l'autre LIVRE

Fert'îles

L'île mystérieuse

L'île mystérieuse

de Jacques ISOLERY

Fert'îles (PÉTRA) | Paru le 14/12/2018 | 25,00 €

La notion d’« île mystérieuse » n’est certainement pas réductible au mystère de l’île. On aurait alors vite bouclé le tour de l’île et du sujet… s’il suffisait d’effectuer celui du texte. Le champ d’investigation se laboure donc métaphoriquement dans son rapport au(x) mystère(s) tout comme le texte dans sa relation aux indices, aux ellipses mais aussi à sa part de  mutisme. Il est certain qu’il se passe toujours quelque chose de bizarre dans une île mystérieuse où même la trop belle évidence factuelle semble masquer quelque autre réalité plus profonde, plus “vraie”, plus fondamentale. La spécificité qu’entretient l’île avec la rationalité dans sa confrontation à l’irrationnel, au fantastique, au merveilleux peut emprunter différents chemins. Et dans la mesure où le mystère pose sans cesse la question de l’altérité, l’île mystérieuse est aussi interrogée sous l’angle de l’identité et de la quête ontologique. Qu’est-ce qui relie entre elles ces îles réelles ou imaginées, passées ou actuelles ? Monstres ou trésors, le mystère qu’elles cèlent renvoie d’abord à l’homme, leur dénominateur commun. Parce que l’homme rêve l’île, l’écrit pour se (re) trouver ou pour se fuir. De l’île des morts à celle des vivants, c’est inévitablement son île intérieure avec son archipel de contradictions et d’ambivalences qu’il explore ou revisite ou même exorcise.

Le polar insulaire

Le polar insulaire

de Alexandra W. ALBERTINI & Jacques ISOLERY

Fert'îles (PÉTRA) | Paru le 06/12/2017 | 25,00 €

L'objet de ce recueil d'articles consacrés au "polar insulaire" n'est pas de créer une nouvelle catégorie superfétatoire – le "roman policier insulaire" – mais de tenter de dégager quelques accointances entre l'idée de l'île et certains traits spécifiques dominants du polar. C'est aussi une occasion de rappeler quelques-uns des liens étroits entre l'histoire du genre "policier" et celle des espaces et des temps qui ont vu son apparition, son succès pour certains, pour d'autres sa désaffection, à tout le moins sa critique dans tous les sens du terme. C'est enfin une occasion de réfléchir à la pertinence des catégories traditionnelles qui en départagent, depuis Todorov, les fonctionnements diégétiques, narratifs et pragmatiques selon les trois rubriques du roman à énigme, du roman noir et du roman à suspense. Première étape d'une réflexion plus large à venir sur les mystères de l'île, les sept articles de ce recueil ont certes des tonalités très différentes mais ils ont en commun une approche très singulière d'un propos qui ouvre son éventail de l'adhésion active à la position de rejet.

Ont contribué à cet ouvrage

Marie-Hélène Ferrari - Eric Fougère - Jacques Isolery - Florence Lojacono - Pierre-Michel Pranville - Marie-Paule Raffaeli - Romain Richard-Battesti

L'éros insulaire

L'éros insulaire

de Jacques ISOLERY

Fert'îles (PÉTRA) | Paru le 01/12/2016 | 25,00 €

Dans la mythologie grecque, chez Hésiode en particulier, Éros est un dieu fondamental et fondateur puisque c'est son pouvoir qui permet, tout en séparant les entités primitives, de les relier pour créer ainsi Ouranos, Océan et Gaia et toute la race impérissable des dieux bienheureux. Le mythe repose donc sur la possibilité de faire émerger de l'être singulier, insularisé, depuis le Grand Tout chaotique, la grande soupe de l'extase cosmique... Éros, l'Amour, et Himéros, le Désir, sont par ailleurs inséparables d'Aphrodite qui naît de la castration d'Ouranos par Cronos. Chypre, puis Cythère accueillent successivement la déesse, offrant dès lors à l'imaginaire amoureux une métaphore bien usée mais que l'amour, aveugle à cette usure comme à d'autres, rajeunit pourtant sans cesse... L'amour est-il une île? L'Éros est-il forcément insulaire et les îles sont-elles toujours quelque chose d'érotique?

Ont contribué à cet ouvrage :

Alexandra W. Albertini - Sylvia U. Baage - Patrice Bougon - Belinda Cannone - Raffaele D'Eredità - Éric Fougère - Jacques Isolery - Luisa Messina - Virginie Thomas - Arnaud Verret - David Zemmour

Texte-île - île-texte

Texte-île - île-texte

de Jacques ISOLERY

Fert'îles (PÉTRA) | Paru le 16/12/2015 | 25,00 €

Dans L’Inassouvissement, Witkiewicz faire dire au jeune Genezyp Kapen : « Moi, j’aime la littérature, car pour moi, il y a là plus de vie que dans ma propre existence. La vie est là, plus concentrée qu’elle ne le sera jamais dans la réalité. Le prix de cette condensation est l’irréalité… ». Il ne manque certes pas de termes pour désigner ce phénomène de condensation qu’opère l’œuvre d’art : nature concentrée ou gullivérisée, modèle réduit, maquette, miniature, microcosme...

L’art, écrivait Valéry, restitue un maximum (de référents, de sensations…) par un minimum de moyens sensibles, il est « un modèle fini d’un mode infini ». Or, il se trouve que ce sont là les termes mêmes qui, très souvent, cherchent à caractériser l’insularité : du maximum contenu dans un minimum...

De l’œuvre à l’île, les images, analogies et métaphores présentent d’ailleurs un étonnant pouvoir de réversibilité. Concentration, condensation, réduction, miniaturisation : au sein de la diversité des textes et des genres, certains relèvent plus spécifiquement de l’analogie monadique, d’autres de l’archipel ou d’une pensée continentalisée. Inversement, les îles ne sont-elles que des « textes-îles », des réalités exclusivement soumises à des systèmes de modélisation ? Qu’en est-il de la valeur de ces analogies terme à terme entre espace insulaire et texte littéraire ?