l'autre LIVRE

AENCRAGES & CO

Salon 2018 : Retrouvez cet éditeur sur le stand B00-B06

La maison d'édition Æncrages & Co est née en 1978, dans les Vosges, créée par R. Chopard.
Elle publie avec des procédés d'imprimerie traditionnels (typographie) de la poésie et de l'art contemporain et organise des performances (poésie, arts plastiques, musique, danse...). En octobre 2004, l'association a déménagé pour venir s'installer à Baume-les-Dames (Doubs).

Nous réalisons nos textes au moyen de caractères mobiles ou de lignes de plomb composées sur une machine appelée linotype. L'impression est faite sur des presses typographiques à cylindre ou à platine selon le type de travail effectué. Les livres sont ensuite cousus. La reliure et le collage sont réalisés à la main. Les illustrations sont reproduites à partir de bois gravés, linogravures ou clichés typographiques pour les livres courants et sont des œuvres originales pour les livres d’artistes.

Outre son métier d’éditeur et ses créations d’affiches et de carnets en typographie, Æncrages & Co assure la promotion du livre et de la lecture. Nous organisons ainsi sur demande des visites de nos éditions, mais également des stages de typographie d’une heure à quelques jours, dans notre atelier. Nous pouvons nous déplacer à travers toute la France, dans des classes, des centres de loisirs ou des manifestations diverses au moyen de notre cabinet de typographie portatif.

Adresse : 1, rue Faivre d'Esnans
25110 Baume-les-Dames
Téléphone :03 81 84 32 88
Site web :http://www.aencrages.com
Courriel :nous contacter
Diffusion :GIDDE
Distribution :Daudin
Représentant légal :Roland Chopard
Forme juridique :Association
Racine ISBN :978-2-35439
Nombre de titre au catalogue :72
Tirage moyen :500
Possibles

Possibles

de Pierre BERGOUNIOUX

voix de chants (AENCRAGES & CO) | Paru le 25/09/2018 | 18,00 €

Au travers de courtes proses, Pierre Bergounioux, par le prisme des peintures de J.-M. Marchetti, nous plonge entre histoire des sociétés et histoire du sensible.
La peinture comme une manière de voir plus loin, comme une multitude de possibles.
La peinture comme matière vivante attachée à l'épaisseur du monde.
La peinture comme miroir de la nature, de sa force, de ses déluges et de sa beauté.
La peinture, enfin, comme mémoire, combat et quête de sens.

"A quoi tient l'impérieux attrait des plis, des surfaces froissées qui s'entrebâillent sur une profondeur pressentie ou insoupçonnée ? Sans doute aux racines de l'expérience, à la dissonance depuis toujours et partout éprouvée. La vie, la pensée gravitent autour d'une opposition foncière, fondatrice, entre l'essence et l'apparence, le visible et le caché, l'ici-bas et l'au-delà, l'évident et le secret... Les peintres ne s'embarrassent pas de raisonnements. A l'aide de deux couleurs, ils font des plis qui nous plaisent, forcément, et tout est bien ainsi."

D'écrire, un peu

D'écrire, un peu

de Antoine EMAZ

territoires (AENCRAGES & CO) | Paru le 25/05/2018 | 15,00 €

Ensemble de proses où l’auteur tente de « dire écrire ». Il nous emmène alors sur les chemins de la sensibilité, de l’élan de vivre, de l’étonnement quotidien, de l’attente nécessaire.

« On n’écrit pas pour faire beau,
on écrit pour respirer mieux. »

Ce que l’on retient de ce beau texte, c’est la manière dont Antoine Emaz lie la vie, l’émotion à l’écriture, au travail du poète : « force-forme », « vie-langue », « vivre-écrire ». Comme une bulle nécessaire, vitale à l’homme-observateur qui saisit le monde et tente de le transcrire au plus vrai, au plus proche de son intensité.

Et parier que dedans se donne aussi la beauté

Et parier que dedans se donne aussi la beauté

de James SACRé

territoires (AENCRAGES & CO) | Paru le 25/04/2018 | 15,00 €

Où il est question du corps, de l’écriture et de ce qu’il en est de la déchirure, ce qui lie le premier avec le second. Il est question de la façon dont on se place dans le monde, ce qui nous transporte, ce que voient nos yeux et ce qu’expriment notre bouche, nos mains. D’où part-on pour dire ce rapport aux choses ? Qu’est-ce qui est vrai, qu’est- ce qui ne perd pas sa substance ? Où est la force ?

« le plus beau poème n’est jamais Que le reste de quelque chose. »

Quelle différence y a-t-il entre le chemin parcouru et l’objet abouti ? Il y a quelque chose de l’unification, d’une volonté d’absolu et d’honnêteté. On voudrait que le poème, la peinture disent tout : le balbutiement, l’avancée dans le noir, la recherche de beauté, et déjà ce miroir d’une vérité, du vivant, qui est partout.

James Sacré tord le langage dans une volonté de montrer la recherche d’une esthétique poétique dépouillée, proche du « gribouillage », proche de ce brouillon où l’on rature, où l’on cherche ensuite à ne garder que l’essentiel. Ces choses qu’on a tendance à ne pas voir et où pourtant « se donne aussi la beauté ».

