l'autre LIVRE

ANONYME

Les Songes drolatiques de Pantagruel

Les Songes drolatiques de Pantagruel

de ANONYME

RESSOUVENANCES | Paru le 10/09/2014 | 20,00 €

Cent vingt gravures republiées en fac-similé sur papier ivoire. Sans doute issu d’une rencontre complice entre Rabelais et un graveur anonyme, sinon avec l’éditeur, ce recueil singulier paru en 1565 nous plonge dans un univers fantastique. Il illustre la verve satirique propre aux écrits de cette époque, qu’il s’agisse du monde gargantuesque ou de l’humanisme renaissant et notamment réformé. Le créateur de Pantagruel, qui connut de son temps un «succès de librairie» exceptionnel, n’est pas l’auteur de ce recueil, mais ce n’est pas abus d’imprimeur que d’en souligner le rôle d’inspirateur, que l’on imagine débonnaire et enjoué. C’est le tableau d’une société où processionne le prestige grimé des pouvoirs militaire et clérical, escorté de difformité et d’effroi, dans un carnaval de morgue et de violence où l’outrance multiplie orifices et appendices monstrueux. Il rappelle que le siècle de la Renaissance fut un siècle de guerres et de cruautés. Évocatrices de Jérôme Bosch et de la comédie italienne, annonciatrices de Jacques Callot, ces figures carnavalesques ont pu être interprétées comme les caricatures hardies de tels rois, de tels papes, etc. Nous nous bornerons à noter leur caractère prodigieusement annonciateur et leur véracité actuelle ; ainsi, on a pu reconnaître la concierge de notre enfance, le surveillant général du lycée de notre prime jeunesse, d’anciens ministres… On ne précisera davantage ces actuali?ations également discutables.

Lucas Couillonov, un poème pornographique

Lucas Couillonov, un poème pornographique

de ANONYME

Place en Poche (NOUVELLES ÉDITIONS PLACE) | Paru le 10/09/2017 | 10,00 €

Ce récit en vers conjugue érotisme, cocasserie et truculence. Son ton humoristique est empreint d’une vulgarité malicieuse qui rappelle les écrits poétiques de Pouchkine sans ses archaïsme. Son style correspond au langage parlé du XIXe siècle, avec un diapason qui va d’un discours cultivé et même recherché à un jargon plus simple. Publié en russe, il y a seulement quelques années, Lucas Couillonov s’inscrit aussi dans l’histoire si singulière du mysticisme russe.

Histoire de dame Pak : Roman coréen du XVIIIe siècle

Histoire de dame Pak : Roman coréen du XVIIIe siècle

de ANONYME

Les bilingues (L'ASIATHÈQUE) | Paru le 02/03/2016 | 24,00 €

Le roman présenté ici a pour toile de fond la Corée de la première moitié du XVIIe siècle, soumise aux invasions mandchoues. Faisant face à cette situation tragique, se dresse dame Pak, héroïne affligée d’une laideur repoussante en raison des fautes commises dans ses vies antérieures. Par son intelligence, sa maîtrise des procédés magiques et ses pouvoirs surhumains, elle seule pourra sauver le pays.

Roman d’aventures aux étonnants accents féministes, le Pak-ssi ch?on - Histoire de dame Pak - est un classique toujours célébré aujourd’hui en Corée, au Nord comme au Sud. Cette oeuvre du XVIIIe siècle est anonyme, comme c’est le cas pour la plupart des romans publiés en Corée à l’époque de la dynastie des Yi (1392-1910),

Ce texte, paru initialement aux éditions L’Asiathèque en 1982, a fait l’objet d’une révision en profondeur par son traducteur, Marc Orange. Il est en outre suivi de la reproduction en fac-similé d’une édition du roman en coréen, composée verticalement et de droite à gauche.

 

Partir

Partir

de ANONYME

Inclassable (WINIOUX) | Paru le 02/12/2015 | 15,00 €

Lune et prune

Lune et prune

de ANONYME

Les bilingues (L'ASIATHÈQUE) | Paru le 13/05/2015 | 20,00 €

Genre folklorique encore peu étudié, la comptine glissée par le jeune enfant en début de jeu reste d'origine mystérieuse et controversée. Issue du chiffre qui précède la lettre, la comptine renvoie aux débuts de la communication et demeure insaisissable tant chaque enfant se l'approprie et l'adapte à sa guise. Composées partiellement de « mots sauvages » forgés au mépris des règles de la langue maternelle, ces comptines gardent, en quelque sorte, le souvenir de la capacité à prononcer toutes les langues du monde détenue par chacun d'entre nous à la naissance.
Ces comptines proviennent, pour la plupart, des archives de Pertev Naili Boratav - pionnier des études folkloriques turques.

