un scénario et vous aide à chaque étape de votre quête, en prenant conscience du marché français, de ses exigences, ses contraintes, ses limites.

Partir d'une idée, d'un flou de perception et se confronter à un marché, à des gens qui n'ont a priori aucune attente par rapport à votre travail ou a contrario trop d'attentes. Voilà ce qui peut vous permettre de faire baisser la pression, de vous épauler a minima tout au long de votre parcours.

Considérations sur la fascination que le milieu du cinéma exerce sur nos contemporains

Considérations sur la fascination que le milieu du cinéma exerce sur nos contemporains

de Sonia DUAULT

Livre (LETTMOTIF) | Paru le 19/06/2014 | 12,00 €

Ces Considérations sont, au départ, nées d'une observation simple : la disproportion abyssale existant entre les belles histoires (fondées sur du sentimentalisme à échelle industrielle) que nous raconte le cinéma, et les vraies histoires (de rivalité, de machisme, de prétention intellectuelle, d'ostracisme social) que raconte, en réalité, le milieu du cinéma.

La fascination qu'il exerce provient, en partie, de ce constat qu'il est tout à fait possible d'agir, dans ce milieu, de la façon la plus révoltante qui soit - conformément aux attentes du système ultralibéral - tout en bénéficiant, auprès du public, d'une bienveillance et d'une aura largement conférées par le mythe artistique auquel le cinéma s'accroche aussi solidement qu'un souverain agonisant sur son trône.

Il est grand temps de le détrôner. C'est tout l'objet de ce livre.

110 en dessous de zéro

110 en dessous de zéro

de COLLECTIF

Scénars (LETTMOTIF) | Paru le 26/05/2014 | 18,00 €

La mort en échec ? Désormais, les sociétés de cryohibernation proposent te grand sommeil par 110° en dessous de zéro... De quoi attendre la découverte de tous les remèdes, y compris, pourquoi pas, le remède contre la vieillesse... (Goss possède une de ces sociétés, « La Vigilante du froid ». Mais celle-ci est bien mal en point... Matériel vétuste et défectueux, déficit permanent. fournisseurs excédés... À tel point que les contrôleurs du froid, agents de l'administration centrale, menacent de fermer son entreprise et de lui retirer ses rares clients.

Heureusement, Goss jouit de la protection d'un noble vieillard, Schreiner, propriétaire d'une autre société, prospère celle-ci : « L'Institut Frigor ». Tous deux passionnés de recherches sur la longévité, ils partagent leurs découvertes respectives avec un enthousiasme de collégiens. Mais le vieux Schreiner a des problèmes avec son associé, Stocle. Un lourd secret les unit. Stocle cherche à humilier Schreiner, à le terroriser, à se débarrasser de lui... Un jour Schreiner disparaît. Un mystérieux message parvient à Goss : Schreiner a été subitement hiberné au coffre 86 de L'Institut...

Revue mondes du cinema 5

Revue mondes du cinema 5

de COLLECTIF

Mondes du cinéma (LETTMOTIF) | Paru le 19/05/2014 | 21,00 €

Ce numéro contient des entretiens avec des artistes internationaux (Dorothée Smith, Cremance et Akino Kondoh) et des analyses autour du thème de l'érotisme dans le cinéma abordé sous des aspects divers (présence du corps, le fantastique, la rencontre entre désir charnel et aspiration spirituelle).

Gabrielle

Gabrielle

de Louise ARCHAMBAULT

Scénars (LETTMOTIF) | Paru le 09/04/2014 | 18,00 €

Gabrielle et Martin tombent fous amoureux l'un de l'autre. Mais leur entourage ne leur permet pas de vivre cet amour comme ils l'entendent car Gabrielle et Martin ne sont pas tout à fait comme les autres. Déterminés, ils devront affronter les préjugés pour espérer vivre une histoire d'amour qui n'a rien d'ordinaire.

Réjouissons-nous que les éditions LettMotif contribuent à redonner à l'outil scénario ses lettres de noblesse. Quand la plupart de leurs concurrentes n'éditent que des découpages après tournage, elles proposent depuis l'année dernière une collection de véritables scénarios.

