l'autre LIVRE

Le Simoun

Souvenirs de mon séjour en Afrique Maroc, 1831-1832

de Julius LAGERHEIM

Le Simoun (JASMIN (ÉDITIONS DU)) | Paru le 28/02/2020 | 24,90 €

Ce récit est un témoignage unique du périple d’un diplomate suédois entre Stockholm et Tanger.
S’il évoque la ville de Tanger et ses environs, la population (les « Maures », les Arabes, les juifs, les chrétiens et les « renégats »), l’administration et les us et coutumes des autochtones, l’auteur brosse surtout une description féroce de l’Arche de Noé diplomatique de Tanger avec ses antagonismes, intrigues et jalousies, du quotidien des Européens au Maroc et de leurs rapports avec la population et les gouvernants.
L’auteur se montre parfois critique – le plus souvent avec indulgence – à l’égard des faiblesses de ses collègues occidentaux, mais dans l’ensemble il adhère pleinement aux valeurs qu’ils incarnent. En revanche, ses écrits contiennent une critique virulente non seulement de certains Marocains, mais également de la société marocaine en tant que telle et de ce qui constitue à ses yeux son fondement, l’islam conservateur.
Observateur attentif doté d’un sens de l’humour mordant, l’auteur nous offre une narration faite de croquis et de descriptions, émaillée de nombreuses anecdotes dans lesquelles il oppose la gravité des situations à leur absurdité. Si la problématique de la rencontre entre un Européen (du Nord) et une Afrique musulmane n’est pas articulée explicitement, elle irrigue l’ensemble du récit.

La passion de Hallâj

de Salah Abdel SABOUR

Le Simoun (JASMIN (ÉDITIONS DU)) | Paru le 29/02/2016 | 18,00 €

 

Poète visionnaire se vouant à l’errance, maître en spiritualité condamné en 922, à Bagdad, au supplice de la croix, Hallâj est sans doute l’une des figures les plus attachantes du mysticisme soufi.
Au Français Massignon, il inspire une somme monumentale et à l’Égyptien Abdel Sabour un drame en vers libres qui compte parmi les plus beaux textes du théâtre moderne en langue arabe.
Projeté dans ce nouvel espace, qui donne à sa parole une extraordinaire résonnance dans notre présent, Hallâj apparaît, certes, comme le héros d’une quête de l’absolu, mais plus encore comme un rebelle, rompant avec la vie contemplative pour s’engager aux côtés des oubliés, des pauvres, des sans-voix et défendre sur la place publique leur droit à la dignité, à l’équité, à la beauté.
Le pouvoir politique cependant, sourcilleux et retors, veille. Secondé par un tribunal inquisitorial, il saura mettre en marche une implacable machine judiciaire pour mener à la mort cet être de passion et de générosité, coupable de proclamer trop haut son insatiable désir de justice.
 

Les plus beaux textes arabes

Les plus beaux textes arabes

de Emile DERMENGHERM

Le Simoun (JASMIN (ÉDITIONS DU)) | Paru le 12/11/2013 | 32,00 €

Ce livre offre au lecteur francophone un panorama des chefs-d'oeuvre la littérature arabe. Il regroupe une sélection de textes traduits en français, choisis et présentés par Émile Dermengherm.
De la poésie antéislamique ('Antar, Mou'allaqât…) aux textes de la première moitié du XXe siècle (Mahmoud Taymour, Mouwaïlihî, Taha Hussein…), ces textes embrassent une période de quatorze siècles et une large aire géographique comprenant l'Asie, l'Afrique, l'Europe et l'Amérique.

Trois Égyptiens à Paris

de Mohammad MUWAYLIHÎ

Le Simoun (JASMIN (ÉDITIONS DU)) | Paru le 15/09/2008 | 18,00 €

1900. L’Exposition Universelle de Paris bat son plein. Parmi la foule des visiteurs, un écrivain égyptien, Mohammed al-Muwaylihî, francophone, fin lettré, tout acquis aux idées des réformistes de la Renaissance arabe. Venu déjà comme exilé à Paris vers 1884, il y débarque seize ans plus tard et se livre à un curieux déchiffrage des mythes modernes que diffuse avec exubérance l’espace fantasmagorique de l’Exposition.
Mais au lieu de produire une simple relation de voyage, l’auteur préfère très habilement projeter à Paris trois amis inséparables, sortis tout droit de son précédent roman, Ce que nous conta ‘Isâ Ibn Hichâm, chronique satirique d’une Égypte fin de siècle. Ils échangent leurs impressions à propos de tous les spectacles qui s’offrent à eux dans la Ville Lumière, d’où un témoignage très vivant et contrasté qui ressuscite pour nous l’Exposition universelle et ses mirages, à travers le prisme de trois regards égyptiens.
En plaçant au milieu de ce trio de touristes, un orientaliste français, anti-colonialiste et philosophe, Muwaylihî nous propose, bien au-delà d’un récit mêlant document et fiction, un texte placé sous le signe de la controverse comme de la causerie amicale, un texte qui trouve toute sa place dans l’Histoire du dialogue entre Orient et Occident.