La Déesse des vers à soie.

La Déesse des vers à soie.

de ANONYME

Minuscules (VER À SOIE (LE)) | Paru le 03/09/2014 | 14,00 €

Cannü vit avec son père dans un village. Ils possèdent un cheval un peu particulier qui comprend le langage des hommes. Un jour, le père de Cannü doit s'absenter pour traiter une affaire, mais les jours passent, et il ne revient pas. Cannü demande au cheval de partir à sa recherche, seulement voilà : le cheval est amoureux de la jeune fille et celle-ci lui fait la promesse de l'épouser s'il parvient à retrouver son père...

La Déesse des vers à soie est une adaptation d'un conte traditionnel chinois sur l'exil et la résilience. On y apprend comment une jeune femme réussit à transformer sa tristesse en apportant la richesse aux petites gens et en créant le plus beau fil qui soit.

Elza Lacotte est plasticienne, diplômée de l'École régionale des Beaux-Arts de Rennes (2007) et félicitée lors de l'obtention du Diplôme Supérieur d'Expression Plastique à l'École européenne et supérieure de l'Image de Poitiers (2009). Elle est actuellement installée à Clermont-Ferrand, où elle exerce les activités de graphiste, de plasticienne et de sérigraphe. Passionnée de cartographie et de littérature, elle oriente sa pratique artistique sur l'imaginaire, le voyage et la quête.

Découvrir un extrait

Fissions

Fissions

de Romain VERGER

Les Séditions (VAMPIRE ACTIF (LE)) | Paru le 13/05/2013 | 12,50 €

« Tu m'avais dit marions-nous le 21 juin, au solstice d'été. C'est le jour le plus long. À Rochecreuse, à la montagne, où le soleil consume longtemps les cimes. »

Dans un face à face avec l'écriture, un homme se remémore sa nuit de noces, en suit le cours jusqu'à son apothéose tragique. Avec ce quatrième roman qui mêle de nombreux motifs filmiques et littéraires et qui emprunte tour à tour aux registres du fantastique, du grotesque et du thriller, Romain Verger signe le récit exalté et obsédant d'une inexorable désintégration.

Nouvelles chinoises II

Nouvelles chinoises II

de ANONYME

nouvelles-contes (MYOHO) | Paru le 15/09/2011 | 14,20 €

 

Les cinq nouvelles du second tome des Nouvelles chinoises sont également extraites du Kin-kou ki-kouan, mais traduites cette fois par le marquis Hervey Saint-Denys, en 1889. Ces nouvelles décrivent avec la même verve des aspects de la société chinoise qui n’étaient pas illustrés dans le précédent volume dont la religion et la philosophie. Toutefois, dans ce volume, elles prennent une tournure légère voire licencieuse qui n’apparaissait pas dans le premier tome, ce qui semblerait indiquer des auteurs différents ou des époques différentes. Les Alchimistes montre les Chinois préoccupés de l’alchimie au moment même où elle était en honneur en Europe. Il y est décrit les moyens employés par de faux adeptes du grand œuvre pour simuler la transmutation des métaux, la sincérité de ceux qui cherchent de bonne foi, et la crédulité des gens exploitée par des procédés partout identiques. Comment le ciel donne et reprend les richesses expose la conception du peuple chinois de la transmigration des âmes, de l’influence sur la destinée humaine d’une existence antérieure, de l’étendue limitée du libre-arbitre et, cependant, de la responsabilité des actes dont l’accomplissement nous appartient. Dans la troisième nouvelle, Mariage forcé, on trouve des détails curieux sur la manière dont les Chinois se marient, –et leurs sentiments sur les conditions d’un mariage bien assorti. La Tunique de perles expose le tableau du riche marchand dans sa vie intime, l’intrigue amoureuse et le romantisme sentimental dans la Chine de l’époque. Enfin Véritable Amitié relate l’extraordinaire amitié entre deux hommes qui ne se connaissaient pas, et leur dévouement réciproque l’un envers l’autre pendant toute leur vie. Selon le marquis de Saint-Denys, « ce qui surprendra, ce sera souvent la manière d’envisager et de peser les choses de la vie, l’importance relative accordée à tel ou tel événement, la bizarrerie de certains détails, comme aussi la disproportion entre certaines causes et certains effets, selon nos appréciations occidentales. C’est là précisément le côté curieux de ces tableaux de mœurs, que d’y constater l’influence si grande du milieu social sur les jugements de l’esprit humain, et ce qui me paraît rendre leurs peintures vivantes plus intéressantes et plus instructives que ne le seraient de longues dissertations ».