Directed by Sylvester Stallone

Directed by Sylvester Stallone

de Jean-Christophe HJ MARTIN

Nouvelles (LETTMOTIF) | Paru le 09/04/2014 | 18,00 €

Michael Sylvester Gardenzio Stallone, né le 6 juillet 1946 à New York, Etats-Unis. Acteur, réalisateur, scénariste et producteur de cinéma. Il est célèbre grâce à ses rôles dans les films Rocky et Rambo, qui restent à ce jour des références du cinéma d'action. (Wikipedia)

Entré avec fracas dans l'imaginaire cinématographique universel, il y a près de 40 ans, à la faveur d'un malentendu ontologique, Sylvester Stallone abandonnera assez vite ses ambitions auteurisantes pour tirer profit et avantages de son statut d'icône brutale, primitive et planétaire.

Bien que l'absence quasi totale de littérature analytique de sa carrière suggère le contraire, il y aurait sans doute beaucoup à dire des invariants de la production du filmmaker Stallone.

On pourra cependant préférer imaginer quelle place ses films - et, tant qu'à entrer dans la sphère de l'intime, les siens propres, ceux qu'il a réalisés - pourraient avoir occupée, de manière plus ou moins prégnante, dans la vie de ceux qui les ont vus.

Les Yeux Clairs

Les Yeux Clairs

de Jérôme BONNELL

Scénars (LETTMOTIF) | Paru le 12/03/2014 | 18,00 €

Fanny n'a jamais été tout à fait comme les autres. Différente, mal regardée, mal aimée, elle vit encore chez Gabriel, son frère.

Entre l'épouse de Gabriel et Fanny, l'inimitié a été spontanée...

Face à une hostilité de plus en plus agressive, Fanny comprend qu'elle doit fuir, quitter la maison familiale et partir sur les traces de son enfance... Traverser la frontière et s'enfoncer dans la forêt...

Welcome in Vienna

Welcome in Vienna

de Georg Stefan TROLLER

Scénars (LETTMOTIF) | Paru le 30/01/2014 | 24,00 €

Le cinéaste et journaliste autrichien Axel Corti réalise entre 1982 et 1986 la trilogie Welcome in Vienna à partir du scénario de son ami Georg Stefan Troller. Ce dernier, écrivain et également journaliste, a fui l'Autriche en 1938 et s'est installé à Paris à partir de 1949. Welcome in Vienna est l'aboutissement d'une longue collaboration entre les deux hommes et représente une des oeuvres majeures du cinéma autrichien.

Le scénario de la trilogie se lit comme un roman. G. S. Troller y raconte sa propre histoire. Il dévoile la réalité de l'errance des émigrants chassés par le national-socialisme, décrit la misère des réfugiés juifs et les conditions de leur retour en Autriche après 1945.

Trajectoires balzaciennes dans le cinéma de Jacques Rivette

Trajectoires balzaciennes dans le cinéma de Jacques Rivette

de Francesca DOSI

Thèses/Essais (LETTMOTIF) | Paru le 09/12/2013 | 48,00 €

Cet ouvrage retrace un parcours inhabituel d'assimilation, d'hybridation et de réinvention du fait littéraire au cinéma. Entre reprise et transformation, Jacques Rivette réalise trois oeuvres différemment marquées par une puissante innutrition balzacienne : Out 1, Noli me tangere (1970-71), film fleuve expérimental d'environ treize heures, articulé sur l'improvisation des acteurs et centré sur la quête des Treize balzaciens ; La Belle Noiseuse (1991) qui transpose au présent du tournage l'histoire du Chef d'oeuvre inconnu en la modifiant partiellement, et Ne touchez pas la hache (2007), film en costume « fidèle à la lettre » à La Duchesse de Langeais. Ces « trajectoires balzaciennes » s'inscrivent dans un réseau complexe de références, d'allusions et de citations qui reflète la construction en toile d'araignée de La Comédie Humaine et définit l'articulation composite et hybride de l'oeuvre rivettienne.

Réponses du Cinema Japonais Contemporain

Réponses du Cinema Japonais Contemporain

de Stephen SARRAZIN

Livre (LETTMOTIF) | Paru le 19/10/2013 | 24,00 €

Le titre du livre répond à ceux qui persistent à montrer une image fabriquée de stéréotypes décalés du Japon, ne s'exprimant que par le manga, l'anime ou l'univers yakuza, ou par le cloisonnement de jeunes auteurs dans le cadre de traditions qui ne sauraient les contenir.

Ce livre se compose d'entretiens avec plus de vingt réalisateurs japonais contemporains, d'essais et critiques des genres qu'ils pratiquent, de l'anime au fantastique, du film yakuza à la comédie, du film d'auteur au cinéma érotique. Son objectif n'est pas de dégager une théorie d'ensemble, ni d'établir une esthétique dominante au sein du cinéma japonais, mais de mieux saisir comment ces cinéastes nous montrent et nous parlent du Japon aujourd'hui.