Juste un arbre Juste

Juste un arbre Juste

de Cédric LE PENVEN

Ecri(peind)re (AENCRAGES & CO) | Paru le 15/03/2018 | 21,00 €

Ce poème part d’un dessin d’arbre nu et de la simple contemplation de cette peinture. Prétexte alors à soulever de nombreux questionnements : le temps, la conscience de soi, et sans doute la conscience de soi par l’autre, par ce qui c?ée un lien entre soi et le monde, entre soi et la mémoire. Finalement, il va établir un lien entre le regard et le faire, la nature comme une force de vie incroyable, comme un modèle d’être-au-monde presque parfait.
On ressent ici une importante recherche de ce qui est immuable, de ce qui fabrique le quotidien dans sa quête de sens, animé aussi par un combat contre le besoin de posséder matériellement le monde, ce que cela apporte de superficialité et de dépossession de soi finalement. C’est une recherche du beau dans ce qu’il a de simple et évident, le beau dans le dénuement total.
La poésie de Cédric Le Penven fait partie de ce que l’on appelle une poésie du quotidien, en ce qu’elle va chercher à l’intérieur de soi des liens plus profonds et plus larges avec le rapport au temps et à sa cicatrisation, le rapport au monde et à ses lignes de fuite.

Je voulais vous dire

Je voulais vous dire

de Armand GATTI

Ecri(peind)re (AENCRAGES & CO) | Paru le 23/12/2017 | 21,00 €

Armand Gatti mêle de façon subtile et adroite la petite et la grande histoire, l'amour et la guerre, le chant d'espoir et l'horreur. Paysages de maquis, évocations des "frères" de combat, des espoirs et de la misère des temps de guerre.

Véritable lettre de mémoire et d'amour pour tous ceux que la "sirène" a pris dans ses filets...

Mesure au vide

Mesure au vide

de Maud THIRIA

voix de chants (AENCRAGES & CO) | Paru le 05/11/2017 | 18,00 €

Dans ce poème, l'auteure tisse des liens entre l'espace et le paysage pour explorer le saisissement du réel, entre les mots et l'image, à travers les matières qu'elle sublime par d'infimes détails. Saisir le monde dans sa beauté nue, c'est ce vers quoi elle semble tendre, comme la seule marche possible, la seule manière d'être au monde. L'écriture comme cette nuit dans laquelle on est seul plongé.
 

Sillons

Sillons

de Laura TIRANDAZ

voix de chants (AENCRAGES & CO) | Paru le 10/06/2017 | 18,00 €

Inspiré d’un port de Méditerranée, Sillons est une promenade dans une ville, au travers de ses rues, ses places, ses scènes de la vie quotidienne. Dans ce poème en prose, différents motifs se croisent et certains personnages reviennent, une femme avec un enfant, une autre qui attend, un homme à une terrasse. Sillons entraîne le lecteur dans une réalité captée toute entière à travers la matière du corps, des visages et des gestes. Ce présent qui échappe et que l’œil cherche à déceler, avec avidité et inquiétude, avant que le soir ne tombe.


Le poème tisse une toile où tout est lié : regard, forme, souvenir et souffle. Un présent englouti par le regret de ce qui n’est plus ou pas encore..
 
"Ils passent et repassent se cognent les uns contre les autres et s’excusent ne sachant plus qui de celui de droite ou de gauche va passer en premier l’un se rétracte rentrant le renflement du ventre pour une fois l’homme passé reprendre sa place au soleil on peut dire qu’il apparaît de plus en plus on entend des orgues souffler et parfois quand un rire surgit on se rappelle que la mer n’est pas loin"

 

Zone inondable

Zone inondable

de François HEUSBOURG

voix de chants (AENCRAGES & CO) | Paru le 20/05/2017 | 18,00 €

Le poète aborde ici les inondations terribles qui ont eu lieu en octobre 2015 dans le Sud littoral. Habilement, il assoit une sorte de paysage intérieur qui est englobé dans cette catastrophe naturelle. Quelque chose qui déborde parfois, qui tempête, qui nous submerge, et sur laquelle mettre des mots est difficile.
Mots que les médias de masse, eux, n’ont pas de mal à balancer à tout va, comme l’écho vide d’un lieu éclaté, déformé, de l’humain réduit à des chiffres et des images disparates. Dire l’impossible communication de ce paysage intérieur qui est expérience individuelle fondue dans le global, dans un tout qui nous dépasse. Et la vie qui continue, qui avance, alors que les choses sont déplacées en dedans de soi.
 
"comme des catastrophes
mais la catastrophe ce n’est pas
les palmiers arrachés les trottoirs submergés
les dérives des voitures mais le fleuve
qui déborde du couloir

et dans les gestes du corps
le corps ramené au geste seul de l’éclusier
on voudrait se laisser tomber

comme refuser
refuser

quand l’eau monte encore
les chaussures lourdes

tout ce sur quoi on pose pied
se défait"

Un enfant du siècle

Un enfant du siècle

de Pierre BERGOUNIOUX

territoires (AENCRAGES & CO) | Paru le 15/12/2016 | 15,00 €

Pierre Bergounioux introduit ici une réflexion sur le principe même de la pensée, de la théorisation : les artistes, l’art n’échappent pas aux concepts qu’on veut bien leur donner au fil du temps, alors même que l’art est l’enfant de la création, qui elle-même est l’enfant, bien souvent, d’un élan irrationnel, d’une sensibilité abrupte, d’un long cri qui se veut au-delà, transcendant. C’est une réflexion très intéressante sur le place de l’art dans l’Histoire, la façon dont il est perçu par le collectif.


