l'autre LIVRE

CLÉ À MOLETTE (LA)

Salon 2018 : Retrouvez cet éditeur sur le stand B00-B06

La clé à molette est une maison d'édition indépendante qui investit indifféremment le champ de l'art contemporain et celui de la littérature, qu'elle soit d'hier ou d'aujourd'hui. L'art contemporain dans toutes ses dimensions et la littérature dans toute son exigence. En jouant parfois avec la notion de genre, nous éditons et défendons des œuvres et des auteurs singuliers qui nous plaisent et en lesquels nous croyons.

Adresse : 13 D AV. DU MARECHAL FOCH
25200 MONTBELIARD
Téléphone :0670313650
Site web :http://lacleamolette.fr
Courriel :nous contacter
Diffusion :PAON DIFFUSION
Distribution :SERENDIP LIVRES
Représentant légal :Alain PONCET
Forme juridique :EURL
Racine ISBN :979-10-91189
Nombre de titre au catalogue :18
Tirage moyen :500
Spécialités :Art, littérature, poésie, poésie visuelle, beau livres
Conscience et violence

Conscience et violence

de Guillaume MICHAUT

Théodolite (CLÉ À MOLETTE (LA)) | Paru le 05/11/2018 | 12,00 €

La normalité embue / 
elle se croit le seul univers vivable /
je lui paie son écot


Guillaume Michaut est revenu vivre à Besançon,
sa ville natale, après de nombreuses années d’errance.

Sauvagines

Sauvagines

de Jacques MOULIN

Théodolite (CLÉ À MOLETTE (LA)) | Paru le 05/10/2018 | 12,00 €

Affût discret, écoute silencieuse, accompagnement du guide qui connaît les pas, observation, fulgurance poétique et évocation animalière, jusqu’à fouiller la matérialité de la Nature elle-même : « Il a pris mesure de cadastre. Le Chêne des filles la route forestière Jean gros jusqu’au chemin des Tombes puis la Cuve (…) Faut voir à travers l’affût. Passer du visage à sa gueule. Gueules de bêtes avec bois et poils. Nous hirsutes fourrés d’artifice et lissés par les mots. »

Jacques Moulin, né en Normandie des hautes falaises, vit à Besançon. Il coanime les rencontres Les Poètes du jeudi dans le cadre de l'Université Ouverte de Franche-Comté.

Journal pauvre

Journal pauvre

de Frédérique GERMANAUD

Théodolite (CLÉ À MOLETTE (LA)) | Paru le 05/10/2018 | 13,50 €

Tenu pendant une année sabbatique, Journal pauvre interroge ce qu’est subsister sans salaire et se consacrer à l’écriture. Cueillette, glanage, troc, affût des bonnes occasions : une économie de la main à la main s’organise, pour que vivre ne soit pas seulement survivre et que cette expérience de pauvreté soit libre et sereine.

Ce journal à durée limitée s’achève sur la décision de quitter définitivement le monde du travail salarié et un modèle économique imposé, ouvrant ainsi sur la possibilité de renouveler ce qui fut au départ une tentative d’habiter autrement le monde.

 

Après trois livres mêlant fiction et éléments de biographie, Frédérique Germanaud adopte ici, d’une façon assez inédite, une approche de l’écriture directe et sans fard.

Sur le liseré des commissures

Sur le liseré des commissures

de Alexandre ROLLA

Théodolite (CLÉ À MOLETTE (LA)) | Paru le 29/11/2017 | 13,50 €

« Cette rencontre est pour moi, comme une collision. La force de cet instant est proprement indescriptible. Ce morceau de pays, mon pays, celui que je connais, arraché à sa terre par la puissance de la peinture, transposé là, à des milliers de kilomètres, est l’un des plus grands chocs de toute mon existence. »

Avec ce texte poétique, sensible et cosmopolite, Alexandre Rolla, habité par les toiles et le souvenir de Courbet, délivre un véritable traité du paysage contemporain.

Suzanne et l'influence

Suzanne et l'influence

de Frédérique COSNIER

Hodeïdah ! (CLÉ À MOLETTE (LA)) | Paru le 08/10/2016 | 14,00 €

«Oui voilà. Je suis déjà une star, vous le savez bien, et je n’ai plus qu’à devenir une artiste. Ça ne doit pas être si difficile. Je serai exilée enfin pour de vrai et je pourrai brûler définitivement mes racines dans un autre pays.»

Née en 1974, Frédérique Cosnier est agrégée de Lettres et diplômée en Didactique du Français Langue Étrangère. Elle publie dans différentes revues et un premier recueil de poèmes, « PP Poèmes Précis », paraît en 2008. Collaborant avec des photographes et des musiciens, elle travaille à la croisée des genres et des arts, en adaptant ses propres textes, ou ceux d’autres auteurs, dans des lectures publiques. Certaines créations ont donné lieu à des traductions. « Suzanne et l’influence » est son premier roman publié, libre échappée poétique inspirée du film Une Femme sous influence de John Cassavetes.

Courir à l'aube

Courir à l'aube

de Frédérique GERMANAUD

Hodeïdah ! (CLÉ À MOLETTE (LA)) | Paru le 08/10/2016 | 14,00 €

« Courir à l’aube » est un récit d’après l’Apocalypse, quelle que soit la forme de celle-ci.

 

D’une écriture d’une densité surprenante, ce récit ou roman impressionne par sa force et sa puissance évocatrice, tout en reprenant des thèmes transversaux à l’œuvre chez Frédérique Germanaud, dans un imaginaire qui parvient sans difficulté à se renouveler en prenant de l’ampleur.