The Girl from Monday

The Girl from Monday

de Hal HARTLEY

Scénars (LETTMOTIF) | Paru le 23/09/2013 | 18,00 €

Une jeune femme venue de l'espace tombe dans l'océan. Être venu d'une lointaine constellation nommée Monday, elle prend la forme d'une belle jeune femme afin de partir à la recherche d'un ami arrivé des années plus tôt qu'elle soupçonne d'avoir des ennuis et, peut- être, d'être pris au piège dans le corps qu'il a adopté. Mais le monde dans lequel elle vient de tomber est en plein bouleversement...

L'Histoire de l'Italie à travers l'oeuvre d'Ettore Scola

L'Histoire de l'Italie à travers l'oeuvre d'Ettore Scola

de Charles BEAUD

Thèses/Essais (LETTMOTIF) | Paru le 02/09/2013 | 18,00 €

Cinéaste et scénariste majeur de la comédie italienne, Ettore Scola a été l'auteur de films qui font pleinement partie du panthéon du cinéma italien. Nous nous sommes tant aimés (1974), Affreux, sales et méchants (1976), Une journée particulière (1977) et La Terrasse (1980) ont permis au réalisateur d'accéder à une reconnaissance critique et publique internationale.

L'Histoire contemporaine de son pays (du fascisme au miracle économique), mais aussi l'évolution artistique du cinéma italien, constituent des thèmes majeurs de son cinéma. Une cinématographie qui se caractérise par une grande variété formelle, une profonde fantaisie et une représentation très cohérente de l'histoire et de la société italiennes.

Plein Sud

Plein Sud

de Luc BéRAUD & Claude MILLER

Scénars (LETTMOTIF) | Paru le 26/04/2013 | 18,00 €

Dans une gare, Serge croise le regard de Carole. C'est le début d'une passion qui les dévore et les enchaîne, pour Carole, Serge est sa seule chance d'échapper au chantage dont elle est victime. Serge voit en elle l'enfance et le rêve, la promesse de vivre une aventure loin de son quotidien d'universitaire. Ils se rendent à Barcelone. Un dénommé Max les rejoint.

J'Aime Regarder les Filles

J'Aime Regarder les Filles

de Frédéric LOUF

Scénars (LETTMOTIF) | Paru le 22/02/2013 | 18,00 €

La veille du 10 mai 1981, Primo et Gabrielle, 18 ans, se rencontrent. Elle fait partie de la bourgeoisie parisienne. Lui est fils de petits commerçants de province. Ébloui par le charme de Gabrielle et des filles qui l'entourent, Primo bluffe. Il s'invente un nouveau pedigree, ment beaucoup, et compense le vide de ses poches à coup d'audace et d'imagination.

Le voyage en Arménie

Le voyage en Arménie

de COLLECTIF

Scénars (LETTMOTIF) | Paru le 16/01/2013 | 18,00 €

Se sachant gravement malade, Barsam souhaite retourner sur la terre qui l'a vu naître.

Il souhaite également léguer quelque chose à sa fille Anna. Elle est pétrie de certitudes. Il voudrait lui apprendre à douter. Lorsqu'il s'enfuit en Arménie, il prend soin de laisser de nombreux indices pour qu'Anna puisse le rejoindre.

Ce voyage obligé dans ce pays inconnu deviendra pour elle ce que Barsam voulait qu'il soit : un voyage initiatique, une éducation sentimentale, une nouvelle adolescence... C'est dans un petit village perdu dans les hautes montagnes du Caucase qu'elle le retrouvera, assis à rêver sous un abricotier en fleur...

Sur son identité, sur ses amours, sur ses engagements, Anna doutera et aura grandi.

Trois mondes

Trois mondes

de Catherine CORSINI

Scénars (LETTMOTIF) | Paru le 19/12/2012 | 18,00 €

Al est un jeune homme d'origine modeste à qui tout réussit : il se marie dans huit jours avec la fille de son patron et doit prendre la tête de l'entreprise de son futur beau-père.

Une nuit, après une soirée arrosée à fêter dignement tous ces projets d'avenir, il renverse un inconnu. Poussé par ses deux amis d'enfance, il abandonne le blessé et s'enfuit.

De son balcon, Juliette a tout vu.

Hantée par l'accident, elle va aider Vera, la femme du blessé, à retrouver l'homme qu'elle a vu fuir.

