l'autre LIVRE

L'Oiseau des runes

La mémoire des trembles

La mémoire des trembles

de Robert NÉDÉLEC

L'Oiseau des runes (PÉTRA) | Paru le 13/11/2019 | 12,00 €

Le poème est peut-être ici une manière d’échapper, par le truchement d’un langage qui tente de se souvenir de son surgissement et cherche à imprimer sa trace dans une réalité sans cesse fuyante, à cette voie de contournement que l’on emprunte d’ordinaire dès lors qu’il s’agit d’aller sans espoir d’avancée véritable, ou de parler pour n’exprimer en fin de compte que son désarroi. Il est peut-être aussi une manière de constater qu’il ne sert à rien de chercher à emprunter ces droits chemins qui ne sont jamais les plus courts lorsqu’on ambitionne de joindre tel point mouvant à tel autre qui l’est encore davantage, non plus qu’à tenter d’occuper en permanence le centre de l’arène ou la piste du cirque, et de nier que l’on ne saura jamais dire la flamme qu’en tournant autour de ces bûchers que l’on dresse, comme par hasard, pour mieux dire, croiton, la ferveur de ses combats et apprivoiser à son seul avantage la violente vacuité des foules... Le poème est peut-être ici cela qui se brûle de toujours vouloir occuper le lieu du conflit et cela qui en parle de tellement loin qu’à peine on perçoit le son de sa voix – cela donc qui aurait à voir avec l’évidence qui passe dans la clarté tonitruante de sa porte grande ouverte autant qu’avec cet ailleurs enfermé dans le noir de ses parcs et de ses jardins, et dont on ne se souvient que si le vent et l’herbe préludent ensemble au tremblement musical de tel invisible feuillage...

Cathédrale

Cathédrale

de Chantal DUPUY-DUNIER

L'Oiseau des runes (PÉTRA) | Paru le 04/06/2019 | 20,00 €

Chaque fois que je découvre l'architecture d'une cathédrale je demeure saisie d'admiration pour ses bâtisseurs. Quelque chose, qui est indépendant du fait religieux, me fascine, me baigne, me parle.

Du sanctuaire primitif jusqu'à la cathédrale ogivale en passant par la crypte mégalithique, les poèmes-pierres, édifiés par Chantal Dupuy-Dunier pendant plusieurs années, rendent hommage aux bâtisseurs comme aux ouvriers du langage. Cathédrale se veut par sa structure, son "bâti" poétique, un long chant qui comporte une véritable scénographie. L'écriture est semblable aux litanies, aux formules sacrées.

Cathédrale, pyramide surhumaine.

On la dit vaisseau ;

elle se dresse,

phare au-dessus de l'océan de la ville.

Chroniques incertaines

Chroniques incertaines

de Patricia CASTEX MENIER

L'Oiseau des runes (PÉTRA) | Paru le 04/06/2019 | 12,00 €

De jour en jour, on observe, on écoute, on s'émeut, on acquiesce ou on refuse, on se réjouit ou on s'angoisse, on s'interroge : en ville, chez soi, sur une plage ou dans un jardin, à la fenêtre ou sur un chemin, seul ou en compagnie, à la rencontre du monde, des gens et des bêtes, des pierres et des plantes, des souvenirs et des livres. Les notations concrètes jalonnent ces poèmes en prose, qui forment une histoire du quotidien. Mais au moment de l'écrire, il arrive que la pensée ou la mémoire nous joue des tours. Tout est mouvant, ces Chroniques enregistrent "les épiphanies ordinaires, les apparitions modestes ou merveilleuses, mais à chaque fois uniques, des êtres et des choses".

Flandres. De van Eyck à van Gogh

Flandres. De van Eyck à van Gogh

de Jean-Pierre VALLOTTON

L'Oiseau des runes (PÉTRA) | Paru le 05/06/2018 | 14,00 €

"Depuis fort longtemps, de musée en musée, de livre d'art en livre d'art, je fréquente les peintres flamands. Avec ravissement, inquiétude ou amusement. Toujours avec bonheur.

Certains tableaux m'ont troublé à un tel point que j'en suis venu à me demander si je n'avais pas moi-même, dans une autre existence, vécu telle ou telle scène représentée.

Ces proses, composées sur une dizaine d'années, m'auront-elles aidé à y voir plus clair? Je l'espère. Mais sans doute est-ce le voeu de tout amateur d'art, éclairé ou non : y voir plus clair..."

