l'autre LIVRE

MOUVEMENT CONTRAIRE

de Désiré-Émile INGHELBRECHT

D.-E. Inghelbrecht (1880-1965) fut l’un des plus grands chefs d’orchestre du siècle dernier. Ses mémoires, publiés en 1947 et depuis longtemps introuvables, constituent non seulement un document de premier plan sur la vie artistique en France durant la première moitié du vingtième siècle, mais un texte d’une grande qualité d’écriture et d’un haut niveau de réflexion. Le titre, Mouvement contraire, en désigne d’emblée l’originalité formelle : le musicien raconte sa vie à rebours, en partant du présent et en remontant vers sa jeunesse et son enfance.
Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, il se rend compte que ces années heureuses de sa vie ont coïncidé avec un âge d’or de la musique française. Ami intime de Claude Debussy, familier d’autres compositeurs majeurs comme Maurice Ravel, Inghelbrecht offre un témoignage humain essentiel sur cette période où sa carrière l’amena à diriger des orchestres aussi divers que ceux des Ballets Russes, de l’Opéra-Comique ou du Théâtre des Champs-Elysées. Rappelons qu’il fut le fondateur, en 1934, de l’Orchestre National de France.
La lecture de Mouvement contraire révèle un véritable écrivain, plein d’humour et de sensibilité, capable de brosser des portraits tour à tour tendres ou cruels de célébrités du monde culturel aussi bien que de son entourage – les deux coïncidaient parfois, puisqu’il était, entre autre, le gendre de Steinlen, le grand peintre de Montmartre et des chats. Au-delà d’un témoignage qui reste sans prix pour les mélomanes, ce livre nous fait vivre de l’intérieur l’éveil et l’épanouissement d’un talent musical hors pair.
Nous accompagnons ce volume d’un ensemble de documents iconographiques donnant à voir les principaux personnages du récit, permettant ainsi au lecteur de goûter la saveur d’une époque disparue, mais pleine encore d’enseignements pour aujourd’hui.

Edition comprenant quarante-deux illustrations et une discographie de D.-E. Inghelbrecht.

Sommaire

Avant-propos des éditeurs pour cette réédition

Préface

Chapitre I
1932-1933. Inauguration du monument à Claude Debussy. — Immixtion de la Politique dans l’Art à propos de l’Opéra-Comique. — Comment on ne doit pas diriger un théâtre

Chapitre II
1931-1932. Musique enregistrée – Artistes et techniciens. – Parallèle entre la musique de scène et le film muet. – Cinéastes et musiciens depuis le film sonore

Chapitre III
1929-1930. L’Opéra d’Alger. — Causeries à la Comédie des Champs- Elysées : « Comment on ne doit pas interpréter Carmen, Faust et Pelléas. » — L’Exposition Coloniale et la leçon de Lyautey

Chapitre IV
1928-1932. La Société des Concerts du Conservatoire et les origines des Associations symphoniques. — Concerts Pasdeloup. — Rentrée de Félix Weingartner à Paris. — Considérations d’un Préfet de Police et de son Directeur de la Sûreté sur cet événement

Chapitre V
1927. L’Opéra, de la 500e à la 2000e représentation de Faust — Fierté, fidélité et tradition de l’esprit de corps dans la Grande Maison. — Evocations de Massenet, Pedro Gailhard, Maxime Dethomas et Jacques Rouché. — Le Diable dans le Beffroi

Chapitre VI
1926. D’un Opéra à l’autre. — Kaysa à Stockholm et Carina Ari à Paris. — Le ballet Rayon de Lune. — Réflexions d’une Etoile sur la Danse et les Danseurs

Chapitre VII
1924-1925. La fin d’une grande direction. — Albert Carré et ses vingt-cinq années glorieuses à l’Opéra-Comique. — Collaboration fructueuse et amicale avec lui. — Le Cinquantenaire de Carmen — Pelléas, Pénélope, Tristan

Chapitre VIII
1924. La VIIIe Olympiade à Paris. — Projets fastueux et réalisation économique. — Collaboration musicale aux compétitions sportives. — L’athlète français et ses costumes

Chapitre IX
1923. Mort de Steinlen. — Paroles oubliées d’Anatole France pour ses premières expositions. — Evocation de treize années d’intimité familiale passées auprès de lui

Chapitre X
1920-1923. Les Ballets Suédois. — Rolf de Maré et Jean Borlin. — Voyages à travers l’Europe. — Coutumes différentes des musiciens à l’étranger et en province

Chapitre XI
1920. La « vraie » salle Pleyel et Gustave Lyon, dernier hôte d’une vieille maison française. — Les Concerts Ignace Pleyel

Chapitre XII
1919. La Société des Nouveaux-Concerts. — Les dernières années de Claude Debussy. — Premier anniversaire de sa mort. — Publications épistolaires