L'Eau Froide

L'Eau Froide

de Olivier ASSAYAS

Scénars (LETTMOTIF) | Paru le 30/10/2012 | 18,00 €

1972, près de Paris. Gilles et Christine sont dans la même classe du même lycée de la banlieue ouest. L'un et l'autre, enfants de parents divorcés, sont tous deux livrés à eux-mêmes. Mais si Gilles est protégé par l'affection et l'autorité de son père, Christine, elle, est déchirée entre ses parents. Sa mère vit avec un ancien footballeur algérien dont elle partage les convictions scientologistes. Et les conditions plus que précaires de son existence lui ont fait perdre la garde légale de Christine. Son père, inquiet pour l'équilibre mental de sa fille, a décidé de la faire placer en maison de repos, de force s'il le faut.

Une seule ouverture dans la vie de Christine, l'amour qui la lie à Gilles, mais Gilles penche encore trop du côté de l'enfance pour en assumer la gravité. Pourtant, cette nuit-là, il va devoir choisir. Christine s'est échappée de l'institution psychiatrique. Et rejoint Gilles à une fête dans une demeure abandonnée parmi les bois. Plus de retour en arrière possible.

Elle veut partir. Il y a un horizon abstrait, lointain, une sorte de communauté en Lozère. Gilles va-t-il la suivre ?

L'enfance est rester. La maturité, apprendre à aimer et suivre Christine.

Spectres du cinéma 1

Spectres du cinéma 1

de COLLECTIF

Spectres du cinéma (LETTMOTIF) | Paru le 16/07/2012 | 22,00 €

Cette revue est née d'un groupe de membres actifs du forum du site internet des Cahiers du cinéma. Ce groupe, qui produit le blog Spectresducinema.blogspot.com, trouve dans cette expression écrite qu'est la revue une forme plus apte à rendre compte des courants qui traversent le cinéma actuel.

Nos vies heureuses

Nos vies heureuses

de Jacques MAILLOT

Scénars (LETTMOTIF) | Paru le 06/07/2012 | 18,00 €

Six personnages, six amis, six destins croisés : Julie sort de l'hôpital après une tentative de suicide, Ali a quitté le Maroc pour venir étudier en France, Émilie vit une rupture amoureuse, Lucas ne sait plus très bien où il en est, Cécile tue l'ennui en prenant des photos et Jean-Paul est un catholique militant...

Chacun devra émigrer, devra quitter son identité pour s'inventer un chemin fragile et personnel. Cela n'ira pas sans déchirement, sans combat ni souffrance. Pour trouver quoi ? Un bonheur paradoxal. La joie d'avoir découvert quelque chose à aimer dans ce monde où l'amour est rare.

Revue mondes du cinéma 1

Revue mondes du cinéma 1

de COLLECTIF

Mondes du cinéma (LETTMOTIF) | Paru le 23/04/2012 | 18,00 €

Le but de cette revue est d'orienter la pensée du cinéma vers d'autres horizons, de penser le cinéma un peu plus à partir du Japon, des Comores, du Gabon, de la Chine, de l'Inde. Dans cette première livraison, plusieurs articles sur le cinéma japonais et des textes autour du cinéma comorien, du Festival international du film d'Afrique et des îles (FIFAI) de La Réunion.

Très bien, merci

Très bien, merci

de Emmanuelle CUAU

Scénars (LETTMOTIF) | Paru le 04/04/2012 | 18,00 €

Alex, comptable, et Béatrice, chauffeur de taxi, forment un couple sans histoires.

Mais un soir, Alex se mêle au travail de la police lors d'un contrôle d'identité.

Un engrenage implacable et absurde se met alors en marche : il se retrouve au poste, au chômage, et en clinique psychiatrique.

Sauf que les fous, ici, ne sont pas ceux qu'on croit...

Une nouvelle vie

Une nouvelle vie

de Olivier ASSAYAS

Scénars (LETTMOTIF) | Paru le 12/01/2012 | 22,00 €

Tina a vingt ans. Elle n'a jamais connu son père. Elle vit avec sa mère, Nadine, une femme solitaire subsistant selon la volonté d'anciens amants.

Tina est manutentionnaire dans un supermarché et s'apprête à se marier avec Fred, un garçon de son âge un peu gentil, un peu brouillon.

À la mort de sa mère, tous ces fragiles repères vont voler en éclats. Et, malgré le pacte qui le lui interdit, elle ira à la rencontre de celui dont elle ignore tout : son père. Mais ce n'est pas à lui qu'elle sera confrontée d'abord.