« Voilà vingt millénaires que des hommes peignent. Depuis deux siècles, la question se pose explicitement de savoir quoi et comment. On n’est plus trop sûr, aujourd’hui, qu’il vaille la peine de perpétuer ce geste très ancien. Aaron Clarke, qui vient de nous rejoindre, n’a pas pu ne pas se demander avant de répondre, par l’affirmative. » – Pierre Bergounioux

Au Tout Début

Au Tout Début

de Philippe CLAUDEL

territoires (AENCRAGES & CO) | Paru le 03/09/2016 | 15,00 €

 « Tout commence dans un été lointain. Dans la lente et infinie saison de l'enfance. »

Philippe Claudel nous livre ici la naissance de son amour pour la caméra en tant que créateur d'images, à l'âge de 10 ans, petit garçon enfourchant sa bicyclette et, par la transposition d'un mécanisme à l'autre et d'une imagination débordante, tournant ses premières séquences.

« Mon œil est la caméra, il enregistre l'été. »

Il en ressort un délicieux récit, mené par le vocabulaire habile du cinéma et les descriptions, détaillées et savoureuses, qui rendent ce court texte totalement visuel et riche en impressions.

« Car il me faut voir, cerner, et proclamer le beau. C'est même, je crois, en tout premier lieu, ce que je cherche.»
 

s'effondrer sans

s'effondrer sans

de Nicolas GRÉGOIRE

Ecri(peind)re (AENCRAGES & CO) | Paru le 01/09/2016 | 21,00 €

Ce poème est un travail de mémoire tout en se donnant témoin du présent. Les mots semblent décrire le manque de mots, la poésie semble être là pour dire ce qu'on ne sait pas dire. Elle laisse ici assez d'espace, de l'air entre les mots qui cherchent à sortir pour éprouver ce monde, celui dans lequel le poète évolue. Jour après jour.
Le poète se donne comme devoir de dire le présent, de questionner la raison d'être, le pourquoi d'exister, de trouver une place au milieu d'une certaine violence ancrée dans ce paysage.


Extrait
reprise résignée de soi
on empêche légèrement
la tête de ne
pas s'affaisser
mais vie subie
malgré tout

entasser
brefs sursauts
on tente de se tenir
hors de

L'Age du Fragment

L'Age du Fragment

de Jacques ANCET

Ecri(peind)re (AENCRAGES & CO) | Paru le 15/04/2016 | 21,00 €

Je m'aggripe à ce rien que je vois.

Il y a cette voix, qui ne se tait pas mais qui est silence. Le langage et le corps habitent ce poème où l'on perçoit que cet âge du fragment est un chemin. On se retourne sur soi, sur son passé, et l'on saisit la force des regrets amassés, âge où le souvenir se fait douloureux, presque assassin.
Le temps semble l'ennemi, nous sommes perdus entre le jour, le présent et un temps suspendu. L'éclat, la voix muette qui crie dans la nuit, la peur. Alors il faut apprendre, peut-être, à ne plus voir et écouter le silence des choses.

Je ne continue pas, je recommence. Il y a ce qui est là, qui n'y est plus, qui y est.

Il est un air

Il est un air

de Emilien CHESNOT

Ecri(peind)re (AENCRAGES & CO) | Paru le 01/02/2016 | 21,00 €

il est un air est l'histoire d'un regard, et donc plus globalement d'une écriture. Ecriture qui se cherche, qui se tisse à travers (dedans / dehors) le monde qui l'entoure, qui veut et doit trouver sens pour éclore et prendre racine. Le poète se sert du matériau qu'est le corps - chair, langue, regard, ouïe - pour ressentir et enfin exprimer une sensibilité particulière.

Ce doigt qui manque à ma vue

Ce doigt qui manque à ma vue

de Armand DUPUY

voix de chants (AENCRAGES & CO) | Paru le 20/12/2015 | 18,00 €

Le poète aborde ici la difficulté de créer. A travers le geste artistique, que ce soit celui de la peinture ou celui de l'écriture, c'est le mouvement de la vie-même qui est représenté. Le corps s'apparente à la matière, quelle qu'elle soit.
On perçoit un processus douloureux qui se répète inlassablement, comme un cycle permanent de naissance et de mort : faire et défaire, créer et détruire. Processus de création qui n'est autre que celui de la vie, du souffle.

Ce doigt qui manque à ma vue finalement raconte l'acte douloureux parce qu'incomplet toujours de reproduire le spectacle du monde.

Bas de casse

Bas de casse

de Stéphane KORVIN

voix de chants (AENCRAGES & CO) | Paru le 15/11/2015 | 18,00 €

« sous le territoire des peaux et des cils »

C’est ici que se place la poésie de Stéphane Korvin. À la surface de la peau comme à la surface de la terre. Mais cependant bien en profondeur des choses.

C’est une poésie caressante qui s’occupe de la matière, celle que l’on peut toucher, mais aussi celle qui semble plus éthérée, comme un voile sur les choses et les êtres : la peau, le regard, la voix.
Si l’on doit trouver un élan à l’écriture de Stéphane Korvin, c’est peut-être cela, secrètement : soulever le voile. Entrer en poésie en somme.