Ce que nous conta 'Îsâ Ibn Hichâm

de Mohammad MUWAYLIHÎ

Le Simoun (JASMIN (ÉDITIONS DU)) | Paru le 30/05/2005 | 24,00 €

Un pacha turc qui surgit brusquement de son tombeau devant les yeux médusés d'un paisible écrivain venu méditer dans un cimetière du Vieux Caire, une querelle avec un muletier mal embouché, et nous voilà embarqués, avec deux compagnons de route, pour une odyssée haute en couleurs, riche en rebondissements, à travers la société égyptienne de l'extrême fin du XIXe siècle.
De l'avocat véreux au grand prince indolent, du provincial en goguette à la danseuse sulfureuse, du magistrat expéditif au fonctionnaire somnolent, de la jeunesse dorée aux ulémas pontifiants, c'est toute une galerie de types humains, rendus avec autant de réalisme que d'inventivité, qui défile devant nous au rythme trépidant des épisodes, dévoilant progressivement l'étendue du désordre social et moral auquel est confronté le pays à la suite d'une colonisation brutale et d'une occidentalisation chaotique.
Avec ce texte à l'écriture étincelante, festive et ludique, aux aspirations humanistes, à l'humour irrésistible, Muwaylihî donne aux lettres arabes leur premier roman. Par son curieux mélange de classicisme et de " modernité ", de nostalgie et d'esprit réformiste, Ce que nous conta 'Îsâ Ibn Hichâm a conquis des générations de lecteurs depuis sa parution en 1907. Traduit pour la première fois en français, il a tout pour séduire un public contemporain qui y découvrira non seulement une superbe fresque aux allures picaresques, mais aussi des questions d'une brûlante actualité... depuis un siècle déjà !

Reconnaissance au Maroc

de Charles DE FOUCAULD

Le Simoun (JASMIN (ÉDITIONS DU)) | Paru le 01/03/2004 | 25,00 €

 

Journal de route du voyage entrepris par Charles de Foucauld au Maroc en 1883-1884.
En vue de recueillir les renseignements qui l'intéressaient sans éveiller les soupçons, le jeune explorateur s'était déguisé en rabbin.
Écrit dans un style d'une puissante sobriété, ce journal est une mine d'informations ethnologiques, géographiques, linguistiques et historiques.
Cette édition comporte trois textes qui ne figuraient pas dans l'édition de 1888 : Premières journées de voyageHistoire de Mardochée Abi SerourRelations avec les marabouts de Bou el Djad.

Le culte des grottes au Maroc

de Henri BASSET

Le Simoun (JASMIN (ÉDITIONS DU)) | Paru le 01/03/2004 | 15,00 €

Etude anthropologique du culte qui se célébrait au Maroc devant les grottes véritables ou supposées.
L'auteur s'est attaché à en examiner les avatars, selon les régions, depuis l'occupation romaine jusqu'au début du XXe siècle.
Outil indispensable pour tous ceux qui s'intéressent à l'histoire anthropologique du Maroc.

Voyage en Turquie et en Égypte

de Jean POTOCKI

Le Simoun (JASMIN (ÉDITIONS DU)) | Paru le 01/03/2004 | 12,00 €

   
  Recueil de lettres envoyées par l'auteur à sa mère lors du voyage qu'il entreprit en 1784 en Turquie et en Égypte. On y trouve une foule d'observations ethnologiques d'une étonnante originalité.
Le recueil est suivi de quatre apologues (récits) orientaux à la manière de Saadi.

Quinze jours au Sinaï

de Alexandre DUMAS

Le Simoun (JASMIN (ÉDITIONS DU)) | Paru le 01/03/2004 | 18,00 €

Un apprentissage du désert par un voyageur dont le sens de l'observation est aiguisé par la rudesse des lieux. Les hyènes et les chacals sont à l'affût non seulement des dromadaires, mais aussi des hommes qui s'égarent ; la ligne suivie par la caravane est tracée avec des ossements. Malgré tout, jamais l'auteur ne se départit de son humour dont le chapitre " Les bains du Caire " nous donne toute la mesure.

Les cérémonies du mariage au Maroc

de Edward WESTERMARCK

Le Simoun (JASMIN (ÉDITIONS DU)) | Paru le 01/03/2004 | 42,00 €

Ce livre est une étude comparative des cérémonies du mariage au Maroc du début du XXe siècle.
Westermarck observe et étudie les coutumes et les croyances chez des citadins (villes de Fès et Tanger), des tribus arabophones (Jbala, Anjra) et berbérophones (Rûafa, bräber de l'Atlas, Chlöh du Souss...).
Il traite en particulier des fiançailles, du contrat de mariage, du sdaq et des autres paiements, du trousseau, des différentes cérémonies de mariage, de la rencontre de la mariée et du marié et de la fin des noces.
L'ouvrage est complété d'un sommaire, d'explications de l'auteur et de divers index (noms arabes, noms berbères, index général).

1 2