l'autre LIVRE

Place en Poche

Prague Nuit Rouge

Prague Nuit Rouge

de Pavel PEPPERSTEIN

Place en Poche (NOUVELLES ÉDITIONS PLACE) | Paru le 11/06/2018 | 10,00 €

Imaginez un Moscovite, Ilya Korolenko, la quarantaine, tueur à gages. Une brute ? Pas exactement : un «killer» poète, dont le cerveau voit jaillir des poésies quand il a le doigt sur la gâchette. C’est au nom d’une grande et noble cause qu’il brûlerait de tuer. Or, la démolition par des promoteurs immobiliers rapaces d’une vieille et fascinante demeure moscovite le met hors de lui.
Korolenko vous emmène, vous promène dans un Prague étrange et lunaire. Il y fait la rencontre d’un jeune Américaine altermondialiste, fille d’un magnat véreux qui tente de commanditer à Korolenko un double assassinat à Moscou.
Pavel Pepperstein, fait subrepticement basculer son aventure policière, déjà peu ordinaire, dans une fantastique Nuit des Dieux slaves, qui s’achèvera par l’irrésistible ascension du héros au-dessus de la Cité aux toits d’or..

Lucas Couillonov, un poème pornographique

Lucas Couillonov, un poème pornographique

de ANONYME

Place en Poche (NOUVELLES ÉDITIONS PLACE) | Paru le 10/09/2017 | 10,00 €

Ce récit en vers conjugue érotisme, cocasserie et truculence. Son ton humoristique est empreint d’une vulgarité malicieuse qui rappelle les écrits poétiques de Pouchkine sans ses archaïsme. Son style correspond au langage parlé du XIXe siècle, avec un diapason qui va d’un discours cultivé et même recherché à un jargon plus simple. Publié en russe, il y a seulement quelques années, Lucas Couillonov s’inscrit aussi dans l’histoire si singulière du mysticisme russe.

Poèmes de gare

Poèmes de gare

de Matthieu MESSAGIER

Place en Poche (NOUVELLES ÉDITIONS PLACE) | Paru le 10/06/2017 | 10,00 €

Matthieu Messagier, tout jeune poète, a cosigné Le Manifeste électrique aux paupières de jupes (1971) qui réunit des poètes français et ceux de la beat generation. A l’attachement profond aux grands espaces, à la nature et aux spiritualités chamaniques dans lesquelles l’homme est partie intégrante du Cosmos, Matthieu Messagier allie une prose construite dès l’adolescence avec ses écarts de langage, sa syntaxe libre et ses mots inventés qui manifestent une liberté débordante.
Avec ses 400 pages de poésie inédite écrites entre 2006 et 2016, Poèmes de gare narre les voyages de Matthieu Messagier. Mais si cette ode aux grands espaces et à la découverte de mondes nouveaux présente des analogies avec les oeuvres de Kerouac, elle est aussi proche des épopées de la fantasy d’un Tolkien. Prose rythmée et spontanée, sans pause, elle réalise l’expérience d’une osmose avec ce qui l’entoure. Chaque paysage traversé est l’impulsion initiale d’un récit qui se déroule dans l’accumulation enfantine de mots et conduit au paysage suivant ; chaque fragment de ce paysage, végétal ou animal, est une amorce pour le poète qui peut écrire de façon transitive « je récite des paysages » comme s’il en parlait la langue. Le lecteur est ainsi emporté dans des pays étrangers dont il comprend la langue puisqu’elle est celle de son voyage.