Petites pièces pour instruments à voix

Petites pièces pour instruments à voix

de Jean-Pierre BOULIC

L'Oiseau des runes (PÉTRA) | Paru le 20/03/2018 | 14,00 €

La poésie de Jean-Pierre Boulic saisit, d'emblée, le lecteur par l'infinie douceur d'une musicalité impressionniste évoquant le Debussy de "L'après-midi d'un faune" et des "Nuages" ou le Ravel des "Jeux d'eau". Ensuite, et surtout, par la profondeur d'un regard qui porte loin en direction du mystère du monde. Où la poésie devient itinérance, "aventure spirituelle" dans l'invention, jour après jour, des chemins qui croisent obstinément ce mystère :

La prime jeunesse
D'un mince rayon
Perce le sac des nuages

Où s'immisce un bleu silence
Ouvert au soleil levant.

(Extrait de la préface de Jacques Le Goff ; poème extrait de ce même recueil : Petites pièces pour instruments à voix.)

aB Lettres du monde

aB Lettres du monde

de Jean-Claude VILLAIN

L'Oiseau des runes (PÉTRA) | Paru le 27/12/2017 | 14,00 €

Né en Bourgogne, Jean-Claude Villain a choisi très tôt un ancrage solaire au sud. Il partage sa vie sur les deux rives de la Méditerranée, entre Var et Tunisie. Il poursuit une oeuvre variée de poésie et de prose, dominée par une géopoétique qu'accompagne le creusement d'un espace intérieur où l'écriture est conçue comme permanente initiation.

Témoin de la part "verticale" de son oeuvre, ce nouveau livre, en questionnant le matériau élémentaire du langage réduit à la lettre, confère à la déclinaison alphabétique la tension d'une gravité poussée jusqu'au risque de l'épuisement des mots. L'enjeu paradoxal de l'acte d'écrire, rapproché ici du geste pictural, s'en trouve tourmenté jusqu'à la brûlure par la question des signes, du silence et de la fin.

D'obscures rumeurs

D'obscures rumeurs

de Philippe LEUCKX

L'Oiseau des runes (PÉTRA) | Paru le 01/03/2017 | 12,00 €

On va vers la mer toucher le bord du monde

En défaire les noeuds qui embrouillent le coeur

Parfois il se défait de ces cordes obscures

À forcer et à battre comme sonde

 

Philippe LEUCKX, celui de l'Étymologie du coeur, sait nous envoûter de rumeurs nomades, au plus près de l'imparfait qui nous mène vers ces Obscures rumeurs qu'il chante ici, à nouveau, par le trait affiné, aiguisé de sa parole.

Poète et passeur: membre de l'Association des Écrivains Belges, critique dans de nombreuses revues poétiques de qualité, il a, par ailleurs, obtenu de multiples prix dont le Robert Goffin, l'Emma Martin et le Gauchez Philippot.

Des jours, en s'en allant

Des jours, en s'en allant

de Marcel MIGOZZI

L'Oiseau des runes (PÉTRA) | Paru le 15/02/2016 | 12,00 €

Je le devinais, sais.

La blessure précède le bonheur, le suit.

 

S’enténèbrent les échecs

Et les regrets, lichens humains.

Seins blets, la main

Renonce, automne, déjà soir.

 

Mais sous les feuilles d’un figuier à filles

Se détache le souvenir

D’une poitrine perlée sous la laine.

 

Marcel Migozzi est né à Toulon, rue de la Fraternité, dans une famille ouvrière d’origine corse. Il lui restera toujours fidèle. Instituteur et poète, il a fondé son écriture sur le regard rapproché du silence, sur l’exigence sereine d’un mieux à vivre ou à mourir dans la fertilité de mots rabotés, sarclés, dépaysagés et sensible à l’humus comme à l’humain. Son œuvre a été célébrée par les prix Jean Malrieu, Antonin Artaud et Des Charmettes/Jean-Jacques Rousseau.

A la méridienne

A la méridienne

de Jeanine SALESSE

L'Oiseau des runes (PÉTRA) | Paru le 10/02/2016 | 14,00 €

À travers l’automne, l’impatience du printemps, déjà. La force qu’il remue pour planter mes phrases dans la page en bulbes fertiles, dégage un sourire dans le jour morne.

Le regard erre par là-haut. Jamais les pas ne s’y égarent. Ceux de ta mère filent entre les fruitiers, se perdent dans les effluves affaiblis des roses. Regarde : elle cueille des physalis, ravie de ce rouge orangé sous les pommiers. Le jardin en flamberait comme longtemps il s’est couvert de la cendrée d’une vivace infatigable. Le silence bruit des pas en allés. On continue de s’émerveiller : le rouge nous régénère.

 

Jeanine Salesse vit dans le Val-de-Marne où elle a exercé la profession d’institutrice avec passion. Elle se met à l’œuvre après de longues randonnées familiales ou solitaires. Ses pas vibrent de mots, de souvenirs, d’échos enchâssés dans le mouvement, celui d’écrire et celui de marcher. Elle a publié, à ce jour, de nombreux recueils dont le plus récent : L’épaule du paysage chez Tarabuste. Des anthologies ont souligné sa présence poétique. Elle a été l’invitée de la Biennale des poètes en Val-de-Marne.