À travers le territoire, celui d’une terre qui brûle, celui d’un corps nu, vulnérable, à travers une sorte de suspension du vivant – apnée, évanescence, gaz –, le poète dit cette rencontre avec le monde qui nous entoure. Avec l’autre. Avec la langue. Avec la matière végétale.

Sorrowful Songs

Sorrowful Songs

de Déborah HEISSLER

voix de chants (AENCRAGES & CO) | Paru le 14/07/2015 | 18,00 €

Ces Sorrowful Songs nous conduisent jusqu'à l'essence même de la vie. Il n'est plus question de joie ou de peine. La vie ne se divise pas, ne s'immobilise pas. Ils nous font entendre tout ce qui en nous se mêle pour nous emporter dans le mouvement permanent qui, du vif au trépas - et inversement -, nous mène dans la lumière blanche de l'amour qui nous transfigure.

Claude Chambard

Des voix dans l'obscur

Des voix dans l'obscur

de Françoise ASCAL

Ecri(peind)re (AENCRAGES & CO) | Paru le 10/07/2015 | 21,00 €

Frontière poreuse, entre soi et le paysage originel, entre la chair et les mots, entre les vivants et les morts...
Comment ouvrir des brèches, vivre ici et maintenant, dans un corps envahi de voix qui ne veulent pas disparaître ?
Comment résister aux noirceurs passées comme aux douleurs du jour - celles que nous inflige l'Histoire - avec le langage pour tout viatique ?
Accompagnés de nouveau par Gérard Titus-Carmel, ces poèmes en quête de lumière forment avec ceux de Lignées une manière de diptyque.

Kvar Lo

Kvar Lo

de Sabine HUYNH

Ecri(peind)re (AENCRAGES & CO) | Paru le 10/07/2015 | 21,00 €

"Nous sommes détenteurs d'un héritage. La naissance, que nous ne sommes capables d'appréhender qu'en terme d'opposition, nous restitue une réalité troisième, irréductible aux modèles binaires. Comme la mère sent vivre l'enfant qu'elle porte, un enfant qui redéfinit de fond en comble la femme, nous avons l'intuition d'une présence dans la chair, excédant l'opposition vie/mort. Cette présence est le langage."

Extrait de la postface de Philippe Rahmy

 

Anges et Corbeau

Anges et Corbeau

de Gilbert VAUTRIN

Phoenix (AENCRAGES & CO) | Paru le 01/05/2015 | 20,00 €

Ce texte est un texte fort qui suit son auteur depuis plusieurs années déjà, celui-ci lui ayant donné le temps de mûrir. Et c'est bien du temps qu'il est question, de celui qui est passé, de celui qui sonne chaque jour, de celui qui est à venir, mais quel avenir ? Peut-être celui où l'on accepte ; on accepte la douleur, la perte, on accepte que le noir habite notre existence, lui donne corps même. Le "corps beau" vient ici magnifier la lumière qui émane de l'écriture. Il est ce qui permet de faire communi(qu)er notre monde et un monde au-delà de. Il est comme l'encre sur le papier, taches noires du poème qui prend forme, qui tente de dire l'impossible parole.

Dichotomies suivi de Aube crucifère

Dichotomies suivi de Aube crucifère

de Claude LOUIS-COMBET

voix de chants (AENCRAGES & CO) | Paru le 01/03/2015 | 18,00 €

Le poète nous fait entrer ici dans un monde de la faille, de la déchirure originelle. Il vient éclairer le travail du plasticien Jean-Claude Terrier, partant de cette brèche qui occupe la partie centrale de ses peintures. Ce qui précède l'existence, c'est la vacance ; ainsi ce qui vient habiter l'humain, ce qui vient combler le vide, c'est bien un désir d'unité et d'éternité, c'est-à-dire d'amour.

Journal de Campagne

Journal de Campagne

de Jacques MOULIN

voix de chants (AENCRAGES & CO) | Paru le 01/02/2015 | 18,00 €

Ce poème est issu d’une résidence à Uffholtz, en l’Abri-mémoire, sur le thème de la fortification. L’auteur part de ce mot, le désigne, lui donne une consistance, qui est autant celle de la matière, de la construction, que celle du poème en écriture. Selon Jacques Moulin, les falaises, les forteresses aident aussi à se mettre debout comme le poème qu’on vivifie. Le poète nous offre ici un parcours en réflexion sur les notions de mémoire, de passage vers l'autre, de vis-à-vis, d’identité et de porosité.

La mer du troisième jour

La mer du troisième jour

de Armand GATTI

Ecri(peind)re (AENCRAGES & CO) | Paru le 01/12/2014 | 21,00 €

Le texte d’Armand Gatti, La mer du troisième jour, la mer qui ampute le cinquième point cardinal, la mer malade du cinquième point cardinal, mer Pascale, est aussi riche que son titre. C’est un concentré de symboles qui, mis bout à bout, (re)construisent la Genèse. Le problème du langage tient une place importante, comme ce que l’on ne parvient pas à se transmettre ; il semble vidé de son sens. Armand Gatti, par ce magnifique poème, semble vouloir rappeler l’importance du dire face au silence qui règne ; son poème est comme le chant des baleines, longue plainte de cet animal sacré. La mer est le premier mouvement, elle est la naissance, de l’homme, du langage, des traces de vie, des sangs versés... Tout sort de la mer et tout y retourne. Ce texte peut être vu comme une épopée de notre monde, monde corrompu par le genre humain, par les déchirements de ses peuples, par la perte de notre Culture, par notre impossibilité à communiquer, par le langage vide de sens. Cette belle fresque se joue entre les eaux et les flammes, entre l’obscur et la lumière, entre le bas et le haut, à la recherche d’un ailleurs poétique.

