l'autre LIVRE

La barque criblée

de VIEUILLE MARIE-FRANçOISE

et Josée KAMOUN (couverture)

J’ai pour moi l’alliance des longues barques abandonnées

au bord des étangs, remplies d’eau et de ciel, criblées de taches de soleil

et de feuilles roussies avec leur flottaison de fin et de commencement.

 

 

 

On sait qu’on ne s’embarquera plus.

Que la saison en est passée. Et pourtant toute la beauté

est là dans l’équilibre d’octobre.

 

 

C’est dans une langue dense et charnelle que Marie-Françoise Vieuille décrit l’émerveillement devant les prémices de la passion.

Mais vient le moment des questionnements, l’incertitude, la perte de l’autre, la dérive vers le rien.

S’y entrecroisent les motifs délicats de la nature et de la musique, jamais perdus, comme un phare dans un monde d’inquiétude et de douleurs.

Bonus

Extraits :

 

Pour retrouver le corps sous les habits décomposés il faudra ramer et ramer encore sur une barque trop lourde.

 

Blesser ses mains jusqu’à ne plus sentir l’entaille, ciel et boue mélangés.

 

Il faudra ramer sans plus rien savoir des heures jusqu’à accoster au creux de l’hiver dans l’île aux rives piquées de tout petits camélias roses.

Et se réchauffer au feu brûlant d’un jardin rempli d’ombres qui n’avaient pas encore dit leur nom.

 

 

            chaque mot glisse en nous

          la profondeur du monde

**

 

L’attente.

Le cœur près de se rompre.

 

 

Elle gravit lentement la dune. Tête haute.

Ses pas mesurés contiennent et démultiplient l’émotion. Autour de son cou, une longue écharpe blanche déployée par le vent.

 

L’odeur des immortelles des sables sous son corps magnifique. La dune et la mer en elle, par elle, accordées.

L’écume de sa joie sur ma bouche et mes mains.

Et son sourire miraculeux pour moi seule.

 

****

 

Il y a des trous d’air plus angoissants que ceux provoqués en plein vol par la dépressurisation.

 

On croit naviguer à la même hauteur, respirer le même air, apprécier (en veillant bien à ne pas surligner ) les mêmes nuances, même si les nuages n’ont pas la même densité pour l’un et l’autre regard, avoir prévu les omissions, les oublis et autres avatars du voyage, on ne peut rien faire contre l’accident brutal : le non partage d’une musique ou d’un poème choisi pour l’être aimé.

 

Bien pire que l’attente amoureuse trompée, c’est l’air qui manque soudain dans l’habitacle qu’on avait cru sécurisé.

C’est le hublot qui éclate.

La bouche désirée qui devient laide.

L’aile qui pique vers le premier bosquet venu.

Le cœur qui implose.

La page cornée au grand livre d’amour qui devient banale.

La partition déchirée, peut-être irréparable.  

 

 

 

**

 

Trop de tout

Hormis l’ombre

 

Des cris venus de très loin

Creusent la peur

Sans rien savoir du temps

 

**

 

On se pencherait au-dessus du nez de la barque. On regarderait longtemps le bloc d’or et la brisure du reflet.

 

Le passeur serait déjà trop loin pour effrayer.

 

L’œil descendrait le long des branches sombres jusqu’aux veinules les plus ténues.

Jusqu’au fond du miroir.

Jusqu’aux rameaux de sang figé.

Jusqu’à la forêt qui tremble d’oubli.

Fiche technique

Prix éditeur : 15,00 €


Collection : POESIE

Éditeur : TÊTE À L'ENVERS (LA)

EAN : 9791092858419

ISBN : 9791092858419

Parution :

Façonnage : broché

Pagination : 64 pages