Nouvelles chinoises I

Nouvelles chinoises I

de ANONYME

nouvelles-contes (MYOHO) | Paru le 30/08/2011 | 14,20 €

 

Les huit nouvelles contenues dans ce premier volume sont extraites d'un classique chinois le Kin-kou-ki-kouan -qui signifie : Aventures surprenantes des temps anciens et modernes- et publiées par Abel Rémusat en 1827. Il nous a semblé intéressant de republier ces nouvelles pour donner un aperçu d'un genre littéraire populaire particulièrement prisé des Chinois : les contes moraux ou nouvelles, qui par certains aspects rappellent ceux de Voltaire. On y découvre une organisation sociale et des coutumes étrangères aux Occidentaux, décrites avec beaucoup d'humour, de malice et parfois de cynisme. Les scènes de tribunal, le mariage et la vie du couple y sont le plus souvent représentés. Les incidents et les détails sont multipliés pour soutenir l'attention, et faire connaître l'intérieur de la vie privée, et les habitudes domestiques des couches inférieures de la société. D'une façon générale, si ces histoires sont pleines de rebondissements, leur dénouement est souvent abrupt, parfois tiré par les cheveux. Toutefois, elles nous offrent d'excellents moments de fraîcheur, de surprise, ...et de rires. L'Ombre dans l'eau raconte la surprenante histoire de deux jeunes cousins qui tombent amoureux de leur ombre. Les Trois Frères, La Calomnie démasquée, Les Trois Étages consacrés montrent comment, quelle que soit la situation, les bonnes actions sont toujours récompensées. Les Deux Jumelles, La Matrone du pays de Soung, Histoire de Fan-Hi-Tcheou, décrivent surtout l'institution du mariage et le rôle de la femme dans la vie du couple en Chine. 

Les Contes facétieux du cadavre

Les Contes facétieux du cadavre

de ANONYME

Les bilingues (L'ASIATHÈQUE) | Paru le 01/03/2011 | 22,50 €

Œuvre structurée par un récit-cadre dans lequel s'insèrent vingt-quatre épisodes, Les Contes facétieux du cadavre relatent les efforts déployés par Dechö-sangpo pour rapporter sur son dos à son maître spirituel un cadavre du nom de Ngödrup-chän. Fort désireux de retrouver son cimetière, le cadavre, qui sait pouvoir retrouver sa liberté en faisant parler le jeune homme, ne cesse de le charmer par des histoires prenantes. Et Dechö-sangpo, qui ne peut résister à l'envie de faire des commentaires, doit donc vingt-quatre fois repartir chercher Ngödrup-chän.

Le public trouvera dans ce texte traduit pour la première fois une charmante introduction à la culture tibétaine traditionnelle.

"Nous sommes tous (...) subjugués par ces récits sans âge, presque ensorcelés par les « merveilleuses histoires » du loquace cadavre, qui sollicitent notre esprit et notre imaginaire." (Sitartmag)

Un seul corbeau ne fait pas l'hiver

Un seul corbeau ne fait pas l'hiver

de ANONYME

Les bilingues (L'ASIATHÈQUE) | Paru le 21/08/2010 | 14,50 €

Les proverbes présentés dans ce livre proviennent d’un manuscrit du XIe siècle : le Divan de Mahmoud de Kachgar. Ces parémies remontent en fait aux siècles précédents et leur langue est plus proche du turk ancien que du qarakhanide. Le proverbe turk ancien circonscrit une expérience, qu’il énonce et affirme. Fondé sur l’observation des hommes et de la nature, son message se diffuse et perdure.

Les analyses auxquelles sont soumis les proverbes sont innovantes: analyse morphique, qui dévoile la structuration rigoureuse du corpus ; analyse phonotactique et analyse syntaxique, approches encore non exploitées par les parémiologues et qui se révèlent fructueuses.

À titre contrastif, on a comparé cet ensemble aux variantes attestées aujourd’hui dans toutes les langues turkes. Un index des termes et un index des notions permettent une recherche thématique. La bibliographie regroupe des publications de l’ensemble du monde turkophone.

Devin' devin' devinaille

Devin' devin' devinaille

de ANONYME

Les bilingues (L'ASIATHÈQUE) | Paru le 28/05/2008 | 12,50 €

Plutôt que celui de « devinette » Rémy Dor choisit le terme de « devinaille » parce qu’il oriente ouvertement vers l’action, soit à titre d’instrument de découverte, soit en tant que résultat de l’acte de deviner, alors que le mot « devinette » renvoie trop à un divertissement enfantin. Ici, il s’agit d’un acte grave, crucial même, et ne pas deviner c’est s’exposer. La formule conclusive est généralement dévalorisante ou menaçante et l'échec à découvrir l'énigme peut être sanctionné par des pénalités.