 

Frédérique Germanaud est une auteure rare dont le sujet semble être la solitude, ou le rapport de l’intime à l’existence. Après « La Chambre d’écho » paru à l’Escampette en 2012, pour laquelle elle a été reçue par Alain Veinstein sur France Culture, elle a livré en 2014 à La clé à molette deux textes courts et puissants : « Quatre vingt dix motifs », fragments mêlant d’une façon indiscernable fiction et biographie, et « Vianet. La lettre », longue nouvelle intimiste. Les deux textes, bien que totalement autonomes, se font écho d’une façon remarquable. Ces deux ouvrages ont reçu un écho critique très favorable.

Avec « Courir à l’aube », Frédérique Germanaud poursuit sa collaboration avec La clé à molette.

Les terminaisons nerveuses

Les terminaisons nerveuses

de Éric DUBOYS

Hodeïdah ! (CLÉ À MOLETTE (LA)) | Paru le 01/06/2016 | 17,50 €

On est dans les trente glorieuses, on est dans les Terres-Froides, dans des fermes isolées : une diaspora de cœurs perdus voit l’ancien monde achever sa dissolution et renaître en salariat, entrepreneuriat et zones pavillonnaires. Personne n’en sort indemne.

 

Le narrateur réinterroge son enfance avec stupéfaction, dans un récit au regard brûlant comme l’acide porté sur la condition humaine, ce bloc molassique recouvert de dépôts glaciaires.

 

Éric Duboys, né en 1971, vit dans l’Ain, près de Lyon. « Les terminaisons nerveuses » est son premier roman. Auparavant, il a publié trois livres encyclopédiques sur la musique industrielle : Throbbing Gristle – Industrial music for industrial people, 2007, Industrial Musics Vol.1, 2009, Industrial Musics Vol.2, 2012 (Camion Blanc éditeur).

La Route Inconnue

La Route Inconnue

de André DHOTEL

Hodeïdah ! (CLÉ À MOLETTE (LA)) | Paru le 01/10/2015 | 16,00 €

« — Il y a des endroits merveilleux où on crève de faim et de froid, dit Agathe. Tout est perdu, toujours, toujours, mais ce qui est magnifique c’est que je ne vais pas encore crever ni ce soir ni la semaine prochaine. »

 

Avec ce roman, André Dhôtel propose un véritable space opera des champs, des hameaux et des collines, dont le véhicule « interespace » est la bicyclette. Sous les yeux du héros Valentin se déploie une fresque initiatique où la recherche de pistes inconnues, les poursuites nocturnes dans les châteaux vides, la chasse aux trésors cachés, constituent l’essence même d’une liberté adolescente à conquérir et à préserver.

 

André Dhôtel (1900-1991)?: professeur de philosophie, romancier et poète, ami de Jean Paulhan, il est l’auteur de nombreux ouvrages dont « Le pays où l’on n’arrive jamais », prix Fémina 1955. Il reçoit en 1974 le Grand prix de littérature de l’Académie française pour l’ensemble de son œuvre.

 

Un soir...

Un soir...

de André DHOTEL

Hodeïdah ! (CLÉ À MOLETTE (LA)) | Paru le 12/09/2014 | 15,00 €

On a tout dit sur Dhôtel ; sa modernité absente, sa merveilleuse particularité au sein de la littérature française et la lumineuse simplicité de son écriture.

S’il reste ici l’écrivain de l’enchantement et des lisières que l’on connaît, ces onze récits permettent de (re)découvrir un Dhôtel nouvelliste hors pair, sans concession, instruit des choses de la vie, explorateur de l’âme et souvent aussi âpre qu’inattendu.

En inscrivant ses personnages aux marges de la société, en créant une géographie en constante voie d’effacement, se jouant du hasard pour son plaisir et le nôtre, Dhôtel échappe instinctivement à son temps et, les années passant, prouve à chaque lecture qu’il a atteint une forme d’universalité romantique.

 

André Dhôtel (1900-1991) : professeur de philosophie, romancier et poète, ami de Jean Paulhan, il est l’auteur de nombreux ouvrages dont « Le pays où l’on n’arrive jamais », prix Fémina 1955?. Il reçoit en 1974 le Grand prix de littérature de l’Académie française pour l’ensemble de son œuvre.

Vianet : La lettre

Vianet : La lettre

de Frédérique GERMANAUD

Hodeïdah ! (CLÉ À MOLETTE (LA)) | Paru le 12/09/2014 | 13,50 €

Une lettre arrive ; un voyage est nécessaire. Commence alors pour la narratrice un road trip introspectif et intime, au cours duquel les images du passé et plus certainement celle de l'homme qui fut jadis son compagnon achèveront, peut-être, de disparaître.

 

 

Frédérique Germanaud vit et travaille à Angers. Marcheuse, cinéphile et lectrice invétérée, elle écrit à l’étage de sa maison, face à une fenêtre qui ouvre sur un petit jardin en désordre et clos de murs d’ardoise. Vianet. La lettre est son premier récit à La clé à molette.

Quatre-vingt-dix motifs

Quatre-vingt-dix motifs

de Frédérique GERMANAUD

Hodeïdah ! (CLÉ À MOLETTE (LA)) | Paru le 03/09/2014 | 13,50 €

Quatre-vingt-dix motifs : trente séries de trois paragraphes en filiation, se faisant progressivement écho, et développant, le temps d’une saison écrasée de chaleur, un récit de femme, contemplatif, sensuel et discrètement féroce.

 

Frédérique Germanaud vit et travaille à Angers. Marcheuse, cinéphile et lectrice invétérée, elle écrit à l’étage de sa maison, face à une fenêtre qui ouvre sur un petit jardin en désordre et clos de murs d’ardoise. Quatre-vingt-dix motifs, qui mêle d’une façon indiscernable fiction et biographie, est son deuxième récit à La clé à molette.