l'autre LIVRE

Arracher le tapis et autres moments fondateurs

de CLAIRE DUMAY

Présentation des récits de Claire Dumay

Postface de l'auteur

La narratrice est tiraillée entre deux exigences constitutives de son identité : ordonner le Vécu jusqu’à l’obsession, trouver des exutoires  allant dans la direction de sa vraie nature. Une trentaine de textes constituent la matière du livre.

Claire Dumay est professeur de Lettres, c’est son deuxième livre à l’Atelier de l’agneau.


 

 

Sommaire

          S O M M A I R E 

Rites fondateurs

Les listes

24 poses

Le courrier d’usure

La nouveauté

Nos règles intimes  

Mes ancres familières

Le bricolage

Le guichet

La radio  

La laverie 

Petit théâtre personnel

Le rayon parfumerie du Bon Marché

La folie ordinaire 

La boucle et la chaudière

Le rouge à lèvres

Les cauchemars

Brouillages et entraves

Le savon liquide

Le distributeur de papier toilette

La piscine

La grasse matinée

Le jazz

Le haïku

Halètements et vertiges 

Massacre de mouches

La peur

J’arrache le tapis

La Cinquième de Chostakovitch

Eloge de la vie conjugale 

Le moustique

L’achat de la chemise  

Dans mes pattes

La jalousie

Petit cabinet de curiosités alimentaires

Le restaurant indien 

Le gingembre

Le yaourt

Les substances molles

Les gâteaux 

Bonus

2 extraits du livre :

Le guichet (début du texte)

J’affectionne particulièrement tous ces lieux où je fais la queue, face à un guichet. J’ai le choix : à la SNCF, à la banque, au Trésor Public, à la MGEN, à la poste, au commissariat ...

Le plus souvent, c’est superflu, totalement pléonastique et vain, mais j’en fais une affaire de nécessité.  

Aller au guichet, c’est tout d’abord un moyen de m’ancrer dans le monde extérieur, de m’intégrer à un flux que je n’ai pas initié, et dont je ne suis pas issue. Je me munis du ticket craché par le distributeur, et me coince là, parfaitement oisive. Tandis que j’observe tous les autres, je me sens éminemment libre au-dedans. 

La folie ordinaire (début du texte)

Dès que je sors de mon quartier, je prononce à voix haute et forte, en pleine rue, des mots qui déferlent en dehors de toute logique, et me grisent de leur vertige. J’invente une nouvelle langue, délabre l’ancienne ; je fais se succéder des syllabes étranges, des néologismes qui avancent seuls, gouvernés par leur propre émulation. Je ne réfléchis rien, les mots s’engendrent, s’enchaînent, riment entre eux, accélèrent ; je déclame ce tourbillon sans gêne aucune. Cette veine s’avère prodigue, inextinguible même ; elle entrouvre mes cosses, défait toute forme de résistance. Je m’écarte de la ligne droite, éclabousse, sors de mes gonds ; je romps avec l’image sagement repassée qui me colle à la peau, pour mieux chiffonner l’apparence. J’ai à cœur de laisser éclater ce qui a été jugulé, amputé, sevré, et qui prend plaisir à jaillir. Je crois retrouver une forme de virginité, antérieure à l’aliment morose de l’éducation.

Je peux aussi chanter tout fort, imiter le cri d’un animal, passer d’une voix à une autre, mendier en pleine rue en déclamant un texte, en interprétant un air d’opéra ; simuler la folie, tenir des propos incohérents, grossiers, avec une grande libéralité.

 

Fiche technique

Prix éditeur : 17,00 €


Collection : proses

Éditeur : ATELIER DE L'AGNEAU ÉDITEUR

EAN : 9782374280004

ISBN : 978-2-37428-000-4

Parution :

Façonnage : broché

Poids : 136g

Pagination : 140 pages