Textes anonymes de tradition orale.

 

Les Quinze Joies de Mariage

Les Quinze Joies de Mariage

de Isabelle JOURDAN & ANONYME

La part commune (PART COMMUNE (LA)) | Paru le 19/02/2008 | 15,00 €

Ces « quinze joies de mariage » offrent un tableau plein d'humour et d'acuité des vicissitudes conjugales.

L'étonnante modernité de ce petit texte, loin de ne s'adresser qu'à un cercle de médiévistes, offre au fil des situations un tableau vivant et enjoué des pièges de la conjugalité. Nul désir de corriger les mœurs mais un regard ironique, jamais partisan, toujours amusé : l'auteur s'y exprime avec une élégante désinvolture. Quant au mari, balourd sans imagination, « métamorphosé en âne sans qu'il soit besoin d'aucun enchantement », il est aussi coupable que son épouse. Après tout, c'est lui qui cherche son malheur et, comme le constate avec humour et détachement l'auteur, « Dieu n'a donné froid qu'à ceux qu'il sait assez chaudement emmitouflés pour pouvoir le supporter »...

Voyage à Visbecq

Voyage à Visbecq

de ANONYME

Anacharsis (ANACHARSIS) | Paru le 21/02/2007 | 14,00 €

Serais-je par hasard en enfer ? Oh non ! Ceci a l'air d'un fort beau pays, et la description qu'on nous en faisait là-haut ne s'accorde guère avec ce que je vois.

Voici un roman surréaliste anonyme belge écrit vers 1794 et dont le manuscrit était à ce jour resté inédit. Autrement dit, un roman bizarre — et joyeux ! Un jeune Bruxellois, s'étant muni d'opium pour tuer le temps dans l'attente de retrouvailles au château de Visbecq, tombe en chemin dans un puits. Il opère de là une longue glissade qui le propulse au centre de la terre, un monde éclairé par un astre vert où l'horizon s'incurve vers le haut, et où l'on croise éléphants oranges, lions à crinière verte et autres arbres portant des fruits multicolores ou des têtes de lapin. Des magiciens y rivalisent d'improbables métamorphoses pour gagner le précieux coquillage d'une princesse... Habité par les incohérences apparentes du rêve, le Voyage à Visbecq, écrit d'une plume enthousiaste, baigne dans un merveilleux ébouriffé proche des aventures du baron de Münschausen, anticipe l'Alice de Lewis Carrol et participe de l'écriture automatique, sans bouder le plaisir inopiné d'un poème épique, courtois et patriotique. Ainsi ce roman mystérieux, après deux siècles de sommeil, verse dans une littérature indéterminée et s'introduit avec malice dans la foire des météores littéraires sans âge.

Eric Lysoe est directeur de l'Institut de recherche en Langues et Littératures européennes de l'université de Mulhouse et spécialiste de la littérature fantastique belge. Il a notamment publié Littératures fantastiques. Belgique, terre de l'étrange (2003-2007) chez Labor.

Sarah-Rose la rosophile

Sarah-Rose la rosophile

de ANONYME

Les bilingues (L'ASIATHÈQUE) | Paru le 19/01/2006 | 15,50 €

Virelangue : mot, suite de mots, phrases, suite de phrases à répéter rapidement en triomphant de ses difficultés particulières de prononciation. À la fois prose et vers ; devinette, proverbe et chansonnette...  Si l'Ouzbékistan est célèbre pour sa littérature et sa musique classique, ses réalisations architecturales, tout ce qui constitue la Culture avec une majuscule, on connaît moins bien sa culture minuscule. Ces virelangues ouzbeks et qaraqalpaks, venus de tout l'Ouzbékistan, nous révèlent bien des aspects des croyances, attitudes et pratiques des habitants de ce pays.
Des éléments de vocabulaire permettent au lecteur de faire varier la traduction proposée en regard du texte original.

Le Gita Govinda

Le Gita Govinda

de ANONYME

L'ASIATHÈQUE | Paru le 01/06/1990 | 9,50 €

Ce célèbre texte brahmanique de source sanskrite est un chant en l'honneur de Krishna dont l'ardeur mystique peut se comparer à celle du Cantique des Cantiques. La détresse de Radha attendant Krishna, c'est l'appel de l'âme en quête du divin.