l'autre LIVRE

Revue

Le Cafard hérétique HS 2

Le Cafard hérétique HS 2

de COLLECTIF

Revue (LUNATIQUE) | Paru le 22/06/2018 | 15,00 €

Ce hors-série du Cafard hérétique ne serait pas, sans l’engouement et la persévérance de Brigit Wettstein, fondatrice des éditions Pearlbooskedition (Zurich), qui a publié en 2014 Die Versuchung des Malers, et en 2015 Bilder von Malers (AQ-Verlag, 1981), réalisant ainsi le rêve de Martin Disler (1949-1996), artiste peintre et sculpteur suisse connu pour avoir fait partie des  « Nouveaux fauves », d’accéder au statut d’auteur.

  • Martin Disler, peintre
  • Martin Disler, auteur
  • Martin Disler, redécouvert

 

Le Cafard hérétique n° 10

Le Cafard hérétique n° 10

de COLLECTIF

Revue (LUNATIQUE) | Paru le 16/03/2018 | 15,00 €

Ce numéro s’est élaboré sur la base d’une sélection de tableaux de Gilles Ascaso et de Saïd Mohamed. Mêlant, avec la désinvolture qui lui est désormais coutumière, genres littéraires, thèmes et écritures, Le Cafard hérétique partage ses pages entre talents confirmés – qu’il lui plaît de suivre et d’encourager – et voix nouvelles, grinçantes ou graciles.

Le Cafard hérétique n°10 ne déroge pas à la règle : couleur (peinture), saveur (écriture)... que du bonheur (lecture) !

Le Cafard hérétique n° 9

Le Cafard hérétique n° 9

de COLLECTIF -AUTEUR ET ILLUSTRATEUR

Revue (LUNATIQUE) | Paru le 13/10/2017 | 15,00 €

Le Cafard hérétique pousse le bouchon un peu loin. Revue d’expression littéraire déclarée, sans sujet ni genre de prédilection, sans même un thème autour duquel rallier les talents, jeunes ou confirmés, proposant des textes en version originale (OK, la traduction française est donnée en vis-à-vis, mais quand même?!) et le portrait de deux maisons d’édition indépendantes, dont l’une de poésie, essentiellement.

Richement illustré (photos, dessins, tableaux), ce dernier numéro fait aussi la part belle aux textes longs. De moins en moins brouillon, de moins en moins trash, de plus en plus sélectif et soigné dans le verbe autant que dans la mise en forme, Le Cafard hérétique prend toujours aux tripes. Et c’est très bien comme ça.

Le Cafard hérétique HS 1

Le Cafard hérétique HS 1

de COLLECTIF

Revue (LUNATIQUE) | Paru le 22/05/2017 | 15,00 €

Les nouveaux : Alexandre Nicolas, Alteilton Fonseca (traduit du brésilien par Stéphane Chao), Ève Vila, Gérard Chambre, Jean-Pierre de Sélys, Jessica C., Julien Boutreux, Léo Lecomte, Mael Le Guennec, Marie-France Ochsnbein, Philippe Vourch, Saïd Mohamed, Sandra Bechtel, Stéphanie Marius, Thierry Moral & Viviane Campomar

Les récidivistes : Antonin Crenn, Angèle Casanova, Cleo Jansen, Guillaume Siaudeau, Jean-Marc Sire, Marlène Tissot, Wim de Vlaams & Yan Kouton

Éditeurs à l'honneur : Pearlbooksedition & Le Temps des rêves

 

Édito :

Le Cafard hérétique n’a de cesse de muer, pourvu qu’il s’amuse. Ça peut prendre du temps – et alors?? Quel mal y a-t-il à faire les choses bien??

Après un clin d’œil et deux numéros Timult-ueux? ourlés de bleu, Le Cafard hérétique s’est laissé séduire par les coups de pinceau de Francis Caudron, un artiste rouennais à l’univers bigarré, chamarré, inventif et luxuriant, tantôt facétieux, tantôt grave, qui sans cesse dans un mouvement spontané ou étudié interroge le signe, l’écriture, en quête d’une lecture qu’offrent ici les mots des poètes recueillis.

Ce sont quelques-unes de ses œuvres qui rehaussent superbement ce numéro spécial. À votre tour, laissez-vous séduire. Et, bonne lecture?!

