l'autre LIVRE

vies minuscules

Par les flammes

Par les flammes

de Jérôme LAFARGUE

vies minuscules (IRE DES MARGES (L')) | Paru le 01/05/2020 | 6,00 €

Dans les ruines du monde, un vieil homme marche à la recherche d’un désert. Au bout du chemin, l'espoir d'y retrouver celui dont il n'a pas prononcé le nom depuis tant de temps.

 

Deux bonnes semaines de voyage, déjà. En selle ou à la marche, pour soulager son corps ankylosé et la carcasse de sa monture, aussi.Les ossements des grandes plaines sont derrière eux à présent. À la vue des immenses forêts et montagnes s’annonçant au loin, le vieil homme se sent libéré. Il s’autorise même une exclamation de joie.

 

Au fil du récit, deux formes de sauvageries émergent et s'affrontent : celle d'une part d'une nature majestueuse à la fois âpre et accueillante et d'autre part celle d'une humanité qui a abdiqué toute forme de socialité et s'abîme dans la violence la plus féroce.

 

Désormais régnait le temps des bandes, de la maraude sauvage. Il n’en était pas surpris. Qu’opposer d’autre à l’effondrement que l’abandon aux sens les plus vils ? Un hennissement puissant le sort de sa torpeur. Il gît à genoux, sa main gauche agrippée à un grand caillou en forme de crapaud. Il halète, re- garde le cheval sans vraiment le voir avant de revenir à lui pour de bon.

Sister - Road trip - épilogue

Sister - Road trip - épilogue

de Cabut JEAN-CHRISTOPHE

vies minuscules (IRE DES MARGES (L')) | Paru le 01/05/2019 | 4,00 €

Mathieu voyage seul dans le sud de l’Espagne à bord de son Tourbus. Il s’arrête plusieurs mois au milieu des falaises.
Dans une grotte, en bordure d’une crique, en marge de la crise espagnole, vit Sister. Une hippie, qui fut junky, jeune et jolie.
Rescapée puis rejetée, rebelle puis isolée. Elle vit là avec ses chiens, ses obsessions et son Herbe Sacrée.
Sister et Mathieu apprennent à se connaître, seuls sur cette plage, en automne puis en hiver.

Ce Road trip, c’est le récit de la chute ailée de Sister. Et c’est vertigineux.

Foule solitaire

Foule solitaire

de Derek MUNN

vies minuscules (IRE DES MARGES (L')) | Paru le 13/02/2019 | 5,00 €

L'arrivant et l'autre

L'arrivant et l'autre

de Éric CHEVANCE & Michel RICHARD

vies minuscules (IRE DES MARGES (L')) | Paru le 15/03/2018 | 8,00 €

« La meilleure arme contre l'oppression est la parole. Il faut donc prendre la parole, la prendre au sens propre du terme, car la parole ne nous est pas donnée. » Erri De Luca

C'est ce qu'ont fait à travers ce recueil de textes Éric Chevance et Michel Richard.

Au départ, c'est une simple proposition du second au premier : écrire, ou plutôt s'écrire, échanger des textes. Un essai, une tentative pour comprendre ce qui peut les rapprocher : « L'idée d'un monde qu'on n'accepte pas, dont on sait les urgences. Écrire pour ne pas céder à la panique. Écrire pour articuler ce que l'on a à se dire, ce qui bat en nous et ce pour quoi on se bat », lui écrit-il.

Très vite le sujet s'impose, tout simplement parce qu'on ne peut pas ne pas en parler. Les migrants.

Il ne s'agit là ni d'informer ni d'analyser. D'autres l'ont fait, le font. Ni même de faire preuve d'originalité, mais d'affirmer un point de vue. Celui d'Européens placés devant la détresse de ces personnes chassées de leur pays par la guerre, la misère, les persécutions, la ruine... Il s'agit de témoigner de ce qui nous bouleverse, brouille notre représentation du monde, trouble nos certitudes. Témoigner, non pas à proprement parler de la situation de ceux qu'on appelle les migrants comme s'ils avaient vocation à ne jamais trouver de point de chute, mais du miroir que nous tendent ces personnes qui, dans le plus grand dénuement, se présentent à nos frontières.

«?De qui parlons-nous ??», s'interrogent Éric et Michel. Étrangers, réfugiés, demandeurs d'asile : ces termes expriment avant tout une réalité juridique. Clandestins, sans-papiers, immigrés stigmatisent. Expatriés, ce n'est pas cela. Exilés, oui, mais pas seulement. 

Des arrivants. C'est Michel qui a proposé ce terme après l'avoir entendu à la radio, car tout de suite, il a parlé à son oreille et il a résonné dans sa bouche de comédien. Arrivant. Cependant, comme tous les mots, il ne leur  paraît pas tout à fait satisfaisant. Il a le défaut de sa qualité. Suffisamment neutre pour ne pas véhiculer de mauvaises interprétations, trop neutre pour être véritablement politique. Il est vrai au sens où il signifie une réalité, mais il est insuffisant. Ils l'ont cependant gardé, face à cet autre qu'est chacun de nous, dans l'attente que se révèle, s'il existe, le mot juste, celui qui dira tout à la fois le départ, le voyage et l'arrivée, la peur et l'espoir, la solitude, l'attente et la fatigue, la mer et les montagnes, les frontières à franchir, les passeurs, la police et, aussi, les solidarités qui naissent et qui s'affirment.

Ce travail d'écriture s'est poursuivi avec constance. D'avril 2016 à avril 2017, chacun, de son côté, a écrit à l'autre et continue de le faire. Éric en s'appuyant sur des réflexions personnelles et ses engagements, Michel, pour qui avant le mot il y a le geste, en suivant le principe du dialogue théâtral.