Hier Soir

Hier Soir

de François HEUSBOURG

Ecri(peind)re (AENCRAGES & CO) | Paru le 11/11/2014 | 21,00 €

« hier soir ou l’invention d’un dialogue. De qui a? qui ? Un temps inte?rieur est fige?, dans l’impossibilite? des heures passe?es. Un jour qui se le?ve devient e?tranger, contre la nature du manque, ce qui nous e?tait familier semble nous tourner le dos. La maison reste vide. Les quatre gravures de Robert Grobrone retracent l’e?croulement mental progressif, l’espace qui se re?sorbe a? l’inte?rieur de soi, et petit a? petit, se fracture jusqu’a? l’affaissement complet de la solitude.»
François Heusbourg

La maison, espace brise?, espace prison, habite? par la peur, la douleur et le silence. Ce poe?me nous dit la difficulte? d’accepter le lieu, lieu ou? les choses sont diffe?rentes mais toujours les mêmes. « La mort est dans la porte. » Le style de François Heusbourg vient souligner cette fêlure inte?rieure : le point final ne clôture pas. Il est le lien et la rupture en même temps. Il dit l’urgence de retranscrire le langage, reconstruire la me?moire en marche.

Dire ce qui n’est plus.

Corps du délit où se cache le temps

Corps du délit où se cache le temps

de Luis MIZON

voix de chants (AENCRAGES & CO) | Paru le 13/10/2014 | 18,00 €

« des petites choses modelées dans l’urgence de vivre

je ne suis que la maison de mes paroles
elles voyagent avec moi
sans demander ma permission
ni me dire où elles vont

mon vaisseau est un poème
je ne suis qu’un vers »
Luis Mizon


Luis Mizón nous livre un recueil fidèle à son imaginaire onirique, celui d’une poésie intimiste et attachée au lieu et à la mémoire, d’une grande sensibilité et où ses vers libres sont habités d’un lyrisme tendre, où le rêve vient transcender la réalité. À travers ces 9 poèmes, le monde est traduit d’un même élan, dans l’harmonie de la forme de « l’image en mouvement ». Le poète nous dit l’amour, le temps, la mémoire, le lieu, le lien, s’inscrivant dans la contemporanéité de notre monde.

Luis Mizon, poète chilien né en 1947, vient de remporter le Prix International de littérature francophone B. Fondane 2014, accordé par l’Institut Culturel Roumain, célébrant ainsi son œuvre poétique toujours tournée vers l’autre, ouverte au monde et interrogeant l’existence et son mystère.
Philippe Hélénon, né en 1954, vit et travaille à Paris. Son œuvre a été présentée ces vingt dernières années lors d’expositions personnelles ou collectives. Il a égalemment illustré de nombreux ouvrages, notamment des poètes, partageant avec eux une certaine sensibilité. Il a été lauréat en 1990 du prix Guy Levis Mano.

Champs de lutte

Champs de lutte

de Franck DOYEN

voix de chants (AENCRAGES & CO) | Paru le 01/05/2014 | 18,00 €

« À l'origine de ce travail d'écriture, la recherche d'une confrontation avec le mot-même comme entité suffisante. Le champ est aussi le chant et la violence faite au texte entre en résonance avec celle faite au langage, avec celle faite au corps et celle faite au paysage. S'y décline ainsi un travail sur le vieillissement, l’érosion des mots, comme celle de la nature et du corps. »
Franck Doyen

Comme dans son précédent ouvrage paru au Dernier Télégramme, Franck Doyen a conservé dans ce poème un vous qui a le pouvoir de nous associer à ces désastres, un « vous » pluriel qui peut être celui des morts « chaque pelleté de terre / sur vos os / déjà jetée » comme une adresse au lecteur « ce torrent en vous ».

Ecrivain-poète et travailleur du lalangue, Franck Doyen est né le 19 mars 1970 à Saint-Laurent-sur-Sèvre et vit à Armaucourt. Franck Doyen fait partie de cette génération d’auteurs ayant rencontré, digéré et intégré les histoires des poésies (sonore, visuelle, concrète, action-performée, numérique...).

La falaise

La falaise

de Fabrice CARAVACA

Récit (AENCRAGES & CO) | Paru le 01/04/2014 | 21,00 €

« Il y a un homme. Il marche. Il est seul. Il redéfinit sa marche à chaque pas. Il rencontre des paysages. Il est au cœur du paysage. Il est au cœur d'un territoire. C'est-à-dire qu'il y est intimement lié. (...) »

Ce texte d'une grande générosité offre au lecteur sa prose sensible et fragile comme les premiers pas d'un être nouveau à ce monde. Chacun de ces 48 fragments est une unité de sens et l'assemblage de tous devient une trame narrative. Des fragments se font aussi écho tout au long du texte participant au rythme général fonctionnant ainsi comme des chorus pour les musiciens de jazz.
Par ce livre l'écriture est en marche et la vie avec elle.

Fabrice Caravaca est né en 1977 en Dordogne. Son travail interroge les interactions entre la langue et le corps, entre l'homme et son environnement dans une approche tissant des liens avec le lyrisme. Il vit actuellement à Limoges où il anime les éditions Dernier Télégramme.