C'est à Lise. Sa demi-soeur.

Avant le retour de leur père, elles auront une semaine pour s'observer, se mentir, se chercher.

Chacune face au mystère de l'autre.

Un jour mon père viendra

Un jour mon père viendra

de Martin VALENTE

Scénars (LETTMOTIF) | Paru le 30/11/2011 | 18,00 €

Chloé a tout pour être heureuse.

Elle va épouser l'homme qu'elle aime, un ex-champion de tennis reconverti dans les affaires. Ne lui manque que le père idéal pour la conduire à l'autel.

Qui de Bernard, aristocrate psychorigide et bourré de tocs, ou de Gus, un filou généreux et porté sur l'alcool, sera le père de ses rêves ?

L'enfant de l'hiver (scénario)

L'enfant de l'hiver (scénario)

de Olivier ASSAYAS

Scénars (LETTMOTIF) | Paru le 30/10/2011 | 18,00 €

Stéphane et Natalia vivent ensemble depuis plusieurs années. Elle est enceinte.

Mais entre eux c'est fini et la venue d'un enfant n'y peut plus rien.

Stéphane ne veut plus de Natalia et refuse d'admettre qu'il puisse devenir père. Il prend la fuite.

Et rejoint une jeune décoratrice de théâtre, Sabine.

Mais celle-ci vit dans l'obsession de l'échec d'une aventure passionnée qu'elle vient de vivre avec un comédien, Bruno, qui l'a brusquement rejetée.

Ensemble Stéphane et Sabine, à tâtons, vont essayer de vivre la fragile histoire d'amour qui les attire l'un vers l'autre.

Voir la mer (scénario)

Voir la mer (scénario)

de Patrice LECONTE

Scénars (LETTMOTIF) | Paru le 07/09/2011 | 18,00 €

C'est deux frères. Qui habitent Montbard, en Bourgogne. Et qui, pour les vacances d'été, ont décidé d'aller voir leur mère à Saint-Jean-de-Luz. Parce que ça fait longtemps. Parce que ça lui fera plaisir. Ce ne sont pas les parce que qui manquent.

Ils ont trouvé un motor-home d'occasion et vont faire la route au rythme du bitume, au gré des envies. C'est ça l'idée : une diagonale de France entre frères.

Sauf que leur tombe dessus une fille qui n'était pas prévue. Une fille attachante. Inattendue. Et qui n'a jamais vu la mer. Ils font donc la route à trois. Et tout doucement, entre désirs diffus et envies cachées, ils réalisent que d'être un trio n'empêche pas de s'aimer. Sans jalousie. Plaisirs partagés.

Et Soudain, tout le monde me manque

Et Soudain, tout le monde me manque

de Jennifer DEVOLDèRE

Scénars (LETTMOTIF) | Paru le 11/07/2011 | 18,00 €

La famille, c'est compliqué...

Surtout quand Eli, le père, bientôt 60 ans, attend un enfant de sa nouvelle femme. À l'annonce de la nouvelle, ses deux grandes filles, Dom, qui cherche à adopter, et Justine, qui passe d'un petit ami à un autre sans trop d'état d'âme, sont ébranlées.

Pour se rapprocher de Justine avec qui il n'a jamais pu s'entendre, Eli a la bonne idée de se lier d'amitié avec tous ses ex... À son insu. Mais lorsque Justine tombe de nouveau amoureuse et qu'Eli s'apprête à tout gâcher, la famille est sur le point d'imploser. Est-ce que tout ce petit monde va parvenir à se réconcilier avant qu'il ne soit trop tard ?

Tout ce qui brille (scénario)

Tout ce qui brille (scénario)

de Hervé MIMRAN & Géraldine NAKACHE

Scénars (LETTMOTIF) | Paru le 01/06/2011 | 18,00 €

Ely et Lila sont comme deux soeurs. Elles se connaissent depuis l'enfance, partagent tout et rêvent ensemble d'une autre vie. Elles vivent dans la même banlieue, à dix minutes de Paris.

Aujourd'hui, Ely et Lila ne veulent plus être à dix minutes de leurs vies. De petites embrouilles en gros mensonges, elles vont tout faire pour essayer de pénétrer un monde qui n'est pas le leur, où tout leur semble possible.

Mais tout ce qui brille...