Le Cafard hérétique  n° 8

Le Cafard hérétique n° 8

de COLLECTIF

Revue (LUNATIQUE) | Paru le 18/05/2016 | 15,00 €

Le Cafard hérétique poursuit sa mue et s’amuse de plus en plus :
Plus on est de fous, plus on lit.
De nouveaux auteurs
Des habitués
Des talents émergents
ou confirmés
alternent au fil des pages, au gré de l’inspiration, une humeur chassant l’autre. La détermination demeure inchangée, tandis que les esprits exaltés, les pages griffonnées, les histoires
démystifiées, la grâce révélée se multiplient et rivalisent d’extravagance pour souffler un vent d’hérésie cafardeuse.
Ce numéro ne fera pas exception : chaud dans le cœur et froid dans le dos.
 

Le Cafard hérétique n° 7

Le Cafard hérétique n° 7

de COLLECTIF

Revue (LUNATIQUE) | Paru le 28/09/2015 | 15,00 €

À ce moment-là, le ciel hurlera d’allégresse et notre soleil sera rouge. Un soleil rouge et éblouissant. Un soleil resplendissant de sang et de bravoure.

À ce moment-là, nos souffrances ne seront plus jamais les mêmes. Nous les acclamerons. Nous les souhaiterons encore plus déchirantes. Encore plus blessantes. Encore plus profondes. Et nous les digérerons. Nous les dégusterons. Nous en ferons nos festins les plus délicats. Et la douleur ne sera plus un fléau. La douleur sera un remède. La douleur sera une joie salvatrice. Bénite.

À ce moment-là, nos corps seront des étés brûlants et nos blessures auront le goût de miel. Les silences infects et indifférents ne nous trancheront plus la gorge. Le jus des astres vicieux qui s’écoulent sur nos nuits ne nous apportera plus aucun doute ni aucune peur. Les défaites se liquéfieront à notre contact. Les devoirs et les ordres moraux ne seront plus que des ombres fatiguées et consternantes.

Et plus rien ne nous mettra un genou à terre.

À ce moment-là, nous serons alors pleins d’une invincibilité monstrueuse et féroce. Nous nous ruerons sur les péchés comme une horde de sangliers. Nous défierons nos pires craintes. Nous dévorerons toute la Beauté. Nous salirons toutes les naïvetés. Nous nous vautrerons dans des sexes frais et juteux.

À ce moment-là nous ne serons plus guidés que par une férocité de vivre.

À ce moment-là, notre Soleil luira d’un jour nouveau. Un jour rugissant. Un jour innocent. Un jour animal.

À ce moment-là, notre Soleil ne nous aura jamais semblé aussi haut.

Le Cafard hérétique n° 6

Le Cafard hérétique n° 6

de COLLECTIF

Revue (LUNATIQUE) | Paru le 01/05/2015 | 10,00 €

Il ne s’agit pas seulement de littérature.

Il ne s’agit pas seulement d’arracher la poésie à nos hurlements. À nos déchirements. À toutes ces nuits éreintantes passées dans le désœuvrement total et dans la solitude.

 

Il ne suffit pas de se contenter de quelques fulgurances poétiques. De se contenter de phrases chatoyantes et fallacieuses. De se contenter de mots qui manquent souvent de sincérité et de courage.

 

La violence nécessaire à l’acte créatif doit être totale et permanente. Elle doit déborder l’auteur. Au quotidien. Lui laisser des marques. Des cicatrices. Des stigmates. À vie. Éternelles. Presque religieuses.L’auteur doit donner de sa personne, il doit se faire saigner. Aucune place pour l’imposture. On parle de sang, de tripes, de chairs, données en offrande. Un acte cannibale ! Juste écraser toute sa substance et sa déraison sur la feuille. Rien d’autre. Son poison. Sa ciguë. Ses larmes.

Mais tout ça demande du travail et de l’acharnement ! Il faut apprendre à s’étriper, à se déplumer, à s’égorger. À se disséquer au scalpel de la honte !

 

Il ne s’agit pas seulement de littérature. Il s’agit de reconquérir l’espace insurrectif scellé dans l’écoulement du temps. Avec rage. Vigueur. Force. Se transpercer les veines et la peau. Laisser s’écouler ce qui est finalement notre nectar le plus pur. Le plus précieux. Le plus dangereux.

 

Il s’agit d’offrir, à travers ses propres actes, ses propres choix et sa propre folie, le jus de la vie.