Invités à en lire quelques extraits en public, ils ont  imaginé avec la complicité du comédien Daniel Strugeon une mise en jeu pour ouvrir des espaces de parole, de rencontres, d'échanges, de débats.

Puis, ensemble, nous avons pensé que ce recueil de textes échangés qui tentent de dire humblement comment s'éprouve, se vit et ce que transforme en nous cette présence des arrivants qui frappent à nos portes, cela pouvait devenir aussi un livre.

1 € reversé en soutien à SOS Méditerranée - L'Aquarius

 

La confession de Simon Lapierre

La confession de Simon Lapierre

de Eric MARTINET

vies minuscules (IRE DES MARGES (L')) | Paru le 15/01/2018 | 5,00 €

"Voyez-vous, ma mémoire est prodigieuse et infaillible, tout s’y grave à jamais, les visages, les prénoms, les dates, les lieux, indélébiles, et il va de soi que je ne m’enorgueillis nullement de cette faculté, c’est comme cela, ainsi je me rappelle ces événements-là comme s’ils s’étaient produits hier. Vous savez, la hiérarchie des souvenirs n’est pas fonction du temps passé. Il n’y a pas de temps là-dedans. C’est la puissance de l’impact qui imprime plus ou moins profondément la mémoire et peu importe le moment de cet impact. Une parole entendue à l’âge de sept ans, j’aurais pu dire huit ans ou bien neuf ans, une parole entendue dans la prime enfance peut résonner, fraîche, cinquante ans après."

Nous sommes ainsi faits.

Éric Martinet est né en 1970. Il vit à Bordeaux et travaille en bibliothèque. 

Il a publié Sous le tilleul en 2016 chez Zinc éditions et plusieurs textes dans les revues Glyphes, Cahiers de poèmes et N47.

Un si doux visage

Un si doux visage

de Jean-Paul ENGELIBERT

vies minuscules (IRE DES MARGES (L')) | Paru le 15/12/2017 | 5,00 €

Frank a-t-il aimé Diane ? 

"Il n’en est plus si sûr. Elle l’a attendri. Elle l’a séduit. Mais y avait-il de l’amour dans ses gestes ? C’est peut-être une question qu’il ne devrait pas se poser. Maintenant, il en est certain, s’il l’a aimée un jour, il ne l’aime plus. Sa petite personne est trop sûre d’elle et trop folle. Elle est capable de tout sur un coup de tête. Son procès ne l’a pas guérie. Il faut fuir. Tant que des milliers de kilomètres ne les sépareront pas, Frank ne pourra pas refaire sa vie. Ce n’est pas seulement qu’il ne pourra pas refaire sa vie, c’est bien pire que cela : il ne se sentira pas en sécurité."

Jean-Paul Engélibert enseigne la littérature comparée à l’université Bordeaux-Montaigne. 

Il s’intéresse notamment aux catastrophes, aux fictions de la fin du monde et aux utopies.

Il a publié La lumière de Tchernobyl en 2016 aux éditions L’Ire des marges.

L'ellipse du bois

L'ellipse du bois

de Derek MUNN

vies minuscules (IRE DES MARGES (L')) | Paru le 27/11/2017 | 5,00 €

Sister - Road trip - Saison 1 - épisodes 13 à 16

Sister - Road trip - Saison 1 - épisodes 13 à 16

de Cabut JEAN-CHRISTOPHE

vies minuscules (IRE DES MARGES (L')) | Paru le 01/06/2017 | 4,00 €

Mathieu voyage seul dans le sud de l’Espagne à bord de son Tourbus. Il s’arrête plusieurs mois au milieu des falaises.
Dans une grotte, en bordure d’une crique, en marge de la crise espagnole, vit Sister. Une hippie, qui fut junky, jeune et jolie.
Rescapée puis rejetée, rebelle puis isolée. Elle vit là avec ses chiens, ses obsessions et son Herbe Sacrée.
Sister et Mathieu apprennent à se connaître, seuls sur cette plage, en automne puis en hiver.

Ce Road trip, c’est le récit de la chute ailée de Sister. Et c’est vertigineux.

 

Le cocktail

Le cocktail

de Brigitte COMARD

vies minuscules (IRE DES MARGES (L')) | Paru le 01/04/2016 | 2,00 €

 Un salon littéraire, une auteure qui signe son premier roman, les mondanités d’une inauguration... Une dame, pas tout à fait comme tout le monde s’invite à la fête.

Le cocktail est la première d’une série de nano-nouvelles dans lesquelles Brigitte Comard débusque l’insolite de la vie. Ce qui, au détour des petits rituels sociaux, raconte les ressorts intimes et invisibles des existences. L’endroit microscopique où peut advenir le basculement d’un ordre établi, une subversion de la normalité, peut-être l’irruption d’un moment singulier d’humanité.

La lumière de Tchernobyl

La lumière de Tchernobyl

de Jean-Paul ENGELIBERT

vies minuscules (IRE DES MARGES (L')) | Paru le 01/04/2016 | 4,00 €

« Peut-être suffit-il d’entrer dans le monde sur la pointe des pieds
 et de s’arrêter sur le seuil ? »

Svetlana Alexievitch, La Supplication

Une photographie représente une femme à sa fenêtre, baignée par une lumière pâle, dans une grande pièce nue. Natalia détourne la tête, de sorte qu’on ne voit pas son visage, mais sa chevelure seule. On ne sait pas si elle le dérobe délibérément ou si elle est saisie à l’instant où elle s’écarte de la fenêtre. Une inquiétude sourd de cette image et de son hors-champ. À partir de là, peut s’imaginer une histoire et s’élaborer une méditation sur la photographie et la mort.

 

1 2