l'autre LIVRE

NOIRE

Comme si on s’aimait vraiment

Comme si on s’aimait vraiment

de Vanessa FUKS

NOIRE (ET LE BRUIT DE SES TALONS) | Paru le 29/04/2021 | 17,00 €

Une femme disparaît, une inconnue ou presque. Un fait divers, même pas, une diversion ou plutôt une digression à tout ce que le monde attendait d’elle. Maria a disparu.

Dans la vie linéaire de Jean, cette disparition est une fracture qui devient un gouffre dans lequel il va plonger avec effroi, mais sans crainte.

Le monde d’avant et celui d’après, à travers un vieux continent qui peine à comprendre ce qui lui arrive, sur une Méditerranée salvatrice ou cimetière, à l’heure des virus et des opprimés, Jean court après une trace devenue certitude.

Quand les pas que l’on suit finissent par créer un propre sillage, et peut-être, l’ébauche du chemin qui pourrait être celui de chacun d’entre nous.

Molosses

Molosses

de Ève DERRIEN

NOIRE (ET LE BRUIT DE SES TALONS) | Paru le 14/12/2020 | 20,00 €

On dit qu’une bonne vie se mesure au nombre de vies de chiens et de chats qu’elle a contenues. Ma vie est trop longue.

Ma sœur dit que je suis bizarre, moi qui mets mes chats à la poubelle quand ils sont morts alors que je les aime vraiment, au lieu de leur faire une petite tombe fleurie dans le jardin. À quoi je réponds « Certes, mais je les mets d’abord au congélateur en attendant le jour des boueux, et va donc vivre trois jours avec Mimi dans le deuxième tiroir, au-dessus des brocolis. ».

Le baiser Mustang

Le baiser Mustang

de Laurent MAILLARD

NOIRE (ET LE BRUIT DE SES TALONS) | Paru le 01/12/2020 | 15,00 €

Afin d’assister sa mère France-Catherine, octogénaire irascible et fortunée, Hélène Mongier se doit de recruter une nouvelle aide-soignante. Dans sa précipitation à sélectionner une candidate, Hélène ignore qu’elle vient d’embaucher sous une fausse identité, la redoutable Aurélie Van-Root, tueuse en cavale, inlassablement traquée par les autorités.
Aurélie qui a l’obligation d’être présente 24 heures sur 24 auprès de France-Catherine, va remplacer Fatou qui n’hésite pas à l’avertir que « le mauvais œil » plane sur l’appartement de la famille Mongier. Effectivement, à peine installée, une succession d’éléments inquiétants ne tarde pas confirmer les dires de Fatou.
Entraînée dans un engrenage mortel, mais déterminée à ne pas attirer l’attention de la police, Aurélie n’entend pas se laisser dépasser par les événements et tente d’éviter le pire en menant sa propre enquête : ultra violent complot de famille ou pire encore ?
Enfermée dans un implacable rouage meurtrier, Aurélie en vient rapidement à soupçonner comme acteur principal de cette affaire, Ameline, étudiante en droit et petite fille très protégée de sa grand-mère France-Catherine.
Et pourtant…
Six jours à tuer

Six jours à tuer

de Laurent MAILLARD

NOIRE (ET LE BRUIT DE SES TALONS) | Paru le 01/06/2020 | 15,00 €

Qui est vraiment Marc Stentforgue, dit « L’Américain », auteur à succès dont les livres s’arrachent ? Mais que personne n’a jamais vu. Et dont les détracteurs en viennent même à douter de l’existence.

Alors qu’elle cherche toujours à se faire oublier des autorités, l’ex-tueuse Aurélie Van-Root vit depuis plus d’un an en banlieue parisienne, sous la fausse identité de Marlène Gauchet, simple traductrice dans une petite maison d’édition. Un soir, son passé la rattrape lorsqu’elle porte secours à Gwenaëlle Madreau, jeune cadre du milieu de l’édition, mais surtout, correctrice attitrée du célèbre Stentforgue. En échange d’une jolie somme d’argent et sans bien savoir à qui elle a affaire, Gwenaëlle, menacée par des inconnus, recrute Aurélie Van-Root pour l’accompagner dans une petite ville vendéenne, où Stentforgue mène derrière les murs d’une vieille propriété, une vie de reclus. En tant que seule habilitée et selon un rituel bien établi, Gwenaëlle doit y corriger « Vory », la dernière œuvre du Maître, dont les Èditions Deleparc assurent la publication. Mais le séjour chez le célèbre écrivain vire peu à peu au cauchemar. Des événements inquiétants ne tardent pas à se produire et Aurélie découvre que Stentforgue qui porte un intérêt suspect à la Gran Guerre de 1793 dissimule en fait un terrible secret autour duquel l’écriture et la mort semblent faire bon ménage.

La fille de juin

La fille de juin

de Laurent MAILLARD

NOIRE (ET LE BRUIT DE SES TALONS) | Paru le 15/03/2018 | 15,00 €

Quelque part dans les Cévennes, un couple de retraités sauvagement assassiné sans mobile apparent…

            À quelque temps de là toujours traquée par les autorités, l’ex-tueuse Aurélie Van-Root se retrouve en cavale non loin des lieux du drame et se voit bientôt contrainte de fuir aux côtés de Julie Massol, une jeune artiste impliquée dans une sordide affaire de stupéfiants.

            Alors que dans un premier temps, Julie propose à Aurélie de la guider à travers la région en échange de sa protection, leur association vire rapidement au cauchemar. Malgré les avertissements du « Huguenot », pour échapper aux trafiquants et aux forces de l’ordre les deux femmes se réfugient au Havre, un domaine hébergeant les membres d’une secte. Accueillies par un groupe de druides régnant sans partage sur ce microcosme médiéval totalement reclus du reste du monde, les fugitives découvrent que sous le vernis d’un communautarisme idyllique, leurs hôtes vivent dans la terreur permanente du « Croquelat », un mystérieux tueur qui terroriserait la contrée.

            Face au comportement de Julie qui semble de moins en moins  étrangère à ses déboires, le doute s’installe bientôt chez Aurélie. Et lorsque cette dernière découvre que dans une cave, les fidèles vénèrent également pour ses prétendues vertus, « une chose tombée du ciel », il y a vraiment de quoi devenir dingue…

EXTÉRIEUR JUNGLE

EXTÉRIEUR JUNGLE

de Vanessa FUKS

NOIRE (ET LE BRUIT DE SES TALONS) | 15,00 €

Ce qu’il avait voulu, c’était quoi ? Être un artiste, être aimé, se voir, qu’on le voit ? Mais qu’on le voit tel qu’il était ou tel qu’il voulait être ?

Oui, il voulait son nom en gros sur les affiches, ou cette femme si belle, si talentueuse à son bras. Il avait voulu tout cela si fort et pourtant tout avait disparu. Mais n’était-ce pas justement cela l’essence de l’Art ? Toucher le fond de l’abîme pour y trouver l’artiste…

Tristan est un acteur, du moins il le croit. Il croit que le vide qui l’habite peut s’emplir de la vision d’un autre et rayonner au-delà de sa propre existence. Et tant pis si cette vision ressemble plus à un gouffre sans fond qu’à une aura. Qu’a-t-il  à perdre à présent, à part le peu de lui-même qu’il lui reste.