l'autre LIVRE

Récit de vie

comme un vol d'hirondelle

comme un vol d'hirondelle

de Méas PECH-METRAL

Récit de vie (ARTISANS VOYAGEURS) | Paru le 01/12/2016 | 8,00 €

Les Khmers Rouges ont pris le pouvoir en 1975 quand Méas avait neuf ans et demi. Elle fut alors déportée dans un camp de travail forcé. 
En 1979 sa maman décidait de fuir avec ses enfants vers la Thaïlande. Après une longue et dangereuse traversée de la jungle cambodgienne elles trouvaient refuge en Thaïlande. Enfin, elles furent accueillies en France. 

Depuis la petite réfugiée a écrit quatre livres et tourné un film. Dans les pages de cet ouvrage elle dit son bonheur de vivre, d’habiter la France, sa joie de toujours apprendre, son amour de la poésie, de la littérature. Elle parle avec passion des gens qu’elle aime, de ses improbables rencontres. 
En fait, Méas nous donne une joyeuse leçon de vie, et nous dit, comme le bon Omar Khayyam : « Sois heureux un instant, cet instant c’est ta vie ».

Cambodge, mon pays, ma douleur

Cambodge, mon pays, ma douleur

de Méas PECH-METRAL

Récit de vie (ARTISANS VOYAGEURS) | Paru le 28/11/2013 | 13,00 €

Ce livre raconte les heurs et malheurs d'une immigrée, son combat pour se faire une place dans la société française, ses déceptions au pays des Droits de l'homme, un voyage déchirant au Cambodge, ainsi que le soutien inestimable que m'apportent ma famille et mes amis et la place prépondérante que prend la littérature dans mon « intégration ».
Méas Pech-Métral
Cambodge, je me souviens

Cambodge, je me souviens

de Méas PECH-METRAL

Récit de vie (ARTISANS VOYAGEURS) | Paru le 29/08/2012 | 15,00 €

"Le témoignage de Méas est unique. C'est un petit morceau de la mémoired'un peuple, le journal d'une enfant que ses concitoyens ont tenté d'exterminer, qui a grandi dans des camps de travaux forcés, séparée de sa famille, manipulée par une idéologie proche de celle des nazis et qui a pu s'enfuir vers d'autres camps, ceux de la survie. 
 
Des pages qui témoignent de l'horreur d'une dictature qui n'empêchait pas les grands de ce monde de dormir, d'une grande tragédie silencieuse. "
 
Extrait de la préface de Mireille Lemaresquier