Ne sont elles qu'images muettes et regards qu'on ne comprend pas

de James SACRé

Ecri(peind)re (AENCRAGES & CO) | Paru le 01/03/2014 | 21,00 €

Le texte de Ne sont-elles qu’images muettes et regards qu’on ne comprend pas ? s’articule en deux temps : débutant par des descriptions poétiques comme figées sur les photos il s’ouvre ensuite sur la vie présente. Les interrogations sur la poésie passent en filigrane comme parallèle à l’interrogation des vestiges contemporains de la culture de ces indiens d’Amérique. Les poètes seraient-ils les derniers indiens de la littérature ?

« Je me suis servi de cartes postales achetées durant mes voyages, de photos datant de la fin du XIXème et de livres et journaux divers où je trouvais des images de femmes indiennes. Je me suis aussi bien sûr appuyé sur beaucoup de rencontres et de conversations avec des femmes indiennes pour donner vie à ce texte. »
James Sacré
 

James Sacré a longtemps été professeur de littérature dans des universités américaines. Les différentes tribus indiennes du territoire américain l’ont beaucoup impressionné et à chacun de ses séjours sur ce continent il se réserve un temps pour retourner auprès de ces dernières.

Colette Deblé interroge les représentations des femmes dans l'histoire de l'art, elle a déjà collaboté a de nombreux projets aux éditions Æncrages & Co notamment l'ouvrage Femmes de Courbet écrit par Michel Butor.

Grand élucidaire des choses de l'amour

Grand élucidaire des choses de l'amour

de Régine DETAMBEL

voix de chants (AENCRAGES & CO) | Paru le 01/02/2014 | 18,00 €

« J’ai l’appétit des brisants et des coupants
Les sparadraps, la gaze, le coton
Forment mon linge intime
De jeune fille.
Et comme une jeune fille
En effet, il se peut que ma peau
Crie sans cesse aux
Ecorces, aux crépis, aux ronces :
« Saisis-moi au passage
Ne me laisse pas au rebut ! »
Et à l’épingle, au clou,
Au bois qui n’est pas limé,
J’entends ma peau crier (...) »

La poésie de Régine Detambel interroge le corps et sa mémoire, au travers des expériences sensibles. La poésie de ce texte porte une voix intérieure intime et fragile.

Régine Detambel est l'auteur depuis 1990 d'une œuvre littéraire publiée pour l'essentiel chez Julliard, au Seuil et chez Gallimard. La Société des Gens de Lettres lui a décerné en 2011 le Grand Prix Magdeleine-Cluzel pour l’ensemble de son œuvre.

Chambre

Chambre

de Dominique SAMPIERO

Ecri(peind)re (AENCRAGES & CO) | Paru le 01/11/2013 | 21,00 €

"Evoquer l'intime en parlant de poésie à travers cette image laconique de la chambre, c'est convoquer la mémoire la plus secrète, la plus enfouie de celui qui lit ou écrit le poème. De celui qui lit ou écrit la toile. (...). Ce qui est intime est d'abord peut-être incompréhensible. Mais c'est un mouvement vers, entre, parmi."

Dominique Sampiero

Dominique Sampiero dresse de ses mots des saynètes campées par une série de chambres comme autant de lieux de créations de l'écrit, du mot, ou de l'image. Il vlivre ici un texte à la poésie intimiste d'une grande complexité avec son ami Georges Badin qui accompgane cet ouvrage de 4 peintures.

Dominique Sampiero est né en 1954. Poète, scénariste et écrivain, il vit dans le Nord de la France.

Georges Badin est né en 1927. Peintre et écrivain il vit dans les pyrénées orientales.

Voyage au delà du par delà

Voyage au delà du par delà

de Patrice FAVARO

Phoenix (AENCRAGES & CO) | Paru le 07/10/2013 | 19,00 €

On voyage le plus souvent sur les pas de ceux qui vous ont précédé. J’ai choisi de mettre les miens dans les traces d’un grand voyageur qui ne quitta guère en vérité sa chambre de lecture. Son périple jusqu’au-delà des Indes mystérieuses, il en trouva la matière dans les écrits et les cartes laissés par ceux qui se risquèrent réellement à franchir la ligne d’horizon. Il était donc naturel que je revisite à mon tour et de pareille façon les pages de celui dont on ne sait s’il fut Sir John de Mandeville venu d’Angleterre ou Jean de Bourgogne, dit Jehan à la barbe, apothicaire dans la bonne ville de Liège. À travers son arpentement des Merveilles du Monde, je me suis plu à relever et à mettre en mes propres mots ce qui éclaire aujourd’hui notre perception de l’Autre et de l’Ailleurs.

Patrice Favaro
22, Placards !

22, Placards !

de Jacques REBOTIER

Ecri(peind)re (AENCRAGES & CO) | Paru le 01/02/2013 | 21,00 €

NOOOOOOON ! N’ouvrez pas ce livre ! Ne le dépliez pas !
Et ne l’affichez pas ! Rentrez placards ! Sortez des murs ! Achevez d’imprimer les libraires ! Supprimez les imprimeurs ! Autodafez les éditueurs ! Avis-à-la-vie-à-la-mort : avisez pas les affiches 350 DPI ! Dévisagez-défigurez ! Visez-vous 2D !
Côt-côt- côt-côt, quat’ de couv’ !
Et sautez lé zôteurs !
Fiche ton camp, ennemi lecteur !