Chapitre XIII
1915-1918. Mobilisation. — Le Jardin du Luxembourg et le Val-de-Grâce. — Souvenirs d’Anatole France, de Courteline et de Lucien Guitry

Chapitre XIV
1912-1914. L’A.C.P. (Association Chorale de Paris) et l’enthousiasme de Debussy pour la musique a capella. — Fête nocturne, au Collège d’Athlètes de Reims

Chapitre XV
1912-1913. Fondation du Théâtre des Champs-Elysées. — Gabriel Astruc, animateur des Grandes Saisons de Paris. — Le Pavillon de Hanovre. — Paroles de C.-M. Widor sur les architectes. — La Marche écossaise. — Début d’intimité avec Debussy. — Première représentation en français de Boris Godounov

Chapitre XVI
Serge de Diaghilev. — Concerts, opéras et Ballets russes. — Chaliapine, Fokine, Nijinsky, Pavlova, Karsavina. — Les peintres Alexandre Benois, Nicolas Roerich et Léon Bakst. — Rimsky-Korsakov et Igor Stravinsky

Chapitre XVII
1911. Le Martyre de Saint Sébastien. — Gabriele D’Annunzio et Ida Rubinstein. — Révélation de la partition de Debussy à la première répétition d’ensemble au foyer du théâtre. — Découverte et débuts de Ninon Vallin. — Interdit de l’Archevêque de Paris. — Les dispositions scéniques préjudiciables à la partie chorale de l’œuvre. — Une victoire mutilée

Chapitre XVIII
1910. Sociétés et Escouades d’Avant-Garde. — La « Nationale ». — La S.M.I. (Société Musicale Indépendante). — Le Psaume de Florent Schmitt. — Comparution d’un jeune compositeur devant Edouard Colonne

Chapitre XIX
1908-1909. Le Théâtre des Arts. — Robert d’Humières. — Création de La Tragédie de Salomé de Florent Schmitt. — Miss Loïe Fuller. — Fête à Versailles en l’honneur de Gabriel Fauré. — Les Jardins du Tour du Monde. — Débuts de directeur de M. Jacques Rouché

Chapitre XX
Echappée dans le Monde. — Le salon de Madeleine Lemaire. — Connaissance de Reynaldo Hahn. — Les Concerts Berlioz. — Isadora Duncan, la danseuse aux pieds nus

Chapitre XXI
1905. Premières œuvres publiées. — Pourquoi fut écrite La Nursery. — Essai critique sur la psychologie des éditeurs de musique

Chapitre XXII
1903-1904. Service militaire. — Soirées artistiques et débuts de comédien amateur. — La cathédrale de Reims et l’église Saint-Rémi. — Utilité des marches en campagne et des camarades paysans

Chapitre XXIII
1902. Révélation de Pelléas sous les toits de la rue Lepic. — Connaissance de Ravel et de Léon-Paul Fargue. — Initiation à Chabrier. — La jeunesse au temps de Pelléas. — Des paroles de Paul Valéry et un conseil de Claude Debussy

Chapitre XXIV
Ascendances. — Mon grand-père Gottlieb Rehm et les lettres de Lord Chesterfield à son fils. — Journal familial. — Influence de l’esprit parisien sur les origines anglo-saxonnes de ma mère

Chapitre XXV
1896-1907. Années de musicien d’orchestre. — Concerts de l’opéra. — Premier smoking. — Révélation de Namouna, Léonore III, Rédemption, La Damnation de Faust… et de la Symphonie de Paul Dukas. — Avantages de la condition de « remplaçant ». — Les Concerts-Rouge

Chapitre XXVI
1897-1900. Années de Conservatoire. — Mon premier maître Paul Rougnon. — Insuccès dans les classes de violon et d’harmonie. — Renvoi pour incapacité musicale. — Bienveillance éclairée de mon maître de contrepoint Georges Caussade, grâce à laquelle je peux poursuivre mes études. — Le cours d’Histoire de la Musique de Bourgault-Ducoudray

Chapitre XXVII
Vocation. — Les marionnettes de Wilhelm Meister et le petit théâtre de l’oncle Charles. — Le cirque Médrano. — Le moulin de la Galette et son orchestre de petits pâtissiers

Chapitre XXVIII
1886-1891. — L’école communale de la place des Abbesses. — Une bibliographie enfantine des musiciens célèbres m’initie à la saveur des dissonances. — Découverte de la nature dans mon premier jardin

Chapitre XXIX
Premières années. — Premiers Noëls. — Lointains souvenirs de mes premières impressions musicales : la deuxième Valse de Beethoven et le Mouvement perpétuel de Weber

Essai de discographie de D.-E. Inghelbrecht

 

Fiche technique

Prix éditeur : 21,00 €


Collection : Éditions de la Coopérative

Éditeur : COOPÉRATIVE (ÉD. DE LA)

EAN : 9791095066262

ISBN : 9791095066262

Parution :

Façonnage : broché

Poids : 740g

Pagination : 336 pages