l'autre LIVRE

La lumière de Tchernobyl

de Jean-Paul ENGELIBERT

« Peut-être suffit-il d’entrer dans le monde sur la pointe des pieds
 et de s’arrêter sur le seuil ? »

Svetlana Alexievitch, La Supplication

Une photographie représente une femme à sa fenêtre, baignée par une lumière pâle, dans une grande pièce nue. Natalia détourne la tête, de sorte qu’on ne voit pas son visage, mais sa chevelure seule. On ne sait pas si elle le dérobe délibérément ou si elle est saisie à l’instant où elle s’écarte de la fenêtre. Une inquiétude sourd de cette image et de son hors-champ. À partir de là, peut s’imaginer une histoire et s’élaborer une méditation sur la photographie et la mort.

 

Bonus

L'extrait

" Il faudrait se laisser pénétrer par la lumière pâle de cette image et s’absorber dans ses pastels. Il faudrait se glisser dans cette vibration douce et froide, se laisser intriguer par cette fenêtre voilée, d’où entre un rayon de soleil vif et sans couleur. On ne saurait pas ce que regarde la jeune femme qui se trouve devant. On verrait seulement le vide derrière et au-dessus d’elle la hauteur inhabituelle du plafond, l’absence de meubles, l’absence de tout ornement. On s’attacherait à la tendresse de son pull rose et à l’abandon de sa main. On goûterait la pureté géométrique du cliché, constitué de lignes simples et d’angles droits. La sensualité des teintes et de la pose apparaîtrait alors, au milieu de cette pièce vide, comme une incongruité et comme un miracle. "

Fiche technique

Prix éditeur : 4,00 €


Collection : vies minuscules

Éditeur : IRE DES MARGES (L')

EAN : 9791092173185

ISBN : 979-10-92173-18-5

Parution :

Façonnage : cousu

Poids : 150g

Pagination : 32 pages