Le Fabuleux Destin d'Amelie Poulain

Le Fabuleux Destin d'Amelie Poulain

de Jean-Pierre JEUNET & Guillaume LAURANT

Scénars (LETTMOTIF) | Paru le 28/02/2011 | 18,00 €

Amélie n'est pas une fille comme les autres. Elle a vu son poisson rouge disparaître sous ses yeux dans un bassin municipal, sa mère mourir sur le parvis de Notre-Dame et son père reporter toute son affection sur un nain de jardin.

Amélie grandit et devient serveuse à Montmartre dans un bar tenu par une ancienne danseuse équestre. La vie d'Amélie est simple, elle aime casser la croûte des crèmes brûlées, faire des ricochets au bord de la Seine, observer les gens et laisser son imagination divaguer.

À vingt-deux ans, coup de théâtre, Amélie se découvre un but : réparer la vie des autres. Elle invente alors toutes sortes de stratagèmes pour intervenir incognito dans l'existence de plusieurs personnes de son entourage. Parmi elles, il y a la concierge qui passe ses journées à siroter du porto en tête-à-tête avec un chien empaillé ; Georgette, la buraliste hypocondriaque, ou « l'homme de verre », son voisin qui ne vit qu'à travers une reproduction de Renoir.

La mission d'Amélie est brusquement perturbée par la rencontre d'un garçon étrange et décalé, Nino Quincampoix. Employé à mi-temps d'un train fantôme et d'un sex-shop, Nino collectionne les photos abandonnées autour des photomatons. Il cherche désespérément à identifier un inconnu dont la photo réapparaît sans cesse, lorsque son enquête est soudain perturbée par la rencontre d'Amélie.

Amélie est fascinée par Nino, mais elle préfère jouer à cache-cache avec lui, plutôt que de se découvrir vraiment. Après plusieurs tentatives, elle se défile. Heureusement, « l'homme de verre », expert en repliement sur soi, lui rend la monnaie de sa pièce en la poussant dans les bras de Nino.

John Cassavetes

John Cassavetes

de COLLECTIF

Livre (LETTMOTIF) | Paru le 30/08/2010 | 18,00 €

Un recueil de textes autour du réalisateur John Cassavetes (Faces, Meurtre d’un bookmaker chinois, Une femme sous influence, Love Streams, etc.) par des specialistes (Ray Carney, LE spécialiste américain de l’œuvre de Cassavetes, avec une longue interview inédite), des réalisateurs (Olivier Assayas, réalisateur entre autres d’Irma Vep, d’Heure d’été, de L’Enfant de l’hiver et dernièrement de la série Carlos), Martin Valente, réalisateur d’Amateurs et de Fragile[s]), des professionnels du cinéma (Pierre Pitiot, directeur de la médiathèque Fellini à Montpellier et président du festival du cinéma méditerranéen) et des nouvelles d’écrivains inspirées des films de Cassavetes. Un volume richement illustré de plus de 60 photos de ses différents films.

Je me souviens… 500 anecdotes de tournage

Je me souviens… 500 anecdotes de tournage

de Jean-Pierre JEUNET

Réalisateur (LETTMOTIF) | Paru le | 18,00 €

Je me souviens.
Je me souviens de quoi ?
Ah oui, je me souviens que l’éditeur de ce présent ouvrage m’a demandé d’écrire un petit texte de présentation.
Sachant que l’éditeur n’est autre que le jeune frère de l’auteur (onze ans de différence), l’auteur se souvient de pas mal de trucs, dont celui-ci :

Quand l’éditeur avait cinq ans, j’en avais donc seize.
Je me souviens que j’organisais des compétitions de pénos. Chacun à son tour dans les buts. Le premier qui arrive à dix. Mon truc, c’était de mener genre 7-0. Puis de le laisser me remonter, voire me dépasser. Donc à 8/7 pour lui, je repasse devant… 9/8… balle de match… Et finalement il gagne ! Il ne s’est jamais rendu compte de rien, et je n’ai jamais osé lui avouer la vérité. Je sais ce texte va être un choc.

En même temps, on s’en fout un peu, puisque les “Je me souviens” parlent de cinéma.

Par exemple, souvenirs de Delicatessen, l’histoire passionnante d’un boucher dont le lit grince. La Cité des enfants perdus, où l’on apprend qu’il est sain de laisser les enfants roter après avoir mangé du cervelas. Alien, resurrection, drame œdipien, Amélie Poulain, l’histoire d’un nain de jardin qui mange des framboises au bout de ses doigts, si je me souviens bien. Encore que.

Bref, plus de 500 “Je me souviens” plus sérieux que ceux-ci. Encore que…

Jean-Pierre Jeunet