l'autre LIVRE

D'ORES ET DÉJÀ

Salon 2018 : Retrouvez cet éditeur sur le stand B27

 

À travers une collection de rééditions de textes du XIXe siècle, rares, censurés ou tronqués, les Éditions D’ores et Déjà s’emparent du passé pour mieux interroger les contradictions du présent. De Victor Hugo à Louise Michel, un travail d’archéologie est mené pour chaque opus.

De la même manière, en créant des passerelles, les collections Théâtre et Poésie proposent de nouvelles interrogations, une autre manière de toujours questionner nos présences, nos désirs et nos luttes. 

Des Fralibs en passant par un questionnement autour du temps du dramaturge François Bégaudeau, les Éditions D’ores et Déjà cherchent à lier le sens et le devenir.

 

Adresse : 55, rue de Lancry
75010 Paris
Téléphone :01.71.19.51.45
Site web :http://www.doresetdeja.fr
Courriel :nous contacter
Diffusion :POLLEN
Distribution :POLLEN
Représentant légal :Fabrice MILLON
Spécialités :Essai du XIXe, Théâtre & Poésie contemporaine.
Nous sommes plus grands que notre temps
Qui suis-je ?

Qui suis-je ?

de Pierre-Joseph PROUDHON

XIX eme (D'ORES ET DÉJÀ) | Paru le 10/06/2018 | 8,00 €

"Mon nom depuis dix-huit mois a fait assez de bruit pour que l'on me pardonne d'apporter ici quelques explications, quelques excuses à ma triste célébrité." 
Ainsi débute Qui-suis je ?, opus autobiographique pensé par Proudhon dans une tentative multiple : revenir sur certains malentendus et détailler sa pensée sur la propriété, les principes anarchistes... 
Lors de la rédaction du texte, en 1849, Proudhon est déjà connu de l'opinion publique française et suscite crainte et colère partout dans le pays. 
Qui suis-je ? remonte aux origines, l'enfance, les études et les fondements de sa pensée politique.
De démonstrations en protestations, chaque page transforme l'acte d'écrire en geste politique fort. Ces mêmes pages laissent poindre l'espoir d'un homme qui luttera jusqu'à son dernier souffle.

Scrupules

Scrupules

de Octave MIRBEAU

XIX eme (D'ORES ET DÉJÀ) | Paru le 15/04/2018 | 5,00 €

Scrupules tout d'abord. Le texte fut publié dans Le Mouvement socialiste, n-7 du 15 avril 1899, une revue de jeunes socialistes fondée au début de la même année. Étrange et hilarant récit. Un personnage haut en couleurs, le voleur, confronté à homme haut dessus de tout soupçon, le volé, proposent une nouvelle définition, comme une nouvelle écriture du rapport de force, façon burlesque.
Puis, Une perquistion en 1894 est écrit et publié au moment de la très grave crise sociale que connaît la France au début des années 1890 : grèves, manifestations, émeutes, misère, attentats et répression aggravée par les "lois scélérates".

reprendre trois fois de tout

reprendre trois fois de tout

de Alice GERVAIS RAGU

Poésie (D'ORES ET DÉJÀ) | Paru le 23/11/2017 | 12,00 €

Reprendre trois fois de tout pour prolonger l'expérience des sentirs en un autre contenant que le corps. Danser une écriture du trop, de l'amoncellement, de l'excès, pencher un peu le mot pour le voir vaciller quand il est tout au bord, et qu'il va basculer en un début de bacchanales. Et là, ressaisir l'attention vers ce qui a été débordé, mais qui est bien toujours, encore, surtout la vie. 
Avec l'idée, peut-être, que ce qui devait nous perdre nous conservera.
 

