l'autre LIVRE

LA P'TITE HÉLÈNE

Adresse : 53 bd camille pelletan
84400 APT
Téléphone :0623117798
Site web :http://laptiteheleneeditions.com
Courriel :nous contacter
Diffusion :Générale Librest
Distribution :La Ptite Hélène
Représentant légal :eyraud luc
Forme juridique :Entreprise individuelle
Racine ISBN :9782378390
Nombre de titre au catalogue :14
Tirage moyen :140
Spécialités :romans , nouvelles , littérature générale
PLAGIATS

PLAGIATS

de Luc EYRAUD

litterature (LA P'TITE HÉLÈNE) | Paru le | 16,00 €

 C’est bien connu les écrivains connus vivent exclusivement à Paris, St Germain des Prés ou Rueil-Malmaison ou peut-être la Celle St Cloud mais pas plus loin, seulement là où vivent d’autres écrivains connus comme eux. Je vais le choyer mon écrivain connu, le cajoler dans mon appartement, mettre ses livres autographiés sous verre, les faire encadrer après m’en être réservé la première lecture. Il aura sa place prés de la porte de la cuisine de temps en temps je le laisserai très certainement grimper sur mes genoux, ou sur le plaid du canapé du salon. Ma femme râlera, me dira que ce n’est pas la place d’un écrivain connu, qu’il va encore mettre des poils de partout, que ce n’est pas moi on le voit bien qui fait le ménage et doit brosser les tapis tous les jours, qu’à force avec ça, je l’emmerde et que si ça continue elle retournera peut-être bien habiter chez sa sœur dans le Lubéron. Mais je ne céderai pas, non à ce chantage vulgaire, Eric Bénier-Bürckel et moi nous sortirons faire un tour dans la rue, histoire de détendre un peu l’atmosphère, nous irons au bar du coin où il attendra sagement que je finisse d’avaler ma dernière pression et nous rentrerons quand elle se sera endormie. Un écrivain vit la nuit alors pensez donc deux réunis. Un connu et un usurpateur ! »
Read more at http://www.laptiteheleneeditions.com/boutique/plagiats-de-luc-eyraud.html#lwXo7GtgpaJWLoAk.99
BOIRE

BOIRE

de JON HO

litterature (LA P'TITE HÉLÈNE) | Paru le | 13,00 €

. un petit bijou d'orfèvre pour un premier roman sur un sujet peu commun . Ça sent le vécu , la volonté acharnée   dans un style percutant, précis et affirmé... comme on l'aime  … chez nous !!  

 Les rues pleines de soleil se remontent en sifflotant, la clope au bec. Au bar tabac du coin de la rue, il y a toujours les inconditionnels accrochés à leur rituel matinal, le petit verre de vin blanc bu sous la tonnelle nasale d’une couperose approchante, cette gorgée fantastique qui se lape l’échine courbée, le dos en angle droit pour cause de tremblements de terne. Paul a plus d’une fois vissé son cul sur les tabourets de réveils difficiles, troqué son expresso pour un ou deux perroquets anisés au cocorico fade comme un lever de soleil mort. Paul connaît tout ça. Ces hauts le cœur, l’odeur âcre des vinasses en rasades aller-retour, le tapissage des chiottes à la peinture organique et pour des raisons évidentes de confort, merci de laisser l’endroit dans l’état où vous l’avez trouvé. Paul n’était déjà plus en état de rien. Un zombie sanguinolent happé d’aimantations toxiques à la recherche du Saint Graal, du Saint Père ou de quoi que ce soit de puissant créé un jour par l’homme …

ORK

ORK

de Jacques CAUDA

litterature (LA P'TITE HÉLÈNE) | Paru le | 13,00 €

  Sur un bord de côte normande, le crime fait son métier de boucher. Le sang y est une épiphanie des ténèbres. Les loups seraient-ils entrés dans la ville ? Non. Ils n’en sont jamais sortis. L’humain, tel qu’en lui-même, vu comme il se doit : par le trou d’une fosse septique. 
ORK, un roman fou de la mort.
extrait : Surprise, cette déesse de l’émerveillement, l’attendait sur la scène de crime, le boug n’était pas pendu par le cou mais par les pieds. Sa tête se balançait à une dizaine de centimètres du sol au-dessus d’un tas de cendres. À poil, avec une inscription peinte sur son ventre du bas au dessus des couilles sans couilles puisque elles avaient été arrachées, un trou rouge en guise de balloches. ORK ! Trois lettres peintes en blanc sur son ventre noir, belle volonté de l’artiste. Blanc bavard comme une phrase sur une page naturellement noire.

L'ARTISTE

L'ARTISTE

de THIERRY TOUGERON

litterature (LA P'TITE HÉLÈNE) | Paru le | 18,00 €

Dans la ville portuaire de La Rochelle, belle et rebelle, la vie est paisible et intense à la fois. Baignée par l'océan, cette cité historique est riche pour les sens et se prête facilement aux passions. C'est dans ce contexte idyllique qu'une série de crimes odieux va bousculer les habitants jusqu'à provoquer une vague de panique sans précédent. Le commissaire Brocart et son équipe vont avoir fort à faire pour comprendre, traquer et peut-être stopper cette série noire. Y arriveront-ils ?