Ce bouquin peut néanmoins être vendu. Il a été écrit par Jacques Rebotier qui écrit aussi d’autres livres (Actes sud, Gallimard, Verticales) et aussi de la musique, et puis des spectacles.

Un Temps Sans Lieu

Un Temps Sans Lieu

de Bernard NOËL

Ecri(peind)re (AENCRAGES & CO) | Paru le 01/02/2013 | 21,00 €

"(...)
les mots en sont-ils une chacun en soi
ou bien faut-il qu'à rebondir sur les choses
ils n'éprouvent que la vanité d'être
ce peu de souffle vite tombé
vite dissout dans le silence
on les jette pourtant depuis les lèvres
pour toucher le monde et qu'il résonne
et nous revienne au moins comme un écho
une étincelle sonore"

Ces poèmes sont augmentés des textes du précédent ouvrage de Bernard Noël aux éditions Æncrages & Co : "A côté de pourquoi", disparu en 2007 dans l'incendie de notre maison d'édition.

Cet être devant soi

Cet être devant soi

de Claude CHAMBARD

Ecri(peind)re (AENCRAGES & CO) | Paru le 07/09/2012 | 21,00 €

Devant soi, la vision d'une femme vue et parlée s'évanouit à l'instant même où le poème apparaît. Parler & voir, écrire & dessiner, se souvenir & commencer enfin en vivant, en écrivant, Claude Chambard joue de l'esperluette à la manière d'un miroir et traversant par là, trois fois de l'autre côté, une vague d'encre d'Anne-Flore Labrunie donne contre l'autre moitié de la vie du poète. Elle enveloppe le nécessaire malentendu de sa parole dans un paysage choisi, dans un corps désiré, dans un oeil libre de tout reflet. 

Alors, face à la saison froide, deux êtres en regard d'amour font une plongée devant soi jusqu'à en perdre la raison. Mais une main aimée que picore un oiseau fait un creux, un lieu, une incise. Le langage défaille & une faille s'ouvre pour l'éternité. Un poème a dressé Cet être devant soi.

Femmes de Courbet

Femmes de Courbet

de Michel BUTOR

Ecri(peind)re (AENCRAGES & CO) | Paru le 25/04/2012 | 21,00 €

"Depuis 1990, je travaille à un essai plastique autour des représentations de femmes dans l’histoire de l’art. J’essaie d’analyser comment les femmes ont été vues, dans tous les pays, à toutes les époques.
La chair des femmes des tableaux de Courbet est plus que de la chair : de la peinture.  Elle a l’abondance, la lumière, la douceur de la chair des femmes de Titien, Rembrandt, Boucher.
Les mots de Michel Butor donnent à voir, une seconde fois, avec notre paysage mental les Femmes de Courbet dans 21 poèmes, 21 silhouettes issues de tableaux de Courbet, l’essentiel et l’au-delà. Le regard va des mots aux ombres de femmes dans le pays de Flagey, pour faire (re)vivre « l’odeur de la sève dans les bois, la bonne odeur du ciel sur les foins, l’odeur dans les brumes du jour qui se lève »"
Colette Deblé

Le magasin de curiosités

Le magasin de curiosités

de Jean-Daniel DUPUY

Récit (AENCRAGES & CO) | Paru le 22/01/2012 | 21,00 €

A VENDRE ! Un étrange magasin tenu par un vieillard va fermer. Juste avant, au cours d'une ultime visite, le lecteur va parcourir la boutique et découvrir un à un les objets collectionnés. Chaque pièce est le prétexte pour conter une histoire, chaque lot est le titre d'une nouvelle et, le temps passant sur la boutique, toutes ces histoires se sont entrelacées.
Un fil ténu mais tendu nonobstant, réunit toutes ces curiosités les unes aux autres pour former un bouquet de proses noires...

L’écriture de Jean-Daniel DUPUY, faite de jeux de mots, de déformations linguistiques et de ritournelles poétiques, immisce dans la tête du lecteur une musique lancinante, entre songe et éveil. Son précédent roman a été publié aux éditions Attila.

Quelques fins du monde

Quelques fins du monde

de Philippe CLAUDEL

Ecri(peind)re (AENCRAGES & CO) | Paru le 06/10/2011 | 21,00 €

"Nous regardons danser les débris colorés ou blancs qui se froissent comme jadis les soies et les satins sur nos corps. [...] Notre nudité ne nous rafraîchit pas. Nous pensons bien sûr à d’immémoriales représentations de l’Enfer mais nous sommes désormais loin des livres et des légendes. Nous les vivons."

- Philippe Claudel -

Écrit comme base à un travail chorégraphique, ce livre est illustré de reproductions typographiques d’œuvres de l’artiste Joël Leick spécialement réalisées pour cette édition.

 

Le chat qu'il tenait en laisse comme un chien

Le chat qu'il tenait en laisse comme un chien

de Marie-Jeanne URECH

Récit (AENCRAGES & CO) | Paru le 06/10/2011 | 21,00 €

Las de voir ses prières pour le retour du soleil rester lettre morte, César Bonvoyage, cultivateur de roses casanier, décide de se rendre au milieu du monde. Pour ce périple il emporte la seule chose qu'il ait de valeur : son chat blanc Bolivar. Il traverse un monde en complet bouleversement où la fin du monde semble imminente.