1336 (parole de Fralibs)
La lumière parle et se renverse
L'art et le socialisme

L'art et le socialisme

de JEAN JAURÈS

XIX eme (D'ORES ET DÉJÀ) | Paru le 02/08/2014 | 8,00 €

En 1900, Jaurès prononce un discours sur l'art et le socialisme . L'homme politique explore et expose les bases d'une pensée sur l'art social. L'art, gratuit, doit être présent partout et pour tous. C'est au socialiste de permettre l'émergence de cette société nouvelle, en paix avec elle-même, de laquelle jaillira un art entier et harmonieux : "Il n'y a eu jusqu'ici que des lambeaux d'art humain car il n'y a eu jusqu'ici que des lambeaux d'humanité."
Jaurès invite donc les artistes à oeuvrer main dans la main avec les politiques. 
Se pose alors la question de la cohérence entre cette pensée jaurésienne de l'art, vision d'un art classique, harmonieux, réaliste, et la création avant-gardiste contemporaine de Jaurès.
L'apparition de la photographie a révolutionné le travail du peintre, elle a ouvert d'immenses champs de recherche picturale sur la couleur, la forme et la matière pour mener à la révolution fauviste en 1905, puis au cubisme quelques années plus tard. 
Révolution qui a influencé toute la création, jusqu'à nos jours.
La gauche et l'oubli de la question démocratique

La gauche et l'oubli de la question démocratique

de Manuel CERVERA-MARZAL

contemporaine (D'ORES ET DÉJÀ) | Paru le 15/03/2014 | 6,00 €

L'auteur entend indiquer sans détour en quoi la gauche a oublié la question démocratique et en quoi, par conséquent, elle a abandonné le combat théorique et pratique en faveur de la démocratie. Renonçant à l'idée selon laquelle la tenue régulière d'élections garantit à elle seule l'existence d'un régime démocratique, Manuel Cervera-Marzal propose un développement en trois axes: La démocratie peut-elle se limiter à la representativité et qu'en est-il de la démocratie directe ? Puis, la démocratie n'est-elle qu'un régime politique ou désigne-t-elle, plus largement, un ensemble de pratiques et d'institutions sociales ?

Enfin, l'auteur lie démocratie et désobéissance: la démocratie est-elle seulement un ordre politique et social donné ou n'inclut-elle pas aussi la puissance instituante qui vient désordonner ? 

Manuel Cervera-Marzal est chercheur en science politique. Il rédige actuellement une thèse sur la désobéissance civile. Il est l'auteur de deux ouvrages:Désobéir en démocratie. La pensée désobéissante de Thoreau à Martin Luther King et Miguel Abensour, critique de la domination, pensée de l'émancipation.

L'ère nouvelle

L'ère nouvelle

de Louise MICHEL

XIX eme (D'ORES ET DÉJÀ) | Paru le 18/01/2014 | 6,00 €

Publié en 1887, bien après la Commune de Paris et la déportation en Nouvelle-Calédonie, L'ère nouvelle est un texte de Louise Michel où l'amertume se veut poétique. Convertie à l'anarchisme, révolutionnaire et assoiffée de justice, la Vierge rouge n'a de cesse d'interroger le genre humain, tentant inlassablement de comprendre pourquoi l'injustice et une certaine odeur de décomposition règnent.

"Vont-ils se laisser abattre comme des bandes de loups ?" La hargne de Louise Michel s'explique par la singularité de la période d'écriture. La répression qu'a connue la Commune fut si rude que les souvenirs violents sont encore vifs en 1887.

Ainsi, la douleur transperce les mots, les phrases sont encore chargées du poids de la défaite. Chez Louise Michel, là ou la défaite a frappé, l'espoir se lève, inéluctablement. C'est ainsi que la révolutionnaire emporte le lecteur, l'idée de progrès social renaît, une odeur de justice s'empare de pages mi-poétiques, mi-politiques. L'ère nouvelle s'achèvera sur une idée d'éternité, une victoire en somme.
 

Détruire la misère & Les caves de Lille

Détruire la misère & Les caves de Lille

de Victor HUGO

XIX eme (D'ORES ET DÉJÀ) | Paru le 02/09/2013 | 6,00 €

 

En vue de soutenir une proposition de loi, Hugo rédige en 1849 un texte particulièrement engagé, Détruire la misère. Le poète est résolu, le vocabulaire choisi se situe à la hauteur de sa détermination. Le second discours, Les caves de Lille est dans la ligne du premier. En février 1851, l'économiste Adolphe Jérôme Blanqui convie Victor Hugo à visiter des caves de la ville de Lille. Indigné, Hugo rédige un compte-rendu de la visite à destination des parlementaires.
Prise de possession

Prise de possession

de Louise MICHEL

XIX eme (D'ORES ET DÉJÀ) | Paru le 02/01/2010 | 6,00 €

Aux prises avec ses angoisses, les angoisses d'un monde sourd et défaillant, les angoisses d'un peuple immobile comme des moutons face à l'équarisseur levant son bâton. La violence de ce texte est à la hauteur du désir de liberté sans borne de la vierge rouge. Jusqu'à son dernier souffle, elle n'a cessé de nous réprimander, nous, sur qui le monde glisse, nous qui ne nous levons pas quand la liberté est en danger.

