l'autre LIVRE

Or-la-loi

La Transparence des voiles

La Transparence des voiles

de Frederika ABBATE

Or-la-loi (NOUVELLES ÉDITIONS PLACE) | Paru le 12/11/2018 | 17,00 €

Ecrire l'essence du masochisme. Le masochisme non comme pratiques sexuelles (sans forcément les exclure) mais comme un art d'aimer. Qui peut nier que l'amour se passe dans la douleur ? Sans la mise en jeu de l'être face à la disparition, à la mort, au don de soi absolu ? L'amour, avec ses joies douloureuses, ses délicieuses souffrances, est bien cette oscillation entre l'envie de mourir et l'éperdue soif de vivre au plus fort. Bataille et Klossovski ne sont pas loin – la poétique narrative de l’écriture en plus.
Fabricante de poupées pour adultes (il ne s’agit pas pour autant de poupées à usage sexuel. Leur inventivité, fantaisie véhiculaient de vifs fantasmes, et certains des plus archaïques), Gloria Hasch se place dans les mondes intermédiaires entre le vivant et le mort, car la poupée n'est ni vivante ni morte. Elle EST. Et c'est tout ce que veut Gloria.

Spirales vagabondes

Spirales vagabondes

de Joyce MANSOUR

Or-la-loi (NOUVELLES ÉDITIONS PLACE) | Paru le 12/11/2018 | 27,00 €

Parallèles inédites – une œuvre complète réunit les textes de Joyce Mansour absents des œuvres complètes édités par Actes Sud en 1991 (réédité en 2014 par Michel de Maule).
L’ensemble de ces textes accroît de près de 50 % l’œuvre jusqu’ici connue et éditée : 90 % des textes présentés dans Parallèles inédites sont des inédits (le reste étant constitué d’écrits oubliés en revues, en catalogues ou en livres d’artiste)

Ces textes variés et riches offrent un parcours parallèle à l’œuvre jusqu’ici connue : une écriture essaimée sur plus de trente ans, la durée de sa production poétique. Variés parce qu’ils sont représentatifs de tous « les genres » abordés au cours de sa vie (poésie, prose, théâtre, enquête…) ; riches parce qu’ils manifestent davantage encore l’épreuve intime et fragile d’une écriture vraie.
Cet ensemble compose une œuvre à part entière, mais aussi sous-jacente à l’œuvre déjà publiée. Il est telle une matrice : on y retrouve les éléments qui ont nourri son œuvre publiée.

Encyclopédie de l'âme russe (L')

Encyclopédie de l'âme russe (L')

de Victor EROFEEV

Or-la-loi (NOUVELLES ÉDITIONS PLACE) | Paru le 16/03/2018 | 22,00 €

Le narrateur s’interroge sur ce qu’est la Russie, se penchant notamment sur le pouvoir et les distinctions, sur le « je » et le « nous », le chaos et le sacrifice, l’esthétique de l’ennemi, le peuple et le foot et une multitude d’autres sujets où il prend souvent le contre-pied des idées reçues et trouve toujours une approche surprenante.
Il fréquente des personnages haut placés qui lui parlent d’un mystérieux vieillard surnommé le Gris qui hante les cimetières et gouverne secrètement le pays et essayent de le persuader de le trouver en lui proposant de l’argent….
Ce livre est en fait un ensemble varié de réflexions, d’aphorismes et de dialogues absurdes autour de « l’âme » russe.

Ammonite

Ammonite

de Dorothée ZUMSTEIN

Or-la-loi (NOUVELLES ÉDITIONS PLACE) | Paru le 20/11/2017 | 15,00 €

Qu'est-ce que l’ « Ammonite » ? Un ancien théâtre peuplé des spectres de toutes les pièces qui s’y sont jouées ? Un tourbillon qui aimante à leur insu les pas perdus des habitants de la ville ? Un piège où l'étrange Pygmalion dont la voix nous guide d'une loge à l'autre invente son théâtre en manipulant des marionnettes grandeur nature ? Ce qui est certain, c'est qu'a l'Ammonite, l'envers vaut l'endroit, et que l'on peine à distinguer le dehors du dedans. Et surtout, qu'il s'agit d'un lieu en perpétuelle transformation, tour à tour plateau de théâtre, loge, jardin public, chambre aux images, sanctuaire d'un assassin et bien d'autres choses encore…  Dans ce lieu, les personnages ou acteurs – les deux mots sont ici synonymes – sautent allègrement d'un corps à l'autre (fluidité et porosité sont les mots clés): ceux qui regardent deviennent ceux qu'ils regardent, les assassins et les victimes échangent les rôles, les filles sont plus âgées que leurs mères…  Mais est-ce le lieu qui transforme les corps et leur imposent d'infinies métamorphoses, ou bien les corps qui réinventent à chaque instant le lieu ?

Mers du vent

Mers du vent

de Sophie DIONYSOPOULOU

Or-la-loi (NOUVELLES ÉDITIONS PLACE) | Paru le 16/11/2017 | 15,00 €

Médée, rouge néant

Deux Médée, aucun Jason. L’une est une magicienne qui lit l’avenir, l’autre une femme qui vit et subit ce qui lui arrive. Elles se confrontent (s’affrontent ?) dans un dialogue qui tire au monologue schizophrène. Un texte sur l’archétype de Médée, sur la puissance de la nature et de la femme politique.
Dans l ‘édition de cette pièce nous avons choisi de gommer les noms qui coupent le rythme du dialogue : le changement de voix est signifié par une alternance de noir et de gris.

Eaux ténèbres

Orphée et Eurydice se rencontrent en enfer où les vivants sont invisibles et les morts de chair et de sang. Un renversement du mythe dont personne ne sort indemne, mais avec une partie de l’autre. Epreuve qui, si elle laisse chacun infirme, offre dans le même mouvement une singulière plénitude.

Iphigénie rue Euripide

Monologue inspiré du meurtre du jeune Alexis Grigoropoulos (jeune lycéen de 15 ans tué par un policier lors d’une manifestation à Athènes en 2008).
Iphigénie d’abord victime (son père, Agamemnon, a voulu la sacrifier à Artémis afin d'obtenir des vents favorables pour la traversée d'Aulis à Troie, où il veut porter la guerre) devient sacrificateur (Artémis la sauve en l’envoyant en Tauride où, prêtresse du temple de la déesse, elle immole les étrangers qui échouent sur le rivage).
Depuis cette nuit des temps, elle vit alternativement l’une et l’autre de ces conditions, victime ou bourreau, jusqu’à nos jours. Elle est Isaak, un enfant-kamikaze que ses parents sacrifient au nom de l’islam ; une prostituée de la rue Euripide ; un kapo juif dans un camp de concentration ; une victime d’Hiroshima, etc. : en passant d’un personnage à l’autre, sa voix porte une plainte si pesante et si présente d’un passée sans fin. Lasse de ses métamorphoses, elle provoque l’épreuve qui la conduira  à la catharsis - la fin de ce sanglant éternel retour.

Parallaxe

Parallaxe

de Nancy CUNARD

Or-la-loi (NOUVELLES ÉDITIONS PLACE) | Paru le 10/10/2016 | 17,00 €

De Nancy Cunard subsiste cette œuvre poétique qui trouve sa cohérence dans l’affirmation de n’être ni ceci ni cela – elle, la parfaite étrangère, paria et rebelle aux règles de l’existence, fidèle à une seule loi, une logique personnelle qui refuse de se diluer dans quoi que ce soit, ou de se plier aux lois générales – et ouvre les interlignes à la langue, le monde à l’action.