Signe particulier des victimes : des jeunes femmes, proies faciles.

Signe particulier des crimes : ils sont conçus comme des oeuvres d'art.

 

LE G

LE G

de K VON GELLA

litterature (LA P'TITE HÉLÈNE) | Paru le | 16,00 €

"LE G" de K Von Gella  

En un mot :
Voilà, le G a un amant et c'est la Nation entière qui couche. Le secret est une bombe sans goupille dans ce monde moderne (un peu parallèle) où les nouvelles des "événements" d'Arcadie passent allègrement la censure sur radio-Lichtenstein. L'heure est à la peau de banane, la chienlit menace! Ainsi le très hétérosexuel capitaine Flandry va devoir démêler la chaîne infernale des frasques du G (car le G est un tout, la Nation à lui seul) afin d'éviter le pire, l'apocalypse. Alors voilà, le G a un amant et, comme il le dirait lui-même : "Vous m'avez... compris!"

TRAQUE D'UN KABYLE

TRAQUE D'UN KABYLE

de Luc EYRAUD

litterature (LA P'TITE HÉLÈNE) | Paru le | 14,50 €

 « T’en connais beaucoup toi des mecs qui écrivent, la nuit, une fenêtre ouverte sur les toits de Prague calami- nés de pluie, avec, en sous-décor, le lit de la Moldau qui glisse sans un remords sous le pont Charles et les autres ponts, aussi. Avec, en toile de fond, le Château et la cathédrale Saint Guy qu’on vient d’escalader l’après-midi avec ses deux-cent-quatre-vingt-sept marches à l’aller et les mêmes au retour, dans un colimaçon de granit plus étroit qu’un escalier de secours de la Samaritaine... ? T’en connais beaucoup ? Moi, non, et c’est à moi que cela arrive, alors, s’il te plaît, dors ! Laisse-moi écrire. Je sais que je ne t’ai pas touchée depuis notre arrivée mais là... ce sera pour une autre fois... Je flirte avec l’histoire... cette nuit... excuse-moi du peu. Non mais... La Moldau en bas, qui glisse, romantique, avec des sirènes plein les cascades rugissantes, des bateaux échoués comme épaves, vestiges d’amours éternelles de sansonnets comblés, ah des légendes de Lorelei aux crinières nattées, blondes, pulpeuses, swingant au bord du fleuve de wagnériennes envolées imparties, entachées de nostalgies prussiennes et péremptoires !

L'été selon Delphine

L'été selon Delphine

de Armelle LE GOLVAN

litterature (LA P'TITE HÉLÈNE) | Paru le | 18,00 €

Encore un pont de l'Ascension. Quatre jours. De concentration extrême. Mélange improbable d'aisés type "gauche foie gras" et de néophytes type "imperméables de chez Daxon" : cherchez l'erreur ! Je reste assise sur le long banc face au port. Pas de yacht. Non. Pas de frime ici. Juste un bien-être, un certain art de vivre. Out le jet-ski. Tendance plutôt "sorties en mer pour le poisson du midi que la Sophie se pressera de cuisiner sans fioritures !". Un trait de citron, sel, poivre... le bonheur !
 

LA RONDETTE

LA RONDETTE

de DAVID LE GOLVAN

litterature (LA P'TITE HÉLÈNE) | Paru le | 18,00 €

Un avocat, la quarantaine crépusculaire, se voit un soir, dans la glace, face à la double menace de la calvitie et de l'amnésie. La première est inexorable mais la deuxième risque d'emporter son bien le plus précieux : l'image d'une étudiante, icône qu'il n'a pas revue depuis une vingtaine d'années et dont il ne parvient pas à se détacher. C'est le récit de cet amour fou et de ses suites, récit d'une quête qui, par la grâce d'un réseau social, va virer peu à peu à la traque. C'est une fable retorse sur une monstruosité qui nous rattrape un jour ou l'autre : un amour de jeunesse, c'est un roman à faire froid dans le dos des dames (et des messieurs sensibles).

Et la rondette ? A l'image de cet homme : un mot enfermé dans un vieux Littré, du lierre rampant, plante romantique attachée aux vieilles pierres, à la fois séduisante et tenace, que l'on laisse entrer par inadvertance dans son jardin, dont on ne parvient plus à se débarrasser et qui finit tôt ou tard par faire des dégâts irrémédiables...

