l'autre LIVRE

Une étoile filante me guide vers les chevaux sauvages

de Joseph STIMBACH

et Claudine SURET-CANALE (couverture)

     Joseph Stimbach, qui vit toujours en caravane sur un terrain familial, poursuit son combat de défense de la culture et des traditions manouches : collecte de la mémoire du Voyage, écriture personnelle, animations, conférences et expositions, festivals. La gestion d’une troupe qu’il a créée, unique en France, de danseurs adolescents issus de sa communauté, l’a amené à mesurer l’importance de l’art dans la fraternisation possible des peuples.

Françoise Mingot-Tauran

     « Il faut respecter les lois de la République, qui protègent aussi les Manouches car ce ne sont pas des marginaux. Les hommes politiques ne le comprennent pas mais ils ont avec les Manouches simplement en mains le symbole de la Liberté que le monde regarde ! C’est un symbole unique, il ne faut pas qu’il finisse comme pour les Indiens d’Amérique.
La robotisation ne doit pas tout envahir, il faut qu’il y ait sur cette planète des êtres humains qui défendent la Nature et l’Humain dans tout ce qu’il est. Dans le monde, le Manouche n’est pas capable d’être au niveau des Gadjé pour la robotisation et l’école, mais il est capable de défendre l’être humain. Si la France ne sauve pas ce peuple, elle ne sera plus crédible aux yeux du monde.
Pour obtenir les lois de la République, les gens se sont révoltés, il y a eu des milliers de morts ; alors respectons la Liberté car tout a été basé sur elle. Aujourd’hui les Manouches, symbole de la Liberté, doivent être respectés comme symbole de la République et de l’être humain. »

     « Tu as résisté, KALO, pour dire au monde le message que tu fais passer avec ta guitare, autour du feu : le flamenco ! Quand une vraie KALI danse le flamenco, il n’y a pas besoin d’écrit, on y voit toute votre souffrance ! Flamenca, avec ton seul regard tu pourrais faire fondre un iceberg ! Aujourd’hui tu as gardé tes passions, le chant et la danse ; ta défense, c’est ta culture. »

     « On parle des Rom comme de la peste : est-ce que les enfants ne sont pas égaux sur cette terre ? Je connais des enfants rom : ils sont comme tout le monde, ils ont froid l’hiver et ils ont besoin de manger, ils marchent, ils chantent, ils dansent, ils pensent, ils veulent s’instruire, comme tous les enfants du monde ! Ils ont besoin d’amour et de tendresse comme tous les enfants : un enfant sans tendresse, c’est un enfant perdu. Combien de temps faudra-t-il pour sécher leurs larmes, pour remplir leurs cœurs d’espoir ? Quand cessera de couler le sang bleu des petits Rom, le sang de la liberté ? »

Joseph Stimbach

     « Le plus beau métier du monde, c’est le cirque, et la plus belle vie, c’est celle des Gens du Voyage, des Manouches, Gitans, Roms, des nomades... »

Emilien Bouglione

 

En couverture
Dessin/Technique mixte
de Claudine Suret-Canale
et cliché de Maryse-Alice Gargaud

Fiche technique

Prix éditeur : 10,00 €


Collection : La merlette moqueuse

Éditeur : WALLADA

EAN : 9782904201837

ISBN : 978-2-904201-83-7

Parution :

Façonnage : carré/collé

Pagination : 96 pages