L'anarchie

L'anarchie

de Elisée RECLUS

XIX eme (D'ORES ET DÉJÀ) | Paru le 08/06/2009 | 6,00 €

"Vous-mêmes n'êtes-vous pas, sinon anarchistes, du moins fortement nuancés d'anarchisme ? Qui de vous, dans son âme et conscience, se dira le supérieur de son voisin, et ne reconnaîtra pas en lui son frère et son égal?"
En 1894, Elisée Reclus prononce devant les Francs-maçons une conférence sur l'anarchie. 

Portrait du pompiste en vieux chien errant

Portrait du pompiste en vieux chien errant

de Alain BOUVIER

Poésie (D'ORES ET DÉJÀ) | Paru le | 10,00 €

Quand l'époque déparle, quand les mots se perdent, quand face à la lourdeur de nos immobilismes nous ne savons plus comment crier, il reste la poésie. 
Celle de Bouvier loge dans un écrin d'espoir qui subitement se transforme en poche de résistance, c'est aussi l'endroit des mots susurrés, et soudainement l'antichambre de l'utopie. 
Alain est pompiste, au kilomètre 137 de l'autoroute A11 en direction de Paris. Alain est poète, avant tout, partout. 

La chaîne

La chaîne

de Ludovic POUZERATE

Théâtre (D'ORES ET DÉJÀ) | Paru le | 10,00 €

"Alors ? Ton premier jour ? Tu ne nous as pas raconté ton premier jour ? Dis-le-nous comment ça s'est passé". 
La brutalité des rapports sociaux imagée par et à travers un premier jour à l'usine. Un premier jour non allégorique, un premier jour comme autant de réalités propres au monde du travail. 
Les foules avilies sont ici préfigurées par l'ouvrier bafoué, ce travailleur nié au plus profond de son être. 
Ainsi les contours de la subordination et du mépris se dessinent au fil d'une théâtralité ciselée, brute. 
Ludovic Pouzerate met le système à nu, sans pudeur, les affres se mêlent au désir, celui de repenser un tout. 

Journal de ce que j'apprends chaque jour

Journal de ce que j'apprends chaque jour

de Victor HUGO

XIX eme (D'ORES ET DÉJÀ) | Paru le | 10,00 €

Le 20 juillet 1846, Hugo entreprend une oeuvre considérable, noter chaque jour ce qu'il apprend sur des sujets divers. 
Hugo discerne dans les événements de la vie quotidienne, dans des rencontres, dans des propos entendus ou dans des "choses vues", ce qui est révélateur du monde dans lequel il vit et, plus universellement, de la condition humaine. Tout présente un intérêt, même la conversation la plus banale, tout peut enrichir cet esprit avide de connaissance, tout peut servir de matériau à l'artiste.

Souvenirs personnels sur Karl Marx

Souvenirs personnels sur Karl Marx

de Paul LAFARGUE

XIX eme (D'ORES ET DÉJÀ) | Paru le | 5,00 €

Adhérent de la première heure à l'Association Internationale des Travailleurs, socialiste convaincu, militant notoire, c'est tout naturellement que Paul Lafargue rencontre Karl Marx, en 1865, à Londres.
Envoyé par la section parisienne de l'A.I.T, Lafargue présente un rapport sur le mouvement ouvrier français au Conseil général provisoire de l'Association. Ce dernier, doté d'une lettre de recommandation, profite de son séjour londonien pour rendre visite à l'illustre penseur socialiste.

Grands ensembles (Raptus)

Grands ensembles (Raptus)

de VINCENT LABAYE

Roman (D'ORES ET DÉJÀ) | Paru le | 12,00 €

Personnage évoluant avant la crise de 2008, sans attache, n'ayant pas trouvé sa place dans ce monde, indifférent quant à son propre avenir et à son rapport à l'autre, conscient de ses limites et de ses incapacités, il est le témoin d'une société riche mais sans projet, repliée sur elle-même.