 

VOIR ITHAQUE

VOIR ITHAQUE

de JULIE TOSO

litterature (LA P'TITE HÉLÈNE) | Paru le | 18,00 €

« Ithaque. Ainsi c’était elle. Antonella plissa les yeux pour essayer de remédier au flou que créait la distance, sans succès. Elle remarqua la masse verte qui recouvrait presque en totalité la terre et les monts, juxtaposés en une ligne ascendante. Elle eut la sensation que l’île n’était qu’un mouvement de la mer, une humeur verticale visant à rejoindre le ciel, une tentative de fondre tous les bleus. »

« Voir Ithaque » est un recueil de nouvelles qui trouvent leur source dans l’Odyssée et d’autres récits des origines.  Les protagonistes se meuvent dans la banalité des activités de notre époque : une jeune Vénitienne voyage sur un ferry pour passer des vacances à Ithaque, un professeur de philosophie s’angoisse avant d’entrer en classe, un marin s’apprête à embarquer pour une longue mission. Dans leur paysage si familier vont pourtant apparaître des figures mythologiques. Faute de les reconnaître ou de comprendre leurs intentions, tous ces personnages vont subir des destinées tragiques, absurdes ou grotesques.

SURVIVANTE

SURVIVANTE

de CHRISTIANE MOREAU

litterature (LA P'TITE HÉLÈNE) | Paru le | 23,00 €

Elle ouvre les yeux sur un monde vide, feutré, gris. La chambre, l'appartement, l'immeuble, la rue, la ville, tout est couvert d'un voile plus ou moins épais d'une poussière molle et compacte. Elle n'a pas de mémoire d'un avant. Pour trouver un après, elle ne voit que partir. Au long de cette marche dans ce désert d'ombres, seuls ses rêves lui donnent des souvenirs de couleurs, d'odeurs, de sons, tout ce qui a disparu. Elle va dans le vide. Elle veut survivre …..
 

AMAZONES

AMAZONES

de MANUEL MACHADO & Luc EYRAUD

litterature (LA P'TITE HÉLÈNE) | Paru le | 15,00 €

 Devant moi, à la table, je peux voir sa peau brûlée par le soleil, un peu usée, devant moi il y a ses années perdues qu’elle me crache à la figure comme une blessure, ces morsures de l'âme. Elle a pris le vol des goélands pour des promesses tenues, qu'est ce que j'y peux, de l'âge, du temps qui passe, des ratés de sa vie, de ses aigreurs. Elle croyait en lui comme à un totem, un Dieu d'éternité, elle aurait dû savoir que les hommes mentent pour ne pas mourir trop tôt, pour se conserver une belle  image. Elle débarque à mon bord avec le vent en poupe et la révolte dans l'âme, elle me ferait couler avant la grève, ne plus écouter le chant d'or des souvenirs bénis, ne plus filer indigne et sans souci, seul et radieux comme un passant sans coeur. J'ai rien à lui offrir moi, elle aurait dû prendre quelque chose quand ses cuisses étaient encore jeunes, c'est trop tard pour lui offrir la gale d'amour, les souliers vernis de l'espérance, 

LA PATURE DES VERS

LA PATURE DES VERS

de VALERY MOLET

litterature (LA P'TITE HÉLÈNE) | Paru le | 18,00 €

Ce roman est l’histoire d’une tentative de suicide raté et inexplicable d’un collégien, issu d’un quartier populaire, dans la France des années 80. C’est un récit burlesque et noir, le portrait aigre et enjoué d’un très jeune homme qui découvre le monde et la littérature dans un quartier où le monde et la littérature sont des animaux légendaires. Son cynisme délicieux nous donne accès à la part grise et inavouée des personnages, à leur profondeur toute étale. Valéry Molet nous offre l'enfance d'un Rastignac potentiel dont on suppose que la sensibilité déniée – animée par les vers de William Blake - finira par le dérouter. C’est également la description de l’univers des petits salariés de banlieue, de leurs chiens et de leur étroitesse encyclopédique. On chemine rapidement du constat du suicide initial à sa description finale, en passant par les tours HLM, les vacances insolites et les caractères loufoques. On traverse le champ miné des relations entre une mère et un fils, entre une sœur et un frère. Le grand cœur de la parentèle ne palpite pas toujours sur un coussin de velours.  

FOLKLORE

FOLKLORE

de CHARLES DUTTINE

litterature (LA P'TITE HÉLÈNE) | Paru le | 18,00 €

"FOLKLORE  "  CHARLES DUTTINE

« Il était une fois les mythes et les légendes. Quoi de plus beau que ces récits que l’on dit d’un autre âge ! Ces réminiscences datent de plus de mille ans. Notre mémoire est encombrée de ces références. Même si nous ne les connaissons pas avec précision, ces souvenirs millénaires nous accompagnent. Qu’ils s’appellent légendes, mythes ou fables, nous nous débattons depuis toujours au milieu d’eux. Ils nous ont imprégnés et façonnés. Nous baignons dans ces sources. Telles des résurgences dont nous ne pouvons plus nous défaire, elles viennent de leur flot souterrain nous rappeler ce que nous sommes, en tapant sur notre esquif et en nous faisant tanguer. »