Un très beau récit initiatique baigné de réalisme magique, sur la perte, le changement et la question de la nécessité de poursuivre le voyage...

Auteur et Documentariste Suisse, Marie-Jeanne Urech a publié aux éditions de l’Aire ses précédents romans et recueils de nouvelles qui ont été traduits en plusieurs langues. Voyageuse invétérée, l’apparence fantastique de ses récits réside souvent dans le décalage des cultures dont s’inspirent ses histoires.

A l'escarcelle de rêves : Portrait de Pierre Brassard

A l'escarcelle de rêves : Portrait de Pierre Brassard

de Claude LOUIS-COMBET

voix de chants (AENCRAGES & CO) | Paru le 15/04/2011 | 18,00 €

De son inépuisable escarcelle de rêves, comme d'un sac à malices, à la façon d'un magicien, d'un fantasmagoricien cousu de poésie et de musique, le peintre Pierre Bassard ne cesse de tirer les figures qui peuplent son univers intérieur, parmi les hybrides, les grotesques, les mutants, les oiseaux rares et hôtes divers des maisons hantées. L'humeur est joyeuse et tendre. Les amoureux se rejoignent et la vie est si légère sur la nef des fols qu'elle s'accorde à bon droit sa note de mélancolie.
C. L.-C.

Le Bombardement de Berlin

Le Bombardement de Berlin

de Armand GATTI

Phoenix (AENCRAGES & CO) | Paru le 10/09/2009 | 17,00 €

Écrit en 1958, Le Bombardement de Berlin parut en 1960 dans Plus, une revue poétique bruxelloise. Ce fut, jusqu’à présent, la seule édition du poème.
Le Bombardement de Berlin se présente comme le plan d’une ville. Ce poème devient la ville bombardée par les mots, par le verbe, donnant existence à un élément complexe de l’univers, protagoniste non idéalisé du poème, le mot FEU. Écrit en majuscules, il se propage sur la feuille blanche, sur toute la ville. Le feu, ses cheminements et ses traces constituent le poème lui-même.

Robert Wyatt : Anthologie du projet MW (1CD audio)

Robert Wyatt : Anthologie du projet MW (1CD audio)

de Robert WYATT

Phoenix (AENCRAGES & CO) | Paru le 28/02/2009 | 19,90 €

Suite à l’incendie qui a ravagé nos stocks de livres en 2007, nous avons décidé de procéder au retirage des 5 volumes de la collaboration entre Jean-Michel Marchetti et Robert Wyatt (soit 80 textes des chansons du musicien anglais et leur traduction) en un seul tome, en offset (couverture réalisée en typographie), comprenant un CD de 8 pistes.

Le Naufrage de Valparaiso

Le Naufrage de Valparaiso

de Luis MIZON

Phoenix (AENCRAGES & CO) | Paru le 04/11/2008 | 23,00 €

La côte de Valparaiso est sonore et vide comme une guitare remplie d’échos et de murmures. A l’heure de la sieste, les anarchistes, les hérétiques et les poètes sortent de leurs tombaux dans le cimetière des dissidents. Ensorcelés par le silence, ils s’assoient à l’ombre d’un saule pleureur et ils écoutent les légendes des naufragés de Valparaiso.
Certains jours, il nous arrive d’écouter l’histoire de Raoul Diaz …

Louis Mizon, poète d'origine chilienne, a reçu le Prix international de littérature francophone Benjamin Fondane en 2014.

Chiaroscuro

Chiaroscuro

de Déborah HEISSLER

voix de chants (AENCRAGES & CO) | Paru le | 18,00 €

« Chiaroscuro est un recueil nimbé d’onirisme et d’inconscient. La voix douce de Deborah Heissler nous y parle en deux mouvements : Camera et Oscura.
La technique du chiaroscuro appelle une attention accrue pour le détail, à la fois chez le poète et le lecteur. On est donc sensible à la fois chez le poète et le lecteur. On est donc sensible à la gradation et aux transformations toutes en nuances qui s’opèrent d’un poème à l’autre.
Le poème s’écrit en tremblant, en clair-obscur, entre les lignes de suie qui ombrent ses mots : Chiaroscuro est écrit dans une encre de neige et sur un fond de ténèbres. »

           Sabine Huynh

Survivre

de Michel BUTOR

voix de chants (AENCRAGES & CO) | Paru le | 18,00 €

"Quand on atteint les quatre-vingt
 on écrit en octosyllabes
 si je deviens nonagénaire
 je saurai compter jusqu'à neuf
 c'est nettement plus difficile
 mais sonne tout différemment
 j'ai essayé cela produit
 une sorte d'hésitation"

             Michel Butor

Le comptoir des papillons jaunes

de Luis MIZON

voix de chants (AENCRAGES & CO) | Paru le | 18,00 €

« pour écrire il nous faut de l’encre
n’importe quelle encre
et de la poussière d’or dans un sac qui fuit
[...]
je choisis mes semailles
dans le comptoir  des papillons jaunes
je regarde tout mais n’achète rien
car je dois m’en aller »

Luis Mizon, poète d’origine chilienne nous livre ici un recueil de poèmes emmenant le lecteur à la rencontre d’arbres voyageurs et des mouettes contrebandières, interrogeant le thème du voyage et de la frontière.
Il a reçu le Prix international de littérature francophone Benjamin Fondane 2014.